Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 4 – Chapitre 17 – Partie 5

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 17 : Le Tea Party des aristocrates

Partie 5

Frose pouvait voir les changements dans la magie de Tesfia. Peut-être que la leçon extrascolaire en était la cause, ou peut-être que c’était parce qu’elle avait été prise dans une mission militaire.

Quoi qu’il en soit, ce n’était pas suffisant. L’existence de quelque chose reliant le Monde extérieur et le Monde Intérieur — le monde humain à l’intérieur de la barrière — devait être nécessaire pour que sa magie se transforme de la sorte. Sinon, elle n’aurait pas eu ce genre de poussée de croissance en si peu de temps.

Avec une expression de calme qui comprenait tout, Frose fixait la scène éphémère devant elle. La jeune pousse voyait un rêve fugace et essayait de le suivre aussi directement que possible.

Les lèvres de Selva avaient tremblé derrière Frose. Il ne voulait pas penser que la décision froide de Frose était inévitable. Mais peu importe ce qu’elle disait, elle était la mère de Tesfia. Il baissa les yeux, réalisant qu’il était impertinent, avant de dire. « Serait-ce vraiment dans son intérêt ? »

« Selva, vous devriez aussi le savoir. C’est pour le bien de Fia, et pour le bien de la famille Fable. Elle pourrait s’y opposer, mais elle n’a pas encore besoin de le comprendre. »

Selva n’avait rien dit. Pour ce vieux majordome qui connaissait Tesfia depuis qu’elle était bébé, elle n’était pas seulement une personne à laquelle il était loyal, mais aussi quelque chose comme une petite-fille.

S’il s’agissait d’une famille aisée normale, cela aurait pu être pardonné. Mais c’était la famille Fable, et les émotions personnelles n’étaient pas autorisées. La famille Fable actuelle avait été construite sur des générations d’obligations fières et de compensation noble.

Selva fit un pas en arrière et s’inclina pour s’excuser de s’être plainte auprès de l’actuel chef de famille.

Frose avait jeté un coup d’œil dans sa direction, sans sentiment particulier, et avait marmonné. « Cela dit, je dois d’abord découvrir ce qui s’est passé avec elle. »

 

+++

Selva avait terminé les préparatifs du dîner et avait appelé Tesfia sur le terrain d’entraînement après que le soleil se soit couché et que les lampadaires se soient allumés.

Avant le dîner, Tesfia s’était d’abord rendue dans sa chambre. Sa chambre était au deuxième étage, en haut de l’escalier central et à droite.

Comme les domestiques vivaient dans un autre bâtiment, le manoir avait beaucoup de chambres libres. Il y avait facilement plus de dix pièces juste sur le côté droit du manoir. Il y avait une bibliothèque, un salon, la pièce que les chambellans utilisaient depuis de nombreuses années, et bien d’autres encore.

En ouvrant la porte, Tesfia avait préparé ses vêtements de rechange et s’était dirigée vers la douche. C’était en partie pour se débarrasser de la sueur qu’elle avait accumulée, mais aussi parce qu’une tenue appropriée était requise pour dîner avec sa mère.

Elle ne recevrait aucune plainte pour avoir porté des vêtements décontractés, mais, peut-être pour ressembler davantage à la fille de sa mère, Tesfia avait choisi une robe, quelque chose qu’elle n’avait généralement pas l’occasion de porter à l’Institut.

Après avoir terminé sa douche, le silence auquel elle ne prêtait normalement pas attention ressortait plus que jamais.

Son dortoir était plus exigu, mais la vie avec Alice comme colocataire était amusante, et elle ne s’y sentait certainement pas aussi seule que dans cette chambre.

Comme si elle attendait ce moment, on avait frappé à la porte et plusieurs servantes étaient apparues. Les servantes avaient commencé à lui sécher les cheveux et à lui couper les ongles.

Tesfia avait essayé de refuser, disant qu’elles n’avaient pas besoin d’aller si loin, mais les servantes semblaient apprécier de pouvoir s’occuper d’elle pour la première fois depuis longtemps. En voyant leurs expressions, Tesfia n’avait pas pu leur refuser, et avait fini par se confier à elles.

Et comme ce n’était pas un dîner avec des invités, sa robe était juste assez modeste pour être portée à l’intérieur du manoir.

Avant que Selva ne puisse l’appeler à nouveau, Tesfia s’était dirigée vers la salle à manger tandis que les servantes l’accompagnaient.

Comme ceux qui servaient dans le manoir prenaient également leurs repas ici, la salle était plutôt grande.

Frose et Selva attendaient déjà lorsque Tesfia était arrivée. Tesfia s’était légèrement inclinée avant de prendre place. Ainsi, le dîner avait commencé.

D’après les souvenirs de Tesfia, ils n’avaient pas l’habitude de discuter de choses et d’autres en mangeant. Cependant, Frose était allée à l’encontre de ses attentes et avait commencé à parler, tout en respectant strictement ses manières.

« Alors, Fia, quel genre de relation as-tu avec cette Mlle Loki qui est en tête de ton année ? »

Tesfia s’y attendait, et elle reposa sa fourchette. Comme elle l’avait prévu, elle allait admettre qu’elle la connaissait, mais dire qu’elles n’étaient pas proches. « Mme Loki et moi sommes dans la même classe. C’est tout. »

Il était plus intelligent de ne pas cacher quelque chose qui pouvait être découvert avec un peu de recherche. Ou elle pourrait finir par se mettre dans une pire position plus tard.

« Oh, je vois. Au fait, quel genre d’affinité a-t-elle ? »

Tesfia se demandait jusqu’où les questions de sa mère allaient aller. Mais, cela dit, si elle le voulait, elle pourrait découvrir la plupart des choses si elle le souhaitait. « Il semblerait qu’elle ait une affinité avec l’attribut de la foudre. »

« Comme c’est inhabituel. »

« Vraiment ? Je ne pense pas qu’il y en ait d’autres qui aient une affinité identique dans cette année. »

Lorsque Frose avait fixé Tesfia avec un regard de reproche sur son manque de connaissances, Tesfia avait réalisé sa gaffe.

Son manque d’étude avait mis Frose de mauvaise humeur, mais comme c’était l’heure du dîner, Frose s’arrêta là. Au lieu de la réprimander, elle avait commencé à expliquer d’un ton exaspéré, « Écoute attentivement. L’attribut de la foudre a besoin de convertir le mana pour créer la puissance de la foudre. Ce n’est pas quelque chose que l’on peut acquérir en un jour ou deux justes parce que l’on a une affinité pour ça… et ce n’est qu’après avoir maîtrisé ses sorts difficiles que l’on peut vraiment dire que l’on a une affinité pour ça. »

« Je vois. »

Frose avait ignoré le ton déprimé de Tesfia et elle avait continué. « Fia, ce n’est pas une raison pour que tu abandonnes. Ou peut-être as-tu une autre raison ? »

Tesfia avait rapidement compris qu’elle parlait de son classement à l’Institut. Une sueur froide coula le long de sa colonne vertébrale et elle se redressa sur son siège, surprise.

Son visage s’était légèrement contracté alors qu’elle essayait de s’assurer que sa relation avec Loki restait inconnue, tout en se rappelant la tragédie qui s’était produite lorsqu’Alice avait été invitée au manoir…

Pour une raison inconnue, Alice avait fini par devoir montrer sa magie, et Frose étant un professeur strict, elle avait travaillé non seulement sur Tesfia, mais aussi sur Alice. Si Frose mettait la main sur Loki, les choses prendraient certainement une mauvaise tournure. Et d’après ce qu’elle avait entendu, il serait préférable d’éviter que le sujet d’Alus soit abordé plus avant.

Si elle ne pouvait pas désobéir à sa mère, le moins qu’elle pouvait faire était de ne pas creuser sa propre tombe. « Oui, je serai plus diligente. »

« … Eh bien, peu importe. C’est vrai que tu as grandi en tant que magicien. » Les paroles indifférentes de sa mère semblaient même robotiques. « Mais cette Mlle Loki pique mon intérêt. »

Les épaules de Tesfia avaient de nouveau tremblé. Elle se souvenait que sa mère avait dit la même chose à propos d’Alice. Après cela, elle trouverait une excuse pour inviter Loki au manoir. Assez rapidement, Frose allait faire une suggestion que Tesfia ne pourrait pas refuser.

Après un rapide coup d’œil, elle avait pu voir l’intérêt dans les yeux de sa mère. Elle n’avait été épargnée par la poursuite que pour un moment, car d’autres difficultés attendaient Tesfia. S’y attendant, Tesfia était sur le point d’abandonner lorsque le plat principal avait été apporté.

Lorsque Tesfia avait réalisé que Selva avait choisi le moment pour interrompre leur discussion, elle avait eu l’impression que le majordome était de son côté.

Bien sûr, il n’y avait aucune chance que cela passe inaperçu pour Frose. C’est ce qui ressortait clairement de la façon dont elle avait soupiré.

Après cela, aucune d’elles n’avait ouvert la bouche, sauf pour porter la viande tendre à leurs lèvres.

Selva ouvrit la porte à Tesfia lorsqu’elle quitta le réfectoire, et elle le remercia silencieusement du regard. Le dîner que Selva avait préparé lui-même pour la première fois depuis longtemps était délicieux. Bien que cela aurait été encore mieux si elle avait pu apprécier le goût sans angoisse, mais rien ne viendrait à dire cela maintenant.

Tesfia étant partie de la salle à manger, Frose avait pris une gorgée de thé. « Vous êtes le même que d’habitude. »

Comme ils se voyaient tous les jours, cette déclaration pouvait sembler un peu étrange. Bien sûr, le majordome était capable de comprendre ce qu’elle voulait dire. « Ai-je été trop prévenant pour votre premier repas ensemble, rien que vous deux, depuis si longtemps ? »

« Hm, eh bien, c’est très bien. Vous êtes aussi gentil avec elle que d’habitude, » marmonna Frose, et prit une autre gorgée.

Lorsque Tesfia était retournée dans sa chambre, toute la tension accumulée en elle s’était dissipée, et elle s’était écroulée sur son lit. Mais elle ne pouvait pas encore s’endormir. Sa mère lui avait dit de revenir plus tard, lorsque Tesfia était sortie de la salle à manger.

Cette fois, il s’agirait probablement de Loki, ou peut-être d’Alus.

Cependant, Tesfia n’était plus seulement une enfant qui avait peur de sa mère. Comme Selva l’avait dit, elle avait besoin de mettre ses propres intentions en mots. Le temps pour cette discussion était arrivé.

Si elle parvenait à convaincre sa mère, elle s’ouvrirait une voie vers l’avenir, et poursuivrait sa vie à l’Institut.

Tesfia s’était assise sur son lit et avait respiré profondément. Tout en sentant que cela faisait si longtemps qu’elle n’avait pas parlé à sa mère avec ses propres mots.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire