Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 4 – Chapitre 16 – Partie 6

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 16 : Désir ardent

Partie 6

Ils avaient atteint le dernier étage du bâtiment de sept étages.

Le bureau du gouverneur général avait une vue imprenable sur la ligne défensive. En cas d’urgence, le paysage artificiel affiché à l’intérieur de la barrière pouvait être coupé pour montrer le monde extérieur.

Cela n’était jamais arrivé, jusqu’à présent. Ou plus exactement, depuis la construction de la Tour de Babel, l’imagerie artificielle n’avait jamais dû être arrêtée.

Il y avait de la moquette rouge foncé dans le bureau, et presque pas de meubles. Cela correspondait aux préférences personnelles du gouverneur général. Cependant, ce n’était pas non plus un lieu désert, car à la place d’un intérieur luxueux se trouvait une montagne de documents.

Après avoir autorisé son entrée, Berwick avait jeté un coup d’œil à l’horloge alors qu’Alus entrait dans la pièce. « C’est inhabituel pour vous d’être en retard, même si ce n’est que de deux minutes. »

« Dis-le au commandant Lindelph. »

« Je vois. » Berwick avait souri et il avait offert à Alus un siège sur le canapé.

« Hé, entrez donc. » Les deux filles étaient restées figées dans l’encadrement de la porte. Mais leur paralysie avait été brisée par la voix d’Alus.

L’instant d’après, Alice avait vu le propriétaire de la pièce, et s’était plaqué une main sur la bouche tandis qu’un « Ah ! » de surprise s’échappait de ses lèvres.

« Ça fait un bail, Alice, » la voix du gouverneur général était joyeuse.

 

 

« Alice, tu connais le gouverneur général ? »

« Hein, cette personne est… ce soldat !? Pas possible ! »

On avait dit à Alus que Berwick était le commandant il y a des années, lorsqu’ils s’étaient déplacés pour arrêter Godma pour le projet de séparation des facteurs éléments. Quand Alice avait été sauvée de l’installation, il semblait qu’il s’était occupé d’Alice. Peut-être qu’il avait vu cela comme une expiation pour avoir laissé Godma s’échapper.

« Je vois, donc tu t’es aussi inscrite à l’Institut… Je vois, je vois. »

Seul Alus avait senti que quelque chose clochait dans le ton enjoué du gouverneur général, après l’avoir connu depuis longtemps.

Pensant à la perspicacité du vieil homme, Alus commença par s’excuser. « En ce qui concerne cet incident avec Godma, je crois honnêtement qu’il y a eu une certaine ineptie de ma part. »

« Eh bien, ne vous inquiétez pas. J’ai reçu un rapport de Vizaist. Il n’y a aucun problème. »

Alus s’attendait à cette réponse. Aucun préjudice réel n’avait été causé, et en tant que plus fort d’Alpha, on ne lui avait pas non plus demandé de prendre la responsabilité de quoi que ce soit d’insignifiant dans une autre mission.

La raison en était que Berwick était le plus souvent aux commandes de ces missions, et que les détails de celles-ci n’avaient jamais été rendus publics.

Mais cette fois-ci, bien qu’il ait dit qu’il n’y avait aucun problème, Berwick avait pris un air sérieux, bien qu’Alus soit le seul à le remarquer.

« Mais je n’aurais jamais imaginé que la jeune Alice soit ton élève. » Contrairement à ce qu’il avait dit, il semblait que Berwick avait peut-être anticipé tout cela. Peut-être qu’Alus étant forcé d’entrer à l’Institut et se retrouvant dans la même classe que ces deux excellentes élèves que sont Alice et Tesfia, tout cela était conforme à son plan. Cette méthode de Berwick qui avait deux ou trois coups d’avance était familière à Alus. C’était comme une lumière pratique qui apparaissait pour le guider dans l’obscurité.

Pendant que les deux hommes parlaient, Tesfia et Alice s’étaient assises sur le canapé, mais en tant que soldat, Alus était resté debout devant le gouverneur général. Cependant, en l’absence d’étrangers, son ton était resté moins que formel.

« Cela fait un moment que je ne t’ai pas vu, Tesfia, bien que tu ne t’en souviennes probablement pas. »

« Hein !? … Je suis désolée. »

« Oh, ne t’inquiète pas pour ça. Il s’est passé beaucoup de temps depuis. » Berwick sourit en se rappelant le bon vieux temps.

L’existence de Tesfia était la raison pour laquelle Frose, sa mère, avait choisi de prendre sa retraite en premier lieu. Lorsque Frose était active, elle était la commandante d’un bataillon, et était considérée comme l'un des commandants hors pair de son temps. Elle excellait dans l’utilisation de tactiques astucieuses pour éliminer les Mamonos.

Quand elle avait pris sa retraite, il y avait eu une grande fête, et c’est là que Berwick avait rencontré Tesfia. Cela dit, en raison du caractère animé de la fête, ils n’avaient échangé que des salutations, il n’était donc pas étonnant qu’elle ne se souvienne pas de lui.

« Au fait, Alus. Tu n’es pas venu ici juste pour une chose pareille, n’est-ce pas ? » Berwick savait mieux que quiconque qu’Alus n’était pas le genre d’individu à venir jusqu’ici juste pour s’excuser d’une gaffe.

Alus acquiesça, puis passa au sujet principal. « Lorsque des expériences humaines ont été réalisées sur Alice, il y a eu des effets secondaires inattendus. C’est-à-dire que j’ai trouvé un défaut dans ses informations de mana. »

« — !! Je vois. »

Alice s’était raidie.

Cela avait également rappelé au vieux général ses regrets passés. Avec une expression amère, il avait dit à Alus de continuer sur un ton lourd.

« En soi, cela n’entraînera aucune conséquence. On pourrait appeler ça un simple accident. »

« Non, ce n’est pas le genre de problème qui peut être balayé sous le tapis comme un accident, » déclara Berwick. « Surtout pas quand il a été provoqué par l’homme. »

Alus avait vu cela comme quelque chose qui pourrait être expliqué comme accidentel, mais Berwick l’avait vu comme quelque chose de plus sérieux.

« En conséquence, Alice a développé une affinité pour le sans attribut. »

« — !! » Les yeux de Berwick s’ouvrirent un instant et, pour se calmer, il joignit les mains, posa ses coudes sur le bureau et se cacha la bouche.

Alice avait déjà entendu cela auparavant, elle n’était donc pas très secouée. Pendant ce temps, Tesfia, qui entendait cela pour la première fois, semblait plus perplexe que choquée.

« Donc, comme toi, elle est… »

Alus avait arrêté Berwick en levant la main. Il n’avait pas encore tout dit à Alice, en fait, il ne lui avait dit qu’une partie de la vérité. « Elle est sans attribut, mais ce n’est pas la même chose que moi. »

En entendant cela, Berwick avait immédiatement réalisé qu’il avait presque négligemment laissé échapper quelque chose. Il se racla la gorge et hocha la tête.

Cependant, cette vérité avait soulevé une inquiétude. Elle montrait la possibilité de créer artificiellement des personnes ayant une affinité pour le sans attribut par le biais d’expériences humaines.

Berwick avait jeté un coup d’œil aux deux personnes sur le canapé. « Est-ce… est-ce que quelque chose comme ça est possible ? »

« J’imagine qu’il serait impossible de le faire intentionnellement. C’était probablement une coïncidence. Et ce n’est pas comme si elle avait perdu toutes ses informations de mana, comme moi. Il serait plus judicieux de supposer qu’une partie de l’attribut de lumière a été altérée. »

« Je vois. C’est donc la raison pour laquelle tu as fait tout ce chemin. »

« C’est pourquoi je pense qu’il est du devoir du gouverneur général de la protéger, afin qu’elle ne devienne pas à nouveau un sujet de recherche étrange. »

Berwick expira. « Bien sûr. Tu n’as pas besoin d’évoquer le devoir. Si quelque chose arrive, je te soutiendrai. »

« Merci beaucoup. »

« Tu n’as pas à me remercier pour quelque chose comme ça. Au contraire, j’aimerais t’offrir mon soutien. Ne t’inquiète pas, je garantirai ta sécurité. Tant que tu ne te jettes pas à l’eau, bien sûr. »

Alice, embarrassée, s’était inclinée en signe de sa profonde gratitude envers Berwick.

Pour être honnête, Alus était venu ici pour obtenir cette promesse du gouverneur général. Si le secret de l’affinité d’Alice pour le sans attribut devait se répandre, des personnes ayant un état d’esprit similaire à celui de Godma ne manqueraient pas d’apparaître.

Quoi qu’il en soit, cela devrait régler les choses pour l’instant… ou du moins c’est ce que Berwick pensait.

Tesfia et Alice semblaient se lever du canapé, quand Alus changea rapidement de sujet. « Oh, et Gouverneur Général, à propos du tournoi amical de magie… »

« Hm ? » Berwick lui lança un regard perplexe, suivi par les expressions similaires de Tesfia et Alice.

« Maintenant que tu le dis…, » dit Tesfia.

« C’est un grand événement annuel, après tout, » avait ajouté Alice.

Berwick déclara. « Et alors… Ah, c’est à cause de Vizaist, n’est-ce pas ? »

Entendant la remarque de Berwick, Alus poursuit sans l’affirmer. « Je n’ai pas l’intention de participer. »

« Je savais que tu dirais ça, mais tu n’arriveras à rien en me parlant. Tu es déjà étudiant à l’Institut, et c’est eux qui font la sélection. »

Alus avait répondu avec un sourire en coin. « Cela signifie donc que tu n’interviendras pas, si j’échoue. »

« … Je n’accepterai aucune concession. »

« — !! »

« Même si c’est un tournoi amical, cela reste un événement officiel — et un match légitime. »

Il semblait que Berwick avait réponse à tout. Cela signifiait que si Alus devait échouer à la sélection, Berwick interviendrait certainement. En fait, c’était un ordre pour Alus.

Cela dit, Berwick comprenait qu’il forçait les choses. Il soupira, et se frotta les tempes. « Je viens juste d’avoir un appel de Rusalca, me faisant savoir que leur nation a aussi beaucoup d’excellents magiciens alignés cette année. »

Rusalca était une grande nation près d’Alpha. Et ils avaient obtenu la victoire au Tournoi amical de magie l’année précédente.

Alpha avait également formé beaucoup d’excellents magiciens, mais Rusalca était particulièrement passionné par leur formation, et avait arraché la victoire des mains d’Alpha.

Malheureusement, lorsqu’on racontait les résultats d’Alpha dans le tournoi, on les trouvait plus rapidement en commençant par le bas.

Berwick voulait qu’Alus participe pour qu’Alpha puisse avoir un meilleur bilan. Si la fierté du pays était en jeu, certains sentiments s’y mêlaient également.

« Peu importe ce que Rusalca a dit, je refuse. Cela n’a rien à voir avec moi. » Alus étant étudiant cette année, il avait le droit de participer.

« Oh, ce n’est pas si mal. Si nous pouvons montrer au monde qu’Alpha forme de superbes magiciens, ce sera plus facile pour toi à l’avenir. »

« Tu crois que je suis assez naïf pour tomber dans un truc pareil ? »

« Je ne te demande pas de le faire pour rien. Je te donnerai même dix livres rares d’autres nations. Même si tu n’es pas à court d’argent, il y a des choses sur lesquelles tu ne peux pas mettre la main, n’est-ce pas ? »

« Tsk... » Bien que sachant qu’il était mené par le bout du nez, Alus ne pouvait s’empêcher d’hésiter devant une telle récompense. Il ne serait pas exagéré de dire qu’Alus possédait déjà tous les livres rares importants d’Alpha. Il avait accumulé suffisamment de connaissances. Mais son esprit de recherche n’était pas freiné.

Pendant ce temps, Tesfia et Alice regardaient fixement la scène devant elles.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire