Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 4 – Chapitre 16 – Partie 9

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 16 : Désir ardent

Partie 9

Normalement, cela signifie qu’il ne peut pas être analysé à l’aide de la technologie actuelle, ou qu’il ne peut pas être soumis à l’analyse en raison de circonstances particulières.

Il peut s’agir, par exemple, d’un produit issu du marché noir qui ne peut être fabriqué par des moyens normaux et qui est donc illégal. Il pourrait même s’agir d’un matériel qui entraînerait une sanction s’il était identifié et en possession d’une personne.

D’après la déclaration de Budna, il semblerait que ce soit le premier cas, quelque chose qu’un artisan moyen ne pourrait pas analyser. Mais le propriétaire de la boutique avait également l’impression que la substance n’avait pas été acquise par des moyens normaux, ce qui en faisait un matériau très douteux. « Je pensais te le montrer la prochaine fois que tu te monteras ici. Alors, tu la reconnais ? »

Alus avait manipulé le lingot d’or et l’avait examiné attentivement. Il ne semblait pas être un minéral normal, mais il ne pouvait pas vraiment le dire. « Vieil homme, combien en veux-tu ? »

« Je ne me bats pas pour l’argent. Alors prend juste le prix moyen d’un matériau qui traîne ici. En retour… »

« Je sais. Si je parviens à analyser ce minéral, je te demanderai de faire un AWR avec, » dit Alus. Il avait sorti son permis, qui servait également de carte de crédit, et l’avait présenté au terminal de paiement.

Voyant cela, Budna avait rapidement travaillé sur la caisse. Le numéro qui était apparu avait six zéros après lui.

« — !! » avait réagi Alice.

« C’est autant que ça !? » s’écria Tesfia.

« Ce magasin ne vend que des produits de haute qualité. Le truc que tu as ramassé tout à l’heure coûte aussi cher, » lui avait dit Alus.

« Sérieusement ? »

« Au minimum, il coûte plus que le salaire annuel d’un magicien moyen. »

Cela dit, ce qu’Alus avait acheté n’était pas de l’ordre d’un revenu annuel, mais plutôt de l’ordre de l’achat d’une maison. Mais selon le résultat de l’analyse, cela pourrait valoir beaucoup plus.

Cependant, il se ferait remarquer s’il le ramenait chez lui comme ça, alors Budna avait mis le lingot dans une boîte en bois ordinaire.

Les yeux du vieil homme n’étaient pas seulement illuminés par l’éclat doré du lingot, mais aussi par l’espoir qu’avec celui-ci, il serait capable de réaliser sa plus grande œuvre. Il avait l’esprit d’un véritable artisan, pensa Alus, en disant à Budna. « Je te reverrai bientôt. »

Il avait ensuite quitté le magasin avec les deux filles à ses côtés.

Le temps s’était écoulé avant qu’ils ne le sachent. Il commençait à faire sombre dehors. À cette heure de la journée, Folen prenait un visage différent. La rue principale était soudainement bordée de stands, et la ville qui sentait le fer avait complètement changé. Contrairement aux heures du jour, la rue principale était animée, et on aurait pu croire qu’il y avait un festival en cours.

La nuit, les artisans de la ville industrielle avaient installé des stands de vente d’accessoires et de marchandises diverses, comme activité secondaire et pour faire une pause. Résultat, la rue principale était éblouissante et voyait affluer la clientèle féminine.

« Vous pouvez trouver des accessoires plus robustes ici, plutôt que dans l’une de ces boutiques là-bas. Les étals de ce genre peuvent aussi offrir de bonnes affaires inattendues… » Alus était d’avis que plus une chose était solide, mieux c’est, ce qui était un état d’esprit complètement différent de celui des femmes orientées vers la mode.

Mais pas un seul mot de ce qu’il avait dit n’avait de toute façon atteint les filles, car elles étaient totalement fixées sur la visite de tous les étals.

« N’est-ce pas magnifique, Fia ? » Même les mots d’Alice n’avaient pas été entendus. Tesfia courait de stand en stand, se léchant les babines devant les marchandises exposées.

« Bon sang… » Avec un regard abasourdi, Alice se tourna vers Alus, mais en réalité, elle semblait tout aussi impatiente que Tesfia.

Un simple coup d’œil avait suffi pour que même Alus devine ce qu’elle voulait. « C’est bien, mais ne vous perdez pas. » Ils étaient après tout sur le chemin du retour, et il avait dit que tout irait bien, alors Alus avait décidé de les suivre discrètement.

Alice était excitée, mais Tesfia fixait littéralement tout ce qui l’entourait et courait partout. Alus en avait eu assez et avait décidé d’attendre au milieu de la rue.

Par conséquent, il était resté au milieu de la route sans rien faire pendant un certain temps, tandis que les deux filles partaient dans tous les sens dès qu’elles repéraient quelque chose d’intéressant.

Finalement, elles s’arrêtèrent soudainement. Alus le remarqua et se dirigea vers l’échoppe qui semblait avoir attiré leur attention. Il s’agissait d’un simple étalage composé de marchandises placées sur un tissu posé sur une planche.

Cependant, les marchandises colorées elles-mêmes intéressaient les filles au point qu’elles s’étaient accroupies pour les regarder de plus près.

« Hey, vieil homme, combien pour ça ? » Tesfia avait pris une jolie barrette et l’avait demandée au propriétaire de l’échoppe d’une voix vive.

Le propriétaire semblait un peu trop jeune pour être appelé « vieil homme », mais il ne montrait aucun signe de contrariété en levant trois doigts.

La monnaie utilisée par l’humanité s’appelait le Deld. Les pièces étaient faites de cuivre, d’argent et d’or, et leur valeur était respectivement de 500, 5 000 et 10 000 Delds.

Il y avait aussi des billets de 100 Deld en papier, et des demi-billets d’une valeur de 50 Delds.

Mais avec l’augmentation du nombre de magiciens, il restait peu de pièces et de billets en circulation. Il était désormais courant d’utiliser une carte d’argent, ou une licence si vous en aviez une, pour payer.

L’homme levait trois doigts, et normalement on imagine que ça veut dire 3 000 Delds. « C’est 30 000 Delds. »

« — !! C’est cher, » s’exclama Alice, sur un ton de frustration.

Tesfia, de son côté, avait calmement remis la barrette en place.

« Désolé, mais si je vais plus bas, je vais perdre de l’argent. » Le propriétaire avait souri ironiquement. C’était vraiment le mieux qu’il pouvait faire, et il avait presque l’air de s’en excuser.

Alus, arrivé à l’étalage, interpella Tesfia avec sarcasme. « Tu es de la noblesse, alors ne soit pas si radine. Je parie que tu as plus qu’assez d’argent de poche pour ça. »

« Je n’ai pas assez d’argent pour faire des folies. Je suis une étudiante qui travaille, tu sais ! »

En entendant une réponse aussi raisonnable, même Alus s’était tu.

Trente mille Delds suffisaient à un adulte pour vivre pendant un mois. Plus on était proche de la ligne de défense, moins le terrain était cher, et plus on s’en éloignait, plus il devenait cher. Pour un endroit comme celui-ci, le loyer serait d’environ 40 000 Deld. C’est aussi le salaire mensuel moyen d’un non-magicien.

Un magicien gagnait environ 400 000 Delds par mois, et ceux qui travaillaient dans le monde extérieur recevaient également des primes en fonction de leurs résultats. Avec ces circonstances à l’esprit, un achat de 30 000 Deld n’était pas bon marché.

Cependant, même Alus pouvait dire que la pince à cheveux choisie par Tesfia était un accessoire de bonne qualité. Même sans la beauté de l’artisanat, elle était très résistante et ne se casserait pas facilement. Son créateur devait être un forgeron d’AWR, car elle était faite du même type de matériau que celui utilisé pour fabriquer les AWRs, sans entraver le flux de mana.

Tesfia regarda à nouveau la barrette avec envie. Alice, qui avait eu une discussion similaire avec le propriétaire de l’étal, remit tristement le bracelet qu’elle avait ramassé.

Cet étalage vendait des choses plutôt chères, s’était dit Alus. Ce qui signifiait qu’il avait probablement fait beaucoup de ventes. Le prix de ce genre d’objets dans les autres échoppes n’était que de quelques milliers de Deld.

Les étals proposaient parfois des articles coûteux comme celui-ci, mais ces prix étaient un peu élevés. Mais d’après le jugement d’Alus, ce genre d’article coûterait deux fois plus cher dans les magasins. En ce sens, les deux filles avaient un bon sens de la qualité.

C’est alors qu’Alus repéra un étui aux pieds du propriétaire. « Hm ? Qu’est-ce que c’est ? » Puisqu’elle était à ses pieds, elle n’était peut-être pas à vendre, mais elle avait attiré l’attention d’Alus.

« Je vois que vous faites des observations astucieuses. Je pensais que cela coûterait trop cher pour le vendre sur mon étal, et je ne voulais pas le mettre avec les autres marchandises. »

À l’intérieur de l’étui se trouvait un pendentif. Il avait une chaîne en argent finement travaillée, et la boule ressemblant à une pierre précieuse était d’un blanc nuageux. Sa taille était à peu près celle d’un ongle de pouce.

Il était difficile de la qualifier de belle. Mais Alus avait laissé échapper un gémissement en réalisant ce qu’était la boule. « Cette boule est un type de pierre magique, hein. »

« — !! Qui êtes-vous au juste ? Ce n’est pas quelque chose que l’on trouve par ici. »

L’observation du propriétaire était juste. Les pierres magiques étaient le plus souvent portées par les magiciens en mission dans le monde extérieur, par nécessité. Bien qu’elles ne soient pas incorporées dans les AWRs, les pierres précieuses à forte conductivité de mana étaient appelées pierres magiques. Beaucoup d’entre elles avaient la propriété de confiner le mana en leur sein, et elles étaient traitées en fonction du type de pierre.

La boule du pendentif était d’une couleur blanche floue à l’intérieur. Alus avait prédit que la pierre de mana serait classée comme une pierre de sceau. Les pierres de sceau fonctionnent en scellant le mana d’une personne à l’intérieur, et peuvent être utilisées comme leurres pour confondre les Mamonos. C’était très pratique pour échapper à de nombreux Mamonos.

La raison pour laquelle le propriétaire avait dit que vous ne pouviez pas la trouver par ici était simple. Ce genre de pierre de mana était fabriqué comme des munitions militaires. En transformer une en décoration était extrêmement rare.

« Je crois que c’est la première fois que j’en vois une utilisée ainsi comme accessoire, et la matière première est différente de ce qu’utilisent habituellement les militaires, n’est-ce pas ? » demanda Alus.

« C’est exact. »

Ce qui signifie qu’il n’y avait pas à se plaindre de cet objet. Alus n’avait pas non plus oublié de trouver un cadeau pour Loki. Non seulement c’était inhabituel, mais il pensait aussi que c’était une idée intéressante.

Mais lorsqu’il s’agissait d’accessoires, la gemme elle-même était insuffisante. Même s’il ne cherchait pas quelque chose d’aussi cher que ce que la noblesse préférerait, il trouvait qu’une couleur blanche terne manquait de beauté.

Voyant Alus plongé dans ses pensées, le propriétaire avait commencé à décrire sa marchandise de manière ambitieuse. « La pierre précieuse est ce qu’on appelle une calderite. » C’était un quartz spécial, de haute pureté. Non seulement c’était une pierre de sceau, mais elle était aussi utilisée pour identifier l’affinité d’un magicien. « C’est un produit de première classe qui a été fait avec beaucoup de talent. La chaîne est faite de Mithril, et elle a été conçue par un artisan de premier ordre. Pourtant, vous avez vu clair dans son jeu. »

Le propriétaire s’était penché, la main sur la bouche, et avait murmuré. « L’obscurité à l’intérieur répond au mana qui y circule, et s’illumine en fonction de l’attribut. Par exemple, l’attribut Eau le rendrait d’un bleu profond… »

« C’est intéressant, mais ça ne durerait pas longtemps comme ça, » déclara Alus.

Une fois que le mana était hors du corps, l’information commençait à se décomposer. En d’autres termes, à mesure que le temps passait, les résidus de mana finissaient par disparaître. Les pierres de sceau étaient à l’origine faites pour contenir du mana, mais même celles utilisées comme leurres dans l’armée ne duraient qu’un jour tout au plus.

« Ils ont pensé à ça. La surface a été recouverte pour maintenir le mana de façon semi-permanente. Ainsi, une fois que vous aurez fait passer votre mana à travers, la couleur restera la même après avoir changé. »

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire