Réincarné en mercenaire de l'espace – Tome 2 – Chapitre 3 – Partie 1

***

Chapitre 3 : Examens médicaux

Partie 1

Mon joli rendez-vous avec Mimi s’était terminé par un repas à l’endroit que la réceptionniste de la guilde avait recommandé. C’était, euh, une sacrée expérience.

Quelle était leur spécialité, me direz-vous ? Tout d’abord, permettez-moi de dire que beaucoup de gens insistent sur le fait que vous ne prendrez jamais les spécialités d’une autre culture comme vous le faites pour la vôtre, mais je ne crois pas vraiment à ces conneries. Après tout, comment une spécialité pourrait-elle être mauvaise ? C’est leur spécialité !

Enfin, c’est ce que je pensais.

Ici, on ne pouvait pas vraiment goûter le contenu d’une cartouche de nourriture fraîchement préparée, à moins de dîner sur place. Franchement, ce n’était peut-être pas la meilleure idée pour l’établissement de prendre les ingrédients et de les transformer en une pâte pour notre consommation.

C’était rassasiant, oui, et c’était savoureux. Un peu comme un grand milk shake savoureux. Une pâte nutritionnelle pourrait être la meilleure façon de le dire. Mimi et moi n’avions pas pu nous empêcher de froncer nos visages comme des renards tibétains quand nous l’avions mangé. Je m’étais demandé si la réceptionniste ne nous en voulait pas.

Quoi qu’il en soit, à notre retour, Inagawa Technologies nous avait envoyé un message avec une recommandation pour leur hôpital général. Nous nous y étions rendus le lendemain pour nos examens de contrôle.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Elma. « Tu n’as pas l’air très heureux. »

« Désolé. Je ne supporte pas cette cabine là-bas. »

Le destin avait voulu que nous passions devant cet horrible endroit où l’on vend des milk shakes à base de pâte nutritionnelle sur le chemin de l’hôpital. Mimi avait l’air aussi nauséeuse que moi de par cette proximité. D’ailleurs, elle portait une simple tenue de sport avec une veste par-dessus pour pouvoir se déshabiller facilement pour nos examens médicaux — Elma et moi étions habillés de la même façon. Naturellement, nous avions aussi tous nos pistolets laser.

« Était-ce dégueulasse ? » demanda Elma.

« La dame de la guilde me l’a recommandé, mais oui, c’était affreux, » avais-je dit.

« C’était… une expérience précieuse, » commenta Mimi.

Je n’arrivais toujours pas à croire qu’ils considéraient cela comme leur « spécialité », même si je supposais qu’il était vrai que je ne trouverais rien de tel nulle part ailleurs dans l’univers. Au moins, c’était bon marché et rassasiant. Mais je n’avais pas l’intention de devenir un client régulier.

Mimi et moi avions continué à nous plaindre des horribles milk shakes jusqu’à ce que nous arrivions à un grand bâtiment avec le logo d’Inagawa Technologies peint sur le mur.

« Hein, ils l’ont rendu facile à trouver, non ? » avais-je marmonné.

« Il était certainement facile à repérer de loin. » Mimi avait redressé son cou pour observer le bâtiment. Elma, par contre, ne semblait pas trop intéressée.

« Il y a combien d’étages ? » avais-je murmuré en entrant.

« Ils doivent avoir des robots guides ici, » dit Elma.

Qu’est-ce que c’est qu’un robot guide ? Je me l’étais demandé en suivant Elma. Elle avait appuyé son terminal contre une console sur le mur. Elle avait émis un bip, puis un orbe de la taille d’un poing était sorti d’un trou dans le mur.

« Bienvenue ! » dit l’orbe. « Je suis l’unité de navigation N-34. Elma, je serai votre guide jusqu’à votre destination. »

« Wôw, ça c’est de la haute technologie, » avais-je dit.

« Ce n’est pas vraiment… » Elma déclara. « Mais je suppose que ça le serait pour toi, hein ? »

« Héhé, je suppose que oui. »

« Vraiment ? » demanda Mimi.

« Ça l’est, crois-moi, » lui avais-je assuré.

Mimi avait penché la tête sur le côté. C’est vrai, je ne lui avais jamais parlé de mon passé comme je l’avais fait avec Elma. Elle n’avait pas l’air de se douter de quoi que ce soit à mon sujet, alors peut-être que je verrais ce que pense Elma avant de prendre ce risque.

L’unité de navigation N-34 avait roulé dans le hall, nous conduisant vers les ascenseurs.

« Heh heh. » Je gloussais. « Ce truc est plutôt mignon. »

« Vraiment ? Tu as des goûts intéressants, » me lança Elma.

« C’est comme un petit animal mignon. »

« Je suppose que je peux voir ça… C’est comme s’il faisait de son mieux, malgré sa petite taille. »

L’unité de navigation avait choisi un étage, et l’ascenseur avait commencé à monter. Je n’étais pas sûr de savoir comment cela fonctionnait, mais les ascenseurs dans cet univers n’avaient jamais besoin de s’arrêter pour laisser les gens monter et descendre. Vous alliez directement là où vous deviez aller.

L’ascenseur avait sonné, les portes s’étaient ouvertes et l’unité de navigation avait avancé vers notre destination. Il émettait un petit cliquetis en avançant — un élément de conception astucieux, car il était facile à suivre.

« On dirait qu’on y est, » avais-je dit. Une pièce s’était ouverte devant nous. Des médecins et des infirmières en blouse blanche passaient sous les lumières vives. Tout était d’un blanc aveuglant, propre et stérile.

Le robot avait roulé jusqu’au pied de quelqu’un. « Bonjour et bienvenue, » dit la personne. « J’étais en train de vous attendre. »

Elle était à peu près aussi grande que moi, avec des cheveux noirs tressés jusqu’aux hanches. Ses yeux somnolents nous évaluaient derrière d’épaisses lunettes alors qu’elle nous observait, les mains dans les poches de sa longue blouse blanche. Même avec cette lourde blouse, sa poitrine semblait pouvoir rivaliser avec celle de Mimi. C’est excellent.

« Je m’appelle Shouko, » dit-elle. « Je suis la responsable de votre examen médical. Un médecin, vous savez. Enchantée de vous rencontrer. » Son sourire était étonnamment doux.

« Je suis le capitaine Hiro, et voici les membres de mon équipage, Elma et Mimi. Nous sommes entre vos mains, Dr Shouko. »

« Oh, allez, » dit-elle. « Vous n’avez pas besoin d’être si rigide. Soyons tous amis, d’accord ? »

« Oh, vraiment ? Ça marche pour moi. »

Je suis sûr que beaucoup de gens se crispent quand ils voient un docteur qui ressemble à ça.

« Vous êtes donc ici pour un examen médical complet, n’est-ce pas ? » demande la Dr Shouko, en sortant une tablette. D’où sort-elle ça ? Ses mains n’étaient-elles pas dans ses poches avant ?

« Oui, madame, » avais-je dit. « Je suis particulièrement intéressé par les vaccins que j’ai et que je n’ai pas encore. Mimi ici présente ne devrait aussi avoir que les plus communs de Tarmein Prime. Nous allons aller partout en tant que mercenaires, alors nous voulons être en sécurité. Elma, et toi ? »

« Comme je l’ai dit, je les ai tous, » dit Elma. « De plus, nous, les elfes, avons un meilleur système immunitaire que les humains, donc ce n’est pas vraiment nécessaire. Mais je suppose que je pourrais avoir besoin de mises à jour sur certains de mes vaccins, donc c’est probablement mieux que je me fasse examiner aussi. »

« Mhm, mhm. » la Dr Shouko avait pris quelques notes. « Autre chose ? »

« Hum, Maître Hiro a perdu la mémoire…, » Mimi avait commencé, mais je l’avais interrompue.

« Désolé, Mimi. J’ai menti. »

« Hein !? Vraiment !? » Son choc sérieux m’avait piqué. Bon sang, Mimi, ne me regarde pas comme ça.

« C’est un peu plus complexe que la perte de mémoire. Pour faire simple, mes souvenirs ne sont pas totalement clairs. Une sorte d’accident d’hyperpropulsion ou quelque chose du genre nous a amenés, moi et mon vaisseau, dans le système Tarmein. Mais je ne sais pas encore pourquoi. Mon vaisseau n’a pas non plus d’enregistrement d’amarrage avant ce système. C’est comme si j’étais soudainement apparu dans cet univers, sorti de nulle part. »

« Hein…, » Dr Shouko parla. « C’est assez bizarre, n’est-ce pas ? »

« C’est vraiment bizarre. Non seulement mes souvenirs d’avant l’accident sont bizarres, mais les choses ne semblent pas correspondre en général. Je me demandais si vous pouviez vérifier si quelque chose affecte mon corps. »

« Mhm. Il est donc possible que ce truc d’hyperpropulsion pèse sur votre corps ou votre esprit, » dit la Dr Shouko. « Je suis d’accord pour dire que vous avez besoin d’un check-up complet. » la Dr Shouko fredonnait pour elle-même en tapotant sur sa tablette. Elle est en train de faire un dossier médical ou quelque chose comme ça ? « Pas d’antécédents médicaux particuliers ? Pas de problèmes chroniques ? »

J’avais secoué la tête. « Pas autant que je le sache. » Je n’avais même pas d’allergies.

« Pareil, » dit Mimi.

« Moi non plus, » ajouta Elma.

« Alors, allons droit au but. D’abord, nous allons faire un scan complet dans nos modules médicaux. Celles-ci sont notre dernier modèle. »

« Inagawa Tech, c’est ça ? »

« Ouaip ! Nous ne sommes pas beaucoup plus grands qu’une autre société en termes de taille ou d’envergure, mais notre technologie est toujours la meilleure. Les seuls défauts ne sont vraiment que la taille et le coût de la nacelle. Nous aimons viser les étoiles, vous savez ? »

La Dr Shouko avait continué à vanter les mérites des modules médicaux tout en nous guidant à travers l’installation. C’était juste un jargon confus pour moi.

« Voilà qui explique tout, » avait-elle dit.

« Je n’ai même pas compris un cinquième de ce qui a été dit, » avais-je dit platement.

« Je sais au moins que c’est incroyable ! » déclara Mimi, toujours aussi optimiste.

« Au moins, ça semble fonctionnel, » dit Elma.

« Oui, “incroyable” résume assez bien la situation. » La Dr Shouko avait ignoré ma critique austère. Elle avait probablement eu plus que sa part de regards vitreux et d’expressions vides et incompréhensibles lorsqu’elle expliquait les choses. Je parie qu’elle aime plus le travail de laboratoire que les interactions humaines de la médecine.

« Vous savez, je vous dois à tous ma vie pour ce sauvetage il y a quelques jours, » dit la Dr Shouko. « Je vais vous donner le meilleur traitement possible, alors ne vous inquiétez pas. »

« Attendez, quoi ? Vous étiez sur le vaisseau que nous avons sauvé ? » avais-je demandé.

Elle m’avait fait un signe de tête chaleureux. « Yep ! J’ai cru qu’on était fichus, c’est sûr. Je suis une femme plutôt ordinaire, alors si les pirates abordaient notre navire au lieu de nous abattre, ils se débarrasseraient probablement de moi, si vous voyez ce que je veux dire. » Elle avait haussé les épaules.

La Dr Shouko se dépréciait si elle pensait que quelqu’un la considérerait comme ordinaire, surtout avec une telle poitrine. Bien que, quand il s’agit de pirates de l’espace, être éliminée pourrait être préférable.

« Bref, » continua-t-elle, « j’ai vraiment insisté pour que je m’occupe de vos examens médicaux. Je suis plutôt du genre R&D, mais bon, ne vous inquiétez pas pour ça. J’ai une licence, et je vous parie que je suis bien meilleure que certains de ces soi-disant “docteurs”. »

« Uh-huh. » Serait-il impoli de demander un nouveau médecin ? J’avais jeté un coup d’œil à Mimi et Elma, qui avaient toutes les deux haussé les épaules. Je suppose que nous sommes coincés avec elle.

Peu importe. Elle avait dit que c’était bon, alors on devait juste lui faire confiance. Si ça ne marchait pas, on pourrait essayer un autre hôpital. C’était juste un contrôle de routine, après tout.

« Nous y voilà ! » annonça la Dr Shouko. « Entrez. »

« Très bien… Wôw, » avais-je dit.

« Wooow…, » Mimi avait été estomaquée.

« Bonté divine, » dit Elma.

La docteur Shouko nous avait guidés dans une pièce contenant plusieurs modules médicaux, tous beaucoup plus grands que ceux du Krishna. Le module du vaisseau était de la taille d’un petit lit, alors que chacun d’entre eux était aussi grand que l’ensemble de l’infirmerie du Krishna, avec plus d’un mètre quatre-vingt, dix mètres de long et six mètres de profondeur.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire