Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 4 – Chapitre 17 – Partie 4

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 17 : Le Tea Party des aristocrates

Partie 4

Après s’être changée dans sa chambre, Tesfia s’était dirigée vers les terrains d’entraînement avant le coucher du soleil.

Elles avaient été conçues uniquement pour Tesfia. Bien qu’elles ne soient pas aussi impressionnantes que les installations de l’Institut, elles avaient été divisées en plusieurs zones plus petites destinées à des usages différents.

En ce moment, elle se trouvait dans ce qui n’était qu’un espace vide, destiné à la pratique de la magie.

En dehors de cette zone, il y avait également un dojo de maniement de l’épée, ainsi qu’une installation conçue pour entraîner le corps au combat réel.

Le terrain d’entraînement qu’elle occupait actuellement s’étendait sur 50 mètres dans toutes les directions. Les murs étaient faits d’un matériau qui absorbait le mana, le même que celui utilisé par les militaires.

Devant elle se trouvaient des cibles résistantes aux impacts, et des lignes blanches étaient tracées sur le sol. C’était des vestiges de l’entraînement qu’elle avait fait dans sa jeunesse, et elles s’estompaient à cause des effets secondaires des sorts et du fait qu’elle marchait dessus. C’était aussi parce qu’elle avait lancé des sorts ici d’innombrables fois.

D’abord, elle s’était tenue au centre et s’était calmée. Après avoir expiré, elle avait dégainé son katana.

La dernière fois qu’elle était à la maison, elle avait montré les résultats de sa magie à sa mère et Selva. Sa magie avait montré une amélioration qui avait dépassé les attentes de Frose.

Tesfia était toujours nerveuse devant sa mère, et avait du mal à lui parler, alors elle s’était préparée à ce qui serait une évaluation sévère… qui s’était avérée être raisonnable. C’est pourquoi elle avait senti des larmes couler quand sa mère l’avait félicitée la dernière fois. Pour elle, il était naturel de montrer ses notes à sa mère et de faire tester sa magie.

En fait, c’était elle qui avait demandé à s’inscrire à l’Institut. Elle voulait vivre la vie scolaire aux côtés d’Alice, ainsi qu’acquérir un rang digne de la noblesse.

Frose n’avait pas vu d’intérêt à ce que sa fille fréquente l’Institut, et c’était la raison pour laquelle Tesfia n’y serait jamais arrivée si elle n’avait pas elle-même fait quelque chose.

Mais maintenant, elle pouvait pratiquer sa magie à sa guise. Au fond d’elle, elle savait qu’elle allait devoir prouver sa valeur en affinant ses compétences.

Si elle était capable d’agir plus intelligemment en tant que jeune femme noble, alors elle n’aurait peut-être pas à porter ce genre d’anxiété avec elle. Mais Tesfia n’était pas douée pour répondre aux attentes de quelqu’un d’autre qui voulait qu’elle suive un chemin tracé pour elle… c’est pourquoi elle avait choisi l’autre option qui s’offrait à elle — montrer sa valeur à travers ses compétences de magicien.

Tesfia avait mis toute sa force dans ses bras comme pour se débarrasser de son hésitation et de son conflit. Sa volonté franche avait coulé dans le katana.

La formule magique gravée sur la surface de la lame s’était mise à briller en réponse.

* * *

Avec sa fille hors de la pièce, le bureau de Frose était aussi calme que d’habitude.

Cependant, l’atmosphère n’était pas tranquille, mais plutôt quelque chose de plus solennel. La raison à cela n’était autre que Frose elle-même, qui était silencieusement absorbée dans une enquête.

Elle avait utilisé chaque connexion du réseau de la famille Fable pour se concentrer sur sa tâche, et pourtant…

« Ça ne sert à rien…, » marmonna-t-elle soudain. Ayant essayé tous les moyens possibles, elle s’adossa à sa chaise et se pinça l’arête du nez.

« Veillez à ne pas trop vous fatiguer, » dit Selva en posant un verre glacé sur le bord du bureau.

Avec un simple merci, Frose avait porté le verre à sa bouche. « Selva, qu’en pensez-vous ? Après toutes ces recherches, je n’ai pu trouver que ce petit bout d’information sur cette fille Loki. Mais je n’ai pu trouver qu’un profil jeté à la hâte lors de la cérémonie d’entrée sur l’autre élève censé enseigner à Fia… cet homme, Alus. »

La seule silhouette sur l’écran était une fille aux cheveux argentés. Plus Frose la regardait, plus il sentait que quelque chose n’allait pas.

« C’est étrange…, » dit Selva.

« … Quand je pense qu’elle connaît le monde extérieur à son âge, » se dit Frose.

Selva fixait la fille sur l’écran avec des émotions compliquées tourbillonnant dans son esprit. Elle lui rappelait peut-être Tesfia.

Mais Frose nourrissait plus de confusion et de ressentiment qu’autre chose. Elle pressa son ongle contre sa lèvre et lut le texte détaillant les informations de la jeune fille. « C’est le peu qu’ils ont à montrer pour ce programme erroné d’éducation des orphelins au nom d’une puissance de combat peu coûteuse, » cracha-t-elle avec mépris.

Lorsque Frose était dans l’armée, le commandement avait discrètement mis en place ce qu’ils appelaient une « mesure de protection », qui consistait à prendre en charge les enfants de magiciens s’ils perdaient leurs parents.

Les enfants avaient eu deux choix : l’un était de vivre dans un orphelinat, et l’autre choix était de participer à un programme militaire pour devenir un magicien.

Mais il n’y avait pas vraiment de choix à faire. Pratiquement tous les décès de monstres étaient dus à des combats contre des Mamonos. Ceux qui avaient mis en place la mesure de protection avaient utilisé cette vérité pour faire pression sur les enfants.

Chuchotant à leurs oreilles, faisant appel à leur colère et à leur chagrin. En leur racontant comment les Mamonos avaient tué leurs parents, et qu’ils les aideraient à devenir assez forts pour les venger s’ils le voulaient.

Le résultat de ce programme était que tous les enfants de la première phase avaient été éliminés lors de leur première et unique mission dans le monde extérieur. Ce groupe comprenait même des enfants de moins de dix ans.

Frose avait retenu ses sentiments de regret et s’était empêchée de dire quoi que ce soit de plus.

« Et quelqu’un comme elle a ce genre de classement… c’est effrayant. »

« Oui, » dit Frose. « Elle doit avoir des talents, mais elle a sûrement dû surmonter d’innombrables contacts avec la mort… Le plus gros problème du programme de formation des magiciens était l’utilisation d’enfants encore immatures mentalement. Le moment où ils ont décidé cela a été le moment où leur salut a perdu toute signification. La question n’est pas de savoir s’ils feront d’excellents magiciens ou non. Pour être franche, je pense qu’il y a une chance sur un million que quelqu’un parvienne à s’adapter à cet environnement. »

Frose continua avec son mécontentement bien affiché, et éteignit l’écran d’affichage. « Ils ne pourront pas tenir en attisant simplement les flammes de la vengeance… surtout pas en première ligne dans la bataille contre les Mamonos. »

« Cela mis à part, cette personne est l’amie de Lady Tesfia, alors pourquoi ne pas l’inviter à la rencontrer ? »

Normalement, cette proposition avait de grandes chances d’être acceptée. Tesfia avait après tout dû amener Alice plusieurs fois.

Cependant… « Non, c’est lui qui m’intéresse le plus, » dit Frose en tapant sur quelques touches.

Cela avait fait apparaître le profil d’un certain Alus Reigin.

« Ah — le propriétaire original du bâton d’entraînement que Dame Tesfia a rapporté, » dit Selva.

« C’est une partie de la question, bien sûr, mais je suis plus intéressée par le fait que je ne peux pas trouver plus d’informations sur cet Alus, et à quel point son profil d’étudiant actuel est superficiel. »

« Oh, c’est curieux. »

Les VIP de nations étrangères et les informations secrètes sur les magiciens de haut rang étaient une chose, mais il était impensable que le réseau d’information de la famille Fable ne soit pas capable de glaner la moindre information sur un étudiant normal.

Frose déclara. « Et il est à l’Institut qui est sous la direction de Cisty… les choses ont pris une tournure étrange. »

Il y avait trop d’éléments inexpliqués pour qu’un simple fils de famille noble s’inscrive à l’Institut avec des notes moyennes, et interfère avec la formation de sa fille.

Frose se leva et quitta la pièce, comme si elle allait confirmer un de ses soupçons. Selva, bien sûr, avait suivi derrière elle.

Elle s’était dirigée vers le côté opposé du manoir. En passant par l’escalier central, elle s’était dirigée vers le balcon.

Les terres étaient bien visibles d’ici. Et les yeux de Frose étaient fixés sur un seul endroit de son vaste territoire — le terrain d’entraînement où Tesfia pratiquait sa magie.

« Je vais être honnête, je reconnais qu’elle a énormément progressé depuis le peu de temps qu’elle est à l’Institut, » dit-elle, tout en observant Tesfia en action. Mais son expression était comme toujours restée inchangée.

Alors que Frose prétendait reconnaître la croissance de sa fille, elle savait que ce genre de croissance ne serait d’aucune utilité. Elle n’avait autorisé l’admission de Tesfia à l’Institut que parce qu’elle l’avait suppliée. Pour Frose, cela ne devait être qu’un bref répit avant qu’elle ne fasse étudier Tesfia pour devenir le prochain chef de famille.

Les notes et les améliorations en magie venaient ensuite, et si Tesfia faisait des erreurs, Frose avait même envisagé de les utiliser comme excuse pour la faire quitter l’Institut.

Mais Tesfia avait des résultats raisonnables. Frose avait craint qu’en allant à l’Institut sans le minimum de talent pour la magie, elle ne fasse que traîner le nom de la famille dans la boue. Cependant, les efforts de sa fille avaient balayé ces doutes.

« Je suis du même avis. LS croissance est vraiment stupéfiante. Cependant, c’est pourquoi… »

Même sans aucun favoritisme (non pas que Frose en fasse preuve), Tesfia s’était considérablement améliorée. On pouvait le constater rien qu’en la voyant manifester la magie transmise par la famille Fable, l’épée de glace.

Le moulage de l’épée de glace et la force de sa construction changeaient en fonction de l’expérience et du développement de l’utilisateur. Elle avait perdu sa beauté presque artistique d’avant, mais elle était maintenant aiguisée pour couper plus facilement son ennemi, et la lame elle-même était plus longue. Elle était maintenant plus optimisée pour le combat contre les Mamonos, ce qui la rendait complètement différente de ce qu’elle était avant de s’inscrire à l’Institut.

Mais c’est pourquoi les soupçons de Frose avaient grandi.

Tesfia s’était concentrée sur la création de l’épée de glace, ignorant complètement qu’elle était observée depuis le balcon au loin.

Une fois que l’épée avait fait sa pleine apparition, Frose avait rétréci ses yeux. « Elle a encore changé. Une forme plus tranchante… et plus mortelle. »

La longue lame était froide, dure, tranchante et plus adaptée au combat vivant, comme si elle était une condensation de la rationalité, la transformant en une épée capable de faucher des vies de la manière la plus rapide possible. En moins d’un mois, Tesfia avait encore plus grandi.

Normalement, il faudrait s’en réjouir. Mais selon les informations que Frose avait pu obtenir, certains des étudiants avaient été pris dans l’incident à l’Institut. Les noms de Tesfia et d’Alice avaient été mentionnés à ce sujet.

Elle n’avait pas encore sérieusement coincé sa fille, mais Frose savait la vérité rien qu’à son attitude. C’est pourquoi elle pouvait naturellement comprendre ce qui était arrivé à sa fille pendant cette courte période.

Pendant ce temps, Selva déclara avec admiration. « Elle a dû étudier très dur. Avec son expérience qui se manifeste si honnêtement dans sa magie… la jeune miss a dû se frayer un chemin à travers de sacrées épreuves. »

La croissance de Tesfia l’avait ému, mais en même temps, il avait ressenti une pointe de solitude. La jeune fille devant lui était très différente de la Tesfia plus jeune qu’il avait connue.

Selva expira avec un soupir, montrant les sentiments que seule une personne âgée peut ressentir en regardant un jeune arbre grandir sous ses yeux.

« C’est vrai, mais il n’est pas nécessaire qu’elle apprenne tout. Entrer dans le monde extérieur en tant que magicien n’est pas le seul moyen pour un noble de gagner de l’influence dans l’armée… il est peut-être temps d’en finir. »

Frose avait hésité pendant un moment. Mais elle était déjà arrivée à la conclusion qu’il était temps pour sa fille de faire un choix. Elle savait que la réalité était dure, et qu’il y avait des choses que le talent et les efforts normaux ne pouvaient pas surmonter.

Parce qu’elle connaissait le Monde extérieur, Frose pouvait anticiper l’avenir de Tesfia et le planifier. C’était grâce à sa capacité à envisager des années et des décennies dans le futur qu’une décision devait être prise maintenant.

Comme elle l’avait fait dans le passé…

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire