Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 4 – Chapitre 16 – Partie 2

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 16 : Désir ardent

Partie 2

Le matin était arrivé.

Felinella Socalent avait ouvert les yeux. Elle s’était réveillée naturellement. Rien n’avait perturbé son sommeil, alors que la lumière du soleil agissait comme une alarme. Ses habitudes bien ancrées l’avaient automatiquement réveillée.

Elle s’était levée du lit avec un bâillement, s’étirant comme d’habitude. Ces mouvements étaient suffisants pour la réveiller complètement… en général.

Au lieu de cela, elle était assise sur le lit, comme si elle essayait d’éviter la lumière du soleil qui perçait à travers les rideaux, en abaissant un peu la tête.

 

 

Peut-être était-elle encore coincée dans un rêve… cependant, les vestiges de ses sentiments étaient trop vifs pour un rêve.

Elle se souvient de ses sentiments envahissants et de leur évolution. C’était comme si les sentiments qui avaient été cachés au fond de son cœur étaient finalement apparus à la surface. C’est peut-être pour cela que son cœur s’était mis à battre comme une alarme.

Elle avait fini par tout déballer. Cela lui avait échappé au clair de lune, la nuit de l’incident. C’était la première fois qu’elle avait dit clairement qu’elle avait des sentiments pour lui.

Deux jours s’étaient écoulés depuis, mais ce n’est que maintenant qu’elle réalisait ce qu’elle avait dit. C’était une expression de détermination dont elle n’avait pas à avoir honte, mais Felinella savait maintenant à quel point cela pouvait ébranler son cœur.

Jusqu’à présent, elle avait été confessée plusieurs fois… mais maintenant qu’elle était celle qui se confessait, elle avait appris combien on pouvait être anxieux et hésitant en le faisant. Ayant appris ce qu’elle ressentait, Felinella voulait maintenant saluer le courage des garçons qui s’étaient confessés à elle.

Elle ne pouvait pas retirer ce qu’elle avait dit. Il fallait qu’elle l’accepte. Felinella mit son angoisse de côté et, cherchant à se redynamiser, se dirigea vers les douches.

C’est alors que son permis qu’elle avait laissé sur la table avait sonné pour signaler un appel.

Felinella avait maudit son incapacité à l’ignorer, et elle se retourna. La sonnerie avait retenti plusieurs fois… elle allait confirmer l’appelant, et si c’était un ami, elle rappellerait plus tard.

« … !! M. Alus !? »

Maintenant, je l’ai fait, se dit-elle, sentant un mal de tête arriver.

Il avait déjà sonné plusieurs fois. Sachant à qui elle avait affaire, il ne serait pas étrange qu’il raccroche à tout moment, elle ne pouvait pas le faire attendre. Avec un sentiment de panique, elle poussa le permis contre son oreille. « Est-ce vous, M. Alus ? »

Sa confirmation, après avoir décroché l’appel, n’avait aucun sens, puisqu’elle avait déjà vérifié de qui il s’agissait.

« Ah, non, excusez-moi. C’est Felinella Socalent… »

Son esprit tournait en rond. Ce n’est qu’après l’avoir dit qu’elle avait réalisé à quel point cela semblait inutile. C’était un appel de licence à licence, donc il était évident qu’Alus savait que c’était elle à l’autre bout.

L’instant d’après, son visage était devenu rouge d’embarras. Dans sa confusion, son discours incohérent s’était enfoncé encore plus profondément.

« Tout d’abord, pourquoi ne pas te calmer ? » déclara la voix grave d’un jeune homme à travers la licence.

Lorsqu’elle l’avait entendu, Felinella avait senti son cœur sauter un battement. Après avoir pris une profonde inspiration, elle avait feint de garder son calme, mais sa voix était aussi embarrassée qu’elle craignait l’être.

Posant sa main sur sa poitrine pour se calmer, Felinella reprit la parole. « … O-Oh, je viens de me réveiller, alors s’il vous plaît ne faites pas attention à moi. Oui. Je vais très bien. »

Alors qu’ils continuaient à parler, son cœur avait commencé à se calmer, et ses mots étaient devenus plus fluides. La main sur sa poitrine se déplaça vers ses lèvres, comme pour cacher le sourire qui s’épanouissait sur son visage. « Oui, je comprends. Alors, je vous attendrai à la porte d’entrée. »

À partir de ce moment-là, jusqu’à ce qu’Alus raccroche, Felinella avait gardé le permis pressé contre son oreille dans une béatitude.

Après un soupir chaleureux, elle s’était précipitée vers les douches.

 

☆☆☆

Pour les étudiants assidus du Second Institut de Magie, des vacances d’été n’étaient pas nécessaires. Et pour l’instant, la paix était revenue dans l’enceinte du campus.

Bien qu’ils soient des étudiants passionnés, ils n’avaient aucun moyen de savoir ce qui s’était passé dans les coulisses, après l’attaque de l’Institut par un savant fou.

À cause de l’incident avec Godma Barhong, Alus avait fini par perdre la moitié de ses vacances d’été. Cependant, ce n’était pas seulement à cause du nettoyage après le projet de séparation des facteurs éléments, mais aussi à cause des rapports qu’il avait dû écrire sur l’implication de Loki et de Tesfia, ainsi que d’autres rapports. Cela lui avait pris deux jours entiers. Son travail n’avait pas été moins assidu que celui de n’importe quel autre étudiant.

Loki, après avoir aidé à rédiger le grand nombre de rapports, s’était complètement essoufflée. Alus lui avait dit qu’il n’était pas nécessaire qu’il l’aide, mais elle avait fermement insisté. Grâce à elle, il avait réussi à réduire le temps qu’il devait y consacrer, mais il lui restait encore une dernière chose à faire.

« Bon alors, je pense que je devrais aussi conclure ça. » Bien sûr, cela ne signifiait pas écrire plus de rapports, mais quelque chose de complètement différent.

Alus avait envoyé les rapports écrits au gouverneur général, avec une seule ligne. « Aucune réponse nécessaire. »

À présent, Loki était profondément endormie. Alus avait accidentellement fait tomber une tasse alors qu’il se versait du café et, malgré le grand fracas, Loki ne montrait aucun signe de réveil. Ses efforts durant l’incident, ainsi que l’épuisement à aider Alus, l’avaient finalement rattrapée et elle récupérait maintenant.

Comme il était midi et que Loki ne s’était toujours pas réveillée, Alus avait écrit un mot pour elle et avait quitté le laboratoire. Dans son esprit, tout ce qu’il voulait faire était de la laisser prendre un repos bien mérité.

 

+++

« Je vous attendais, M. Alus, » Felinella avait salué Alus avec un sourire rafraîchissant et séduisant.

Il l’avait appelée dans la matinée. Peut-être parce qu’ils étaient encore en vacances, elle portait des vêtements décontractés. Elle portait un gilet sur une chemise blanche éclatante et une jupe plissée. Elle était venue habillée en civile, contrairement à son uniforme, cela lui donnait une allure soignée et propre, plus adulte.

La destination d’Alus était le dortoir des filles. Un étudiant de sexe masculin ne pouvait pas entrer sans rendez-vous, alors il en avait pris une avec lui. En fait, s’il ne l’avait pas fait, pénétrer dans ce jardin imprenable aurait été une gageure.

Ce n’était pas un gros problème si l’on suivait les procédures appropriées, mais le dortoir aux allures de forteresse ressemblait au genre d’endroit où les hommes étaient strictement interdits. La paperasse pour y entrer était stricte et incroyablement détaillée, et s’appliquait à tout homme, même aux autres étudiants de l’Institut.

L’entrée avait un clavier qui nécessitait l’utilisation d’un permis, et sans les procédures appropriées en place, la seule chose qu’un homme recevrait lorsqu’il placerait son permis serait un fort bruit d’erreur, rejetant son entrée.

La vérité est qu’Alus avait déjà fait l’expérience de la sécurité stricte du dortoir. C’est pourquoi il s’était assuré d’entrer en contact avec Felinella à l’avance. Normalement, les étudiants masculins étaient rejetés à la porte, mais avec la permission du superviseur du dortoir, il n’aura aucun problème à entrer. Alus n’était pas devenu le magicien numero 1 en répétant de vieilles erreurs.

Il avait sorti son permis pour pouvoir ouvrir le portail. Pendant qu’il le faisait, Felinella avait essayé de dire quelque chose, mais Alus avait continué à avancer.

« Désolé, t’ai-je fait attendre ? » Alus leva la main et tenta d’entrer, lorsqu’un son désagréable retentit.

C’était l’alarme d’intrusion qui se déclenchait. Au même moment, des bras s’étaient refermés de part et d’autre de lui et l’un d’eux avait frappé son abdomen.

Trépignant légèrement, Alus inclina sa tête vers le bas pour regarder ses pieds. Là, il vit des entraves fermement attachées à ses chevilles, qui ne bougeaient pas d’un pouce.

Bien qu’il se soit entraîné au combat réel, c’était une attaque-surprise.

Alus avait un air renfrogné, tandis que Felinella se précipitait et s’excusait à plusieurs reprises. « Je suis vraiment désolée, M. Alus ! J’aurais dû vous le dire plus tôt — même si vous nous contactez à l’avance, la permission pour le système ne peut être accordée que de l’intérieur. Il se trouve que le gardien est en train de faire une pause en ce moment. »

« Oui, c’est bon. Ce n’est rien. J’ai aussi été négligent. » C’était l’endroit qui avait les contrôles les plus stricts de l’Institut. Mais même Alus l’avait sous-estimé.

Avec des gestes rapides, Felinella avait sorti ce qui semblait être un passe-partout, et l’avait maintenu contre le clavier de la porte. Une lumière verte s’était allumée, leur indiquant que l’entrée était autorisée. Au même moment, les entraves sur les jambes d’Alus s’étaient libérées, et les bras de la barrière s’étaient retirés comme s’ils n’avaient jamais été là.

Felinella s’était excusée une fois de plus, la tête basse.

Le système de sécurité s’étant désarmé si rapidement, Alus n’avait pas le temps d’attirer l’attention des résidents du dortoir. Il avait tout de même regardé autour de lui, juste au cas où, et avait laissé échapper un soupir avant de pénétrer dans la zone interdite.

« Désolé de t’appeler le matin. T’ai-je réveillée ? » L’appel avait été bref, mais Alus avait pu constater que Felinella avait l’air de se réveiller à peine. Bien qu’à présent, elle soit propre et bien habillée. Il se sentait un peu mal en regardant son visage.

« Pas du tout. J’avais l’intention de me réveiller de toute façon… Je suis le genre d’individu qui ne supporte pas la vie malsaine. »

Cela ressemble beaucoup à un noble, pensa Alus. Ou peut-être devrait-il la féliciter d’être une élève modèle.

Dans le dortoir, il y avait quelques étudiantes. La raison pour laquelle elles ne regardaient pas l’étudiant dans leur dortoir était que Felinella se tenait à côté de lui. Bien sûr, Alus ne pouvait pas s’empêcher de recevoir sa part de regards étranges, malgré cela.

Il avait manifestement une bonne raison de venir jusqu’au dortoir des filles. C’était parce qu’il avait besoin de rencontrer Alice tout de suite.

Alors qu’Alus se tenait devant la porte des filles, une tonalité mignonne avait retenti. Après un court instant, on entendit la voix d’une fille qui bâillait, et la porte s’ouvrit. « Baillements. Oui, qui est… est-ce !? »

La personne qui regardait à travers la porte n’était pas Alice, mais Tesfia. Le visage de Tesfia avait tressailli à la vue inattendue d’un homme devant sa porte dans le dortoir des filles.

Elle était de la noblesse comme Felinella, mais tout de même, elle avait l’air négligée après son réveil, avec ses cheveux non entretenus qui ressortaient par endroits comme un pouce endolorit. D’ailleurs, il était déjà midi passé.

Le regard grossier d’Alus s’était alors posé sur son déshabillé, qui lui arrivait aux genoux. Il n’était pas exactement transparent, mais le tissu était fin, révélant les lignes de son corps. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la vue est suggestive.

« Quoi — huh !? Pas possible ! Arrête ! Ne regarde pas ! »

Tesfia, réalisant à quel point son apparence était inappropriée, n’avait pas fait quelque chose de modeste comme se couvrir. Au lieu de cela, elle avait essayé la méthode de la force brute pour assommer Alus. Un poing frappé à pleine puissance s’était approché du visage d’Alus.

Peut-être que prendre les choses à bras le corps était quelque chose qu’un homme devait faire. S’excuser ensuite pour sa visite inopinée serait encore plus courtois.

« — !! »

Cependant, Alus ne souscrivait pas du tout à ce genre de politique. Il avait facilement attrapé son poing dans sa main. « Tais-toi, je ne suis pas là pour toi aujourd’hui, alors sors Alice », dit-il en tenant toujours sa main, l’empêchant de bouger.

Ne pouvant plus supporter la honte, Tesfia avait commencé à remuer son corps, tenant son déshabillé d’une main, tout en serrant les jambes l’une contre l’autre.

« M. Alus… »

À la douce incitation de Felinella, Alus s’était rendu compte qu’il tenait toujours sa main et il l’avait lâchée, et Tesfia avait répondu en claquant rapidement la porte.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire