Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 3 – Chapitre 10 – Partie 6

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 10 : Une attaque étrange

Partie 6

Loki avait probablement ramené Alice au dortoir après leur entraînement. Pendant qu’elle y était, elle avait aussi pu sortir faire du shopping.

Un étrange silence planait à l’arrière-plan de la pièce vide. Les moments où le jour se transformait en nuit et inversement était celui où le cœur d’Alus était le plus étriqué. C’était en partie exacerbé par le fait qu’il était seul.

Mais sa vie dans le Monde Extérieur était profondément ancrée en lui. C’est à ces moments de la journée, lorsque les mamonos commencent à exercer leur pouvoir, qu’il se sent le plus mal à l’aise.

Essayant de calmer son cœur, Alus apporta l’échantillon de sang prélevé sur l’intrus à l’analyseur.

En attendant les résultats, il se dirigea vers la cuisine pour passer le temps qu’il avait devant lui. Mais il s’était vite rendu compte qu’il ne savait pas où se trouvait quoi que ce soit, car il faisait rarement du thé lui-même.

Cette zone devenait déjà le territoire de Loki. Il savait que le thé avait meilleur goût quand Loki le faisait.

Alors qu’il pensait lui demander d’en faire à son retour, il remarqua que de la vapeur s’élevait d’un pot posé sur le coin de la table.

Alus souleva le couvercle, bien qu’il l’ait fait timidement pour une raison inconnue. L’intérieur était rempli d’un liquide portant l’odeur du thé. Il était translucide au point d’être capable de voir le fond, et il avait une couleur ambrée brillante.

Lorsqu’il retira le couvercle, le riche parfum avait rempli le laboratoire en un instant. Il n’avait pas encore bu une seule gorgée, mais l’arôme qui entrait dans son nez reproduisait parfaitement le goût, et il s’était répandu dans tout son corps.

« C’est pratiquement du domaine de la prémonition, » plaisanta Alus. C’était comme si Loki avait une connaissance totale du rythme quotidien de sa vie, y compris de son estomac. Jusqu’où pouvait aller sa considération pour lui… ?

Pour l’instant, il se laissa aller à goûter le thé parfumé, versant avec reconnaissance le liquide dans une tasse. Remerciant sa partenaire trop attentionnée du plus profond de son esprit, il prit une gorgée. Cela avait suffi à calmer ses sentiments.

Il pensa sérieusement à demander à Loki de lui apprendre comment le faire un jour, mais il sentit aussi qu’il ne pourrait pas le faire mieux que ça.

Après avoir fait une pause, les résultats de l’analyse sanguine avaient été transférés sur le terminal de son bureau. Alus apporta la tasse et la soucoupe et il jeta un coup d’œil à l’écran. Il en avait une idée générale et haussa les épaules en constatant que sa prédiction était juste.

« … Je me suis dit que c’était quelque chose comme ça. » Il posa sa tasse et fit défiler la grande quantité d’informations sur le mana. Des informations similaires étaient diffusées sur un autre écran virtuel. Il compara ensuite les deux écrans. Incidemment, le second écran affichait les résultats de l’analyse d’Alice.

Alus avait lu les deux écrans, s’arrêtant lorsqu’il avait atteint la partie concernant leurs défauts. Comme prévu, il semblerait que l’intruse ait acquis son affinité pour la magie de lumière après sa naissance. Ses informations montrent des signes d’effacement du facteur mana original. Les informations sur le mana avaient été remplacées par les informations requises pour obtenir la capacité d’utiliser les éléments.

Alus s’était alors demandé si faire quelque chose d’aussi violent permettrait vraiment de manipuler l’attribut de lumière. Cela ne pouvait même pas être appelé un accomplissement positif. Cela n’empêcherait-il pas quelqu’un d’utiliser les éléments, ou la magie, tout simplement ?

Mais en réalité — l’intruse avait utilisé la magie de lumière. Les données recueillies à partir du sang de l’intruse n’étaient utilisables qu’à titre de référence.

Ensuite, Alus commença à chercher la partie qui pesait le plus sur son esprit.

Le mana contenait également des informations très fondamentales. Le terme technique pour cela était « Mots fondamentaux ». Les informations du Mana devenaient de plus en plus denses au fur et à mesure que l’utilisateur gagnait en expérience et en mémoire, et elles étaient donc en constante évolution. Les combinaisons atteignaient un chiffre absolument astronomique.

Cependant, les Mots fondamentaux d’une personne ne changent jamais, ce qui constitue une caractéristique définitive. En tant que tels, ils étaient utilisés dans des systèmes d’identification des individus, comme les serrures de porte.

Les copies exactes n’existaient pas, mais certaines parties de l’information du mana étaient toujours héritées. La raison pour laquelle l’affinité d’un parent influençait si facilement celle de l’enfant était qu’une partie de l’ADN ne changeait pas.

L’affinité d’un enfant pour les six attributs de base avait déjà été influencée par les affinités de ses parents au moment où il avait reçu la vie. Il est encore possible de changer après la naissance, mais c’était généralement établi au moment où le système nerveux autonome se développait.

L’opinion selon laquelle il est très probable que les éléments aient été acquis avant la naissance s’explique par le fait qu’il existe de nombreux cas où l’acquisition de la magie de lumière avait été reconnue avant l’établissement susmentionné.

De plus, la relation entre les Mots fondamentaux et les éléments restait inexpliquée. Il était impossible de déchiffrer chaque combinaison de symboles composant les milliers de caractères connus sous le nom de Sorts perdus.

Pas une seule personne n’avait trouvé un principe ou une combinaison pour la formation des éléments. Cette question était considérée comme l’une des plus importantes dans le domaine de la magie.

Tout d’abord, l’emplacement des Mots fondamentaux différait d’une personne à l’autre. C’est pourquoi même Alus n’avait d’autre choix que de faire défiler les pages à l’infini pour les trouver.

Il était bien sûr aidé par le programme de déchiffrage avancé qu’il avait fabriqué lui-même, mais même celui-ci avait ses limites. Donc, à la fin, c’était une bataille d’endurance et de volonté.

« — Hm !? »

Finalement, il arrêta de faire défiler l’écran tandis que ses yeux scrutaient les chaînes de caractères à l’écran. Non, il avait instantanément tout lu et tout compris, et ce que cela signifiait.

Avant qu’il ne le sache, Alus avait inconsciemment fait claquer sa langue. C’était le résultat et les effets des recherches de Godma.

Il ressentit alors un sentiment nauséabond, comme si ses émotions avaient été jetées dans un mixeur. Mais il était sûr que le point de départ de cette recherche avait un sens. S’il était possible de créer d’excellents Magiciens après la naissance, on pouvait s’attendre à ce qu’ils constituent une force suffisante pour repousser les Mamonos. L’accent avait été mis sur l’attribut de lumière parce qu’il pouvait être utilisé pour inhiber la régénération.

En un sens, les recherches de Godma avaient le même but et la même finalité que celles d’Alus.

Mais la réalité n’était pas aussi simple. Les recherches de Godma dépassaient de loin le code éthique établi par les sept nations.

De plus, cela entravait les progrès des recherches d’Alus, une chose à laquelle il avait consacré son précieux temps. En raison de ces deux points, Alus ne pouvait pas accepter les recherches de Godma.

Il n’allait pas se laisser influencer par ses émotions. Il n’y aurait pas d’entraves à la mission. C’est juste qu’il considérait l’existence de Godma et les résultats de ses recherches comme nuisibles.

Une simple addition montrait que les recherches de Godma pouvaient être bénéfiques à l’humanité. Elle pourrait même être bien plus efficace que de passer du temps à former des personnes comme Tesfia et Alice pour qu’elles deviennent des magiciens compétents.

Cependant, il y avait des problèmes évidents avec les moyens et le processus. C’est ce qui avait dégoûté Alus.

Alus avait la fierté d’être le plus grand magicien du monde. Il était également persuadé que cette recherche révoltante qui violait le code d’éthique n’était pas supérieure à la sagesse qu’il transmettait, ou au temps qu’il passait à former les deux filles.

Quoi qu’il en soit, Alus n’allait pas reculer devant cette situation. C’est pourquoi il allait veiller sur elles jusqu’à la fin.

« Je suis désolée d’être en retard. » Ouvrant silencieusement la porte et entrant, Loki confirma qu’Alus était chez lui et elle s’excusa de son retard.

Alus n’avait aucun moyen de savoir si elle était en retard ou non, puisqu’il ne savait pas quand elle était partie, mais il était sûr qu’elle ne disait ça que parce qu’il était rentré avant elle. « Bon retour. »

Loki, les yeux baissés, se dirigea vers la cuisine pour préparer le dîner. Il semblait que les préparatifs étaient déjà faits, car elle sortit une assiette de nourriture soigneusement préparée. Normalement, ils dînaient ensemble, mais elle avait dû sentir l’atmosphère autour d’Alus, car elle s’était empressée de sortir une assiette.

Voyant sa considération, Alus engagea la conversation pour changer de sujet. Il avait l’impression qu’il allait devenir fou s’il ne parlait pas de quelque chose. « Comment s’est passé l’entraînement d’Alice ? »

« Elle semble avoir compris l’astuce pour le faire. »

« Je vois. Tu pourrais être bonne pour enseigner aux gens. Je vois, c’est bien… » Il n’y avait aucune vigueur dans sa voix, il parlait machinalement.

« … Y a-t-il un problème ? » demanda Loki, soupçonnant quelque chose, alors qu’elle continuait à cuisiner.

Une question née d’une conversation banale. Sa façon désinvolte de demander était un autre signe de sa considération. Alus sourit sèchement à sa partenaire qui connaissait si bien les subtilités des hommes. Tout en pensant qu’il n’était pas de taille face à elle, ses lèvres finirent par se retrousser en un petit sourire. « Non, ce n’est rien. »

Même si la nuance de ses mots laissait entendre que quelque chose s’était effectivement passé, cela ne le dérangeait pas de le faire.

« Je vois. » Même si Alus l’avait nié, le chagrin dans le cœur de Loki n’avait pas disparu. Mais elle croyait toujours que tout allait bien et se concentrait sur sa cuisine, et assez rapidement, un sourire apparut également sur son visage.

Loki empila la nourriture nouvellement préparée dans une assiette. C’est alors que le terminal sur le bureau d’Alus avait émis une alarme inhabituelle.

C’était l’alerte pour un message reçu, et l’attention s’était soudainement détournée de leur vie quotidienne.

« Pas de changement, hein, » marmonna Alus, qui avait arrêté de manger pour jeter un coup d’œil.

Il s’agissait d’un rapport périodique du département des renseignements du gouverneur général contenant des informations que Felinella avait recueillies. Cela se produisait chaque fois, car ces informations influençaient grandement les missions, et des rapports détaillés lui étaient remis.

La mission devait commencer dans trois jours.

Pour l’instant, elle devait commencer en début de matinée, mais si la cible faisait des mouvements suspects, il ne serait pas étrange de recevoir l’ordre de commencer la mission tout de suite. C’est pourquoi Alus regardait toujours immédiatement les rapports périodiques.

Il fallait afficher le rapport sur le grand écran près de la table pour pouvoir le partager avec Loki.

« … Cela signifie-t-il que le commanditaire de Godma, son patron, n’a pas été identifié ? »

« Très probablement. »

Le rapport avait été créé à partir des informations recueillies par les forces d’élite de Lord Vizaist. Et s’il n’y avait pas de nouveaux développements…

« Cela pourrait être un obstacle assez important. Mais il y a toujours une limite de temps. Nous devrons peut-être agir, même si nous n’avons pas encore toutes les informations. C’est mieux que de le laisser s’échapper. » Connaissant les compétences de Vizaist, Alus pensait que tout commanditaire, même s’il était un gros bonnet, serait découvert assez facilement. Mais il semblerait qu’ils aient pu laisser filer l’appât.

Si c’était le cas, il pourrait être difficile de saisir le cerveau. Même si la zone de vie de l’humanité était restreinte, les informations sur les nations en dehors d’Alpha n’étaient pas parfaites. Si le cerveau disparaissait dans un territoire louche, même l’armée aurait du mal à le retrouver.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire