Réincarné en mercenaire de l'espace – Tome 2 – Chapitre 4 – Partie 3

***

Chapitre 4 : Visites d’usines

Partie 3

Dix minutes de danse dans les rues plus tard, nous étions arrivés à la brasserie.

« C’est l’usine Koryu Beverages ! » s’exclama Elma. « C’est la plus grande brasserie de tout l’empire ! Ils font n’importe quelle boisson dans l’univers, mais leur bière est réputée pour être douce et riche ! »

Elle pourrait aussi bien être la guide touristique à ce stade. Elma était pratiquement étincelante d’excitation.

« Hé, Mimi. C’est moi ou Elma est rayonnante ? »

« C’est bien le cas. Cette elfe fait-elle de la magie ? »

« Hein, ça existe ? Je n’en ai jamais entendu parler. »

« Je ne connais pas les détails, mais il semblerait que oui. »

Pour de vrai ? Je pensais qu’elle n’était qu’une triste petite elfe de l’espace sans une once de magie, mais elle connaissait la magie depuis le début !? J’avais secoué la tête pour dissimuler mon choc.

« Allez, on y va ! Allez, allez, dépêchez-vous ! » Elma avait foncé en avant, son enthousiasme au maximum. Je ne l’avais jamais vue aussi excitée pour quoi que ce soit. Mimi et moi nous étions regardés, avions gloussé et avions suivi Elma dans l’usine.

Comme pour les autres visites, un réceptionniste nous avait accueillis et nous avait conduits à une salle de désinfection. Cette fois, cependant, nous n’étions pas les seules personnes à participer à la visite. La plupart des autres étaient des humains (ce qui était logique — les humains étaient l’espèce la plus commune dans l’Empire de Grakkan), mais Elma était la seule elfe. Les elfes étaient-ils si rares ?

Quoi qu’il en soit, les autres touristes étaient des hommes-lézards, des créatures amphibies ou ressemblant à des poissons, des anémones de mer et des êtres ressemblant à des humains avec des oreilles et des queues d’animaux. Ces choses anémones comprennent-elles au moins la parole ?

« Hiro, arrête de rester planté là et dépêche-toi ! » cria Elma. « On doit aller voir la station de test de goût ! »

« Attends, Elma, » avais-je dit. « Laisse-les faire la visite. Si tu veux juste boire, on peut le faire sur le navire. »

« M-Mais c’est différent quand c’est fraîchement fait ! »

« Arrête de te précipiter, d’accord ? Nous n’avons pas d’autres plans, donc nous n’avons pas à nous dépêcher. »

« Argh… » Elma avait gonflé ses joues et ses oreilles s’étaient affaissées. Elle était comme un petit enfant déçu.

« Font-ils de la bière ? » avais-je demandé.

« C’est bien de la bière que nous faisons, » avait dit notre guide touristique.

« Oh, la bière. D’accord. » J’avais toujours considéré l’alcool gazeux comme de la bière et l’alcool non gazeux comme de l’ale, mais mes connaissances s’arrêtaient là. Dans cet univers, il y avait un manque évident de gaz partout où je regardais. C’était comme s’ils voulaient juste me contrarier.

« Il n’y a pas grand-chose à voir dans le brassage de la bière, » avais-je dit à Elma. « Les machines travaillent rapidement et précisément, alors peut-être que les gens qui aiment les machines trouveront ça intéressant. »

« Y a-t-il des gens comme ça ? » demande Elma, l’air dubitatif.

« J’aime plutôt ça, » dit Mimi. « Il y a quelque chose de satisfaisant. »

« Je ne comprends pas vraiment. »

Elma avait haussé les épaules, mais j’étais d’accord avec Mimi. Il y avait quelque chose d’apaisant à regarder les machines faire leur travail méthodique.

Nous nous étions tout de même dirigés vers la zone suivante : les vins de fruits. Je m’attendais à de grandes cuves remplies de gens piétinant le raisin, mais la vérité était bien plus étrange.

« Est-ce un verger ? » me l’étais-je demandé à voix haute.

Un vignoble remplissait la vaste pièce. Des drones et des bras robotisés bourdonnaient comme des abeilles occupées, pas très différents de la ferme d’aquaculture de tout à l’heure, en fait.

« Oui, » dit Elma. « Ici, on cultive des fruits alcoolisés. Celui-là doit être un fruit du vin. »

« Le fruit du vin ? » J’avais levé un sourcil.

« Mangeons-en ! » Elma déclara. « Koryu Beverages fait aussi du bon vin. » Grâce à nos tablettes, nous pourrions payer deux Eners et essayer ce vin par nous-mêmes.

« Je n’ai jamais bu de vin auparavant, alors c’est assez excitant, » déclara Mimi.

Pendant que j’hésitais, Elma avait appuyé son terminal sur un distributeur automatique et avait reçu un gobelet en papier contenant un seul fruit violet foncé de la taille d’un raisin Kyoho. Elle l’avait lancé dans sa bouche.

« Hmm, » elle gémit. « Le vin est bon, mais les fruits de vin sont encore meilleurs. Mimi, essaies-en un. »

« Es-tu sûre ? Merci. » Encouragée, Mimi en avait jeté un dans sa propre bouche. « Mmph… Ce n’est pas aussi aigre que vous le pensiez, n’est-ce pas ? Ce n’est pas du tout acide. »

« Quand ils le transforment en vin, ils écrasent la peau et les graines avec, » lui expliqua Elma. « Quand tu manges le fruit, tu ne prends pas la peine de le mâcher complètement, n’est-ce pas ? C’est pour ça que tu ne sens pas l’acidité. »

« Wôw, comme c’est intéressant, » dit Mimi. « Ça sent et goûte toujours comme ça, pourtant. J’aime bien, mais je pense que je serais ivre si j’en mangeais trop. »

« Et toi, Hiro ? » dit Elma. « Tu n’es peut-être pas un buveur, mais tu peux au moins prendre une bouchée, non ? »

« Probablement… »

« Et voilà. Ouvre. »

« Aah. » J’avais docilement ouvert ma bouche et Elma m’avait jeté un fruit. Au moment où j’avais mordu, la saveur de l’alcool avait explosé dans ma bouche. Le jus était vraiment du vin. « Le fruit lui-même est alcoolisé ? Est-ce que c’est possible ? »

« Je suppose que ton univers n’avait pas ça, hein ? » dit Elma.

« Le vin que je connais est fait en prenant des raisins — un peu comme ces fruits du vin — et en les écrasant, en les faisant fermenter, en les comprimant et enfin en les faisant vieillir. »

« C’est une façon assez traditionnelle — euh, primitive — de le faire. J’ai entendu dire qu’ils faisaient ça jusqu’à il y a environ deux mille ans. De nos jours, ils le font juste à partir de fruits à vin. »

 

 

« Donc c’est le résultat d’une sélection ou d’un génie génétique, hein ? C’est dingue. » Mon corps s’était réchauffé alors que j’avalais le fruit. Déjà, une rougeur s’était glissée sur mon visage. J’étais vraiment l’ivrogne le plus facile.

Mimi avait haleté. « Maître Hiro, tu es tout rouge ! »

« Pfft ! Ah, comme c’est mignon. »

« Tais-toi ! Mon visage devient rouge quand je bois, d’accord ? Une seule canette de bière suffit à me rendre ivre. »

Mimi m’avait souri tandis qu’Elma avait gloussé et mis un autre fruit du vin dans sa bouche. J’avais couvert mon visage de mes mains, mais cela n’avait fait qu’élargir leurs sourires.

J’avais essayé de changer de sujet à la place. « Passons à la zone suivante, d’accord ? »

« Oui, oui. Passons au suivant, mon petit garçon. »

« Hee hee ! » Mimi avait gloussé. « Petit bébé. »

J’étais parti sans attendre de voir si elles suivaient. Mince. Cela pourrait vraiment être mon talon d’Achille.

Le prochain arrêt de la visite était censé être la section des liqueurs fermentées. Sauf que…

« Est-ce juste une forêt ? » avais-je dit.

« Ce sont des arbres spiritueux, » m’avait dit Elma.

« Des arbres spiritueux ? » Je lui avais fait écho.

« Ouaip. Le whisky naturel qui sort de ces arbres est de première qualité. Ses saveurs sont un cran au-dessus des produits synthétiques. »

« Du whisky synthétique, hein ? » Rien n’a plus de sens. Qu’est-ce que c’est que le whisky naturel ? « Euh, comment font-ils ce truc ? »

« C’est ce que nous sommes ici pour apprendre ! Allez, viens. Ils ont une description là-bas. » Elma avait pointé du doigt un écran vidéo holographique.

Selon la vidéo, la sève même de ces arbres à alcool était un whisky naturel, un peu comme certains érables produisent du sirop d’érable. C’était bizarre, c’est le moins qu’on puisse dire.

La brasserie s’était également essayée au whisky synthétique pour proposer un produit moins coûteux. En ajoutant des arômes à l’alcool, on obtient une saveur de whisky crédible. Pas aussi populaire que le produit naturel, mais beaucoup plus rentable.

« Hmm ! » Elma avait fait un grand sourire en buvant un verre de cette bonne substance. « Le naturel est vraiment le meilleur ! »

« Vraiment ? »

« Hrk ! » Mimi s’étouffa, clignant des yeux de surprise. « C’est un peu trop fort pour moi. »

Je lui avais tapé dans le dos pendant qu’Elma achetait un deuxième verre. Cette elfe allait s’évanouir sur nous si elle continuait à faire ça. Au moment où nous avions terminé la visite, Elma était belle et bien ivre, même Mimi vacillait un peu.

« Eh heh heh heh… Hirooo… »

« Je suis désolée, Maître Hiro… »

J’avais attrapé Elma qui essayait de s’accrocher à moi et j’avais soutenu Mimi avant qu’elle ne finisse par tomber. D’une manière incroyable, nous avions réussi à retourner jusqu’au Krishna.

Plus tard, une fois qu’Elma avait récupéré, elle avait examiné son terminal et avait pâli. Apparemment, elle avait fait des folies en achetant du matériel de haute qualité pour un montant énorme de 100 000 Eners.

« Quel culot tu as, payer 100 000 Ener pour de l’alcool alors que tu n’as même pas commencé à me rembourser, » avais-je dit.

« Ah ha ha… Ha ha ha ha. Pardonne-moi… » Elma avait tapé dans ses mains et avait courbé la tête de façon adorable. Ha ha ha ! Petite coquine.

« Une semaine, pas d’alcool, » avais-je dit. « Si tu en prends en cachette… Heh heh, tu te souviens de ce que j’ai fait l’autre jour ? Tu vas encore avoir droit à ça. Lentement, prudemment, et pendant un certain temps. Selon la Dr Shouko, les gens qui s’y habituent deviennent dépendants. »

« Eep ! Je ne veux pas boire…, » Elma secoua la tête, les larmes aux yeux.

Je m’étais dit que j’avais été assez doux, en y allant doucement comme je l’avais fait. Pas de plaintes, compris ?

Ainsi s’étaient écoulés nos trois jours de repos et de récupération. Je pensais que nous nous en sortions plutôt bien. J’étais loin de me douter des problèmes qui allaient découler de nos petites excursions.

Mais vous savez ce qu’on dit : le recul est de 20/20.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. merci pour le chapitre

  2. Et ben, les amateurs de Whisky seront étonnés de lire ce chapitre 😂

Laisser un commentaire