Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 4 – Chapitre 16 – Partie 1

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 16 : Désir ardent

Partie 1

Elle avait un rêve depuis qu’elle était jeune.

Qu’un jour, le héros d’un conte de fées apparaîtrait et la prendrait pour épouse.

Les héros des contes de fées voyageaient toujours en ligne droite, inébranlable et inflexible, ne faisant que suivre avec honneur leur chemin. Leurs actions n’étaient pas toujours destinées à sauver quelqu’un, mais le résultat était qu’ils sauvaient la vie de beaucoup de gens.

L’idéal de la fille était le genre de prince tout droit sorti d’une de ces histoires fantastiques.

En y repensant maintenant, elle avait réalisé que c’était en grande partie dû à l’influence de son père. Lorsqu’elle était jeune, il lui avait toujours lu des histoires colorées avant de s’endormir, alors dans un sens, ce n’était que le résultat naturel.

C’est pourquoi la jeune fille cherchait toujours à s’affiner, à devenir une meilleure personne, de sorte que lorsque le prince arriverait un jour — il se tournerait vers elle. Elle pensait qu’un jour, un homme parfait comme son père apparaîtrait sûrement.

Le nom de cette fille était Felinella Socalent. Elle était la fille de la famille noble montante qui prenait d’assaut la nation d’Alpha.

La personnalité de son père étant ce qu’elle était, il n’avait jamais été strict sur les manières ou l’étiquette convenant à un noble, ou aux réalisations d’une femme. Mais Felinella n’en avait pas profité, prenant plutôt l’initiative d’acquérir ces qualités, probablement grâce à son idéal de jeunesse. Rien ne lui donnait plus d’énergie pour aller de l’avant que cela.

Elle pensait que lorsqu’elle rencontrerait l’homme qui incarnerait ses idéaux, elle devrait être digne de lui. En plus de sa forte volonté, elle avait une personnalité qui prenait tout ce qu’elle faisait au sérieux, ce qui avait fini par la transformer en son idéal.

Elle avait acquis de nombreuses compétences raffinées, comme la musique et la peinture. Et grâce à l’influence de son père, Felinella s’était intéressée aux voies de la magie.

Mais surtout, elle se demandait à quel point une femme serait attirante si elle devait toujours être protégée. Si elle était quelqu’un d’aussi faible que cela — son prince idéal la trouverait-il intéressante parmi les nombreuses femmes du monde ?

Avec cette pensée en tête, Felinella avait acquis une expertise en magie grâce à des efforts inlassables.

Plusieurs années avaient passé, alors que cette conviction la poussait à aller de l’avant.

À l’âge de 11 ans, les idéaux et les attentes avaient rempli son cœur, et elle avait déjà du mal à faire la différence entre les rêves et la réalité. Tout ce qu’elle avait fait jusqu’à présent n’était pas inutile, mais comme prévu, tout le monde dans la société noble était très éloigné de ses idéaux.

Les valeurs de la noblesse leur avaient toutes été inculquées depuis leur naissance, et ils étaient assez semblables. Malgré leur statut et leur richesse, elle pensait qu’aucun d’entre eux ne pourrait devenir le héros de son histoire. Ils n’étaient que des marionnettes accomplissant loyalement les souhaits de leurs parents. Et tout ce dont ils parlaient était superficiel.

Sa déception grandissante l’avait forcée à accepter la réalité : en fin de compte, les contes de fées n’étaient beaux que parce qu’ils étaient des fantasmes. La réalité était bien plus crue et sinistre.

À un moment donné, elle avait accepté cela comme une vérité, et avait fini par croire que la déception et la légère douleur dans sa poitrine étaient juste quelque chose qui venait avec le fait d’être un noble.

Aussi, lorsque Vizaist lui avait raconté une nouvelle histoire, le rêve d’enfant qu’elle avait presque abandonné avait repris vie.

Son père avait parlé d’un garçon, un an plus jeune qu’elle, qui avait rejoint son équipe. Son nom était Alus Reigin.

Chaque histoire qu’elle entendait du garçon faisait battre son cœur, au point qu’elle suppliait pour en entendre plus chaque jour. S’il n’y avait pas de nouvelles histoires, elle lui demandait d’en raconter une ancienne.

Ses réalisations et son mode de vie semblaient tout droit sortis d’un livre, malgré la dureté de la réalité, et elle éprouvait une attirance difficile à résister envers lui, bien que Vizaist ait probablement embelli les récits dans une certaine mesure.

Malgré cela, Felinella voulait en savoir plus sur Alus. Qu’est-ce qu’il aime, qu’est-ce qu’il déteste ? Qu’est-ce qui l’ennuyait, et qu’est-ce qu’il appréciait ?

Très vite, une image s’était formée dans son esprit, qu’elle avait coloré elle-même, et elle avait commencé à le tenir en haute estime dans son cœur d’enfant. En entendant comment il avait sauvé son audacieux père d’innombrables fois, ainsi que les nombreuses histoires qui ne pouvaient pas être rendues publiques, ce garçon qui n’était pas si différent d’elle en âge était devenu sa lueur d’espoir.

Mais en conséquence, Felinella n’avait jamais demandé à Vizaist autre chose que d’autres histoires sur Alus. Elle s’inquiétait aussi de savoir si elle était une femme digne de lui, comme elle était maintenant. Elle avait travaillé pour se raffiner pendant tout ce temps, mais elle avait toujours l’impression que ce n’était pas suffisant.

Lorsqu’elle avait pensé qu’il ne s’intéresserait peut-être même pas à elle, elle avait commencé à affiner encore plus ses compétences en magie et, quelques années plus tard, elle s’était inscrite au deuxième institut de magie.

Finalement, après que beaucoup de temps se soit écoulé, elle demanda à Vizaist. « Père… s’il te plaît, laisse-moi servir dans ton escouade. Je ferai n’importe quoi, même des corvées, pourvu que cela me rapproche un peu plus du sommet des magiciens… »

Sa demande avait vraiment troublé Vizaist. S’il avait été à la tête d’une escouade de reconnaissance normale, cela n’aurait pas été un problème, mais les missions dont il s’occupait à l’époque étaient principalement à l’intérieur d’Alpha.

Ce n’est pas tant que c’était dangereux, mais c’était un travail louche. Et il y avait beaucoup de missions qu’il doutait que son esprit encore jeune puisse gérer.

Cependant, à la fin, Vizaist avait cédé. Felinella l’avait subjugué par la passion. Elle avait continué à faire de son mieux pour le jour où elle rencontrerait Alus. Après tout, elle voulait lui être utile, même si c’était dans l’ombre.

Même après qu’Alus ait quitté l’équipe de Vizaist, elle et Vizaist étaient toujours là pour faire les enquêtes préliminaires pour toutes les missions qu’Alus recevait. Et Felinella avait pu maintenir ses efforts parce qu’elle pouvait toujours le sentir à ses côtés.

C’est probablement à ce moment-là que Felinella avait développé une attirance pour Alus en tant que personne, plutôt que comme un idéal dans sa tête. Même s’il n’incarnait pas les idéaux qu’elle avait eus dans son enfance, elle s’intéressait de plus en plus à lui à mesure qu’elle en apprenait davantage sur lui. Elle voulait savoir tout ce qu’il y avait à savoir sur lui.

Ce n’était probablement pas quelque chose qui serait arrivé juste parce qu’elle avait entendu des histoires de son père. Si elle ne s’était pas intéressée au garçon appelé Alus, elle aurait probablement continué à courir après le prince de ses rêves.

Chaque fois que Vizaist parlait de lui, il ajoutait toujours des détails inutiles. Il le faisait probablement inconsciemment, mais c’était son opinion sur Alus. Et c’est ainsi que l’image que Felinella se faisait d’Alus s’était étoffée.

Cet Alus était loin d’être un être humain parfait. En fait, il avait un côté horriblement fragile. C’était un magicien imparfait qui gardait pour lui sa douleur, maintenant sa position isolée au sommet par une force anormale. Elle s’imaginait même entendre le cri de son âme, quelque chose qu’il n’aurait jamais dit à voix haute.

À un moment donné, Felinella avait fini par comprendre comment le monde fonctionnait, et elle avait réalisé l’environnement déraisonnable dans lequel il se trouvait. Et lorsque Vizaist avait parlé de lui d’un ton lourd, elle avait versé plus que quelques larmes. L’histoire du magicien qui se battait seul lui rappelait les nombreuses mauvaises fins d’histoires qu’elle avait entendues. C’est pourquoi Felinella voulait vraiment être plus proche de lui.

Elle était consciente qu’il était stupide de se languir de quelqu’un qu’elle n’avait pas encore rencontré, mais c’était ses vrais sentiments. En fait, elle commençait à se dire que ses sentiments étaient plus proches de la réalité parce qu’elle ne l’avait pas encore rencontré en personne, et qu’elle ressentait toujours cela.

Elle avait vu une photo de lui une fois au milieu d’une mission. Ses sentiments étaient restés inchangés. Ils étaient vraiment réels.

Le visage d’Alus était sans expression, mais une morosité inexplicable planait sur lui, comme s’il portait l’isolement et le chagrin, faisant ce qu’il pouvait pour la nation. Pour Felinella, cela ressemblait à l’expression de quelqu’un qui ne connaissait pas de bonheur dans le monde.

Alors qu’elle voulait le libérer de ses chaînes, elle avait compris, au cours de ses missions, que la magie était la seule chose qui pouvait vaincre les Mamonos et que les magiciens étaient très précieux.

C’était juste la façon dont le monde était sale. C’était juste à quel point le monde exigeait des sacrifices.

Depuis lors, lorsque Felinella était dans une situation difficile, elle se disait qu’Alus l’était encore plus.

C’est alors que le nom d’Alus Reigin avait cessé d’être évoqué lors des missions. Même lorsqu’elle l’avait demandé à son père, tout ce qu’elle apprenait était qu’il était vivant, mais que tout le reste était inconnu.

Elle n’avait pas le sang-froid nécessaire pour chercher à le rencontrer, et elle craignait qu’il ne soit dans une situation difficile — et qu’elle ne soit pas encore digne de lui.

L’attendre n’était pas acceptable, mais l’endroit où se trouvait Alus restait inconnu.

Même dans son anxiété, elle avait poursuivi ses efforts et avait atteint le domaine des trois chiffres en tant qu’étudiante.

À la fin de la première année, elle avait été convoquée dans le bureau de la directrice. Elle avait été choisie comme représentante pour prendre la parole lors de la cérémonie d’accueil des nouveaux élèves. C’était bien sûr un honneur, et elle avait immédiatement accepté. Ce faisant, elle avait vu par hasard les profils des nouveaux élèves inscrits.

Cela devait être une coïncidence. Mais parmi les profils, elle avait vu le nom d’Alus Reigin.

Son cœur avait bondi, comme si elle avait senti le destin à l’œuvre.

Après cela, elle avait pratiqué sa salutation sans fin et l’avait affinée. Elle ne pouvait pas se permettre de se mettre dans l’embarras. Elle ferait tout ce qu’elle pourrait pour qu’il se souvienne d’elle.

Felinella avait passé plus de temps à répéter son discours de quelques minutes qu’à préparer ses examens.

Cependant…

Les projecteurs l’avaient éclairée, et elle avait porté le micro à sa bouche. Peu après le début du discours, elle avait parcouru des yeux tous les nouveaux étudiants pour le trouver.

Elle avait cherché, mais… sa voix joyeuse avait progressivement baissé de ton, et une légère déception avait jeté une ombre sur son expression.

Il n’était pas là.

Ce n’est pas comme si elle n’avait pas été capable de le trouver. Au lieu de cela, elle avait vu un siège vide et elle était convaincue que c’était le sien. Lorsqu’elle s’en était rendu compte, sa voix avait faibli pendant un instant.

Finalement, Felinella avait accompli son devoir, comme on l’attendait d’elle. Elle avait encore tout le temps du monde, se disait-elle. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle pensait que s’il était à l’Institut, il devait avoir pris sa retraite militaire. Mais elle n’en avait pas entendu parler par son père, alors elle n’était pas sûre.

Soudain, elle se souvint de quelque chose qu’il avait dit auparavant : le gouverneur général avait désormais le pouvoir de donner des ordres à Alus. Vizaist avait eu l’air étrangement enthousiaste quand il en avait parlé.

Il était rentré tard un soir, ivre mort, parlant fièrement d’Alus comme s’il parlait de lui-même. « Alus est enfin devenu un Single Digit. »

En tenant compte de cela, il était probable que son père ne savait pas qu’Alus était inscrit à l’Institut. Felinella devrait éventuellement le lui dire, mais elle pouvait attendre un peu plus longtemps… au moins jusqu’à ce qu’elle puisse rencontrer Alus.

Avec cette pensée en tête, cet instant tant désiré était venu en ce jour où elle se tenait devant le dortoir des filles.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire