Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 4 – Chapitre 16 – Partie 5

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 16 : Désir ardent

Partie 5

Après avoir fait l’expérience du monde extérieur dans le cadre de la leçon extrascolaire, Alice s’était rendu compte avec douleur que cet endroit était le plus proche du monde extérieur dans le royaume des humains.

« La plupart des magiciens ici sont après tout bien plus capables que vous. »

« B-Bien sûr qu’ils le sont !! » rétorqua Tesfia sans perdre un instant, mais même elle se montrait un peu réservée en regardant les magiciens autour d’eux. S’ils étaient en dessous d’étudiants comme eux, Alpha aurait été dévoré par des Mamonos depuis longtemps.

« Eh bien, vous êtes à des niveaux complètement différents, alors ne vous inquiétez pas trop à ce sujet. Et puisque je suis ici, il n’y a pas non plus beaucoup d’autres raisons de s’inquiéter. »

« Fais-tu ce qui te plaît, hein ? » Tesfia avait répondu avec exaspération. Elle avait une expression maussade, et c’était à peu près tout ce qu’elle pouvait faire. Mais elle ne pouvait s’empêcher de trouver étrange qu’une personne de son âge soit tenue en si haute estime par les adultes.

En tant que membre de la famille Fable, Tesfia avait déjà vu des adultes baisser la tête devant elle. Mais c’était parce que sa mère, la chef de famille, marchait derrière elle. Elle était bien consciente que ce n’était pas vraiment elle qu’ils saluaient.

Ainsi, lorsque Tesfia avait vu Alus, en tant que magicien à un chiffre, recevoir un tel respect, elle avait commencé à vouloir se donner pour objectif d’atteindre les mêmes sommets.

Mais depuis qu’elle savait comment était Alus en temps normal, elle hésitait encore à le faire.

« Tu peux considérer que c’est un avantage d’être un Single. » Avec un sourire sec, Alus avait traversé la base d’un pas familier.

Plus ils se rapprochaient du centre, moins les gens ignoraient qui était Alus. Beaucoup s’écartaient de son chemin, grâce à son titre de plus fort d’Alpha.

Il n’avait cependant pas de compagnons d’armes qui l’appelaient, et il y en avait même qui tournaient les talons et s’éloignaient lorsqu’ils l’apercevaient.

Alus s’avançait hardiment malgré cela, mais il y avait un sentiment étrange dans l’air. Il avait parcouru les couloirs de cette base d’innombrables fois, mais en ce moment, il croyait sentir une atmosphère oppressante autour de lui.

Il y a plus de magiciens ici que d’habitude. De plus…

Il pouvait voir les visages de certains magiciens comme s’ils étaient sur leurs gardes à propos de quelque chose. La tension était similaire à celle du Monde extérieur. Alus pouvait sentir des picotements sur sa peau. L’atmosphère tendue n’affectait pas tous les militaires — seulement certains d’entre eux.

S’ils étaient dans le Monde extérieur, il n’y aurait pas lieu de s’en inquiéter. Mais cela n’avait pas autant de sens dans un quartier général militaire. Quand il y pense, il semblerait qu’il y ait aussi plus de gardes.

C’est un spectacle étrange. Pourquoi les militaires montent-ils la garde dans leur propre quartier général ?

Alus y avait pensé pendant une seconde, mais il ne semblait pas qu’ils s’inquiétaient pour lui, alors il avait décidé de mettre la question en veilleuse pour le moment.

« Je ne peux pas dire si tu es respecté ou détesté. » Complètement inconsciente de la tension qui régnait dans l’air, Tesfia avait continué ses remarques insouciantes de tout à l’heure. Elle avait vu des gens le reconnaître, et d’autres l’éviter.

« C’est un problème dans les deux cas. » Pour être plus précis, c’était un peu différent de la haine. Les regards posés sur lui étaient probablement ceux de personnes ayant participé à des missions précédentes, qui avaient vu sa force de première main, et qui étaient soit étonnés par sa puissance écrasante, soit effrayés par elle.

Quoi qu’il en soit, personne n’avait essayé d’établir une relation amicale avec lui. Alus soupçonnait que le fait d’être directement sous le commandement du gouverneur général y était pour quelque chose.

Mais il ne se sentait pas gêné ou seul parce que les autres prenaient leurs distances avec lui. Cela avait aussi toujours été le cas sur les lignes de front. Dans ce monde, il n’y avait aucune garantie que le sourire d’hier serait encore là demain.

Un grand nombre de pierres tombales se trouvaient dans un terrain situé à l’extrémité du quartier général. Seules quelques-unes des personnes enterrées là avaient un corps intact. La plupart des tombes ne contenaient que ce qui restait, ou les effets personnels du défunt. C’était une tradition pour les gens de s’y rendre pour une visite lors de leur premier engagement dans l’armée.

Après avoir atteint le centre du rez-de-chaussée, ils avaient commencé à monter les escaliers. Une fois qu’ils avaient atteint le dernier étage, l’atmosphère était immédiatement devenue très oppressante.

Le haut commandement était réuni ici, avec le bureau du gouverneur général aux côtés de ceux d’autres membres de haut rang de l’armée. L’âge moyen des personnes ici était plus élevé, avec des magiciens de rang de général traversant la zone avec des expressions sérieuses.

La seule chose inchangée était l’attitude d’Alus. Mais au sommet, tout le monde connaissait Alus, et beaucoup de gens avaient l’air effrayés. Ils avaient tous agi de manière froide et distante, afin de ne pas s’approcher davantage.

Cependant…

« Ça fait un bail, Alus ! Je ne t’ai pas vu dans le coin ces derniers temps, alors qu’est-ce que tu fais maintenant ? »

Des humains étranges existaient partout. C’est pourquoi la vraie paix n’était pas si facile à obtenir.

La personne qui accueillait Alus était un homme d’une trentaine d’années. Il avait gravi les échelons pour devenir commandant à un jeune âge, et suivait le chemin de l’élite vers le sommet.

Il n’avait pas la carrure robuste caractéristique des soldats, mais était plutôt mince. Sans AWR à la taille, c’était la preuve que son rang de magicien était suffisamment élevé pour qu’il n’ait plus besoin de sortir dans le monde extérieur.

Malgré une certaine distance pour ce qu’on pourrait appeler une conversation amicale, sa voix voyageait bien.

Alus avait attendu qu’ils soient assez proches pour pouvoir tenir une conversation normale. « Ça fait longtemps, commandant Lindelph. »

« Oh, arrête ça. Ça me donne la chair de poule. » Lindelph ne semblait pas apprécier la façon formelle dont Alus s’adressait à lui, car il agitait sa main de haut en bas de façon exagérée.

Alus ne détestait pas particulièrement cet homme trop amical.

« Je ne suis dans cette position que grâce à toi. Je n’ai pas été reconnu par mes seuls pouvoirs, donc j’ai encore un long chemin à parcourir. »

Lindelph était l’un des magiciens qui commandaient la ligne défensive. Il s’occupait principalement des Mamonos de basse classe détectés près de la ligne, et les unités sous son commandement s’en occupaient souvent elles-mêmes. Il avait le grade de colonel. À l’origine, il était un officier d’état-major intégré à l’escouade dans laquelle se trouvait Alus.

Ses compétences en tant que magicien ne pouvaient pas être louées comme étant grandes. Sans mâcher ses mots, il était un leader sans capacité.

Après qu’Alus ait terminé le programme de formation des magiciens à un jeune âge, ils avaient passé quelques mois dans la même équipe. Il était l’un des rares compagnons d’armes qui avaient combattu aux côtés d’Alus, et qui étaient toujours en vie et en service actif.

« Ne sois pas si modeste. Tu es le plus jeune à être promu dans l’histoire, n’est-ce pas ? J’ai entendu dire qu’il y a beaucoup de voix jalouses dans l’armée. »

« Ça me touche de près… Oh ? » Voyant les deux filles en uniforme à moitié cachées derrière Alus, Lindelph sourit malicieusement. « Une beauté de chaque côté, n’es-tu pas un habile opérateur ? Tu as donc finalement toi aussi atteint cet âge. Ah, la jeunesse. »

« Si c’est à ça que tu penses que ça ressemble, tu seras probablement rétrogradé sous peu. »

La joue de Lindelph avait tressailli à la réponse cynique d’Alus. Son large sourire s’était brisé, mais il s’était contenté de faire une remarque. « Eh bien, tu verras, j’ai l’intention de faire encore plus partie intégrante de l’élite. Mais cela mis à part, en quoi cela t’intéresse-t-il de faire venir des étudiantes ? »

« Ce n’est pas quelque chose de spécial..., » Alus s’était arrêté lorsqu’il avait senti que les deux filles se cachaient derrière lui. Leurs regards semblaient lui demander de les présenter. Résistant à l’envie de l’ignorer et de passer à autre chose, Alus les avait brièvement présentées.

« Commençons par lui. Ce type franc est le commandant Lindelph, qui prévoit secrètement de recevoir une promotion posthume. Il est actuellement promu à la vitesse d’un train hors de contrôle. »

« Hé ! C’est quoi cette introduction qui sonne dangereux ! »

« Et ces deux-là sont mes camarades de classe, Tesfia Fable et Alice Tilake. Je suis venu ici parce que j’ai des affaires à régler avec le gouverneur général. »

« Tu as dit camarades de classe ? Là, je me disais que je ne t’avais pas vu depuis un moment, mais là, tu es étudiant… Vizaist peut être assez méchant, il aurait dû dire quelque chose… mais hmm, tu as dit Fable ? »

Lindelph avait eu l’air de réfléchir profondément pendant un moment. Puis il avait tapé dans ses mains. « En parlant de Fable, pourrait-elle être la fille de l’ancien général Frose ? »

Les épaules de Tesfia avaient tremblé à ses mots, avant de répondre, « O-Oui… »

« Je vois, je vois… donc vous êtes sa fille ! J’ai reçu un entraînement sévère sous les ordres de l’ancien général. Enchanté de vous rencontrer. Je m’appelle Lindelph Maeger. » Se souvenant de ses expériences amères, Lindelph tendit la main. Il était doué pour commander, mais ses compétences en magie ne s’amélioraient pas, donc son expression n’était pas vraiment infondée.

Tesfia avait pris sa main et avait échangé une poignée de main polie, mais son expression semblait également un peu amère.

« Cette jeune femme est elle aussi très belle. »

« Merci beaucoup. » Alice avait souri et lui avait serré la main.

Une fois les présentations faites, Alus avait encouragé Lindelph à poursuivre. « N’avais-tu pas autre chose à faire ? » En voyant la pile de documents qu’il tenait dans ses mains, Alus avait compris qu’il devait être en route pour quelque chose.

« Bien, alors je vais prendre congé ici. » Lindelph s’était rapidement éloigné, avant de se retourner comme s’il se souvenait de quelque chose. Il s’était écrié. « Alus, pourquoi n’irions-nous pas dîner la prochaine fois ? J’ai trouvé un endroit agréable ! »

Alus n’était pas sûr de ce qu’il entendait par « endroit agréable ». Était-ce de la bonne nourriture, ou le genre d’endroit où des femmes magnifiques les servaient ? Il s’arrêta un moment pour considérer la personnalité de Lindelph. « Ta femme te tuerait. »

Avec la distance qui les séparait, la voix d’Alus ne lui parviendrait probablement pas. Et vu le contenu, il hésitait à le crier haut et fort.

Mais Lindelph semblait avoir une bonne compréhension de la personnalité d’Alus, ne prêtant même pas attention à sa réponse, puisqu’il avait déjà commencé à s’éloigner à nouveau avant que la réponse ne soit faite.

Toujours aussi égocentrique, se dit Alus, en regardant le commandant s’éloigner. Laissant de côté Alice et Tesfia, qui affichaient des regards perplexes, Alus reporta son attention sur sa destination.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire