Réincarné en mercenaire de l'espace – Tome 2 – Prologue

***

Prologue

Une lumière éblouissante m’avait réveillé. Un couloir rougeoyant, en technicolor, s’étendait au loin. Loin devant nous se trouvait notre destination — pas plus qu’une fragile et minuscule lueur. Une seule étoile à l’horizon.

« Hé. Tu ne dors pas, n’est-ce pas ? » Quelqu’un grommela derrière moi.

C’est la voix de qui ? Où suis-je au juste ?

Un écran holographique contenant des informations sur cet étrange vol se trouvait devant moi. Une colonne de direction se trouvait également devant moi, équipée de plus de boutons et de jauges que je ne pouvais en comprendre. J’avais étudié ce couloir lumineux fou se trouvant à l’extérieur des fenêtres. Il semblait s’étendre à l’infini, mais peut-être n’était-ce aussi qu’un écran ? Nan, ça avait l’air bien trop réaliste pour être une vidéo.

« Maître Hiro ? » La voix suivante était plus inquiète que furieuse.

Maître Hiro ? Mon nom est Satou Takahiro. Pourtant, pourquoi cette voix m’est-elle si familière ?

Des pas se rapprochèrent de moi.

« Aïe ! » Quelque chose me frappa à la tête.

« Tu as du culot de faire la sieste dans le cockpit. »

« E-Elma, la violence est mauvaise. »

Je m’étais retourné, en tenant ma tête douloureuse. Deux femmes se tenaient devant moi — l’une en colère, l’autre inquiète, tout comme leurs voix.

« Oh ! » J’avais haleté. « Maintenant, je me souviens. »

« De quoi te souviens-tu ? »

Elma. C’était celle qui était énervée. De longues oreilles d’elfe effilées émergeaient de ses cheveux fins et argentés. Ces mèches pâles accentuaient sa peau claire, sa silhouette fine et sa poitrine modeste. Malgré son apparence d’elfe, elle était parée de la tête aux pieds d’un équipement high-tech de mercenaire et portait un pistolet laser à la hanche. En fait, les oreilles étaient ce qui ressemblait le plus à une elfe chez Elma.

Elle s’était retrouvée sur ce vaisseau à la suite d’un malheureux accident. Au cours d’une opération de répression des pirates à grande échelle, son vaisseau s’était déchaîné et avait failli se détruire en s’écrasant sur un vaisseau impérial. J’avais payé la forte pénalité à laquelle elle avait été confrontée, mais elle m’était tellement redevable qu’elle travaillait sur mon vaisseau pour la rembourser.

« Je me souviens… de trucs sur vous deux… et d’autres trucs, » avais-je répondu.

« Nous as-tu oubliées ? » demanda la fille cachée derrière Elma, l’air découragé.

« Non, non, je suis juste trop endormi pour réfléchir, » avais-je répondu.

L’autre fille était Mimi, une femme pétillante aux cheveux et aux yeux marron clair. Elle se cachait d’une manière adorable derrière Elma, ce qui signifiait malheureusement que je ne pouvais pas voir beaucoup de son impressionnante poitrine. Si Elma était modeste dans ce domaine, Mimi était carrément outrageante, comme un croiseur léger comparé à un cuirassé.

Comme Elma, Mimi avait connu des moments difficiles avant de devenir membre de l’équipage. Elle aussi s’était endettée, mais dans son cas, c’était à cause de la mort malheureuse de ses parents. J’avais payé sa dette à la colonie et j’avais donné à la pauvre fille une place sur mon navire, où elle pourrait être à l’abri de la vie dans les rues.

La dette de Mimi ne semblait pas vraiment être de sa faute. Quelque chose dans les frais scandaleux puait la bureaucratie. La colonie avait blâmé ses parents, mais ça ne m’avait pas plu. Après avoir fait taire un méchant fonctionnaire avec une liasse de billets, je l’avais emmenée loin de sa colonie. Tout cela avait été une affaire désagréable, et j’étais content de sortir Mimi de là. Avec l’argent que je gagnais en tant que mercenaire, j’aurais pu facilement subvenir aux besoins de Mimi par mes propres moyens, mais cela ne m’avait pas empêché de lui donner un travail sur le vaisseau. Ainsi, elle avait été formée pour être une opératrice s’occupant de nos communications.

« Sommeil ou pas, c’est tout simplement cruel d’oublier ses propres compagnons d’équipage, » dit Elma. « Surtout après que tu sois avec nous chacune à son tour. »

« Chacune à son tour ? Ce n’est pas une bonne façon de le décrire, » avais-je dit.

« C’est vrai, pourtant. »

« Eh bien, je ne peux pas le nier. »

J’avais un… certain type de relation avec Elma et Mimi.

Il y avait beaucoup de choses dans cet univers que je ne comprenais pas : les coutumes, les habitudes, les lois, etc. Tant de choses restaient impénétrables pour le Japonais que j’étais. L’une des coutumes les plus étranges que j’avais apprises était que les femmes sur le navire d’un homme étaient immédiatement considérées comme ses maîtresses.

Bizarre, non ? C’était bizarre pour moi aussi, mais qu’est-ce que je pouvais faire ? J’étais encore en train d’apprendre à connaître cet endroit et toutes ses coutumes, alors pour l’instant, je devais juste suivre le mouvement.

De plus, Mimi et Elma avaient rejoint mon équipe en sachant très bien ce que ça signifiait. J’étais leur meilleure option, et ce n’était pas comme si je leur avais proposé mon aide juste pour les amadouer. Je voulais vraiment les sauver toutes les deux et renforcer mon équipe en même temps.

J’étais loin de me douter que mes gentilles offres étaient en fait des propositions. Peu importe ce que j’avais l’intention de faire, c’était ainsi ce qu’elles interprétaient, et elles étaient tous deux dans une telle situation où refuser mon offre aurait mis leur vie et leur corps en grand danger. Mimi serait restée coincée dans les bidonvilles, ballottée par des voyous comme un jouet jusqu’à ce qu’elle soit jetée dans une ruelle misérable. Elma n’aurait pas eu un sort beaucoup plus enviable. Si elle n’avait pas payé sa dette, ils l’auraient envoyée dans une colonie pénitentiaire remplie d’anciens pirates de l’espace désireux de mettre la main sur une jolie petite mercenaire comme elle.

Donc, vraiment, elles n’avaient pas beaucoup d’options attrayantes quand j’avais fait mes offres. C’est comme ça qu’on s’était retrouvés dans une relation ensemble. Vous pourriez m’accuser d’être un monstre qui essaie de les utiliser pour le sexe et, eh bien, je ne peux pas être entièrement en désaccord. Mais hé, elles se sont offertes librement à moi. Est-ce que quelqu’un dirait non à une mignonne petite fille et à une elfe fougueuse ?

Ouais, je ne pense pas.

Je n’étais pas un saint. J’avais tendance à penser avec mes envies dans des moments comme celui-ci, aucun monument ne serait érigé pour honorer mes intentions pures. J’étais le genre de gars qui choisissait toujours les options sexy dans les jeux vidéo. Désolé, non, pas vraiment désolé.

J’avais commencé : « Si tu n’aimes pas être avec moi… »

« Personne n’a dit ça, » m’interrompit Elma. Elle s’était détournée, mais pas assez vite pour cacher la rougeur de ses joues.

 

 

« J’aime ça, » déclara Mimi, franche et sérieuse comme toujours.

« Moi aussi, » avais-je dit. « Les filles, je vous aime. »

« Je t’aime aussi ! » Mimi gazouilla.

« Ouais, ouais, ouais, » marmonna Elma.

Mimi s’était réjouie de mes paroles, tandis qu’Elma avait continué à se renfrogner. Aïe, elles sont si mignonnes.

 

☆☆☆

 

Eh bien, il est temps que je me présente correctement. Mon nom est Satou Takahiro, mais les gens de ce monde me connaissent sous le nom de Capitaine Hiro. Peut-être parce que je pilote le seul cuirassé ASX-08 Krishna de l’univers entier, j’appelle mon navire : Krishna.

En ce moment même, nous naviguions dans ce même Krishna le long de l’hyperligne qui reliait les systèmes Garnam et Arein. C’était l’une des façons les plus courantes de voyager dans cet univers, où l’humanité avait laissé sa terre natale loin derrière pour explorer le vaste potentiel de chaque étoile et planète sur l’horizon sans fin.

Se réveiller dans un univers de science-fiction comme celui-là avait été un sacré choc. Je m’étais retrouvé ici, dans le Krishna, que je n’avais reconnu que parce que c’était un vaisseau que j’avais piloté dans un jeu vidéo. C’est vrai : avant de me réveiller ici, j’étais juste un type qui jouait trop à Stella Online, un jeu spatial où je pouvais voler en combattant, en faisant du commerce et en gagnant de l’argent comme je le voulais.

La réalité était bien différente. Ici, Krishna était unique en son genre. Bien sûr, beaucoup de choses dans cet univers étaient similaires à celui de Stella Online — comme les vaisseaux et les produits du jeu — mais il y avait aussi un certain nombre de différences. Si je devais toujours combattre des pirates de l’espace, des formes de vie cristallines dévorantes et d’autres méchants, aucun des systèmes stellaires de la carte de ma galaxie ne correspondait à ceux que je connaissais dans Stella Online. Il y avait aussi un tas d’empires qui contrôlaient des choses dont je n’avais jamais entendu parler dans le jeu.

La confusion n’est pas le mot juste. Dans le jeu, aucun joueur n’avait encore atteint le centre de la galaxie, ce qui signifie que je n’avais aucun moyen de savoir avec certitude s’il s’agissait du même univers ou non. Il se peut qu’il soit tout simplement si énorme que je n’en avais pas encore vu cette partie. Lorsque j’avais vérifié le système solaire de la Terre, par exemple, j’étais revenu les mains vides. Cela ne signifiait pas grand-chose puisque les joueurs de Stella Online n’avaient pas non plus trouvé ce système.

Je m’étais dit que la meilleure chose à faire après m’être retrouvé ici était de me détendre et d’en profiter. J’avais le Krishna, et je pouvais encore le piloter. De plus, j’avais un peu d’argent provenant de ma vie de mercenaire dans le jeu. Autant en profiter, non ?

Ici aussi, il était assez facile de se rabattre sur le rôle de mercenaire. Avec l’aide de Mimi et d’Elma, j’avais éliminé des dizaines de pirates de l’espace et j’avais même joué les héros lors d’une grande bagarre galactique entre deux empires en guerre.

Tout ce dur labeur avait cependant attiré une attention malheureuse. La lieutenante Serena était aussi belle que dangereuse, et elle avait des vues sur moi pour le recrutement. C’est ainsi que nous nous étions retrouvés dans cette hyperligne — nous fuyions Serena et le reste de la colonie. J’avais après tout choisi la vie de mercenaire afin d’être un agent indépendant et libre. Je ne voulais pas être lié à la flotte impériale. Ils pouvaient se plaindre autant qu’ils le voulaient, mais je gardais ma liberté.

De plus, j’avais de plus grands rêves.

Où allaient mener tous ces combats ? Pour moi, avec un peu de chance, à un joli quartier résidentiel sur une planète sûre. Je voulais m’acheter une maison indépendante avec un jardin, surtout pour pouvoir goûter à nouveau au doux nectar du soda gazeux. Je sais que ça semble fou, mais pouvez-vous croire qu’il n’y a pas de soda gazeux dans cet univers ? C’est scandaleux ! Une maison était mon seul moyen de retrouver du soda.

Acheter une maison ne serait cependant pas bon marché. D’abord, j’aurais besoin de droits de propriété foncière dans l’Empire de Grakkan. Cela fait rapidement grimper le prix dans les centaines de millions d’Ener. Il faudra du temps pour gagner une telle somme, alors autant profiter de l’univers en attendant.

Les filles avaient aussi leurs propres objectifs. Mimi voulait savourer toutes les saveurs de la galaxie. Alors qu’elle avait des vues sur toute la nourriture délicieuse, bizarre et merveilleuse que l’univers avait à offrir, j’espérais secrètement ajouter le soda gazeux à sa liste de conquêtes.

Finalement, Elma voulait racheter son indépendance. Cela impliquait de rembourser sa lourde dette de 3 000 000 d’Ener — ou 300 000 000 de yens — envers moi. Ce n’était pas une mince affaire. Elle avait déjà Gagné 260 000 Ener lors de notre dernière bataille, ce qui signifie qu’elle pourrait rembourser sa dette en un an. Cependant, cela ne lui permettrait pas d’avoir un nouveau vaisseau, donc il lui faudrait plus que ces 3 000 000 Ener pour vraiment retrouver sa liberté.

Et c’est ainsi que cet équipage hétéroclite s’était retrouvé en route pour le système Arein, un endroit réputé pour ses avancées en matière de technologie médicale. Je n’avais aucune idée de ce que nous allions rencontrer là-bas. En fait, tout le monde dans cet univers croyait que j’avais entièrement perdu la mémoire lors d’un accident d’hyperpropulsion. La vérité, c’est que je ne savais rien de cet univers, sauf ce qui se trouvait dans Stella Online. Cependant, je ne pouvais pas vraiment dire aux gens que je vivais dans un jeu vidéo. Néanmoins, cette histoire de perte de mémoire inquiétait Mimi et Elma, d’où notre décision de nous diriger vers un système disposant d’un bon équipement médical.

Malheureusement, je ne pouvais pas vraiment refuser le traitement. Cela ne ferait que paraître plus suspect. Et peut-être qu’il y avait vraiment quelque chose qui n’allait pas chez moi. Je veux dire, je ne sais toujours pas comment j’ai atterri dans cet endroit.

En résumé, nous étions allés dans le système Arein à la recherche de liberté et de technologie médicale. Oui, juste la liberté et la technologie médicale. Rien d’autre, surtout pas parce que je fuyais une lieutenante folle qui me surveillait. Non, pas du tout.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire