Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 4 – Chapitre 17 – Partie 1

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 17 : Le Tea Party des aristocrates

Partie 1

Tesfia faisait ses adieux douloureux à Alice à l’entrée du dortoir.

Elle était confrontée à son plus grand défi : rentrer chez elle, où sa mère l’attendait.

Lorsqu’elle était rentrée chez elle pendant les vacances d’été, son séjour avait été écourté par l’attaque de l’Institut.

Hier, elle avait reçu un message de sa mère lui demandant de revenir à la maison, maintenant que l’incident était terminé. En se basant sur la personnalité de sa mère, Tesfia avait imaginé qu’elle voulait plus qu’un simple rapport sur la situation actuelle. Elle ne pouvait pas cacher sa tristesse. Le simple fait d’être avec sa mère était douloureux.

Sa mère, Frose, avait été un général, menant des magiciens sur des missions d’extermination à grande échelle. Après cela, elle avait servi en tant qu’instructrice, entraînant les magiciens au combat réel.

C’est pourquoi elle était particulièrement stricte avec ceux qui voyageaient sur le chemin de la magie, elle n’avait même pas fait preuve de pitié envers sa propre fille.

Elle s’était retirée quand sa carrière avait atteint un bon point d’arrêt. Selon Frose, c’était parce qu’elle avait formé un bon remplaçant.

Mais du point de vue de Tesfia, elle pensait que c’était probablement parce que son père avait perdu la vie lors d’une mission dans le Monde extérieur. Par conséquent, ils étaient réduits à une famille de deux personnes, et c’était probablement la raison pour laquelle sa mère était si stricte.

Tesfia avait sa fierté en tant que membre de la noblesse, et elle avait fait des efforts dignes de ce nom, mais peu importe ses efforts, elle pouvait compter sur une main le nombre de fois où sa mère lui avait gentiment tapé sur la tête. Peu importe ses résultats à l’Institut, ce n’était jamais assez pour sa mère.

Dernièrement, elle était devenue encore plus dure avec Tesfia, c’est pourquoi Tesfia hésitait à rentrer chez elle pour la deuxième fois.

« Bon, alors… J’y vais. »

« Mais au moins, il n’y a pas eu de problèmes avec tes notes quand tu es rentrée chez toi la première fois. Pas vrai ? »

« Oui, mais elle a posé beaucoup de questions… »

« Je vois. Après tout, nous ne pouvons pas parler d’Al, » dit Alice. Elle avait appris de première main à quel point Frose était stricte. Si Frose persistait à demander des informations sur Alus, Alice pouvait imaginer que Tesfia cède à sa mère.

Mais en réalité, Alus n’était pas la seule chose dont Tesfia devait s’inquiéter.

Tesfia secoua légèrement la tête, toujours avec une expression sombre, devant l’inquiétude de son amie. « Mais tu sais, il n’y a pas que ça… en fait, peu importe. OK, on se voit plus tard ! » Se montrant aussi joyeuse qu’elle le pouvait, Tesfia entra dans le Cercle de Transport.

Contrairement à sa première visite chez elle, elle n’avait pas eu besoin de porter beaucoup de bagages. Tout ce qu’elle avait apporté cette fois-ci, c’était son katana. À partir d’ici, elle traversera plusieurs villes et prendra une voiture à mi-chemin. Bien sûr, la source d’énergie de cette voiture était le mana artificiel.

Bien que ce type de véhicule soit devenu courant récemment, ils étaient encore chers et seuls les riches pouvaient se les offrir.

Après avoir traversé un certain nombre de Cercles de Transport, Tesfia laissa échapper un soupir pour la énième fois aujourd’hui, elle s’inquiétait de ce qu’elle devait rapporter à sa mère au sujet de l’incident. Plus elle se rapprochait du domaine des Fables, plus sa vitalité s’échappait avec ses soupirs.

Au début, elle avait réussi à se remonter le moral en se promenant dans les villes animées, mais à l’approche de Babel, cette vision avait commencé à changer.

En traversant deux ou trois autres Cercles de Transport, elle arriva à la ville la plus au nord du district de la classe moyenne, une zone bordée de magasins de luxe. C’était, cependant, là où vivaient les rangs inférieurs des riches.

Cela dit, il y avait quand même une abondance de lampadaires dignes d’un quartier riche, éclairant les gens qui marchaient dans les rues la nuit.

Les maisons étaient conçues pour mettre en valeur la classe et le standing de ceux qui y vivaient, et les jardins étaient magnifiquement entretenus.

La vue de ce quartier pesait sur Tesfia, et le malaise qu’elle ressentait se transformait en une anxiété plus profonde.

Après avoir rencontré Alus, elle s’était rendu compte de la chance qu’elle avait, et de l’insouciance de sa vie. Je parie que la plupart des gens ici n’ont même pas vu un Mamono. Empruntant les mots d’Alus cette fois-là, Tesfia s’était dit ceci.

« Désolé de vous avoir fait attendre, jeune fille. »

Soudain, elle avait entendu une voix familière. Ça l’avait fait sursauter, mais elle s’attendait déjà à ce qu’il soit là.

C’était le majordome de longue date de la famille Fable, Selva Greenus. Le vieux majordome, avec son expression douce, ses cheveux gris et son costume noir, avait élégamment posé sa main sur la porte de la voiture pour l’ouvrir.

« Merci de m’accueillir, Selva. »

Cet homme était au service de leur famille depuis avant la naissance de Tesfia, et vous auriez su qu’il était âgé rien qu’en regardant ses cheveux gris. De plus, il avait des rides profondes sur le visage, signe de son âge avancé et de toute une vie d’expériences.

Il avait une silhouette haute et mince, et son dos était toujours droit, l’image même d’un majordome raffiné. Ses cheveux gris montraient son âge, mais ils ne faisaient qu’accentuer l’élégance qu’il dégageait.

Selva était autrefois un magicien. Ou plutôt, sa position était un peu spéciale, il pouvait utiliser la magie, mais il n’avait jamais pris le titre officiel de magicien.

Au début, il avait été engagé comme garde pour la famille Fable, mais au fil du temps, il avait reçu des tâches supplémentaires, jusqu’à ce qu’il s’installe dans un poste de majordome. À présent, la garde n’était plus qu’une fonction secondaire de son travail.

Quoi qu’il en soit, Selva s’était spécialisé dans le combat contre les gens, et bien qu’il ait passé l’âge physiquement, son style de combat utilisant la magie était resté aussi raffiné que jamais. Ce vieil homme était bien plus capable qu’un jeune garde au visage frais.

« J’ai entendu dire que l’incident survenu était désastreux. Mais heureusement, rien de grave ne semble s’être produit. »

Voyant Tesfia baisser la tête, Selva caressa sa barbe et la regarda avec douceur. « Oh, tout va bien. Je suis seulement heureux que rien ne soit arrivé… Je suis sûr que vous êtes fatiguée, entrez s’il vous plaît. »

En montant dans la voiture magique, Tesfia s’était sentie flotter. Comme la voiture utilisait le mana comme source d’énergie, le système était incroyablement souple, empêchant toute sensation de tremblement. Les pneus appartenaient au passé, car grâce au mana artificiel, le châssis de la voiture planait légèrement au-dessus du sol.

Dans le domaine humain, il y avait des inventions et des biens futuristes mélangés à des technologies plus anciennes.

Si l’apparition des Mamonos avait entraîné un déclin de la civilisation humaine, la recherche de moyens pour mieux les combattre avait permis de faire de nombreuses découvertes technologiques. Malgré cela, certaines technologies anciennes étaient encore utilisées, donnant à la culture un charmant mélange d’ancien et de nouveau. Par exemple, les chevaux étaient encore utilisés pour les déplacements des magiciens dans le monde extérieur.

« Jeune fille, lors de votre dernière visite, je vous ai dit que vous étiez devenue très belle. Et que les traits de votre visage sont de plus en plus beaux au fil du temps, tout comme Maître Frose… »

« Oui… mais vous n’exagérez pas ? Je ne suis partie à l’Institut que quelques mois auparavant. »

En laissant de côté les doutes de Tesfia, Selva, qui avait servi la famille Fable depuis sa jeunesse, avait souri. Il ressemblait à un grand-père se réjouissant de la croissance de sa petite-fille.

Pendant ce temps, Tesfia avait semblé devenir mal à l’aise dès que le nom de sa mère avait été mentionné, car son expression semblait déprimée.

Sentant ses sentiments, Selva déclara calmement. « Non, même pas. Je le sais très bien… les jeunes grandissent vite, et Lady Tesfia mûrit d’une manière différente de celle de Maître Frose. C’est pourquoi je suis vraiment heureux. »

Selva lui adressa un sourire significatif et ajouta. « C’est un secret vis-à-vis de Maître Frose, » avec un clin d’œil et un doigt levé.

« … Merci. » Comme prévu, Tesfia n’avait pas pu cacher son angoisse au majordome d’âge mûr. Mais finalement, tout ce qu’elle avait pu lui offrir, c’était un sourire amer en réponse.

Selva, à la place du conducteur, avait rapidement jeté un coup d’œil à Tesfia dans le rétroviseur. « Ce n’est pas seulement moi. Maître Frose s’inquiète aussi chaque fois qu’il se passe quelque chose. »

« Vraiment ? »

En réalité, Tesfia et Frose n’avaient pas toujours été en mauvais termes. En raison de la position de Frose dans l’armée, elle était simplement stricte lorsqu’il s’agissait du sujet de la magie.

Cependant, c’était suffisant pour que Tesfia commence à penser négativement à sa mère. Quand Selva lui avait dit quelque chose comme ça, elle n’avait pas pu s’empêcher d’être heureuse, même s’il était naturel pour une mère de s’inquiéter pour son enfant.

Grâce à cela, l’atmosphère oppressante dans la voiture commença à se détendre, et Tesfia repoussa dans un coin de son esprit les défis qu’elle ne manquerait pas de rencontrer en arrivant chez elle. Elle s’était égayée grâce à la conversation légère avec Selva, mais elle n’avait aucun moyen de savoir que c’était grâce à sa maîtrise de l’art de la conversation.

Une fois qu’ils furent assez proches pour voir le domaine de la famille Fable, Selva se racla la gorge et changea de sujet. « Alors, jeune fille, à propos de ce sujet… »

L’expression de Tesfia s’est soudainement figée.

« Maître Frose en a parlé parce qu’elle se soucie de vous. Bien sûr, elle connaît aussi la raison pour laquelle vous vous êtes inscrite à l’Institut… »

« Je sais ! Je sais… Je comprends que c’est quelque chose qu’on ne peut éviter en tant que membre de la noblesse ! Mais… ! » dit-elle d’une voix tremblante. Tout ce qu’elle avait à faire était de devenir un magicien accompli et de prendre la tête de la famille.

Pourtant… lorsque sa mère avait abordé ce sujet lors de sa première visite à la maison, Tesfia savait qu’elle n’attendait rien d’elle à ce moment-là.

Alors que ces pensées tournaient dans sa tête, la voiture magique passa les portes menant au domaine des Fables. La voiture magique avait une route faite spécialement pour elle, avec des arbres bordant la route de chaque côté. Cela ressemblait à d’autres domaines que l’on peut voir dans les districts de classe moyenne et supérieure.

Cela dit, le manoir lui-même était si loin qu’on ne pouvait pas le voir depuis les portes. La raison en était que le domaine de la famille Fable faisait environ la moitié de la taille du Second Institut de Magie.

Lorsque le manoir, un bâtiment presque aussi grand que la structure principale de l’Institut, arriva en vue, il n’y avait plus de conversation dans la voiture. Une atmosphère douteuse avait pris sa place, et c’est Tesfia qui en était responsable. Sa poitrine picotait de douleur pour avoir haussé le ton face à Selva.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire