Réincarné en mercenaire de l'espace – Tome 2 – Chapitre 2

***

Chapitre 2 : Faire du shopping avec Mimi

« Cet endroit est bien différent de Tarmein Prime, » dit Mimi alors que nous marchions dans les rues d’Arein Tertius. Ce n’était plus la ville de la nuit éternelle, aujourd’hui, tout était illuminé.

« C’est le cas, » avais-je dit. « C’est beaucoup plus vivant ici, et les gens qui se promènent ont une aura différente. »

Toutes les personnes que nous avions croisées étaient différentes. Les gens de Tarmein Prime, surtout ceux de la Troisième Division, avaient tendance à s’habiller de la même façon. Mais ici, dans la division souterraine d’Arein Tertius, la variété est reine. Nous avions croisé des gens en costume aussi souvent que des gens portant des robes gothiques lolita. Des collants moulants contrastaient avec des tenues robotiques encombrantes — bien que je me sois demandé s’il ne s’agissait pas secrètement des robots dont Elma avait parlé et pas du tout de personnes.

Il n’y avait pas que les vêtements. Même parmi les êtres strictement humanoïdes que nous avions vus, il y avait plus de caractéristiques amphibiennes, reptiliennes et mammaliennes que je n’aurais jamais cru possible. Des oreilles d’animaux dépassaient des cheveux des gens. Une fille à la peau bleue avec des cornes avait attiré mon attention en se pavanant. Je voulais certainement me familiariser avec quelqu’un comme ça, si vous voyez ce que je veux dire.

Et puis il y avait les monstres purs et simples : des méduses volantes avec des appendices en forme d’ampoule, des monstres à tentacules comme sortis d’un jeu hentai, et bien d’autres choses encore. Comment un homme devrait-il réagir à cela ? Pourraient-ils même me comprendre si j’essayais de leur parler ?

Non. N’y pense pas trop fort ou tu as déjà perdu. J’avais mis les questions de côté. Y penser mettrait ma santé mentale en danger.

« Je n’arrive pas à croire qu’il fasse plus clair sous terre, » dis-je pour détourner mes pensées tourbillonnantes.

« La zone en surface s’appelle le quartier de surface, » expliqua Mimi, « et il y fait toujours aussi sombre que la nuit. Les quartiers souterrains comme celui-ci sont ceux où les gens vivent généralement. L’éclairage intérieur change pour imiter le matin, le midi, le soir et la nuit. »

Mimi avait indiqué tout cela sans même jeter un regard aux étrangers qui nous dépassaient. Était-ce normal pour elle ?

« Ce bâtiment va jusqu’au plafond, » dit-elle.

J’avais redressé mon cou pour regarder en haut d’une tour, essayant toujours de faire le vide dans mon esprit. C’est énorme. Combien d’étages y a-t-il ?

« Il agit également comme un pilier pour soutenir la structure globale de la colonie, » expliqua Mimi. « L’étage le plus bas s’étend dans l’espace. »

« Oh, oui. Je me souviens de bâtiments dépassant des murs extérieurs de la colonie. » Je les avais repérés quand on s’était amarrés. La colonie n’était pas une structure plate, mais plutôt un cuboctaèdre multidimensionnel avec des protubérances comme ce bâtiment. « À quoi ça sert ? »

« Ils ont beaucoup de locataires différents ! Des restaurants, des magasins, des cliniques, et même des bureaux d’entreprise et des hôtels. »

« Wôw, c’est beaucoup pour un seul bâtiment. Ça pourrait être amusant de se promener là-dedans. »

« Ouais, » Mimi était d’accord. « Je parie qu’on pourrait passer toute la journée là-dedans et ne pas tout voir. »

Nous avions continué notre conversation amicale en marchant dans la ville. Comme nous venions de prendre le petit déjeuner, aucun de nous n’avait faim. Alors que faire ?

« Hé, Mimi. Veux-tu chercher de nouveaux vêtements ? » lui avais-je proposé.

« Hmm. On pourrait, mais je pense que mes vêtements actuels devraient me suffire. »

« Viens, on va te trouver un truc à la mode, juste pour le fun, » avais-je dit. « J’adorerais te voir dans une de ces robes. » J’avais fait un geste vers une fille portant une de ces robes gothiques lolita, et Mimi était devenue rouge instantanément. « Quoi ? Est-ce que j’ai dit quelque chose de bizarre ? »

« Oh, non. C’est juste que, euh, je ne suis pas sûre de pouvoir le faire. » Mimi avait jeté des regards furtifs entre la fille et ses propres pieds, en m’ignorant complètement.

« Pssh, pas question, » avais-je dit. « Tu seras superbe. Allez, on va essayer. »

« Umm… »

« Tu as fait des recherches. Est-ce qu’il y a des magasins ici qui ont des trucs comme ça ? »

« Oui, mais… »

J’avais souri. Le sourire de Mimi s’était transformé en une grimace serrée. Laisse-toi aller, Mimi. Tu vas être superbe !

 

☆☆☆

 

« Est-ce ici ? » avais-je demandé alors que nous entrions dans un magasin appelé Atelier Pure.

« Oui, » dit Mimi.

Dès que nous étions entrés dans le magasin, j’avais regretté d’avoir tant insisté pour venir ici. Pour être honnête, j’avais oublié à quoi ressemblaient les magasins de mode lolita. Ce n’était pas vraiment mon truc, avec tous ces froufrous et cette dentelle partout. Je m’étais instantanément fait remarquer, comme de la suie sur un napperon blanc fantaisie. Nous, les êtres connus sous le nom d’hommes, n’avions pas notre place dans des endroits comme celui-ci, l’énergie anti-masculine ici était palpable.

Je m’étais tourné vers Mimi. « Tu ne peux pas y aller seule, hein ? »

« D-D’accord… »

« Alors, faisons-le ! »

« T-Tu n’as pas besoin de te forcer. »

J’avais pris la main de Mimi, et nous avions plongé dans le jardin interdit. Instantanément, les trois employées s’étaient tournées vers nous, leurs tous premiers clients de la journée. Elles étaient habillées de manière identique, et j’avais eu le souffle coupé par leurs regards intenses et attentifs.

« Bienvenue ! »

« Est-ce votre première fois ici ? Merci d’être venu nous voir. »

« Nous sommes honorées que vous nous ayez choisis. Notre personnel fera tout ce qui est en son pouvoir pour vous entraîner dans le marécage. Notre objectif est de vous satisfaire ! »

Les employées nous avaient encerclés comme des requins qui cherchaient à nous tuer.

C’était quoi cette histoire de marécage ? Ces gens sont effrayants !

« Huh ? Uh, m-merci ? » J’avais balbutié alors que Mimi s’accrochait à moi, terrorisée. Oh, il y a cette charmante, mais maléfique poitrine. Pour ma part, je me sens déjà mieux. « Vous savez pourquoi nous sommes ici, n’est-ce pas ? »

« Absolument ! » Les trois employées avaient répondu à l’unisson en affichant un sourire de service à la clientèle. Au moins, il semblait que mes objectifs étaient alignés sur les leurs, bien que peut-être pour des raisons différentes. Je suis content qu’elles me facilitent la tâche, ai-je pensé.

« Honnêtement, je ne sais pas combien ces tenues coûtent habituellement, mais nous avons un budget, » avais-je dit.

« Hm ? Combien est-ce ? »

J’avais essayé de trouver un chiffre, mais même au Japon, je n’avais jamais fait de shopping pour ce genre de choses. J’étais totalement dans le noir.

« Combien coûte en moyenne une tenue complète ? » avais-je demandé.

« Hmm. Cela dépend du fabricant, mais en moyenne, cela coûte environ 1 000 Eners, » avait déclaré une employée.

« D’accord, alors dix… Non, notre budget est de 20 000, » avais-je dit. « Pourriez-vous trouver quelque chose qui lui irait bien ? »

J’avais montré mes fonds actuels aux employées via mon terminal. Elles avaient cligné des yeux, s’étaient raidies avant de partager des sourires malicieux.

« Puis-je aussi vous montrer des choses en dehors de votre budget ? » proposa l’une d’elles.

« Bien sûr, » avais-je dit, « Tant que vous n’en faites pas trop. Si vous ne nous montrez que les trucs chers, on va aller ailleurs. »

« Vous pouvez me faire confiance. Venez par ici. »

Deux employées avaient commencé à mesurer Mimi, mais elles s’étaient arrêtées lorsque la troisième s’était penchée pour se concerter tranquillement avec elles. Tous les regards s’étaient alors tournés vers Mimi.

« Hein ? Hum, qu’est-ce qu’il y a ? » dit Mimi.

Deux des employées l’avaient emmenée alors qu’elle babillait encore de manière adorable. La dernière m’avait conduit dans une salle d’attente à l’arrière du magasin.

« Les clients masculins gâchent l’ambiance, » dit l’employée, « donc nous aimerions que vous attendiez ici. Je vais vous apporter une boisson. »

« Merci. » Ça ne me dérangeait pas de prendre du recul et de laisser les experts travailler. Un endroit chic et luxueux comme celui-ci était un environnement très difficile pour votre serviteur.

« Laissez-la nous, » dit l’employée. « Je vous jure que nous lui trouverons la tenue parfaite. »

« Je vous fais confiance. »

L’employée avait souri avant de s’éclipser. Sérieusement, c’est quoi cette démarche ? Elle n’avait pas fait un pas, mais avait plutôt disparu complètement. Un moment plus tard, elle était réapparue et avait versé du lait et du sucre dans une tasse à café. Attends, d’où vient-elle ? Est-ce un truc surnaturel ? De l’horreur ? Je tremble vraiment.

J’avais frissonné, mais j’étais resté assis là, tranquillement, à siroter mon café. Sur Tarmein Prime, nous étions allés dans une boutique de cosplay qui proposait une application de vestiaire virtuel. J’avais joué avec ici aussi, pour tester Mimi dans différentes tenues.

« Désolé de vous avoir fait attendre ! » gazouilla une employée.

« U-umm… » Mimi avait bégayé.

Une créature angélique était descendue devant moi. Mimi portait maintenant une douce robe blanche frangée de froufrous rose pâle. Un grand ruban ornait ses cheveux, et des bas blancs lissaient ses jambes. Ses chaussures rose pâle étaient assorties à la légère teinte de ses volants.

Mimi s’agitait, ses joues roses étant l’accessoire parfait de son ensemble. Moi, par contre, j’étais au paradis. D’une certaine manière, Mimi était devenue encore plus mignonne.

 

 

« Vous êtes si précieuse qu’il en reste muet, » déclara une employée. « Je suis heureuse de voir qu’il a du goût. »

« Le thème ici est doux et mignon. Vous voulez l’acheter ? » demanda une autre employée.

J’avais hoché la tête et leur avais tendu mon terminal.

« Merci, monsieur ! »

Une fois que nous avions payé, j’avais utilisé la caméra pour filmer Mimi sous tous les angles. Plus tard, j’avais pu extraire des images individuelles du fichier vidéo.

« Ne m’enregistre pas, » avait protesté Mimi, timide.

« Je dois préserver la mémoire d’un ange aussi adorable. »

« Monsieur, je dois vous demander de rester calme, » m’avait prévenu une employée. « Nous avons plus à vous montrer. »

« D’accord. » J’avais libéré Mimi de mon enregistrement vidéo de tout son corps. « cependant, tu es vraiment un ange, Mimi. »

« Merci… »

« Hee hee. Prépare-t-on les prochains vêtements ? »

« Venez par ici, mademoiselle ! »

Mimi s’était encore éloignée pendant que je m’installais avec du thé et des biscuits. Je ne me souvenais pas que quelqu’un avait apporté les collations, elles étaient apparues comme ça. Effrayant.

Il n’avait pas fallu autant de temps à Mimi pour se changer cette fois. Elle revint bientôt dans un accoutrement sobre et majestueux qui respirait la beauté classique de la haute société.

« Merveilleux ! » avais-je dit. « On dirait presque une tenue de tous les jours. »

« N’est-ce pas ? » Une employée était d’accord. « Il a été fabriqué dans cet état d’esprit. Nous avons quelques autres pièces comme celle-ci si vous voulez les voir. »

« Oui, s’il vous plaît. »

« Merci, monsieur. »

« Hum, c’est trop…, » Mimi déclara.

J’avais secoué la tête. « J’aime ce genre de choses, et je ne fais pas de compromis sur mes hobbies. » Nous étions toujours dans les limites de notre budget. De plus, c’était un petit prix à payer pour une vue aussi merveilleuse.

« Hee hee, quel joli couple vous faites ! Passons au suivant, mademoiselle. »

« O-okay… »

Mimi avait encore disparu.

Je me demande ce qui va suivre. Je suis tout simplement en train de mourir d’excitation. Oh, je devrais envoyer cette vidéo à Elma.

J’avais ouvert mon application de texto et partagé la vidéo. La réponse d’Elma était apparue instantanément : Oh, c’est mignon ! Tu l’as acheté ?

J’avais répondu : Oui, je l’ai déjà acheté. J’en ai aussi acheté d’autres, moins chics.

Bien. Tu pourrais aussi m’acheter des vêtements, tu sais.

Je pense que quelque chose de plus mature t’irait mieux. Mais bon, tu as raison. Veux-tu venir ici un jour ?

Non, je plaisante. Je ne peux pas mettre ces trucs à froufrous.

Quand tu le dis comme ça, tu me donnes encore plus envie de le voir.

Oui, je me doutais que tu dirais ça.

Notre discussion avait continué tout au long du défilé de mode de Mimi. Les employées avaient essayé quelques autres modèles, dont une robe hypertissée anti-laser, mais cette dernière idée était tout simplement trop chère. Nous étions repartis avec une robe hypertissée plus simple à la place.

 

☆☆☆

 

Après cette petite diversion, nous nous étions dirigés directement vers la guilde des mercenaires. Mimi avait adopté une robe lolita noire pour le voyage, mais elle s’accrochait à ma veste pendant que nous marchions, timide dans son nouvel accoutrement.

« Mimi, on te remarque plus quand tu marches comme ça, » avais-je dit. « Tu l’exhibes. Ça te rend encore plus visible, si tu peux le croire. »

« Ulp… Oui, monsieur. »

« De plus, il n’y a aucune raison d’être embarrassé. C’est très bien. Je le pense vraiment. Tu es adorable. »

« Bon sang, ça suffit ! » Mimi n’avait fait qu’enfouir son visage plus fortement contre ma veste. Je n’avais pas l’intention de l’atteindre avec un tir ami, mais j’avais déjà coulé son cuirassé. Elle est tellement adorable quand elle est toute timide !

Mimi — qui rougissait encore furieusement — avait fini par sortir de sa cachette, et nous avions poursuivi notre chemin. La guilde des mercenaires occupait un étage supérieur dans un autre bâtiment du quartier du port, près du port des navires. C’était un bâtiment à trois niveaux : le premier avait trente étages, le second, cinquante-deux, et le troisième était encore plus grand que ça.

Mimi et moi avions discuté dans l’ascenseur jusqu’à l’étage de la guilde des mercenaires, essayant de décider où aller déjeuner après ça. L’ascenseur nous avait interrompus avec un ding. Quand nous étions sortis, tous les yeux de la pièce s’étaient posés sur nous.

Une fois de plus, j’avais été frappé par la variété de cette colonie. Bien sûr, il y avait quelques-uns des types typiques de durs à cuire, mais j’avais aussi vu un reptilien bipède, une fille bronzée en armure bikini, une autre fille habillée inexplicablement comme une femme de chambre, un panda roux en salopette, et un groupe de six mercenaires de taille enfantine dans des combinaisons spatiales assorties, pour n’en citer que quelques-uns.

« L’endroit est beaucoup plus… vivant que la guilde des mercenaires de Tarmein Prime, » avais-je commenté.

« C’est vrai. »

Les mercenaires qui me jaugeaient s’étaient rapidement désintéressés, mais beaucoup d’yeux étaient restés rivés sur Mimi. Je l’avais traînée avec moi jusqu’au comptoir, rester debout ne faisait que la rendre encore plus déplacée. Je m’attendais à moitié à des clichés d’anime. Peut-être un type criant : « Tu te prends pour qui, pour amener une jolie fille comme ça ici, le nouveau ? » Heureusement, rien de tel n’était arrivé et nous nous étions dirigés vers le comptoir sans être inquiétés. Elle avait attiré l’attention à cause de sa mignonnerie, mais ils semblaient avoir compris qu’elle était une mercenaire.

Une jeune femme nous avait accueillis. « Bienvenue. Qu’est-ce qui vous amène ici aujourd’hui ? » Elle portait un uniforme impeccable d’employée de guilde et s’était assise pour nous rencontrer. Il semblerait qu’être jolie était une condition d’embauche dans les guildes de mercenaires. J’avais regardé sa poitrine, la jugeant quelque part entre celle de Mimi et d’Elma.

« Je suis le capitaine Hiro, et voici mon opératrice en formation, Mimi. Nous venons de Tarmein Prime, alors nous sommes ici pour nous présenter. Nous avons l’intention de rester et de travailler ici pendant un certain temps. » J’avais présenté mon terminal, et la réceptionniste l’avait placé sur un dispositif de lecture. Avec un ping, un écran holographique s’était animé.

« D’accord, confirmé, » dit-elle. « Capitaine Hiro, de rang Argent, deux membres d’équipage. Où est votre autre membre, Elma ? »

« Elle est retournée au vaisseau, puisque nous avons des affaires avec Inagawa Technologies. »

« Inagawa Technologies… Je vois. Je ne sais pas si votre chance est bonne ou mauvaise de tomber sur eux dès votre arrivée dans ce système. »

« J’ai envie de dire que c’est bien, puisque ça nous a rapporté de l’argent. » J’avais haussé les épaules, ce qui avait provoqué un petit rire de la réceptionniste. Oui, je sais. Je suis le genre de type à attirer les ennuis partout où je vais. Je dois considérer ça comme de la chance, sinon je risque de devenir fou. « Alors, vous ont-ils contacté à propos de nous ? »

« Pour l’instant, non, » dit-elle. « Il leur faudra probablement un certain temps pour calculer votre récompense et prendre une décision interne. C’est une très grande entreprise, après tout. »

« J’ai compris. S’ils disent quelque chose, pouvez-vous nous contacter sur mon vaisseau ? »

« Bien sûr, monsieur… Oh ? » La réceptionniste dégrisa et tapota sur son écran. « En fait, vous êtes pile à l’heure. Ils viennent de nous envoyer un message. »

« Oh, wôw. Qu’est-ce que ça dit ? »

« Ils ont offert 500 000 Eners comme récompense. »

« Hmm. Je ne sais pas quel est le bon prix. Non pas que j’essaie d’être gourmand, mais je ne sais pas si c’est trop bas. Ça vous dérange si j’en parle d’abord avec mon équipe ? »

« Allez-y. »

J’avais appelé Elma, qui avait immédiatement décroché.

« Heyo, c’est Elma. Qu’est-ce qu’il y a ? Avez-vous des problèmes en bas ? »

« Nan, on vient d’arriver à la guilde des mercenaires, » avais-je dit. « Inagawa Technologies a envoyé une offre. Ils ont dit 500 000 Eners. Qu’est-ce que tu en penses ? »

« Hmm… Eh bien, nous n’avons pas eu à les remorquer, donc j’appelle ça un prix raisonnable pour les protéger jusqu’à l’arrivée de la police. C’est une récompense décente pour un vaisseau de taille moyenne. »

« Je dois donc l’accepter ? »

« Oui, je pense que oui. Demande à Mimi, juste au cas où. »

« J’ai compris. Merci. »

« Pas de problème. Je suis contente que tu me fasses confiance pour ce genre de choses. À plus tard. » Elma s’était déconnectée avec un clic.

Je m’étais tourné vers Mimi. « Elma semble croire que 500 000 Eners, c’est tout à fait correct. As-tu une idée ? »

« Je crois qu’Inagawa Technologies possède des hôpitaux généraux, » dit Mimi. « Peut-être qu’en plus de l’argent, on pourrait essayer d’obtenir une recommandation pour un examen médical ? »

« Wôw, vraiment ? Bien vu. » Je m’étais adressé à la réceptionniste. « Peut-on organiser ça ? »

« Oui, monsieur. Je m’assurerai de communiquer cela. Je vous contacterai dès qu’ils auront répondu. »

« Merci beaucoup. Au fait, je me suis demandé… »

« Oui ? Que puis-je faire pour vous ? »

« Pourriez-vous m’indiquer un restaurant où nous pourrions manger certaines des spécialités de cette colonie ? »

La réceptionniste avait hésité un moment, décontenancée par ma question. Je suppose qu’elle ne s’attendait pas vraiment à une telle question dans une guilde de mercenaires.

Est-ce une question si bizarre que ça ? Tout le monde a besoin de manger, après tout !

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire