Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 4 – Chapitre 16 – Partie 8

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 16 : Désir ardent

Partie 8

Sur le chemin du retour, Alus s’était arrêté à Folen comme il l’avait dit. Même s’ils prenaient leur temps, ils ne devraient pas rentrer trop tard. Et puis, c’était peut-être le meilleur moyen de se défouler.

Mais comme prévu dans une ville prospère, il faudrait plus d’une journée pour faire le tour des magasins. Alors qu’Alus pensait qu’ils devraient réduire leur choix, il s’était rendu compte que ces deux-là ne le suivaient pas.

« Fia, qu’est-ce que tu crois que c’est ? »

« Hmm… Je ne sais pas. »

Les deux femmes étaient pressées contre une vitrine, regardant les marchandises à vendre avec des visages confus. Dans la vitrine se trouvaient des pièces de monnaie gravées de formules magiques circulaires.

« Ce sont des signaux de fumée. Dans l’armée, ils sont utilisés pour demander des renforts, ou indiquer aux autres leur position. Il y en a aussi qui peuvent être utilisés comme écrans de fumée contre les Mamonos. »

« Vraiment ? » dit Alice.

« Alors cet endroit a même des choses comme ça… » Tesfia s’émerveilla.

Il s’agissait de biens de consommation bon marché, mais les articles de qualité supérieure étaient vendus à des prix plus élevés et, comparés aux articles de qualité inférieure, ils pouvaient être vendus dix fois plus cher. Mais lorsque vous achetez ces articles, il est courant d’acheter dans des magasins qui servent l’armée. Si vous étiez trop économe, vous pouviez vous retrouver avec des outils qui ne fonctionnaient pas correctement lorsque vous en aviez le plus besoin, ou même avec des outils qui explosaient avant que vous puissiez les utiliser.

Les personnes familières avec les formules magiques pouvaient juger de la qualité en regardant les gravures, mais cela dépassait les capacités d’un magicien normal.

Tesfia et Alice ne semblaient pas vouloir acheter quoi que ce soit, mais cela ne les empêchait pas de regarder les vitrines chaque fois qu’elles voyaient quelque chose qui attirait leur attention.

Alus avait rapidement réalisé qu’ils n’arriveraient jamais à rien si cela continuait. C’est pourquoi — « Je vais dans un magasin où je suis un habitué, alors retrouvons-nous à la porte de transfert dans une heure. »

« Ne me laisse pas derrière ! Je viens aussi, » dit rapidement Tesfia.

« Moi aussi ! » dit Alice.

Elles avaient immédiatement déclaré qu’elles allaient le suivre, dès qu’il l’avait dit. Alus haussa les épaules, et décida d’enfoncer le clou. « Ça ne me dérange pas, mais ça va être ennuyeux. » Il savait que c’était probablement inutile. Vu les étincelles dans leurs yeux, tout ce qu’elles voyaient devait être nouveau pour elles.

Après cela, il avait emprunté une ruelle étroite et s’était dirigé vers une boutique familière au bout de la rue.

La boutique était située dans un vieux bâtiment décrépit qui, de l’extérieur, ressemblait à une résidence normale.

Les deux filles avaient poussé des cris soudains, car elles pensaient qu’Alus était en train de s’introduire dans la maison.

Lorsqu’il avait ouvert la porte en bois, la cloche avait retenti d’un son sourd. Il s’agissait d’une ville industrielle, et le fait qu’un bâtiment comme celui-ci existe encore était assez remarquable. Selon le propriétaire lui-même, c’était parce qu’il avait du charme.

« Vieil homme, es-tu là ? »

« Cette voix est… oh, c’est juste toi. » La voix vigoureuse d’un vieil homme provenant des profondeurs du magasin avait répondu à Alus.

Du point de vue de l’âge, il ne serait pas étrange de le voir marcher avec une canne, mais cet homme n’en aura pas besoin avant longtemps. Un feu brûlait toujours dans ses yeux.

Le vieil homme avait lancé à Alus un regard déçu et une réponse grossière, mais Alus l’avait ignoré. Après tout, cela arrivait chaque fois. Pour autant qu’il le sache, le vieil homme faisait la même chose à tous ses clients. Mais il n’était pas sénile ou quoi que ce soit, il avait en fait une mémoire fantastique pour son âge.

Le nom complet de celui que le voisinage appelait « le vieux » est Budna Yorts. Il était une sorte de technicien AWR bien connu à Folen.

« Comment se portent les affaires ces derniers temps ? »

« Eh bien, cela a été très déroutant. Depuis un mois, lorsque nous avons reçu de Rusalca des AWRs de conception nouvelle, les marchandises affluent à un rythme effréné. »

« Est-ce si différent ? »

Le vieil homme était particulièrement bien informé de l’actualité de Folen. De plus, il était un forgeron AWR extrêmement compétent. Il avait travaillé dans le département de production des AWRs de l’armée dans sa jeunesse, et même après avoir quitté ce département, il avait utilisé son savoir-faire pour s’en sortir. Il était connu comme un maître artisan dans les bons cercles.

« Non, ils ne sont pas si différents des autres. Mais c’est plutôt les types d’AWRs qu’un Single ou un Double utilise qui sont produits en masse. En ce moment, un AWR de type livre de magie, comme celui utilisé par ce Single. Quel était son nom déjà ? En tout cas, il est très populaire en ce moment. Même si seule une fraction peut l’utiliser pleinement. »

Budna avait le nez fin quand il s’agissait d’affaires. Les Doubles étaient suffisamment reconnus par le public comme ça, mais les Singles étaient admirés de tous. Par conséquent, le type d’AWR qu’ils utilisaient s’était transformé en quelque chose comme des marques. Bien sûr, le matériau utilisé était différent afin de réduire le coût.

« Donc je suppose que les autres magasins sont dans un marasme ? »

« On pourrait le croire… n’est-ce pas ? » Budna avait un regard acéré sous ses longs cils.

Le flot d’AWRs en provenance de Rusalca aurait dû semer la pagaille sur le marché, mais Budna ne semblait pas s’en émouvoir. « Bien sûr, c’est un coup dur pour les artisans AWR peu impressionnants. Mais bizarrement, l’achat d’articles militaires a augmenté à peu près au même moment. En fait, à vue de nez, nous sommes plus prospères que jamais. »

« C’est bien, non ? Je doute que ça dure longtemps de toute façon. »

Tous les artisans du coin étaient fiers de leurs compétences. Ils pouvaient facilement surmonter des problèmes mineurs comme celui-ci. En fin de compte, le monde des artisans était un endroit où les compétences l’emportaient sur tout, et Alus le savait aussi.

« Ce n’est pas une mauvaise chose, bien sûr. Mais il y a des choses que l’on obtient quand on fait des affaires ici. Ce que j’entends, c’est que ce ne sont pas des soldats qui font les achats ni un courtier qui s’est installé ici. Il semble qu’ils évitent les yeux du public, passent de grosses commandes et achètent les marchandises. C’est organisé et en grand nombre. Je ne sais pas ce qu’ils cherchent, mais il serait difficile de ne pas les remarquer quand ils sont aussi actifs. »

« Ne font-ils pas simplement des investissements dans un produit populaire ? » demanda Alus.

« On pourrait le croire. Mais en seulement deux semaines, assez de marchandises pour quatre mois ont été achetées ici à Folen. »

C’était en effet suspect. L’armée n’étant pas liée à l’achat, il s’agissait peut-être d’un colporteur sans base au sein de la nation. Néanmoins, il n’était pas naturel pour eux d’acheter autant. « Je vois. Je vais garder cela à l’esprit. Alors, puis-je voir ce nouvel AWR ? »

« Nan, tu n’en trouveras probablement plus dans cette ville. »

« Oh, » dit Alus, d’une voix déçue. Ayant vu ses ambitions de recherche remuées, entendre cela le décourageait.

« Eh bien, ne t’inquiète pas. L’AWR que tu utilises est mon plus grand chef-d’œuvre. Tu n’as pas besoin de le remplacer. Et même si j’essayais de le produire en masse, tu es bien le seul à pouvoir l’utiliser. »

Comme Budna l’avait dit, l’AWR d’Alus, la brume nocturne, était une œuvre commune réalisée par les deux hommes. Utilisant les technologies les plus avancées, chaque anneau avait été soigneusement fabriqué et gravé avec des formules magiques superfines.

En raison de la difficulté à la manipuler, la Brume nocturne était extrêmement pointilleuse quant au choix de son porteur. Si quelqu’un qui ne comprenait pas l’essence des Sorts Perdus essayait de l’utiliser, il aurait du mal à activer un sort.

« Hein, c’est vous qui avez fabriqué l’AWR d’Al ? » Alice, qui était en train d’examiner attentivement les marchandises du magasin, avait été surprise.

« Oui, mais c’était une collaboration. Il a gravé les formules magiques pendant que je fabriquais l’AWR. »Budna ferma les yeux et rayonna d’autosatisfaction en se remémorant le moment où il avait terminé son chef-d’œuvre.

Pendant qu’il le faisait, Tesfia avait pris l’une des marchandises à vendre.

Au moment où elle l’avait fait, les yeux de Budna s’étaient ouverts. « Hé ! Ne touchez pas à la marchandise, mademoiselle ! »

« Laissez-moi les toucher, juste un peu… vous n’avez pas besoin d’être si avare ! » Tesfia s’était plainte, mais elle s’empressa de remettre l’objet sur l’étagère.

Avec un grognement, Budna s’était retourné vers Alus. « Mais quand même, c’est rare de te voir venir ici avec d’autres personnes. »

« Il y avait des circonstances particulières. »

Sans se laisser décourager par les réprimandes de Budna, Tesfia avait continué à fouiller dans le magasin avec des yeux pétillants. Budna avait rétréci encore plus ses yeux ridés, la surveillant. Une fois qu’elle avait eu fini de fouiller, elle avait soudainement lâché un franc compliment. « Mais cet endroit a vraiment un assortiment incroyable… même un amateur comme moi peut le dire. »

« — ! Est-ce ainsi ? Hmm, je vois que vous avez un œil assez perspicace. C’est exactement ça, je suis fier de tout ici. Par exemple, celui qui est là-bas est…, » il y a un instant, il regardait Tesfia avec méfiance, mais son expression était devenue joyeuse.

Comme le vieil homme s’éternisait si vous le complimentiez, Alus ramena rapidement la discussion sur le sujet. « En fait, j’avais déjà terminé la conception de l’AWR, mais lorsque je l’ai présenté aux militaires, ils m’ont dit qu’il était impossible de fabriquer quelque chose d’aussi avancé. C’est pourquoi je l’ai apporté ici, à un forgeron dont j’avais entendu de bonnes choses. » En utilisant la brume nocturne, Alus avait réussi à remettre Budna sur la bonne voie.

« Les anneaux sont en fait fabriqués dans le même matériau que la lame, » dit Budna à Tesfia. « J’ai aussi appliqué un revêtement pour pouvoir y graver des formules magiques. »

« Vraiment ? Il y a des centaines d’anneaux, non ? »

« Oui, et ceux-là seuls m’ont pris deux ans. Je n’ai pas eu de travail aussi important depuis. Un long moment s’est écoulé depuis que j’ai accepté ce travail…, » dit Budna en commençant à verser de l’eau chaude dans une petite théière.

Sentant qu’il était sur le point de dériver à nouveau hors sujet, Alus décida d’aller droit au but. « Pour commencer, as-tu de bons matériaux de haute qualité pour les AWRs ? »

« Tout dans mon magasin a été jugé par mon propre œil. En ce moment, la seule chose que je n’ai pas sous la main est le Mithril. »

« Eh bien, il peut se passer des mois entre les découvertes de Mithril, donc on ne peut rien y faire. Qu’est-ce que tu as d’autre ? »

Le Mithril était un type de métal magique largement utilisé à des fins magiques diverses. C’était également l’un des meilleurs matériaux pour les AWRs, et en raison de sa rareté, il fallait beaucoup de chance pour en trouver.

Ce qu’Alus entendait par « autres trucs » ne faisait pas référence à d’autres matériaux de haute qualité, mais plutôt aux autres matériaux différents dont disposait Budna.

Budna l’avait tout de suite compris. Après tout, Alus était un habitué, et ils se connaissaient depuis longtemps. « Je ne peux pas dire que je n’ai rien…, » avec un sourire intrépide, il se leva et se dirigea vers l’arrière-boutique.

Il revint bientôt avec un lingot d’or dans sa main.

« Qu’est-ce que c’est ? » s’exclama Tesfia.

« Je ne sais pas, » avait répondu Budna.

Surpris par son éclat, Tesfia s’était approchée pour le voir de plus près. « De l’or ? »

« Hé ! Vous êtes de la noblesse, alors ne soyez pas si avide ! »

Balayant les paroles d’Alus, Tesfia fixa le lingot avec curiosité. « Ne sois pas si avare, c’est magnifique… alors est-ce de l’or ? »

« Non, ça ne l’est pas. Pour être honnête, je ne sais pas vraiment de quel type de matériau il s’agit. Il a une bonne conductivité pour le mana, donc je suis sûr qu’il fera un bon AWR, mais comme sa composition ne peut pas être analysée, je ne peux pas l’utiliser comme matériau dans mes produits. »

« On ne peut pas l’analyser ? » Tesfia déclara. « C’est intéressant. »

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire