Réincarné en mercenaire de l'espace – Tome 2 – Chapitre 4 – Partie 2

***

Chapitre 4 : Visites d’usines

Partie 2

« Merci encore de votre visite aujourd’hui. Nous espérons que vous essayerez notre viande de culture de haute qualité dans un avenir proche. » Je n’avais pas osé me retourner pour regarder l’effrayant réceptionniste alors que nous sortions de l’usine. Je n’imaginais que trop bien son sourire.

« Ulp. » J’avais mis une main sur ma bouche pour éviter de faire ressortir des choses.

« Je ne pense pas pouvoir manger de la viande avant un certain temps, » avait déclaré Mimi.

« Voilà pourquoi je ne voulais pas venir ! » cria Elma.

Les choses dont nous avons été témoins là-dedans… Je ne veux même pas y penser.

Il y avait des bassins de tentacules couleur viande, certains de la taille d’un train. Ils ouvraient les tentacules et… argh, je ne peux pas le décrire davantage. Selon la voix off dans la nacelle, ces tentacules étaient de vrais animaux comme des vaches ou des cochons, juste génétiquement modifiés pour améliorer leur comestibilité. Le résultat était, eh bien, toutes les horreurs qui se cachaient dans cette usine. Ils grandissaient rapidement pour devenir de la viande de haute qualité, et ils n’étaient pas censés être sensibles. J’aurais aimé que toutes ces manipulations génétiques les rendent moins… dégoûtants.

 

 

J’avais secoué la tête. « Je ne comprends toujours pas l’intérêt de cet endroit. »

« Cela n’a certainement pas stimulé mon appétit, » avait fait remarquer Mimi à voix basse.

« Encore une fois…, » dit Elma. « Bon, on va aller dans un lieu d’aquaculture ensuite, non ? J’espère que c’est mieux. »

Mentalement épuisés, nous avions fait des pas lourds vers notre prochaine tournée.

J’espère que c’est mieux aussi. Beaucoup mieux.

 

☆☆☆

 

« C’est la, hum… Maika Corporation, » dit Mimi.

J’avais hésité. « Est-ce tout ? »

« Oh non. »

Elma et moi avions été horrifiés. Le bâtiment devant nous aurait pu être un clone de Cierra Corporation. Peut-être était-ce simplement parce qu’il s’agissait de deux usines, mais mon estomac s’était noué à cette vue.

« Bon, on y va ? » proposa Mimi.

J’avais laissé échapper un gémissement. « Argh, je suppose que oui. »

Elma avait la même appréhension. « Bien sûr… »

Nous étions entrés, résignés à notre sort.

« L’intérieur est différent, » avais-je dit, une note d’espoir se glissant dans ma voix.

« En effet, » déclara Elma.

Une réception claire et propre nous attendait. La femme derrière le comptoir s’était adressée à nous d’une manière calme et professionnelle. « Bienvenue. Une réservation pour Hiro, je présume ? » Son uniforme soigneusement repassé complétait son comportement agréable — rien à voir avec le type effrayant de l’usine de viande.

« Oui, madame, » avais-je dit.

« Merci de nous avoir choisis pour votre service de visite de ferme. Mon Dieu, cela fait combien de temps que quelqu’un n’a pas voulu une visite ? Nous aurons tout le personnel… Hm ? Qu’est-ce qu’il y a ? »

J’avais grimacé devant le sentiment de déjà-vu que ses mots avaient provoqué. La réceptionniste avait hoché la tête en signe de confusion.

« Eh bien, on vient de visiter l’usine de viande cultivée de Cierra Corporation, » avais-je dit.

La réceptionniste avait été surprise. « Oh, mon Dieu ! Ces gens affreux vous ont fait subir cette visite bizarre, n’est-ce pas ? Désolée, c’est peut-être impoli de dire du mal des autres entreprises, mais ils sont vraiment terribles. Ils utilisent même le même type de bâtiment que nous, ce qui ne fait rien pour notre réputation. » Elle avait ensuite offert un sourire en coin. « Ne vous inquiétez pas. Notre visite est beaucoup moins répréhensible. Au moins, nous ne vous donnerons pas la nausée. » Son sourire avait fait disparaître mes réticences.

« Je vous le promets, » avais-je dit.

« Pas de problème, monsieur. Tout ira bien. Maintenant, vous devrez être désinfecté au début de la visite. Veuillez passer par cette porte. »

Cette partie, au moins, s’était avérée identique au début de la tournée de Cierra Corporation. Est-ce que cette fumée fait la désinfection ? Est-ce bon de la respirer ? Ça ne va pas affecter mon corps, n’est-ce pas ? Peut-être que je n’ai pas à m’inquiéter, étant donné que la technologie est très avancée ici…

Les similitudes s’arrêtèrent là. Cette fois, nous n’étions pas entrés dans une gondole bizarre, mais plutôt dans un couloir en verre. Cette fois, nous avions pu nous déplacer à notre propre rythme au lieu d’être transportés par navette.

« Wooow, c’est si lumineux ! » déclara Mimi.

« C’est vrai, » avais-je dit. « C’est comme la vraie lumière du soleil. »

« Il y a une description ici, » fit remarquer Elma. « Ça dit qu’ils utilisent une lumière avec une longueur d’onde spécialisée pour la croissance. »

« Hein. Alors, c’est comme une lampe solaire ? » avais-je dit.

J’avais certainement joué à un jeu qui avait un objet similaire, permettant aux joueurs de faire pousser des cultures, quelle que soit la saison. C’était un vrai consommateur d’électricité, mais ce n’était probablement pas un problème dans cet univers. En fait, le Krishna lui-même contenait un générateur avec une puissance plus que suffisante pour alimenter quelque chose comme ça.

« Qu’est-ce qu’ils peuvent bien faire pousser ? » s’était demandé Mimi à voix haute.

« Hmm, je ne sais pas. Du cresson, peut-être ? » J’imaginais le genre de cresson qui va avec un steak.

« Il est écrit ici que c’est un légume à haute teneur en nutriments, » dit Elma. « Apparemment, c’est assez salé. Je suppose que c’est ce qui va dans les cartouches alimentaires. » Hmm, je vois. J’ai entendu dire que les algues et le krill étaient les principaux ingrédients, mais je suppose qu’ils ont mis ça aussi.

Tout dans cette usine était automatisé. Des drones volaient. Des bras robotisés aidaient à faire glisser le cresson (ou quoi que ce soit d’autre) dans la ferme.

Nous nous étions promenés jusqu’à ce que nous arrivions à une zone pleine de piscines.

« Piscines vertes… Est-ce que ce sont des algues ? » avais-je demandé.

« Oui, c’est ce qu’il semble, » répondit Mimi.

Ici, les bras robotisés lançaient des filets pour ramasser les algues et saupoudrent les bassins de poudre brune.

« C’est quoi cette poudre brune ? Est-ce du fumier ? »

« Umm… » Elma avait lu la description, puis avait gémi. « Eww. »

Ça n’avait pas l’air bon. « Qu’est-ce qu’il y a ? »

« Il s’agit des déchets quotidiens collectés sur les navires, » avait-elle déclaré.

« Les déchets de tous les jours…, » Mimi répéta.

« Oh. » Oh, non. Ce truc marron était les déchets du vaisseau. Pas seulement des excréments, mais aussi des restes de nourriture, de l’eau de bain, tout ce dont un navire doit se débarrasser. C’est donc là que les nôtres sont allés après que les autorités portuaires les aient collectés. « Eh bien, c’est une façon de recycler. C’est la même chose que le fumier, d’une certaine façon. »

« C’est vrai, je suppose…, » déclara Elma à contrecœur.

« C’est toujours aussi étrange, » dit Mimi.

« C’est ce que vous dites, mais sur ma Terre, le fumier agricole contient normalement certains types d’excréments, » leur avais-je dit. « Je pense qu’ils utilisaient des excréments de bétail avec des graines de plantes. Ils ont même utilisé des excréments humains il y a longtemps. »

Bien sûr, je n’avais jamais eu à voir une fosse à purin sur Terre. Quelqu’un les utilisait-il encore ? Peut-être juste les petits fermiers. Je n’étais pas sûr.

« Wow, » dit Elma. « Oui, ça ressemble à une planète non développée selon moi. »

« Arrête de dire ça, » avais-je dit. « Ça me fait bizarre, même si je n’arrive pas à comprendre la technologie de cet univers. »

J’avais essayé de l’oublier alors que nous nous dirigions vers une autre piscine. « Est-ce que celui-ci est un bassin de culture de krill ? »

« Celui-là, c’est pour le plancton animal, » dit Elma. « Comme les autres, il utilise les déchets du quotidien comme nourriture. »

« D’ailleurs, je crois qu’ils ont dit quelque chose de similaire à l’usine de viande de culture, » ajouta Mimi.

« Je n’avais pas la force d’écouter les explications. » Ces bassins de tentacules charnus avaient défilé dans mon esprit. Je me souviens très bien des ouvriers qui découpaient des morceaux de monstres tentaculaires de la taille d’un train. Argh, je deviendrais fou si je continuais à y penser.

Heureusement, la zone suivante ressemblait beaucoup plus à une usine ordinaire.

« Oh. C’est donc ici qu’ils fabriquent les cartouches alimentaires, non ? » avais-je demandé.

« Ça a l’air d’être un travail difficile, » commenta Elma.

« Ils jettent tous les ingrédients dans un robot, » dit Mimi.

Elle avait raison. J’avais regardé les ingrédients défiler sur un tapis roulant et entrer dans une machine de traitement. Ils ressortaient de l’autre côté sous la forme d’une pâte familière.

« C’est ce truc, » avais-je marmonné.

« Oui, ça y ressemble. »

Elma leva un sourcil. « C’est quoi le “truc” ? »

« La spécialité d’Arein Tertius… »

« Oui. »

Elma nous avait regardés avec un mélange de pitié et d’horreur. Je n’oublierai jamais la façon dont les yeux de Mimi se sont assombris lorsqu’elle a vu cette pâte verte. Je suis sûr que j’avais la même tête en ce moment. Le simple souvenir du goût de ces shakes nutritionnels me glaçait le sang.

« Alors cette pâte finit dans les cartouches alimentaires ? » dit Elma.

« Il semblerait que ce soit le cas, » avais-je dit. « Ensuite, il passe par un cuiseur automatique et se retrouve dans nos ventres. »

« Je ne crois pas qu’ils fabriquent des cartouches haut de gamme ici, » déclara Mimi. Apparemment, cette usine ne produisait que des cartouches normales. Les trucs classes coûtaient cinq fois plus chères que celles-ci, mais elles n’étaient pas vraiment cinq fois plus savoureuses.

« J’adorerais voir une production de cartouches de haute qualité, » avais-je dit, « mais je suppose qu’il faut plus d’ingrédients ou quelque chose comme ça. »

Elma avait haussé les épaules. « En vérité, je doute qu’ils soient si différents. »

Ensuite, nous avions rejoint la cafétéria, où un panneau nous accueillait : « Dégustez des cartouches de nourriture fraîchement préparée ! Nous regorgeons de cuiseurs automatiques fabriqués par nos partenaires ! Faites-en l’essai. Si vous trouvez quelque chose que vous aimez, les cartouches et les cuiseurs sont disponibles à l’achat. »

J’avais scanné la cafétéria. Beaucoup de cuisinières automatiques de différents fabricants, mais pas de Steel Chef en vue.

« Hé, c’est un système impressionnant. »

« Est-ce ainsi qu’ils font des bénéfices avec si peu d’invités ? » déclara Mimi.

« Qui vient dans ces voyages, à part les gens riches, non ? Les cuisinières automatiques sont chères, donc le fait d’en vendre seulement quelques-unes chaque mois leur permet probablement de faire des bénéfices, » déclara Elma.

« C’est vrai, » avais-je admis.

L’écran comportait également une série de boutons, dont l’un était intitulé « Appuyez ici pour la cartouche alimentaire ». J’avais essayé. Un écran holographique était apparu devant moi, montrant une cartouche alimentaire fraîchement fabriquée et livrée toute chaude de la chaîne de montage. Une musique d’ambiance accompagnait la vidéo. À la fin, ma cartouche de nourriture était apparue de l’intérieur du mur. Tout ça était plutôt hilarant.

Mimi et Elma l’avaient essayé et avaient obtenu des vidéos et des musiques totalement différentes.

« C’est amusant ! » déclara Mimi, ravie.

« Un enfant pourrait appuyer dessus encore et encore, » ajouta Elma.

« Lequel devrions-nous essayer ? » demanda Mimi lorsque nous avions apporté nos cartouches à l’ensemble des cuisinières.

« Sont-ils si différents d’un fabricant à l’autre ? » dit Elma.

« Pourquoi ne pas essayer de commander la même chose sur trois machines différentes pour les comparer ? » avais-je suggéré.

« Bonne idée. Allons-y, » dit Mimi.

Nous nous étions séparés pour commander des omurices à trois cuisiniers différents, et ils avaient tous fini en même temps. Nous avions mis en commun nos butins, divisant les repas de manière égale entre tout le monde.

« Hmm… Wôw. Ils sont différents, » avais-je dit.

« Oui, n’est-ce pas ? » Elma était d’accord. « Les saveurs et les textures sont étonnamment variées. »

« Alors, est-ce que ce serait une question de goût personnel ? » dit Mimi. « Il se trouve que je préfère ceux de la compagnie Circe. »

« C’est celui de Murakumo pour moi, » avais-je dit.

« Je dois aussi aller avec la compagnie Circe, » dit Elma.

Le troisième, celui de la société Cimaz, n’était pas mal non plus, mais il n’avait figuré en tête de liste pour personne.

« Je parie que les différents fabricants ont des spécialités différentes. »

« C’est possible…, » déclara Mimi.

« On ne va pas toutes les essayer, hein ? » dit Elma.

Peut-être que l’un d’eux avait un meilleur curry sur du riz, tandis qu’un autre avait une meilleure cuisine japonaise. Notre Steel Chef était bon en tout, semble-t-il. Ce n’est pas une surprise, nous avions certainement payé pour la qualité avec cet achat.

Pour le dessert, nous avions choisi le pudding, et c’est là que la société Cimaz avait finalement brillé, accréditant la théorie selon laquelle les différents cuisiniers avaient simplement des spécialités différentes.

« Pensez-vous que les familles plus riches pourraient s’équiper de quelques cuisinières pour avoir la meilleure version à chaque fois ? » avais-je demandé aux filles.

« Tant qu’ils ont l’espace nécessaire, je les vois bien s’offrir un tel luxe, » répondit Elma.

« Plutôt que d’acheter plusieurs cuisinières, l’achat d’une seule Steel Chef performante ne serait-il pas plus économique ? » dit Mimi.

« Peut-être bien, » avais-je dit. Avoir autant de cuisinières nécessiterait une tonne d’espace, après tout, et l’espace est très cher dans cet univers. Obtenir une quelconque résidence privée représentait déjà un coût énorme.

Nous nous étions attardés un peu plus longtemps à la ferme d’aquaculture, en prenant un thé avant de repartir.

« Al — co – ol ! Al — co – ol ! » Elma avait rebondi vers la destination de notre visite : une brasserie.

« J’espère que celui-ci est normal, » avais-je dit.

« D’accord. Je pense que tout ira bien, mais…, » Mimi et moi avions échangé des sourires tandis qu’Elma nous précédait en sautillant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Relire la première partie du roman Ravage de Barjavel sur l'''usine à viande de culture'' 🙂

Laisser un commentaire