Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 3 – Chapitre 10 – Partie 10

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 10 : Une attaque étrange

Partie 10

Le fait qu’elle ait dit de ne pas demander, tout en ayant l’air prête à tout dire à Alice était assez amusant.

Alice tapota la tête de Tesfia comme si elle était un animal découragé. Le fait qu’elle soit étrangement douée pour faire ça en disait long sur le temps qu’elles avaient passé ensemble. « Ce n’est pas grave, assure-toi juste de ramener ces bagages chez toi. »

« Bien sûr que je vais le faire ! J’ai des sous-vêtements et d’autres choses embarrassantes que je ne voudrais pas que tu fouilles, » déclara Tesfia à Alus, son visage rouge dépassant de la poitrine d’Alice.

« Pourquoi diable ferais-je cela ! »

« Eh bien, Al est après tout un adolescent, » déclara Alice avec malice, un doigt sur le menton. « Et puis, c’est une raison de plus pour ne pas… »

« Oui, je les jetterais, » déclara Loki, interrompant Alice.

« Uhm, mais c’est les miens, et pourtant… ? »

« Je les jetterais. »

« Mais je pourrais accidentellement les oublier… »

« Oui, et il se peut que je les jette accidentellement, » poursuit Loki sans hésiter, un sourire suffisant sur le visage. Il semblerait que les bagages de Tesfia n’aient pas passé son inspection sévère.

« Ce n’est pas un accident. Tu es en train de déclarer que tu vas les jeter ! »

« Les objets dégoûtants à l’intérieur sont les dernières choses que Sire Alus a besoin de voir. Tu vas les emporter, n’est-ce pas ? »

« O-Oui… »

Ainsi, la tentative de mettre dans le même panier le plus grand magicien et un garçon ordinaire en pleine puberté avait été tragiquement interrompue. Cela dit, Alus vivait déjà avec Loki et contournait la ligne de l’éthique.

Ramassant le sac qu’elle avait posé, Tesfia s’était assurée de le mettre là où elle pouvait le voir.

« Maintenant, je comprends comment tu me vois, » dit Alus. « Mais bon, il sera jeté de toute façon quand même. »

« Tu ne peux pas ! J’ai enfin trouvé de jolis vêtements. J’ai aussi un cadeau pour Alice. »

« Oh, Fia, tu es seulement rentrée chez toi pour une courte période. Tu n’étais pas obligée de faire ça. »

« C’est bon, je l’ai acheté parce que je le voulais. Ah, j’ai aussi quelque chose pour toi, Loki. Je suis sûre que ça t’ira bien, alors réjouis-toi. »

« … » Loki l’avait déjà qualifié de déchet, mais la considération inattendue de Tesfia la laissa sans voix et perplexe. C’était une surprise totale pour elle et elle ne savait pas comment réagir. « Je vais reconsidérer le fait de le jeter. » Tout ce qu’elle avait pu faire, c’est de laisser rapidement ces mots sortir.

« Oui, merci, » répond Tesfia d’un ton léger — et l’atmosphère de la pièce s’adoucit.

Loki se sentait un peu mal à l’aise, et Alus, à quelques pas de là, présentait une douce lueur dans ses yeux.

Il s’était dit que ces choses-là aussi étaient importantes. Il n’était pas capable de l’exprimer avec des mots, mais cela ne faisait que le rendre encore plus précieux. S’il essayait de l’expliquer, une partie serait sûrement perdue dans la traduction. Cela risquerait de la rendre périmée, ou même d’émousser la reconnaissance de sa valeur. Et surtout, le simple fait d’en parler était grossier.

« Tu n’as pas intérêt à avoir passé tout ton temps à la maison à jouer, » dit Alus en plaisantant, les bords de sa bouche se pliant vers le haut.

« Bien sûr que non ! » répondit Tesfia immédiatement.

Alice et même Loki avaient un peu souri. Cet échange leur semblait nostalgique.

Avant qu’elle ne le sache, l’expression trouble de Tesfia commençait à se briser dans l’atmosphère douce. « Je ne suis pas rentrée chez moi pour faire du cheval… et bien sûr, je ne me suis pas privée de m’entraîner à contrôler mon mana. » Tirant le bâton d’entraînement, qui dépassait légèrement du sac, elle s’était mise en position.

Assez rapidement, elle commença à l’enduire de mana. Bien que lente, la technique de Tesfia était stable et elle couvrait la surface sans interruption. Il semblait qu’elle avait en effet suivi son entraînement. Cependant…

Elle est vraiment facile à lire. Son flux de mana restait encore un peu instable.

En regardant, Alus réalisa que ce n’était pas un problème de technique, mais plutôt dû à une hésitation, un malaise ou une inquiétude. C’était un problème dans son esprit. Le mana avait certainement un lien avec l’esprit et les émotions, mais il est rare que cela soit aussi évident. D’une certaine manière, c’était une manifestation très honnête de son mana, tout comme elle. Même si elle pouvait temporairement s’en distraire, il y avait probablement une sorte d’inquiétude dans l’esprit de Tesfia.

Et c’est Alice qui en avait parlé. « Fia… s’est-il passé quelque chose ? Il n’y aurait pas dû y avoir de problème avec tes notes, alors c’était ta magie ? »

« C’était bien, aussi. En fait, maman m’a même félicitée. » Tesfia avait fait un sourire gêné et embarrassé, mais ses yeux s’étaient abaissés sur le bâton d’entraînement dans ses mains, puis elle avait regardé Alus. « Alors, euh… Al. Ma mère m’a vue quand je m’entraînais à la maison. » Elle afficha un sourire ironique et mal à l’aise.

En voyant cela, Alice avait compris qu’elle avait probablement une inquiétude encore plus profonde, une inquiétude que Tesfia elle-même préférait ne pas aborder. Mais elle fit semblant de ne pas remarquer, disant à la place, « Et tu ne pouvais pas lui trouver d’excuses… »

« Hm ? Y a-t-il un problème avec ça ? » demanda Alus. Il ne devrait pas y avoir de problème à ce que sa famille voie son entraînement. Mais il y avait quelque chose qu’Alus avait complètement oublié.

Alice avait été la première à le dire. « Tu l’as dit toi-même, Al. Ce bâton est fait d’un matériau précieux et il n’en existe que deux dans le monde entier. »

« — ! C’est vrai. Si je me souviens bien, ta mère était une magicienne compétente. »

« Elle était dans l’armée et allait souvent dans le monde extérieur. Elle s’intéresse donc à la magie et en connaît un rayon. »

« Bien sûr qu’elle est ainsi… » Un magicien de premier ordre serait capable de dire quel genre de chose est le bâton d’entraînement juste en le touchant. À l’inverse, son apparence n’était que celle d’un morceau de bois à l’allure effrayante. « Et puis ta mère a dit quelque chose. »

« O-Ouais… elle m’a demandé de qui je recevais des conseils… et qui était cette personne. »

« Je parie qu’elle l’aurait fait. Honnêtement, j’aurais ressenti la même chose. »

Tesfia détourna le regard, se grattant la joue avec embarras.

En voyant sa meilleure amie comme ça, Alice pouvait imaginer la mère de Tesfia la harceler de questions, et un sourire amer apparut sur ses lèvres. « Je parie que c’était dur. Fia n’est après tout pas de taille face à sa mère. »

« Arrgh… »

« Bon sang, tu n’apportes que des problèmes, n’est-ce pas ? »

Comme si elle acceptait les paroles exaspérées d’Alus, Tesfia baissa la tête. Mais elle avait quand même fait de son mieux pour protéger le secret. « Je pensais que tu trouverais cela gênant. C’est pourquoi je n’ai jamais dit à Mère qui m’enseignait, même si elle me le demandait. »

« Eh bien, c’est une gêne, mais c’est aussi une gaffe de ma part. »

Tesfia releva docilement la tête pour regarder Alus, qui réalisa que c’était en partie son erreur. Il était conscient que des considérations de ce genre devaient être prises en compte lors de l’enseignement des deux filles.

« Bonne chance, Fia, » dit Alice en choyant Tesfia, comme pour dire que sa mère finirait par revenir à elle. Elle avait réussi à apprivoiser davantage la fille rousse qui était maintenant aussi docile qu’un animal de compagnie.

Ensuite, Tesfia regarda Alus avec une expression coupable. « Al, je n’ai pas dit ton nom ou ton grade, mais je pense que maman se doute de quelque chose. Je n’ai pas pu… »

« Qu’est-ce que ça peut faire ? Si c’est un ancien soldat, il y a des chances pour qu’elle le découvre tôt ou tard. Surtout quand il s’agit de sa propre fille. C’est normal, non ? » Alus pensait que les parents étaient comme ça, et il n’avait pas tout à fait tort.

Cela dit, comme il ne connaissait pas les parents de Tesfia, ce n’était qu’une présomption de sa part. Si les parents biologiques et les parents adoptifs se comportaient de la même manière, alors Berwick ou Vizaist seraient utiles comme exemples de la façon dont Alus serait traité.

Mais même s’il pensait à ça, la situation n’allait pas s’améliorer, alors il changea de rythme pour quelque chose de plus réaliste. « Bon, maintenant que la bruyante est de retour, vous devriez toutes les deux retourner à l’entraînement. Je vais retourner à mes propres recherches. »

Tesfia leva lentement la main, pour une raison inconnue ne réagissant pas au fait d’être appelé bruyante. « Euh… je peux aussi aider, pour m’excuser ? »

« Oh ? Essaies-tu de me causer encore plus de problèmes ? En fait, comment penses-tu que tu vas m’aider dans mes recherches ? »

« C’est vrai. » Loki n’avait pas manqué l’occasion de lancer sa propre réplique. Elle n’avait pas besoin d’attendre qu’Alus dise quelque chose pour savoir que ses recherches étaient exceptionnellement avancées. Sinon, Loki serait depuis longtemps son assistante de recherche ainsi que sa partenaire.

Mais cette fois, elle renonça à s’immiscer davantage et elle laissa Alice s’expliquer. « Dites-lui, Mlle Alice. »

« Hmm… o-okay. » Alice avait été décontenancée par le fait que le sujet lui soit soudainement soumis, mais elle avait fait ce que Loki lui avait demandé et l’avait expliqué à Tesfia. « Fia, grâce aux recherches d’Al, je suis capable d’utiliser un autre sort maintenant. C’est le genre de niveau auquel il se trouve… donc je ne pense pas que tu serais très utile. »

« … Les bonnes intentions ne suffisent-elles pas ? »

« Hmm, je pense que tu ne ferais que me gêner. » Contrairement à ce qui s’était passé auparavant, Alice avait eu plusieurs occasions d’observer le processus de recherche d’Alus. Quand elle avait vu les chaînes de caractères complexes et les livres sur la théorie avancée de la magie qui traînaient, elle s’était sentie dépassée.

« C’est dommage… fais-moi savoir si je peux faire quelque chose. »

« Si tu as le temps pour cela, mets-toi au travail pour améliorer tes propres compétences. »

« Bon sang… J’ai compris… Je vais devenir beaucoup plus forte avant que tu ne le remarques. » Tesfia avait réfléchi à sa remarque avant de la formuler à voix haute. Le ton de sa voix donnait l’impression qu’elle essayait de se convaincre elle-même, et derrière cela se cachait encore plus d’anxiété.

Comme pour se libérer de ces sentiments, Tesfia avait changé de sujet de force. « … Quoi qu’il en soit, n’est-ce pas génial, Alice ! Félicitations pour l’acquisition d’un nouveau sort ! C’est après tout ce que tu as toujours voulu avoir. » Un regard joyeux était apparu sur le visage de Tesfia, comme si elle était heureuse pour elle-même, et elle avait pris les mains d’Alice si rapidement qu’elle avait un peu perdu l’équilibre.

« O-Ouais. Merci, Fia. Merci encore, Al. »

« Ne t’inquiète pas, » Alus avait simplement accepté ses remerciements. Comme il n’avait pas l’impression d’avoir fait quelque chose de spécial, il se sentait en fait un peu gêné. « De toute façon, tu comprends maintenant, n’est-ce pas ? Je ne fais pas le genre de recherches pour lesquelles tu serais utile. »

« Qu’est-ce qui se passe dans ta tête, au fait ? Être un magicien et un chercheur en même temps, c’est un peu extrême. » La façon de penser de Tesfia était commune aux magiciens. Pour elle, les magiciens étaient purement des personnes qui mettaient les théories en pratique, laissant la recherche sur la magie aux érudits spécialisés.

Derrière le développement massif de la magie, il y avait une division ordonnée du travail, et une poursuite de la logique. C’est peut-être aussi pourquoi le système était si rigide et immuable.

« C’est le problème avec les gens qui ne réfléchissent pas aux choses. Pourquoi n’étudies-tu pas un peu plus la magie que tu utilises ? »

« Hrk... » Après avoir reçu un argument solide, Tesfia avait eu du mal à trouver ses mots. Mais elle se ressaisit rapidement et dit. « Tes sublimes recherches m’ont laissé une profonde impression. Si possible, je te demanderais de transmettre tes enseignements sur les profondeurs de la magie à mon esprit indigne. »

Tesfia tenait les ourlets de sa tunique, mettant une jambe en arrière et s’inclinant, un contraste considérable avec son sourire ironique. Un compliment à l’envers, il semblerait.

« … » Ses intentions mises à part, Alus avait l’impression que c’était la première fois qu’il la voyait se comporter comme une noble. Mais comme il savait comment elle était en temps normal, il se sentait terriblement mal. Normalement, on pourrait être captivé par son apparence, mais Alus ne pouvait pas l’imaginer. « C’est ce que j’appelle de la superficialité. Tu parles d’une perspicacité. »

« Arrgh… c-c’est vrai… J’ai aussi un cadeau pour toi, Al ! Je te le donnerai plus tard. »

Elle peut être intelligente de la façon la plus étrange qui soit. Mais elle est astucieuse dans tous les cas, pensait Alus.

« L’attribut de glace possède une grande variété de sorts. Une fois que tu seras capable de les utiliser, nous pourrons passer aux choses sérieuses. »

« J’ai compris ! » Le sourire malicieux de Tesfia avait été remplacé par un sourire innocent.

« Aussi, si tu retournes au dortoir, assure-toi de manger là-bas. Je ne veux pas que tu profites de nous. »

« Qui est le profiteur ici ! Tu ne prépares même pas toi-même la nourriture. » Tesfia tira la langue de façon puérile dans une maigre démonstration de vengeance.

Après cela, Tesfia et Alice étaient retournées au dortoir des filles pour se changer et manger. Les terrains d’entraînement avaient été réservés pour qu’Alice puisse plus rapidement faire les ajustements minutieux de son nouveau sort. Cependant, elles avaient eu une brève période libre avant cela, en raison de l’heure de leur réservation.

De plus, Tesfia s’était présentée avec si peu de bagages parce qu’elle avait fait renvoyer la plupart d’entre eux et qu’il était temps pour elle de les récupérer.

Finalement, Alus et Loki étaient restés seuls, et le silence avait envahi le laboratoire après que la tempête égoïste soit passée.

Alus soupira, marmonnant. « Bon sang, c’est vraiment bruyant. » Mais pour une raison inconnue, ce n’était pas aussi désagréable qu’il l’aurait cru. Mais encore une fois, si cela devait continuer pour toujours, ce serait un problème en soi. Son esprit s’effondrerait à cause de la fatigue mentale.

Quoi qu’il en soit, c’était le bon moment pour faire une pause. Alors qu’il s’apprêtait à demander du thé à Loki, il remarqua que quelque chose d’étrange était encore là.

« … Est-ce vraiment une idiote ? »

Tesfia était partie et avait laissé ses bagages derrière elle, juste après tout ce dont ils avaient discuté.

Peut-être que c’était vraiment intentionnel. Au moins, son cadeau devrait être à l’intérieur. C’est pourquoi… « Ne le jette pas, Loki. »

« Je sais. C’était une blague. » Loki fronça les sourcils et murmura. « Quelle personne sans espoir, » en jetant un coup d’œil au sac qui contenait un cadeau non seulement pour Alus, mais aussi pour elle.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire