Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 3 – Chapitre 11 – Partie 3

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 11 : Le Jardin de la Folie

Partie 3

Avec un sourire satisfait, Godma s’était éloigné de Mélissa et avait sorti à nouveau ce petit appareil. Il était juste assez grand pour tenir dans sa paume et comportait plusieurs boutons. « Et je crois que tu as suffisamment réfléchi à tes actions. Maintenant, il est temps pour toi d’aller dormir. »

« S’il vous plaît, arrêtez ! »

Ignorant le cri aigu de Melissa, Godma avait souri et avait appuyé sur un bouton de l’appareil.

Avec un clic, la conscience de Melissa avait sombré. Elle avait l’impression de tomber dans l’obscurité, en même temps qu’elle sentait quelque chose d’autre flotter vers le haut. Quelque chose qui n’était pas elle remplissait sa coquille vide.

C’est ce qu’elle craignait plus que tout. L’idée de se demander qui elle était, était une perspective effrayante.

Elle ne savait même pas si elle serait capable de remonter à la surface. Et le fait que son corps puisse bouger alors qu’elle n’était pas consciente l’avait fait s’interroger sur sa raison d’être.

Finalement, lorsque toutes les forces avaient quitté son corps et que la lumière avait disparu de ses yeux, Godma lui avait donné des instructions d’une voix douce.

Devenu une marionnette obéissante, le corps de Melissa se déplaça mécaniquement, exécutant l’ordre qui lui avait été donné. Son corps quitta la pièce, retournant à la « maison » où elle serait entourée de sa grande famille.

Arrivée à l’endroit désigné, elle s’était arrêtée et était restée immobile.

En effet, elle se trouvait dans l’une des rangées d’expériences qui remplissaient une vaste salle. La façon dont elles étaient alignées, de manière si ordonnée, les faisait ressembler à des armes de guerre avant une attaque.

Il y avait une autre expérience qui se tenait à l’avant avec Melissa, gardant le silence. Celle-ci avait une particularité : ses yeux étaient de couleurs différentes. L’un d’eux semblait être un œil artificiel avec une transparence qui le faisait ressembler à du verre. Malgré ses cheveux courts, sa mâchoire fine tout comme les bourrelets sous la robe indiquait qu’il s’agissait d’une femme.

Godma avait lentement suivi Melissa, s’approchant de l’autre expérience. Il lui avait légèrement tapé l’épaule, comme pour lui montrer sa profonde affection.

Pendant qu’il le faisait, l’expérience aux yeux étranges clignait lentement des yeux.

« Tu connais ton rôle, n’est-ce pas ? C’est aussi pour cela que nous avons attaqué. »

Les lèvres de l’expérience singulière — Yeux Étranges — avaient tremblé un instant avant de bouger. « F-Fuir… Fuir. »

Godma acquiesça à la réponse satisfaisante, et retourna dans l’autre pièce pour regarder à nouveau les écrans.

Ses yeux s’étaient fixés sur l’un des enregistrements qui avaient été diffusés auparavant.

Ses lèvres fines s’étaient tordues en un sourire, et ses yeux sombres semblaient enchantés.

« C’est une possibilité quasi non scientifique, mais ce n’est pas mal pour une coïncidence. Ne penses-tu pas cela... Alice ? »

 

***

Il était un peu plus de midi, peu après que Tesfia ait emmené Alice dans le dortoir des filles.

Un silence, et un léger sentiment mélancolique avaient envahi la pièce comme si la fête venait de se terminer. L’entraînement était la prochaine activité au programme, mais comme les filles allaient manger avant de revenir, Alus avait un peu de temps devant lui.

Pourtant, quand elles étaient parties et que Loki s’était dirigée vers la cuisine, elle s’était retrouvée à devoir préparer quatre tasses de thé.

Le moment de calme avait été rapidement rompu par l’apparition d’un visiteur impoli.

« Entrez, » dit Alus d’un ton exaspéré, poussant la personne à entrer, ayant repéré une présence.

Juste à ce moment-là, le son de la cloche signalant l’existence d’un visiteur avait retenti. La porte robuste s’était lentement ouverte, et on pouvait voir la personne en question flâner avec une expression déprimée.

« Directrice. Désolé de t’avoir fait attendre. »

C’était bien sûr sarcastique, mais la personne en question ne semblait pas s’en soucier. « Oh non, pas besoin de s’inquiéter… en fait, pourriez-vous ne pas m’appeler avant même que je sonne ? Vous m’avez fait peur. En fait, je me sens stupide d’avoir utilisé la magie pour me précipiter ici. »

C’est quoi cette façon de parler alors que c’est elle qui est arrivée à l’improviste ? Alus en avait un peu marre, mais il répondit quand même avec apathie. « Alors, qu’aurais-tu préféré que je fasse ? »

Cisty s’était éclairci la gorge et avait redressé sa posture. Elle avait ensuite appuyé son doigt sur une sonnette imaginaire et avait dit. « Ding dong. »

L’idée de devoir participer à cette farce dérangeait Alus, il avait donc décidé de s’en sortir de la manière la plus rapide possible.

En conséquence — « … Entrez. »

« Merci de me recevoir ! »

Finalement, il avait suivi l’exemple de Cisty, ce qui avait semblé apaiser un peu sa colère. Après avoir hoché la tête en signe de satisfaction, elle réalisa soudain quelque chose. « C’est moins un lieu de vie qu’un laboratoire. Avez-vous vraiment besoin d’une porte aussi épaisse ? »

« C’est quelque chose que le gouverneur général a fait de son propre chef. L’équipement ici est assez cher, et les matériaux sont encore plus précieux. Il est normal qu’il soit strictement sécurisé. »

Cisty avait un regard qui disait que rien ici ne semblait si cher… ou plutôt, qu’elle n’y comprenait rien. Elle avait lu tout ce qui se rapportait aux manuels qu’ils utilisaient pour étudier, mais elle n’avait aucun intérêt pour le matériel de recherche ennuyeux qui n’était pas directement lié à la magie. Cependant, tous les matériaux ici avaient une valeur assez élevée.

Cisty avait beau regarder autour d’elle, cela ne ressemblait pas à la chambre d’un magicien. C’était plutôt la chambre d’un chercheur. Même l’équipement était comparable à un équipement militaire. Mais après avoir jeté un coup d’œil à la pièce, ça avait perdu tout intérêt pour elle.

« Euh, n’as-tu rien d’autre à faire ? » Alus n’avait aucune idée de la raison pour laquelle elle s’était montrée, et se demandait sérieusement si elle était juste là parce qu’elle avait du temps à perdre.

« … Quelle impolitesse ! Il n’y a rien d’étrange à ce que la directrice inspecte la chambre d’un élève, n’est-ce pas ? »

« Non, c’est vraiment étrange. » Le menton dans la main, Alus avait déjà du mal à faire face au comportement de Cisty. C’était sans aucun doute son terrain de jeu, mais il avait l’impression que Cisty prenait l’initiative.

Finalement, Loki repéra une ouverture et apporta deux tasses de thé.

« Merci, Mme Loki. C’est comme si je ne pouvais rien demander de plus. » Prenant sa tasse, Cisty se dirigea non pas vers la table, mais vers le bureau d’Alus.

« Je préférerais que tu ne traînes pas trop longtemps ici, juste pour que tu le saches. Je dois veiller sur cette paire négligée après ça, » dit Alus, en faisant référence à l’entraînement de Tesfia et d’Alice.

« Je ne suis pas assez libre pour traîner. Après tout, il semble que mes élèves soient des travailleurs acharnés qui participent énergiquement à des activités même en dehors de l’école. »

« La directrice ne serait-elle pas fière d’avoir un groupe de travailleurs acharnés ? Et au fur et à mesure que des élèves comme ceux-là se rassemblent à l’Institut et se développent, tu peux prendre les choses encore plus facilement. Je me sens envieux rien qu’en l’imaginant. »

Son sarcasme ayant été accueilli par le sarcasme, Cisty esquissa un bref sourire avant de soupirer délibérément. Prenant une gorgée de thé, elle s’était assise au coin du bureau d’Alus et regarda les documents qui s’y trouvaient.

Bien qu’ayant été élevé dans l’armée, Alus n’était pas assez rustre pour évoquer les bonnes manières à propos du comportement de Cisty, mais il craignait tout de même qu’elle ne renverse sa montagne de papiers.

« Alors vous vous souvenez vraiment, » soupira Cisty.

« Tu aurais dû te plaindre à l’époque. »

Bien sûr, Alus et Loki s’étaient souvenus de la grande invasion de Mamonos qui avait eu lieu il y a plusieurs années. Après tout, ils étaient en première ligne de ce qui pouvait être considéré comme l’une des trois plus grandes menaces de l’histoire pour la nation d’Alpha.

« Vous n’avez pas changé. De toute façon, une fois que vous avez atteint un certain statut, il est difficile de se ménager, » déclara Cisty.

« Oui… tu as raison sur ce point. »

« Mais vous n’avez toujours pas renoncé à défier l’impossible. Vous l’avez déjà réalisé, n’est-ce pas ? Le problème fondamental… est que c’est impossible parce que nous ne sommes que des humains. »

L’excuse d’Alus pour vouloir se reposer était qu’il pouvait ainsi se concentrer sur ses recherches. Et cela avait été indirectement causé par quelque chose d’inutile que Cisty avait une fois soulevé. « Bien sûr. Cinq ans se sont écoulés depuis que j’ai commencé mes recherches, mais je m’en suis rendu compte dès ma première année. »

« Mais vous continuez quand même. »

« En tant que chercheur, tu te rends compte que quelque chose a de la valeur précisément parce que c’est impossible. Je semble être possédé par l’impossibilité de cette notion que j’ai entendue de ta part. Je n’ai aucun scrupule à en faire l’un de mes thèmes de recherche. »

« Vous êtes vraiment étrange, » déclara Cisty d’un ton abasourdi, et elle regarda Alus comme s’il était une sorte d’excentrique. Elle avait rapidement couvert ses lèvres avec sa tasse, mais elle avait probablement un sourire calme en dessous.

C’est alors que la cloche du laboratoire avait retenti à nouveau. Un autre visiteur attendait la permission d’entrer par la porte ouverte. La raison pour laquelle elle était ouverte était due aux considérations de Cisty.

« Directrice, vous êtes là. »

« Oui, je vous attendais, Mme Felinella. »

Et avec ça, les quatre tasses de Loki avaient atteint leur destination. Elle avait probablement scanné son environnement une fois que la directrice était arrivée, et avait remarqué qu’une autre personne allait probablement se montrer bientôt.

Apparemment, Cisty avait choisi d’apparaître à ce moment-là pour pouvoir écouter le rapport de Felinella.

Embêtée par la déclaration problématique de Cisty, Felinella avait jeté un regard interrogateur à Alus. La raison, bien sûr, était que la mission d’Alus était classifiée et que même la directrice n’était pas au courant des détails.

Felinella avait reçu sa tasse de Loki et avait attendu la décision d’Alus.

Alus s’était adressé à Cisty, convaincu de quelque chose. « Je vois, tu as donc pris les devants et parlé avec le gouverneur général. »

« Bien sûr. Ce serait une négligence de la part de la directrice de ne pas être au courant de toute l’histoire quand mes étudiants sont impliqués. »

« Et vas-tu participer à la mission ? »

« Malheureusement, j’ai encore une tonne de travail à faire. Mais puisque l’Institut a été attaqué, je voulais au moins entendre ce que vous aviez à dire. Personne n’a une vision plus claire de l’incident que les personnes concernées, non ? »

Alus s’attendait à ce qu’elle ne prenne pas part au plan, mais il avait objectivement décidé d’accepter que Cisty entende le rapport de Felinella. Surtout si elle avait l’autorisation du gouverneur général.

Il avait encouragé Felinella, mais elle semblait encore un peu hésitante.

Elle s’était excusée auprès de Cisty et s’était lentement levée. La tasse était toujours dans sa main, mais la surface du thé n’avait pas bougé le moins du monde tandis qu’elle se dirigeait élégamment vers Alus. Après avoir posé sa tasse et sa soucoupe sur le bureau d’Alus, elle se penche vers lui pour lui chuchoter à l’oreille.

« … Vous êtes sûr que ça va ? La directrice a peut-être des liens profonds avec l’armée, mais elle n’est plus une soldate. Elle n’a pas besoin d’être sous leur commandement. En fait, si elle agit de son propre chef, elle risque de compromettre toute la mission… hein !? »

La respiration surprise de Felinella avait atteint l’oreille d’Alus. Alors que ses cheveux voltigeaient, un parfum élégant, différent de celui du thé, parvint à son nez.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire