Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 3 – Chapitre 10 – Partie 4

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 10 : Une attaque étrange

Partie 4

« Alus Reigin. Venez tout de suite dans le bureau de la directrice. Si vous ne le faites pas, vos crédits vont rendre leur dernier souffle ! » Cisty faisait l’annonce elle-même d’un ton clairement irrité, et pour une raison quelconque, un bruit de papier déchiré s’y mêlait également.

« Hé ! C’est quoi ce bordel ? » Alus laissa échapper un cri par réflexe, mais ce n’était pas le moment de faire des histoires d’abus d’autorité. La sorcière Cisty pouvait faire disparaître tous ses crédits de son bulletin en un claquement de doigts. « Peut-on vraiment dire “leur dernier souffle” quand on parle de récupérer des crédits ? »

« Bien sûr que non. »

Laissant échapper le soupir le plus lourd de la journée, Alus grimaça en sirotant son thé. Son incapacité à se calmer après avoir fini son thé n’était pas seulement due au fait que ses crédits étaient en danger.

Deux regards s’étaient fixés sur lui, et il pouvait plus ou moins deviner ce qu’ils voulaient dire.

« Sire Alus… »

« Al... »

« Ah bon, j’ai compris, je m’en vais. » Alus posa sa tasse et se leva de sa chaise. « C’est déprimant. Je ne sais pas quand je reviendrai, alors peux-tu escorter Alice jusqu’à son dortoir quand elle aura fini de s’entraîner ? »

« Compris. »

« Je m’en réjouis, chère Loki. »

Loki avait splendidement ignoré Alice alors qu’elle ne faisait qu’un signe de tête à Alus. Ou peut-être que leurs réponses se chevauchaient par accident. Ce n’était pas comme si c’était la première fois qu’il trouvait quelque chose à redire. Mais cette fois, il voulait en venir à l’analyse de l’échantillon de sang qu’il avait obtenu de l’intrus.

Les éléments… ils sont censés être rares…

L’esprit d’Alus était sur la magie utilisée par l’intrus. La magie noire et la magie de lumière étaient des attributs spéciaux désignés sous le nom d’éléments. Contrairement aux autres attributs appris après la naissance, une affinité pour les éléments était quelque chose que l’on possédait à la naissance.

Pourtant l’intrus l’avait utilisé. Un intrus qui avait subi des modifications corporelles, en plus. Il ne pouvait pas en conclure que c’était lié à sa mission actuelle.

Mais il y avait quelque chose qui l’empêchait de la rejeter comme sans rapport.

Sur le chemin du bureau de la principale, Alus avait passé en revue un certain nombre d’idées, mais finalement le bâtiment principal était apparu avant qu’il puisse rassembler ses pensées.

Les dommages causés par l’attaque étaient visibles sous la forme de parties émiettées dans les murs du bâtiment.

Debout devant le bureau familier, Alus hésita un instant. Quel destin l’attendait ? Il ne comprenait pas l’esprit de quelqu’un qui se jetait volontairement dans le danger. Mais en réalité, il n’avait aucun moyen de s’échapper. Ce n’est que maintenant qu’il avait compris comment un élève pouvait se sentir nerveux avant d’affronter le principal.

Quoi qu’il en soit, il avait beaucoup de mauvais souvenirs de cet endroit, surtout avec des élèves mal élevés. Au moins, Cisty ne devrait pas avoir d’engagements préalables cette fois-ci.

Alus s’était finalement ressaisi. « J’entre. »

À l’intérieur, l’élégant bureau était empilé avec des papiers, et un visage fatigué se détachait de cette montagne. Les sourcils froncés de la principale Cisty montraient à quel point elle était de mauvaise humeur. « Tu es en retard ! »

« J’avais quelque chose à faire. De plus, les annonces à l’échelle de l’Institut attirent inutilement l’attention, alors je préférerais que tu ne le fasses plus. »

« Les ordres d’une directrice doivent être prioritaires avant tout ! Et si tu commençais par te montrer rapidement après que je t’ai appelé, je penserais à changer mes habitudes. En plus, tu es… » Faisant la moue comme une adolescente, Cisty avait commencé à adresser une série de plaintes à Alus.

Alus lui avait lancé un « Je ferai de mon mieux » non sincère, mais c’était tombé dans l’oreille d’un sourd.

Après avoir enduré le barrage de mots pendant un certain temps, il avait fait en sorte de pousser la conversation vers le vrai problème. « Qu’est-ce que c’est ? » dit Alus en désignant la montagne de documents sur le bureau. Ils étaient empilés très haut, et s’ils étaient renversés et éparpillés, Cisty aurait sûrement envie de pleurer.

« Ce sont des rapports sur les blessures, et des informations sur les intrus. Tout vient des personnes qui les ont rencontrés, donc je dois encore compiler les informations. » Cisty remua la pile en signe de mécontentement. Elle exprimait son souhait de repousser le problème, mais elle devait tout de même le signaler à ses supérieurs. C’était un travail ennuyeux, mais nécessaire.

« Et qu’est-ce que tu me veux ? Je ne vais pas t’aider avec les rapports, juste pour que tu le saches. »

« Vraiment ? » dit Cisty, d’une voix déçue.

L’avait-elle vraiment appelé pour l’aider avec les rapports ? Là encore, son expression semblait un peu trop mise en scène pour être réelle.

« Si c’est vraiment ce que tu voulais, alors je m’en vais. »

« Eh bien maintenant. Assois-toi. »

Ils se parlaient sans se parler, mais Cisty essayait d’entraîner Alus dans sa façon de faire les choses. Elle avait appris que s’énerver pour tout ne résolvait rien.

Comme pour échapper à sa pile de travail, Cisty se leva de sa chaise et s’installa sur le canapé, face à Alus. Son expression était devenue sérieuse lorsqu’elle aborda la question principale. « Alors, qui étaient-ils ? »

« Pourquoi me demandes-tu ça ? N’étaient-ils pas des intrus ? »

Les sourcils de la directrice s’étaient légèrement froncés en voyant Alus esquiver volontairement la question. Bien sûr, s’il ne le faisait pas, elle l’entraînerait à son rythme.

Elle continua sans changer son expression joyeuse. Même si elle souriait, la pression de Cisty sur lui était palpable. « Te moques-tu de moi ? Je dis que ce n’était pas des intrus normaux. »

« L’as-tu remarqué ? »

Cisty s’était mise en colère après avoir entendu la réponse sans fard d’Alus. Parce qu’elle était la directrice, elle n’allait pas laisser passer une autre blague.

« Honnêtement, je ne sais pas non plus. Celui à qui tu as eu affaire a-t-il utilisé de la magie ? »

« Oui, il a utilisé l’attribut de lumière. »

« Tout comme celui de mon laboratoire. » Il semblerait que tous les intrus aient utilisé l’attribut de lumière. Alus était plongé dans ses pensées.

« Pas de secrets, maintenant. »

« … »

Cisty regarda Alus avec un sourire qui ne laissait aucune place à la négociation.

« Il s’agit probablement d’une sorte d’expérience. En regardant la cicatrice à l’arrière de son cou, elle a probablement reçu des modifications corporelles. Leurs esprits ont également été manipulés. »

« Et bien sûr, ce n’était pas des intrus ordinaires, n’est-ce pas ? »

« Je pense qu’ils avaient une sorte d’objectif… D’après ce que j’ai pu voir, leurs itinéraires d’attaque étaient plus ou moins prédéterminés, » dit Alus.

L’Institut avait divulgué des informations générales sur lui-même au public. Il ne pouvait pas se maintenir sans le soutien des citoyens, donc les faits de base, comme les informations sur les enseignants et autres, étaient facilement accessibles à tous.

En d’autres termes, il était relativement facile de trouver les informations pertinentes afin de préparer une attaque. Mais l’Institut était sécurisé. Et de plus, il ne pouvait pas y avoir autant d’imbéciles téméraires qui attaqueraient un endroit où les magiciens s’entraînent quotidiennement pour vaincre les Mamonos.

« Et quel serait cet objectif ? »

« Je n’en ai aucune idée. Je n’ai pas été capable d’en dire autant. »

« … Mais c’était une attaque de cinq rares utilisateurs de magie de lumière. Il est très possible qu’une organisation soit derrière tout ça. »

« Qui sait ? Si nous en savions autant, nous aurions fait quelque chose avant qu’ils n’attaquent. »

Ce n’était pas comme s’il n’y avait personne d’hostile à l’Institut. Il y avait des organisations et des groupes religieux qui essayaient d’ostraciser les magiciens. Il y avait aussi des cultes qui déclaraient que les Mamonos étaient des messagers de Dieu envoyés sur eux en raison de l’arrogance de l’humanité, croyant que parce que les Mamonos étaient nés avec la capacité d’utiliser la magie, ils étaient plus étroitement liés à elle que les humains.

Il existe de nombreux exemples d’organisations anti-magiciens, d’hérétiques et d’adorateurs de monstres menant des activités terroristes. Cisty avait aussi probablement soupçonné quelque chose comme ça.

Mais Alus pensait toujours qu’ils n’avaient aucun lien avec l’attaque, notamment parce qu’il voyait un lien entre cette attaque et le groupe d’hier. « C’est juste une supposition, mais je ne pense pas que ce soit lié à l’un de ces groupes. »

« Qu’est-ce qui te fait dire ça ? » Cisty lui avait demandé plus d’informations.

Alus leva la main pour l’arrêter. « Tu devras t’adresser au gouverneur général pour en savoir plus. C’est tout ce que je peux dire. » Cela suggérait que la réticence d’Alus était due à une mission militaire secrète.

Le fait de savoir que l’armée était impliquée avait aidé à expliquer les choses à Cisty. « Alors c’est comme ça. J’ai compris. »

« Alors je vais prendre congé. »

« Oui. Bon travail aujourd’hui. »

« Bonne chance pour gérer les conséquences. Il est clair maintenant qu’il y a un trou dans la sécurité, donc je comprends ce que tu ressens. »

« Si tu le sais, alors aide-moi ! »

« Malheureusement, j’ai du travail à faire. » Aller plus loin que ça, c’était chercher les ennuis. Qui sait dans quel genre de problèmes Alus serait embarqué s’il acceptait d’aider ? Sur ce, Alus décida de partir et se dirigea vers la porte.

Lorsqu’il était sorti du bâtiment principal, les étudiants qui s’étaient réfugiés à l’intérieur et dans les dortoirs étaient également sortis. Ils avaient fait du remue-ménage en voyant les traces de la bataille avec les intrus. Alus pouvait aussi les entendre chuchoter à propos de plusieurs professeurs qui avaient été emmenés à l’infirmerie. N’ayant pas affronté les intrus eux-mêmes, ils ressentaient moins de peur et plus de curiosité.

Certains élèves à l’ego démesuré s’étaient vantés qu’ils auraient pu s’occuper eux-mêmes des intrus. En fait, plusieurs étudiants téméraires s’étaient blessés avec des idées de ce genre.

Alus balaya ces discussions vaines et il se mit en route vers le laboratoire. C’est alors que — .

« Monsieur Alus ! »

Une étudiante aux longs cheveux noirs lui avait fait signe de la main en se frayant un chemin à travers la foule d’étudiants jusqu’à lui. Celle qui s’inclinait poliment et lui souriait gracieusement était Felinella, une étudiante de deuxième année.

Alus n’avait rien fait pour mériter cela, mais Felinella était suffisamment bien élevée pour que cela puisse passer pour un salut normal.

Face à cette salutation trop formelle, Alus s’était arrêté à contrecœur. « … Feli, » dit-il doucement, attentif au regard des autres.

« Ça fait un moment. » Cela faisait en effet un moment, mais c’était parce qu’elle avait dit qu’elle se montrerait au laboratoire, mais n’y était jamais passée.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire