Réincarné en mercenaire de l’espace – Tome 1 – Chapitre 7

***

Chapitre 7 : Extermination à grande échelle

***

Chapitre 7 : Extermination à grande échelle

Partie 1

Nous étions rentrés au navire et avions décidé de passer quelques jours à nous reposer. Le temps passé par Mimi dans les rues avait été difficile pour elle, et elle avait besoin de plus de temps pour récupérer. Heureusement, nous n’étions pas pressés de gagner de l’argent, donc nous pouvions nous permettre ce temps supplémentaire.

Cela m’avait également donné le temps de me préparer pour cette répression des pirates de l’espace qu’Elma avait mentionnée. Attaquer une cachette de pirates signifiait probablement une bataille massive — avec des récompenses massives. Quand je jouais à Stella Online, un tel événement pouvait rapporter gros, en fonction du nombre de vaisseaux ennemis détruits. Accepter un petit travail plus tôt pouvait signifier manquer un gros salaire, alors il valait mieux attendre.

En attendant, la plupart du temps, je me réveillais, je faisais de l’exercice, je me douchais, puis je rejoignais Mimi pendant qu’elle travaillait sur ses études pour devenir opératrice. Il s’était avéré que son matériel de formation avait quelques bons conseils pour moi aussi.

Après la session d’étude, je rassemblais des informations en ligne, j’envoyais des SMS à Elma, et je flirtais peut-être un peu avec Mimi.

Cela avait duré quelques jours jusqu’à ce que, finalement, la police galactique et la guilde des mercenaires annoncent le début de la mission de subjugation des pirates.

« J’adore le fait que nous puissions avoir ce briefing dans le vaisseau au lieu de devoir partir pour un grand rassemblement, » avais-je dit, impressionné.

« Moi aussi, » répondit Mimi.

Je m’étais assis dans le siège du pilote avec Mimi derrière moi dans le siège de l’opérateur pendant que nous attendions le début du briefing. C’était vraiment pratique de pouvoir rester ici au lieu de devoir se rendre à la base de la police galactique pour recevoir des instructions. C’était comme l’habitat de rêve d’un grabataire, je pouvais même commander de la nourriture directement dans le cargo du vaisseau.

Le cockpit vibra. L’écran s’était allumé, et plusieurs popups étaient apparues. Chacune affichait une personne différente, avec ses affiliations et ses vaisseaux. J’avais vu Elma dans un coin, ainsi que Serena, la femme militaire que j’avais rencontrée lors de mon interrogatoire.

« Ah !? » Quand j’avais établi un contact visuel avec Serena, j’avais frissonné. Pourquoi diable était-elle ici ? Un sentiment inquiétant s’était installé dans mes tripes. Peut-être que je devrais être prudent avec elle.

La fenêtre de Serena s’était agrandie et s’était déplacée au milieu de l’écran tandis qu’elle parlait. « Commençons maintenant le briefing. Vous me connaissez sous le nom de Lieutenant Serena Holz. Je suis la commandante de cette opération. Vous pouvez m’appeler Lieutenant Serena. »

« Compris, lieutenant Serena, » tout le monde répondit ça.

« Maintenant, » dit-elle, « une explication de l’opération. Elle n’est pas particulièrement complexe. La base des pirates de l’espace se trouve dans le secteur Gamma de la ceinture d’astéroïdes. » Une carte du système stellaire était apparue à l’écran pour accompagner les explications du lieutenant Serena. Une partie de la ceinture d’astéroïdes était surlignée en rouge. « Encore une fois, la mission est simple. L’armada de la police galactique va s’y rendre et détruire la base ennemie. Ce ne sont que des pirates de l’espace, leur résistance sera vaine. Cela ne prendra pas beaucoup de temps. »

Les mercenaires acquiescèrent ou murmurèrent leur accord. Les pitoyables vaisseaux des pirates de l’espace ne pouvaient pas résister aux croiseurs lourds et aux cuirassés contrôlés par la police galactique. La puissance de feu, les boucliers et le blindage n’étaient même pas comparables. Les navires mercenaires pouvaient occasionnellement affronter la police galactique dans des circonstances spécifiques, mais certainement pas seules. En outre, la police galactique disposait de toute une armada de vaisseaux, tous pilotés par des personnes ayant reçu un entraînement intensif. Les pirates de l’espace n’auraient pas eu la moindre chance.

« Comme vous le savez tous, l’attaque de la police sera écrasante, mais imprécise, » dit Serena. « Ils détruiront tous les vaisseaux qui se présenteront à eux, mais certains vaisseaux de petite et moyenne taille s’échapperont sans doute. C’est là que vous intervenez, mercenaires. »

Détruire les grands navires et leur base dévasterait les pirates, mais leurs principales forces sont les moyens et petits vaisseaux à grande vitesse. S’ils s’échappaient, ils pourraient se reconstruire et causer à nouveau des problèmes. D’où l’envoi de mercenaires pour éponger les restes. On peut voir ça comme du nettoyage, mais en réalité on tuait leurs forces principales. De toute façon, tout ce qui comptait pour moi était d’être payé.

« Et les récompenses ? » demanda un mercenaire, lisant dans mes pensées.

« Aucun paiement anticipé, » répondit le lieutenant Serena. « Une fois la mission terminée, vous recevrez 50 000 Eners. »

Wôw, c’était radin. OK, bon, peut-être que la récompense par vaisseau serait un peu mieux que le taux de base.

« Cela s’accompagne d’un supplément de 5 000 Eners pour chaque petit navire détruit et de 20 000 Eners pour chaque navire de taille moyenne, » dit Serena. « Naturellement, vous obtiendrez aussi la prime pour chaque vaisseau et les droits sur ce qu’ils transportent. Et bien sûr, nous prévoyons de détruire nous-mêmes les gros vaisseaux. » Serena avait souri. Les mercenaires murmurèrent, mais il semblait que leurs inquiétudes étaient apaisées.

« La stratégie elle-même est aussi simple, » dit Serena. « Tous les mercenaires se réuniront dans le secteur Gamma et se cacheront. La flotte de la police galactique attaquera de front et détruira la base et les gros vaisseaux des pirates. Lorsque les petits et moyens vaisseaux se précipiteront pour s’échapper, vous leur tendrez une embuscade. Abattez tous ceux qui tentent de s’échapper. »

Simple ou pas, cela semblait efficace. L’explosion d’ouverture détruirait les ennemis les plus menaçants, et les mercenaires jetteraient un large filet pour capturer le reste. Pendant que l’ennemi paniquerait, la police transformerait ce filet en cage. Le piège deviendrait de plus en plus petit jusqu’à ce que nous ayons éliminé jusqu’au dernier des pirates de l’espace.

On avait tiré sur ma manche. J’avais détourné le regard un instant pour trouver Mimi à côté de moi jetant un coup d’œil au briefing. « Maître Hiro, » avait-elle dit, « les pirates de l’espace ne vont-ils pas activer le voyage plus rapide que la lumière pour s’échapper ? »

« Pas d’inquiétude à avoir, » avais-je dit. « Si tous les vaisseaux d’une zone ne lancent pas le FTL en même temps, les mesures de sécurité du vaisseau ne vous permettront pas de l’activer. »

« Mais pourraient-ils désactiver les mesures de sécurité et l’activer par la force ? »

« Ils pourraient, mais je doute que quelqu’un le fasse. Quand vous désactivez ça, vous vous heurtez à une tonne de débris spatiaux et d’astéroïdes que vos boucliers ne peuvent pas bloquer. Le moment où vous activez le FTL, vous êtes foutu. Du moins, c’est ce que j’ai entendu, je ne le saurais pas moi-même. »

« Je vois. »

Je savais, grâce à mon expérience de jeu, que les mesures de sécurité et les systèmes d’évasion étaient imbriqués, mais je ne savais pas exactement pourquoi. Tous les éléments super-futuristes étaient restés vagues, pour des raisons évidentes. Les joueurs n’avaient pas besoin de connaître tous les détails techniques pour utiliser les gadgets et les appareils disponibles dans le jeu, tout comme personne chez nous n’avait besoin de savoir comment fonctionnait un micro-ondes ou un téléphone portable pour l’utiliser.

Pendant que je répondais aux questions de Mimi, les autres mercenaires interrogeaient Serena. La plupart d’entre eux voulaient en savoir plus sur la façon dont nous serions payés, mais cela ne m’intéressait pas tant que ça. Par exemple, ils avaient demandé comment la récompense serait divisée si plusieurs mercenaires abattaient le même vaisseau. Apparemment, ces décisions reviendraient à la police, qui les pondérerait en fonction des journaux de bord et publierait ensuite les résultats par l’intermédiaire des guildes, dans un souci de transparence.

C’était intelligent. Les guildes détestaient les mercenaires qui volaient des meurtres juste pour encaisser. Un mercenaire pouvait être rétrogradé ou même expulsé pour avoir volé des meurtres. Non pas que j’ai prévu de faire quelque chose comme ça.

Mais personne ne demandait ce que je voulais vraiment savoir. Finalement, j’avais dû me lancer moi-même.

« Puis-je poser une question ? »

Tous les regards s’étaient tournés vers moi, y compris celui d’Elma. La pauvre petite elfe de l’espace me regardait fixement, comme si elle se préparait à toute question stupide que je pourrais lui poser. Eh bien, il ne faudrait pas la décevoir de ce côté-là.

« Oui, » dit Serena. « Allez-y. »

« Je n’ai jamais participé à une bataille à grande échelle comme celle-ci, mais j’imagine qu’il y a des moments où quelqu’un peut décider qu’il n’est pas en mesure de se battre en raison de problèmes avec son vaisseau, la perte de ses boucliers, l’épuisement de ses cellules de bouclier qui permettraient de restaurer ses boucliers, ou un certain nombre d’autres complications. Sommes-nous autorisés à partir à volonté dans de telles situations ? »

Les autres mercenaires étaient stupéfaits. Elma se couvrit le visage d’embarras, tandis que Serena sourit et elle déclara. « Vous êtes absolument libre de faire ce que vous voulez. Un mercenaire ne peut pas travailler s’il est mort. Mais ne fuyez pas sans vous battre un peu, n’oubliez pas que nous devons tuer tous les pirates de l’espace. »

« C’est logique. Le novice que je suis voulait juste s’assurer que la retraite était une option. Je devrais faire marche arrière si vous disiez qu’on se bat jusqu’à la mort. »

« Euh, pensez-vous que nous ferions ça ? » demanda Serena.

« Moins que vous le feriez, plus que vous pourriez le faire. J’ai une équipe à laquelle je dois penser, donc j’ai besoin de savoir ce genre de choses. »

Le lieutenant Serena avait ri. « Ha ha, c’est juste. Oui, nous pourrions le faire, mais vous n’avez pas besoin de vous inquiéter. Nous ne ferions pas une telle chose. »

« J’apprécie que vous soyez clair, » avais-je dit. « Plus de questions de ma part, madame. »

Certains des mercenaires souriaient maintenant en me regardant. Quelques-uns clignaient simplement des yeux en signe d’étonnement ou de curiosité. Une bonne moitié des mercenaires rassemblés ne semblait pas s’en soucier du tout.

« Avons-nous d’autres questions ? » dit Serena. « Sinon, nous commencerons dans une heure. Dès que vous êtes prêts, quittez le hangar et mettez-vous en attente. »

« Compris, » nous avions tous répondu. Briefing terminé. Maintenant, il était temps de passer à la phase de combat.

***

Partie 2

« Hé, vas-tu bien ? » avais-je demandé.

« Je-je-je vais bien, oui, m-monsieur, » dit Mimi.

« Tu n’as pas l’air bien. »

Avais-je dit phase de combat ? Eh bien, j’avais menti. Nous avions encore une heure à attendre. J’avais ordonné à l’IA du vaisseau de faire une autovérification et une maintenance automatique, et j’avais emmené Mimi à la cafétéria pour l’aider à se calmer.

« Tout va bien, » avait-elle dit.

« Il est très évident que quelque chose ne va pas. »

Mimi était comme un nouveau-né terrifié. Pas que je la blâme. Nous étions sur le point d’affronter une vraie bataille, une bataille de vie ou de mort. Sa réaction était totalement normale, la mienne ne l’était pas. Contrairement à Mimi, je n’avais pas du tout eu peur.

 

 

J’aurais dû avoir peur aussi, non ? Pourtant, je n’avais pas peur. Je veux dire, tout d’abord, le Krishna était l’un des meilleurs vaisseaux mercenaires de cet univers. J’avais comparé ses données à celles d’autres vaisseaux sur le marché, et ils ne s’en approchaient même pas en termes de capacités, d’armes et d’équipement. Je pourrais même surclasser la police galactique par ici. Peut-être que quelque chose dans l’Empire Grakkan ou la Fédération de Belbellum, un grand vaisseau de combat ou autre, surpasserait mon cher Krishna, mais ici, aujourd’hui, j’avais la plus grande confiance.

Deuxièmement, j’avais pu constater de visu à quel point j’étais plus fort que les pirates de l’espace ici. Les trois pirates que j’avais éliminés avaient réagi de la même manière qu’Elma et les réceptionnistes de la guilde des mercenaires : ils avaient été totalement choqués. Le combo Hiro-Krishna inspirait la peur et l’admiration à tous ceux qui en étaient témoins. Ce n’était pas seulement que le Krishna était fort, sans un bon pilote, toute cette force était gâchée. C’est qu’ensemble, on formait une équipe vraiment formidable.

Avec tout cela en tête, je ne pouvais pas me sentir intimidé par cette petite mission d’extermination. Je n’avais pas l’impression que ma vie était réellement en danger. De plus, une partie de moi voyait encore tout cela comme faisant partie de Stella Online. Ça ne semblait pas réel. Comment pouvais-je avoir peur de mourir alors que ce n’était encore qu’un jeu vidéo selon moi ? Même dans le jeu, je ne suis mort que quelques fois, et la plupart du temps quand j’étais nouveau. Je savais intellectuellement que cette mission était dangereuse, mais je ne pouvais pas vraiment y croire. Honnêtement, le plus gros inconvénient de mourir dans le jeu était simplement de devoir payer pour réparer son vaisseau ou en acheter un nouveau. L’assurance pouvait rendre cela un peu moins cher, mais vous perdiez toujours toute votre cargaison. J’avais toujours travaillé avec un petit filet de sécurité dans mes finances juste pour cette raison, sans parler des trois couches de boucliers et d’armures pour protéger le vaisseau lui-même.

Même si quelqu’un passait à travers toute cette armure, il devrait faire face au vaisseau lui-même, qui transportait des cellules qui pouvaient recharger les boucliers en cas d’urgence. Le Krishna était équipé de cinq cellules de bouclier. Tant qu’elles fonctionnent comme prévu, le vaisseau était en sécurité. Ma stratégie dans le jeu avait toujours été de battre en retraite lorsque je touchais ma dernière cellule de bouclier. Une seule suffisait à assurer une fuite en toute sécurité.

Bien sûr, l’évasion elle-même était une manœuvre délicate. Vous ne pouviez pas simplement vous enfuir en ligne droite. Vous seriez trop facile à abattre de cette façon. En mettant les propulseurs et les boucliers en marche, vous pouviez vous éloigner rapidement d’un ennemi qui utilisait sa puissance pour ses systèmes d’armes.

« Excuse-moi, Maître Hiro ? » dit Mimi.

« Hm ? Oh, désolé. Je suis juste en train de réfléchir. » Je m’étais débarrassé de mes pensées errantes et lui avais souri. « Tu n’as pas besoin de t’inquiéter pour ça. J’ai des compétences, et le Krishna a de la puissance. De plus, tu n’as pas entendu ce que Serena a dit ? Si ça devient risqué, on peut s’enfuir. Je travaille avec une grande marge de sécurité à cet égard. Je ne vais pas pousser ma chance. »

« Je vais bien, vraiment. »

« Essaie de me convaincre quand tu ne seras pas toute pâle, » avais-je dit. « Je pense qu’il faut juste que tu t’y habitues. Oh, juste pour que tu saches, tu devrais éviter de trop manger pendant un moment. Il pourrait y avoir des chocs après ça, et les choses vont devenir très compliquées si tu vomis. »

« O-oh. Je m’en souviendrai. »

J’espérais qu’elle irait bien. Si c’était Elma, ce serait une chose, mais je ne voulais pas que la pauvre Mimi soit malade. De plus, je n’étais pas vraiment sûr que le vomi puisse entrer dans la machine et causer une sorte de dysfonctionnement.

« L’autocontrôle devrait être fait bientôt, » avais-je dit. « Si tu as peur, tu peux rester dans la colonie. Je suis sûr que la guilde des mercenaires ne te rejettera pas. »

« N-non, je veux venir ! » dit-elle. « Comment allons-nous voyager ensemble si je m’enfuis dès la première bataille ? » Mimi serra les poings et les envoya en l’air, faisant rebondir légèrement sa poitrine. Elle portait son équipement de mercenaire aujourd’hui : un short moulant et une chemise épaisse avec une veste par-dessus. Elle n’avait toujours pas l’air à sa place comme ça, mais avec un peu de chance, elle s’habituerait au look (et à la vie) des mercenaires avec le temps.

La décision de Mimi étant prise, nous nous étions dirigés vers le cockpit pour préparer le décollage. Krishna avait terminé son autovérification : vert sur toute la ligne. Nous étions prêts à partir.

« Mimi, je vais décoller, » avais-je dit. « Contacte la tour de contrôle. »

« O-oui, monsieur ! » Dans le siège de l’opérateur, Mimi avait manipulé la console de communication avant de nous préparer aux procédures de lancement. Une heure de lancement avait clignoté sur l’écran. Nous nous étions tous deux assis pour attendre. Contrairement à l’atterrissage, l’IA se chargeait elle-même du décollage.

Le compte à rebours avait atteint zéro. Le générateur du vaisseau s’était mis en marche et nous avait propulsés hors du hangar. Le train d’atterrissage s’était rétracté, et nous avions quitté Tarmein Prime pour l’étendue infinie de l’espace.

« Whooooa… » s’exclama Mimi.

« L’espace est vraiment magnifique, » avais-je dit. « Où que tu regardes, il y a des étoiles à perte de vue. »

« Je n’avais aucune idée que la colonie ressemblait à ça, » avait-elle déclaré.

« C’est comme un pneu de vélo, » avais-je dit.

« Vé… lo ? »

« Oh, oui. Euh, c’est juste un véhicule avec des pneus de cette forme. »

« Bonté divine, vraiment ? »

Mimi semblait totalement mystifiée par les bicyclettes. Cet univers n’en avait-il pas ? Je ne pouvais pas imaginer pourquoi. Ils étaient écologiques et pratiques. Peut-être que la gravité artificielle les rendait trop difficiles à conduire ? Je n’en avais aucune idée. Un autre mystère pour plus tard.

J’avais vérifié nos détecteurs et nous avions volé jusqu’à l’endroit où d’autres mercenaires attendaient déjà. Aucun des vaisseaux de ce ramassis de nettoyeurs n’était identique. Certains étaient techniquement du même modèle, mais ils avaient été tellement modifiés qu’ils ne se ressemblaient presque plus.

« Wôw ! » s’exclama Mimi. « Ces navires sont si colorés. »

« Je suppose que certaines personnes aiment se démarquer. Peut-être qu’elles ont confiance en leurs compétences ou qu’elles espèrent simplement se démarquer auprès de futurs clients. »

Mon Krishna, en revanche, avait été peint d’un bleu foncé qui avait contribué à le camoufler et à réduire son éclat. J’aurais certainement pu choisir quelque chose de plus flashy. Stella Online offrait aux joueurs une grande liberté à cet égard. Vous pouviez même coller des personnages d’anime sur votre vaisseau, comme un itasha futuriste. Mais ce style n’était pas pour moi.

« Hoo, mon Dieu ! C’est une rareté, » avais-je dit.

Un vaisseau blanc en particulier sortait du lot. Il était élégant et profilé, presque semblable à un cygne avec ses lignes épurées et ses propulseurs montés à l’arrière. L’effet global était décidément rapide, mortel et beau. Si un vaisseau ressemblait au héros de cette mission, c’était bien celui-là.

Cependant, il n’y avait pas que l’apparence. Je connaissais un peu ce vaisseau, le SSC 16 Galactic Swan, si ma supposition était correcte. Grande mobilité, boucliers puissants, et capacité d’accueil supérieure à la moyenne. Dans Stella Online, la plupart des joueurs l’appelaient la Comète blanche (parce qu’il filait dans le ciel comme une étoile filante), la Ferrari (parce qu’il était ridiculement rapide) et le Train fou (vers l’enfer), entre autres surnoms. C’était une légende parmi les vaisseaux de Stella Online.

« Ce navire est magnifique ! » déclara Mimi.

« Heh, ouais, ça l’est, » avais-je dit en riant.

« Hm ? Qu’est-ce qui est si drôle ? »

« Eh bien, le fait est que… »

Les spécifications du vaisseau étaient fantastiques, mais il avait un problème : l’opérabilité. Il était trop bon pour aller vite. Sa vitesse ridicule le limitait à foncer droit devant. Les mouvements complexes étaient carrément impossibles. Une connaissance m’avait laissé en piloter un une fois, et je n’avais même pas pu commencer à le contrôler.

Et ce n’était pas bon marché, non plus. Les matériaux nécessaires à la construction d’un tel vaisseau étaient très chers. Vous ne pouviez pas payer d’avance. Chaque petite réparation pouvait réduire vos économies à néant. Un navire de taille moyenne, des coûts de la taille d’un cuirassé.

Il y avait un autre inconvénient à ce vaisseau fou : il pouvait se déchaîner. Cela ne veut pas dire qu’il se contentait d’écraser les ennemis. Non, il se déchaînait littéralement, s’opposant aux tentatives du pilote de le contrôler, se déplaçant à des vitesses folles jusqu’à ce qu’il ait épuisé tout son carburant. Ensuite, il explosait. Quelque chose comme ça devait être un bug, non ? C’est ce que nous avions tous pensé, mais certains testeurs fous — c’est un compliment, d’ailleurs — étaient allés assez loin dans le code du jeu pour découvrir que ce déchaînement était une fonctionnalité cachée. Tu peux croire ça ?

Honnêtement, il était devenu un vaisseau même parmi les joueurs de Stella Online en raison de son horrible fonction de déchaînement, de ses contrôles difficiles et de ses coûts faramineux. J’avais du mal à croire qu’un mercenaire puisse l’emmener dans une bataille de vie ou de mort. Mais peut-être était-ce un bon vaisseau dans les bonnes mains ? Il surpassait de loin mon Krishna en vitesse et en mobilité, mais il était une nuisance majeure pour tous ceux qui l’entouraient. C’était un peu un coup dur pour sa viabilité.

« Alors, il ne vaut rien ? » demanda Mimi.

« Pas du tout, » avais-je dit. « Si tu sais l’utiliser, c’est un vaisseau solide. Il est juste si difficile à manier, et… franchement, il est un peu défectueux. »

« Défectueux comment ? »

« Dans certaines conditions, il se déchaîne à grande vitesse et explose. Cependant, tant que tu évites de te déchaîner en combat et d’abuser des armes laser à haute température, cela n’arrivera pas. »

« N’est-ce pas plutôt dangereux ? » dit Mimi.

« C’est très dangereux. Les seules personnes qui utilisent ce vaisseau sont des vétérans excentriques et des idiots qui ne choisissent les vaisseaux qu’en fonction de leurs statistiques. »

« C’est intéressant. »

J’avais tapé dans les détails du vaisseau, essayant de trouver qui était assez fou pour piloter cette chose, et j’avais trouvé que le nom de son propriétaire était… Capitaine Elma. « Oh. »

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Mimi.

« C’est le navire d’Elma, » avais-je dit.

« Hein !? »

« Elle se considère comme un vétéran. Euh, elle va probablement bien. »

Tant que le vaisseau n’était pas équipé d’armes laser, il ne devrait pas se déchaîner. Espérons-le, au moins.

Probablement.

OK, je devais arrêter de me mentir à moi-même. Un vaisseau même arrivant à un moment comme celui-ci ? Et Elma, de toutes les personnes, le pilotait ? Non, il y avait juste trop de drapeaux rouges ici. « Prions pour qu’elle s’en sorte, » avais-je dit. « C’est ta première bataille, après tout. »

« O-oui, monsieur. J’imagine qu’Elma peut se débrouiller toute seule, » dit Mimi.

Personne ne voulait voir quelqu’un de son entourage mourir au combat, mais dans notre métier, cela devait bien finir par arriver. À partir du moment où vous montez dans un vaisseau et que vous vous envolez dans l’espace, vous acceptez les risques qui en découlent. J’avais aidé Elma autant que j’avais pu, mais il n’y avait que peu de choses que je pouvais accomplir à cet égard. Pour l’instant, alors que la bataille n’avait pas encore commencé, le mieux que je puis faire était de prier.

« Nous commencerons dans trente minutes, » annonça le lieutenant Serena. « Tous les vaisseaux recevront des coordonnées où vous devrez vous cacher. Une fois la bataille commencée, dirigez-vous vers ces coordonnées. »

Un opérateur de la police galactique nous avait attribué des cachettes et envoyé les coordonnées. Les forces ennemies étaient positionnées très… soigneusement, comme si elles avaient envoyé des drones de reconnaissance.

« Hein. Qu’est-ce que… ? » J’avais plissé les sourcils.

« Quelque chose ne va pas ? » demanda Mimi.

« Ça a juste l’air un peu bizarre. Ne t’inquiète pas pour ça. » Ils m’avaient assigné un endroit où il y avait beaucoup de forces ennemies. Ces affectations étaient-elles aléatoires, ou… ? Le sourire du lieutenant Serena avait clignoté dans mon esprit. Je ne pouvais m’empêcher de penser que c’était intentionnel.

Bien. Allons-y. Si les choses se compliquent, je peux fuir, bien que je ne pense pas que j’en aurais besoin.

***

Partie 3

« Confirmation de la synchronisation des vaisseaux alliés, » avais-je ordonné.

« Synchronisation confirmée, » avait répondu Mimi.

« Initialisation de la charge à vitesse plus rapide que la lumière. »

« Initiation de la charge plus rapide que la lumière confirmée. Charge terminée. Compte à rebours avant activation : cinq, quatre, trois, deux… Déplacement plus rapide que la lumière initiée. »

Avec un boum semblable à un coup de tonnerre, le moteur FTL s’était activé. Avec toute la flotte alliée synchronisée, tout ce que j’avais à faire était de m’assurer que personne ne soit complètement stupide, et nous pouvions avancer.

On dirait qu’Elma n’avait pas été affectée au même endroit que nous. C’est dommage. J’avais prié pour sa sécurité dans la bataille, mais je ne le saurais que plus tard.

« Donc, » avais-je commencé, « nous allons maintenant nous battre. »

« Monsieur ! »

« Au combat, je vais te demander de surveiller le radar et de t’occuper des communications. »

« Compris ! »

« Rappelle-moi, en quoi consiste la surveillance radar ? » J’avais posé la question.

« Monsieur ! Je dois être attentive aux mouvements de l’ennemi et des alliés sur le radar et informer le timonier en cas de danger ! »

« Bien. Et les communications ? »

« Monsieur ! Je dois intercepter les communications ennemies et alliées, recueillir des renseignements et répondre aux messages envoyés à notre vaisseau ! »

« On dirait que tout va bien se passer, » avais-je dit. « Quand j’étais seul, je devais faire tout ça tout seul, mais avec toi ici, je peux me concentrer sur le pilotage. Ça m’aidera beaucoup. Tu as encore un long chemin à parcourir, mais continue à travailler dur. »

« Oui, monsieur ! Tu peux me faire confiance ! » avait répondu Mimi.

« Bien. Heureux de l’entendre. »

Pendant le voyage plus rapide que la lumière, j’avais fait une dernière et rapide révision de mon vaisseau. Les quatre lasers lourds sur les bras serviraient d’armes principales, mais j’avais aussi deux canons FLAK comme armes secondaires.

Et une autre chose : mes deux cartes maîtresses. Je n’avais que deux tirs pour chacune d’elles, quatre tirs au total, et leurs munitions coûtaient très cher. Dans l’idéal, je n’en aurais pas besoin du tout, mais elles étaient là si la situation devenait critique. D’ailleurs, quel genre d’idiot meurt sans même utiliser son atout ?

« C’est magnifique, » déclara Mimi en observant le paysage à l’extérieur du vaisseau.

Elle avait raison. Notre grande vitesse transformait les étoiles en comètes filantes. Les nébuleuses lointaines scintillaient en vert et orange comme des gemmes. Même si j’avais déjà vu tout cela auparavant, j’étais tout aussi ébloui que Mimi.

« C’est le cas, » avais-je dit. « Voir l’espace comme ça est un privilège que seuls des voyageurs comme nous ont le droit d’apprécier. »

« Oui, monsieur. »

Après quelques minutes de voyage FTL, nous étions arrivés à nos coordonnées.

« Sortie du voyage plus rapide que la lumière, » avais-je prévenu. « Prépare-toi à l’impact et aux turbulences. »

« OK. »

J’avais éteint le moteur FTL et étais passé en mode de voyage normal. Le Krishna était revenu dans l’espace normal avec un boum tonitruant. Puis nous avions suivi les autres vaisseaux mercenaires jusqu’à notre cachette.

« C’est ici que nous nous cachons dans une embuscade, » avais-je dit.

« C’est très calme », dit Mimi.

« L’espace est un endroit calme et solitaire. Mais je ne suis pas seul, puisque je t’ai avec moi. »

« Hee hee ! » Elle gloussa. « Alors je ne me sens pas non plus seule. »

Pendant notre discussion, j’avais baissé le générateur principal au minimum.

« As-tu froid ? » lui avais-je demandé.

« Je vais bien, » avait-elle dit. Le cockpit s’était refroidi alors que l’énergie diminuait dans tous les systèmes, y compris le système de survie. J’étais habillé chaudement, mais Mimi avait juste un short et une veste.

« Je suis peut-être légèrement vêtue, mais ces vêtements sont fabriqués dans une matière chaude, » avait-elle déclaré.

« Vraiment ? » avais-je répondu. « J’étais inquiet au début, mais je pense que ce magasin s’y connaît. »

« Oui. »

C’était vraiment rafraîchissant de voir cette jolie fille montrer ses nouveaux vêtements tous les jours. Ces derniers jours, Mimi m’avait offert le spectacle de plusieurs cosplays futuristes différents. J’avais particulièrement apprécié celui de la femme de chambre à jupe courte.

Des éclairs de lumière avaient interrompu ma rêverie. Des rayons avaient percé l’espace vide devant nous. Un instant plus tard, les communications interceptées des pirates de l’espace avaient crépité dans nos haut-parleurs.

« Qu’est-ce que c’était que ça !? »

« Michael est à terre ! Attaque — gaaaaah !? »

« C’est une descente de police ! »

« Ils visent la base et nos gros vaisseaux ! Gaaah, il y a du feu partout ! Verrouillez les cloisons trois et sept immédiatement ! »

« On a des gars là-dedans ! »

« Merde pour eux ! Si vous ne les verrouillez pas, nous sommes tous morts ! Faites-le ! »

L’enfer s’était déchaîné. Pendant que les pirates paniquaient, les cuirassés et les croiseurs lourds de la police bombardaient leur base et leurs grands vaisseaux. Même mon Krishna n’avait pas pu lancer une attaque aussi intense. Les canons des cuirassés avaient fait honte aux vaisseaux des mercenaires, tant en puissance de feu qu’en portée. Leur puissance de feu à courte portée n’était pas non plus une blague. Si vous foncez comme un idiot, ils vous trouent avant que vous ne puissiez vous approcher.

« C’est trop ! Tout le monde, fuyez pour vos vies ! »

« Retraite ! Retraite ! Retraite ! »

« Merde ! On va perdre tout le butin qu’on a arraché ! »

Ooh, il est temps pour eux de s’enfuir. Quelques-uns des pirates avaient plongé dans la flotte de police, mais aucun n’avait tenu longtemps. À quoi s’attendaient-ils ? C’était des navires de police disposés en ligne de bataille ordonnée. Personne ne pouvait plonger là-dedans et espérer survivre.

Les communications alliées affluèrent. « Interdiction de communication levée ! Commencez l’opération ! »

« Allez, allez, allez ! »

« Ne laissez pas un seul vaisseau s’échapper ! »

« Woo-hoo ! Nous avons notre choix de proies ! » Avec le signal donné, j’avais poussé le générateur principal de Krishna au maximum de sa puissance. « Mimi, nous allons au combat ! Prépare-toi à l’impact et aux forces G élevées ! »

« O-oui, Monsieurrrr ! »

Je nous avais lancés en avant. Les forces d’accélération m’avaient fait reculer dans mon siège tandis que l’adrénaline inondait mon corps. J’avais démarré mon système d’armes et déployé les armes et les canons FLAK. Maintenant, nous étions prêts à nous battre — et il semblerait que nous avions déjà notre premier client. Quatre pirates nous faisaient face.

« Vaisseau inconnu droit devant ! Qu’est-ce que c’est… ? Il y a des bras qui en sortent ! »

« Je n’ai jamais vu un tel vaisseau ! Attention ! »

« Il arrive de face ! Tirez dans tous les sens ! »

« Nous avons l’avantage numérique. Brisez ces boucliers, encerclez-le, et faites feu ! »

Deux des pirates étaient des petits vaisseaux d’usage général, tandis que les deux autres étaient conçus pour le combat. Ils avaient volé droit sur moi quand je m’étais approché, préparant leurs armes.

« Vous essayez de vous attaquer au Krishna avec des petits navires ? Ça ne va pas marcher pour vous les gars. »

J’avais braqué les viseurs de mes quatre lasers lourds sur l’un des petits vaisseaux prêts au combat, tout en visant l’autre avec mes canons Flak. Les ennemis voulaient concentrer leur feu sur moi, mais leurs lasers avaient une portée beaucoup plus courte que les lasers lourds de mon Krishna.

« Whoa ! Mes boucliers ! »

Mon premier tir avait déchiré les boucliers d’un pirate. Le second avait transpercé le vaisseau lui-même, le déchirant dans des éclats de lumière laser.

« Ce type est une mauvaise nouvelle ! Fuyez ! » Ma deuxième cible avait fait de son mieux pour battre en retraite, mais c’était trop tard. Le flanc exposé de son vaisseau avait encaissé deux tirs de FLAK. Les éclats d’obus avaient saturé les boucliers du vaisseau et l’avaient impitoyablement troué. Un fromage suisse instantané ! Il y avait eu un silence lourd, puis le deuxième vaisseau avait explosé dans une pluie rouge.

« Gaaah ! C’est un monstre ! »

« F-Fuyez… »

Les deux vaisseaux polyvalents avaient tenté de s’échapper, mais ils n’étaient pas conçus pour se battre, ils n’avaient aucun espoir de distancer un cuirassé. Le Krishna, lui, était conçu pour la vitesse pure.

« Bon sang, il est rapide ! On ne peut pas se débarrasser de lui ! »

« Non, non, non ! Je ne peux pas mourir ici ! »

« Eh bien, vous allez mourir, » avais-je dit. « Je dois tuer des pirates, désolé. Pas de pitié. »

Ils avaient essayé de se disperser, mais je n’allais pas les laisser partir si facilement. C’était des pirates, s’ils s’échappaient, ils continueraient à faire du mal à d’autres personnes. Je m’étais précipité vers les vaisseaux en fuite et je les avais abattus avec un laser lourd chacun. Avant de poursuivre mes prochaines cibles, j’avais jeté un coup d’œil à Mimi et je l’avais surpris en train de trembler. Elle semblait regarder le radar, mais je ne pouvais pas dire si elle le regardais vraiment. C’était son premier voyage. Je ne pouvais pas vraiment la blâmer.

Je m’étais détourné pour l’instant. Un flot de lumière m’avait accueilli, sillonnant l’espace. Canons laser, balles traçantes, échappement de missiles, explosions : tout illuminait l’obscurité comme un feu d’artifice de folie. Cette beauté masquait l’intention mortelle derrière chaque éclat de lumière. Les canons laser pouvaient vaporiser des humains sans même laisser de trace. L’énorme artillerie montée sur les cuirassés transformait facilement les hommes en chair à pâté. Les missiles explosaient les vaisseaux, projetant les gens dans les sombres griffes de l’espace.

Qu’en est-il des capsules de sauvetage ? vous pourriez vous demander. Quelqu’un pourrait essayer de s’enfuir en utilisant son cockpit comme capsule de sauvetage, mais au milieu d’une bataille, il n’irait pas loin, à moins d’avoir une chance extraordinaire.

« Mimi, nous partons pour la prochaine bataille, » avais-je dit.

« Ulp… !? M-Monsieur ! » Mimi se redressa, reprenant ses esprits. Ses nerfs mettaient à rude épreuve sa voix habituellement joyeuse. Il était clair qu’il lui faudrait un certain temps avant de s’habituer à tout cela.

« Tch, il y en a trop ! » avaient crié nos alliés dans les comm. Leur cri avait été suivi par les cris de nos ennemis :

« Entourons-le ! Besso, retiens-les ! »

« Je t’ai compris, patron ! »

« Bon sang de bonsoir ! » Cinq vaisseaux pirates coinçaient un seul mercenaire. Il pourrait tenir le coup simplement en ayant le meilleur vaisseau, mais la situation devenait catastrophique. Ses boucliers et son blindage allaient finir par tomber, et ce serait fini.

À moins que je ne sois impliqué.

L’indicatif d’appel du mercenaire coincé était Quiet. J’avais fait de mon mieux pour l’atteindre.

« Ici le capitaine Hiro, indicatif radio Krishna. Quiet, j’arrive pour te soutenir. »

« Aw, mec ! Tu me sauves la mise là ! »

« Grr, il y en a un autre ! » grognent les pirates. « Lang, Kamar ! Retenez-le ! »

« Ouais, patron ! »

« Compris ! »

Deux des cinq vaisseaux s’étaient détachés pour m’intercepter. Au premier coup d’œil, ils ressemblaient à un cuirassé et à un porte-navire transformé en vaisseau d’appui de missiles. Un vaisseau de soutien porte-missiles pouvait être sérieusement ennuyeux. Ces missiles étaient non seulement destructeurs, mais aussi très difficiles à esquiver. Quiet devait être un pilote chevronné pour survivre alors qu’il était en ligne de mire.

« Utilisez les chercheurs ! » ordonna un pirate.

« J’ai compris ! »

Lancement. Les « chercheurs » signifiaient probablement des missiles à tête chercheuse de chaleur — à faible portée, mais bien adaptés aux embuscades en raison de la façon dont ils pouvaient se verrouiller. Les pirates en avaient lancé deux droit sur moi.

***

Partie 4

Je dois dire que le fait de les tirer directement sur moi et de l’annoncer à l’avance gâche un peu la surprise.

J’avais maintenant deux choix : esquiver ou les confondre avec des sources de chaleur plus fortes. J’avais décidé de prendre la troisième option.

Le vaisseau avait tremblé sous le recul de mes tirs, me faisant trembler jusqu’au bout. Les missiles à tête chercheuse avaient tous deux explosé. J’avais traversé l’explosion à vitesse maximale et m’étais rapproché d’un vaisseau polyvalent.

« Eugh ! Il a forcé le passage ! » cria un pirate.

« Un, » fut ma seule réponse.

En passant devant le vaisseau de support de missiles, je l’avais détruit avec des tirs à bout portant. Mes éclats d’obus avaient dû déclencher les missiles stockés dans le vaisseau, car tout le vaisseau avait explosé quand j’étais passé à côté de lui.

« Quoi !? »

« Deux, » avais-je dit.

Mes propulseurs de contrôle d’altitude m’avaient poussé dans un virage serré. J’avais tiré avec les quatre lasers lourds sur le cuirassé.

Comme prévu, les boucliers s’étaient éteints sous le barrage de tirs laser. Maintenant sans défense, j’avais détruit le vaisseau avec quelques tirs précis à travers la coque. Puis j’avais vérifié le radar pour voir comment Quiet s’en sortait. Il avait détruit un de ses trois vaisseaux et en avait coincé un autre. C’est vraiment un bon pilote.

« Je m’occupe du dernier, » lui avais-je dit.

« Merci, mon pote. »

« Quoi ? Merde ! » Un pirate cria. « Ce n’était pas censé arriver ! »

« R-Raizo, qu’est-ce qu’on fait !? »

« La ferme ! Tout ce qu’on peut faire, c’est écraser ces connards et se tirer d’affaire. » Je m’étais demandé pourquoi ils n’avaient pas accepté leur destin et ne s’étaient pas autodétruits. J’avais éliminé un navire qui tentait de fuir pendant que Quiet détruisait le vaisseau de leur leader. Et ça nous avait à peine pris du temps.

« Tu m’as sauvé la mise, Krishna, » m’avait remercié Quiet. « Cinq vaisseaux sont tout simplement trop nombreux pour être gérés. »

« Hey, pas de problème, mec, » avais-je dit. « Je dois profiter de quelques proies savoureuses. Bonne chance pour la suite. »

« Ouais, mec. Sois prudent là dehors. » Quiet se retira, prévoyant probablement de faire quelques réparations d’urgence et de récupérer ses boucliers.

Je m’étais arrêté assez longtemps pour voler les objets de valeur des navires des pirates avant de passer à ma prochaine cible.

« Mimi, comment se présente la bataille en général ? » avais-je demandé.

« Hein ? » Elle sursauta. « Ah, hum… on dirait que les choses se passent bien pour nous. »

« Vois-tu des endroits où notre groupe a des difficultés ? »

« Umm… Désolée. Non. »

« C’est bon. J’y vais surtout à l’instinct, moi aussi. Dis-toi que les mercenaires sont trois ou quatre fois plus forts que ces pirates. Si tu vois un plus grand nombre de pirates, fais-le-moi savoir. Les batailles en tête-à-tête pourraient aussi valoir la peine d’intervenir. »

« Je vois. Hum… OK, et cet endroit en bas et à gauche de nous ? C’est proche de la police galactique, mais ils ont trois vaisseaux de taille moyenne là-bas, et on dirait que nos gars ont du mal. »

J’avais pointé mon vaisseau dans la direction indiquée par Mimi et j’avais vérifié par moi-même. Elle avait raison. Nous étions vraiment en position désavantageuse. Seulement quatre mercenaires faisaient face à vingt petits vaisseaux et trois moyens vaisseaux des pirates. Ils se battaient bien, mais il serait difficile de tenir longtemps.

« OK, intervenons. Mimi, je vais surveiller, mais je veux que tes yeux soient fixés sur le radar pour que nous ne tombions pas dans une embuscade. Aussi, fais-leur savoir que nous sommes en chemin. »

« O-oui, monsieur ! Je vais faire de mon mieux ! »

J’avais vérifié la puissance de feu que les trois vaisseaux moyens possédaient pendant que nous courions à la rescousse. On aurait dit des vaisseaux de transport privés gonflés avec des multicanons pour les tirs rapprochés et des lasers moyens pour les tirs de soutien, ainsi que des multicanons défensifs — probablement des tourelles automatiques.

Rien de tout cela n’était trop inhabituel pour les pirates, qui détruisaient fréquemment les propulseurs d’un navire, s’en emparaient et en éjectaient tout le personnel. Dans une telle situation, les pirates dépouillaient les navires de mercenaires ou de marchands et les transformaient en navires de soutien improvisés. J’avais appris tout cela dans Stella Online, mais il semblerait que ce soit toujours vrai ici. Ces navires improvisés auraient probablement des armes mortelles pointées vers l’avant, le haut, la gauche et la droite, mais auraient des angles morts en dessous et derrière eux. Je ne doutais pas que les boucliers de grande capacité du Krishna puissent absorber facilement leurs tirs, mais il n’y avait aucune raison de les bousculer dès le départ. La plupart des vaisseaux de transport avaient un espace de chargement sur le pont inférieur, un que les pirates n’avaient probablement pas équipé d’un blindage supplémentaire après s’être emparés du vaisseau. C’était ma cible.

J’avais baissé la puissance du générateur de mon vaisseau, mis mon système d’armement hors service, et commencé le refroidissement d’urgence. « Il va faire un peu froid, mais sois indulgente avec moi, » avais-je dit.

« Bien sûr. Quel est le plan ? »

« Charger de front n’est pas notre façon de combattre, » dis-je. « Nous allons essayer quelque chose d’un peu plus subtil. »

Comme le vaisseau se refroidissait, le cockpit aussi. Après trois minutes, je pouvais voir ma respiration. J’avais jeté un coup d’œil à Mimi, mais sa tenue était apparemment très efficace pour lutter contre le froid. Même avec son souffle qui s’échappait en petits nuages blancs, elle avait à peine l’air d’avoir froid.

« OK, c’est parti, » avais-je dit. Avec le vaisseau bien froid, j’avais conduit le Krishna à la puissance minimale, en prenant le chemin le plus long pour me glisser dans l’angle mort de trois vaisseaux moyens. Ni leurs petits ni leurs moyens vaisseaux n’avaient montré de signes d’attention à notre égard.

« Maître Hiro, pourquoi n’ont-ils pas réagi ? » demanda Mimi.

« Les vaisseaux en combat fonctionnent généralement à des températures élevées, donc les gens comptent principalement sur les capteurs de chaleur pour les détecter, » avais-je dit. « Les débris de navires et d’autres choses ont tendance à dériver autour de grands champs de bataille comme celui-ci, il est donc plus difficile d’utiliser le radar normal. En réduisant la température du vaisseau, nous pouvons tromper les capteurs de chaleur et nous glisser au plus près des débris. »

Dans Stella Online, il s’agissait d’une technique appelée « running cold ». Normalement, le système de refroidissement d’urgence empêche les vaisseaux de surchauffer à cause des lasers surutilisés et d’autres choses du genre, mais il peut aussi être utilisé pour cela.

« Impressionnant, » dit Mimi. « Il doit y avoir tellement de techniques astucieuses. »

« Ce n’est pas quelque chose qui fonctionnera toujours, mais ça nous a permis d’être à portée cette fois-ci. Allons faire la fête. »

« Oui, monsieur. »

Après avoir confirmé que je me trouvais dans l’angle mort des trois vaisseaux moyens, j’avais réactivé le système d’armement et j’avais placé mes viseurs laser et FLAK sur leur ventre exposé. Les pirates avaient crié.

« Gah !? Vaisseau ennemi détecté en dessous de nous ! Comment ont-ils fait pour se glisser dans notre angle mort !? »

« Whaaat !? Bon sang, tu faisais attention ou tu faisais encore la sieste pendant la bataille !? »

« Je regardais, je le jure ! Il est apparu de nulle part, comme un fantôme ! »

« Comme si j’allais croire ça ! Tourne ! Touuuurnnnneee ! »

Mais j’avais secoué la tête et j’avais dit. « C’est trop tard, mon gars. » J’avais tiré avec les quatre lasers en succession rapide, faisant tomber instantanément les boucliers de chacun des vaisseaux moyens.

« Eep !? Où sont passés nos boucliers !? »

« C’est quoi ce bordel ? Fuyons ! Utilisez les boosters ! »

« Vous êtes sur le chemin ! Bougez ! »

Pendant que les vaisseaux moyens paniquaient, je leur avais donné une bonne dose de canon FLAK à tir rapide. Une gerbe d’éclats avait déchiré leur ventre mou, détruisant d’un seul coup leurs générateurs, leurs systèmes de survie, leurs systèmes de distribution d’énergie et leurs réserves de munitions.

« C’est inutile ! On ne peut pas tenir ! »

« Évacuez ! Abandonnez le navire ! »

Des mini-détonations avaient traversé les vaisseaux, culminant dans des explosions massives qui les avaient tous réduits en poussière.

« Mimi, n’oublie pas de leur dire, » avais-je dit.

« O-Oui, monsieur ! C’est le capitaine Hiro, indicatif radio Krishna. Je suis son opératrice, Mimi. Nous intervenons maintenant dans cette bataille pour vous aider ! »

« Merci pour votre aide ! » avait répondu un allié. « Honnêtement, nous avions du mal. »

« Tch, je ne veux pas perdre ma part. Abattons ces pirates ! »

« Nngh ! Il a aussi sa propre opératrice mignonne !? Certains gars ont toute la chance. »

« Comment sais-tu qu’elle est mignonne ? Tu as seulement entendu sa voix, mec. »

« Écoute. Sa voix est mignonne, donc elle doit être mignonne. Jamais une fille avec une jolie voix n’a pas eu un joli visage pour aller avec. »

Est-ce que ces gars ont besoin de mon aide ? Ils n’avaient pas l’air si sérieux ou inquiets pour le moment.

« On va en tuer d’autres, » avais-je dit à Mimi.

« O-okay ! »

 

 

J’avais tiré sauvagement avec mes quatre lasers lourds, lançant occasionnellement des tirs de canon FLAK lorsque je passais à côté des vaisseaux pirates. Ayant perdu leurs trois vaisseaux moyens en quelques secondes, les pirates restants avaient paniqué. Leurs communications étaient tombées en panne. Ils pilotaient frénétiquement, totalement désorganisés maintenant. Le chaos avait fait d’eux des proies faciles.

« Eaaargh ! Ce monstre à quatre bras ! »

« Merde ! Arrêtez le gars avec ces bras ! On doit le faire taire ! »

« Imbécile ! Si nous essayons de le supprimer, il va nous faire sauter en morceaux avec son FLAK ! Fais-le toi-même ! »

« Fuyez ! On ne peut pas gagner ! »

« Gah !? Ne fuyez pas ! La police galactique va vous attraper ! » Un pirate avait tenté de s’enfuir, mais il avait rencontré un rayon de lumière qui avait fait voler son vaisseau en éclats. On dirait que la police avait fini de faire sa cage et qu’elle avançait pour faire le ménage.

« Tu n’as nulle part où aller, » avais-je dit. « Maintenant, meurs. »

« C’est toi qui vas mourir, salaud à quatre bras ! »

Les pirates restants avaient pointé leurs armes sur le Krishna et avaient tiré. Donc ils vont se concentrer sur moi en premier ? Je m’étais faufilé à travers la lumière clignotante de leurs attaques, j’avais tourné sur moi-même et j’avais essayé de me débarrasser des pirates qui me poursuivaient.

L’IA du vaisseau avait déclenché l’alerte. L’hologramme d’état du vaisseau avait signalé une frappe réussie.

« Eeeeek ! » Mimi cria.

J’avais quant à moi gardé mon calme. Oui, nous avions été touchés, mais cela n’avait fait qu’entamer l’un de nos trois boucliers. Il nous en restait encore deux, et à ce rythme, je pourrais utiliser des cellules de bouclier après que le second ait été brisé et avoir encore le temps de récupérer. Même si nous perdions tous nos boucliers, nous avions toujours une armure solide en dessous. Il n’était certainement pas encore le moment de paniquer.

***

Partie 5

Les pirates avaient continué à me tirer dessus, désespérés et négligents. Je m’étais concentré sur l’évasion, comptant sur les autres mercenaires pour saisir l’opportunité.

« Yeehaw ! On va les manger, les gars ! » cria un mercenaire.

« Vous voulez nous ignorer, hein ? Ce sera votre dernière erreur ! » s’exclama un autre.

« Typhon, Fox 2, Fox 2 ! »

« Hurricane, Fox 2, Fox 2 ! »

N’étant plus sur la défensive, les mercenaires s’étaient empressés de détruire navire après navire. Ce n’était pas drôle de se contenter d’esquiver, alors j’avais attendu ma chance et j’avais achevé quelques pirates avec mes lasers lourds. Ils étaient bien moins chers que les FLAK, ce qui en faisait le meilleur choix si je voulais quitter cette expédition avec un plus gros salaire.

Il nous avait fallu à peine quinze minutes pour éliminer toute la flotte de pirates de l’espace. Des acclamations avaient retenti dans les communications des mercenaires.

« Zone dégagée. On a gagné, les gars ! »

« Les choses ont commencé à se gâter pendant une seconde, mais Quatre-Bras est arrivé et a sauvé la situation ! »

« Bien joué, Quatre-Bras. »

Eh bien, on dirait que j’étais Quatre-Bras maintenant. Pas le surnom le plus cool que j’ai entendu, mais il avait un certain charme.

« Je passe à la zone suivante, » avais-je dit. « Bonne chance. »

« Toi aussi, mon pote. Et pareil pour ta charmante petite opératrice ! »

« O-oh ! » s’exclama Mimi. « Merci. »

« Bon sang, elle a l’air si mignonne ! Elle doit être vraiment mignonne ! »

« Tu as un esprit unique, mon gars. C’est pourquoi tu resteras vierge pour toujours. »

« V-v-vierge !? Non, mon frère ! »

Wôw. Était-ce aussi une insulte courante dans cet univers ? Je suppose que certaines choses n’avaient jamais vraiment changé.

J’avais accéléré pour m’éloigner des mercenaires, à la recherche de ma prochaine bataille. C’est alors que j’avais revu ce vaisseau.

« C’est le vaisseau blanc qu’Elma pilote, » avais-je dit.

« Est-ce qu’Elma se bat ? » demanda Mimi.

« Ouais. Allons la voir. »

Des faisceaux de lumière crue avaient traversé le noir de l’espace. Ce n’était pas bon. Elma faisait face à un vaisseau moyen équipé d’un type de laser appelé « gerobi », ainsi qu’à ses gardes du corps. Les lasers lourds de mon Krishna étaient de type pulsé, tirant des rafales successives d’énergie. Les lasers gerobi, en revanche, utilisaient un faisceau continu à haute température pour brûler les vaisseaux ou les faire surchauffer et s’éteindre. Leur nom vient d’un jeu de combat de robots où les robots vomissaient des faisceaux les uns sur les autres.

En face de ça, Elma était en réel danger. J’avais appuyé sur l’accélérateur et je m’étais précipité vers elle.

« Pourquoi mes contrôles ne fonctionnent-ils pas — aaaaaaah !? »

En entendant ses cris, j’avais poussé Krishna pour aller encore plus vite. Malheureusement, j’étais encore trop tard.

« Whoa, c’est quoi ce vaisseau blanc !? » déclara un autre mercenaire. « Hein ? Il vient par ici. Oh merde, bougez ! »

Le vaisseau blanc d’Elma s’était élancé, avait tournoyé et volé sauvagement, affichant toute sa vitesse folle. À ce stade, il n’y avait rien que je puisse faire.

« Maître Hiro, va-t-elle bien ? » demanda Mimi.

« Pas du tout. Quand ça arrive, ça ne s’arrête pas jusqu’à ce que le vaisseau explose. »

Elma continua à crier. « Nooooooooon ! Est-ce que quelqu’un sait pourquoi — hyaaaaah !? » Elle n’était clairement pas au courant de la fonction de déchaînement du vaisseau. Elle n’était pas une vétérante qui connaissait les risques, elle faisait partie des idiots qui l’avaient acheté juste parce qu’il avait des spécifications élevées.

« U-um, on ne peut pas l’aider ? » dit Mimi.

« Il n’y a aucun moyen d’aider, » avais-je dit en secouant la tête. « Regarde à quelle vitesse elle va. Si nous nous approchons trop, elle pourrait foncer sur nous et nous tuer aussi. »

« N -non ! Mais pauvre Elma ! »

« Ne t’inquiète pas. Le cockpit de ce vaisseau est extrêmement solide dans ce jeu — je veux dire, il est extrêmement solide, donc je ne pense pas qu’elle va mourir. S’il explose, il nous suffit de récupérer le cockpit. »

Elma força la barricade des pirates et se déchaîna dans leurs rangs. Je m’étais préparé à ce qu’elle vienne par ici, mais ça ne semblait pas être le cas. Au lieu de cela, elle allait… directement vers la flotte de la police galactique !?

« Eeek ! Fuyezzz ! » Elle avait essayé de les avertir.

« Whoa !? Elle vient par ici ! »

« Lancer un contre — attendez, n’est-ce pas un mercenaire ? Ngaaaah !? »

Le vaisseau d’Elma avait percuté un cuirassé de la police, avait subi de sérieux dommages et s’était enfin arrêté. Le cockpit lui-même semblait en bon état, si elle avait de la chance, elle ne serait peut-être même pas blessée. Malheureusement, le vaisseau de la police n’avait pas l’air très chaud après cet impact. Allaient-ils exiger des frais de réparation ?

« Umm… Que devons-nous faire ? » demanda Mimi.

« Malheureusement, il n’y a vraiment rien que nous puissions faire. Concentrons-nous sur le travail à accomplir. »

« O-oui, monsieur. »

Le déchaînement d’Elma avait eu un avantage certain. Les pirates avaient brisé leur formation et étaient tombés dans un désarroi total, présentant une opportunité juteuse pour moi. Ce n’est pas que je ne me souciais pas d’Elma, mais je ne pouvais pas vraiment faire grand-chose pour elle. Autant continuer à travailler.

 

☆☆☆

 

« Comment se déroule la bataille ? » avais-je demandé à mon opérateur.

« Lieutenant Serena ! À part une petite mésaventure, les choses semblent bien se passer. »

« Ah, oui, ça, » avais-je dit. « Nous n’avons pas besoin de la juger au tribunal, mais assurez-vous de lui faire payer les frais de réparation. »

« Aye-aye, Capitaine. »

J’avais changé d’onglet d’affichage pour regarder les mercenaires en action. Mes yeux s’étaient écarquillés. Un seul pilote avait écrasé quatre vaisseaux moyens et le plus grand nombre de petits vaisseaux, et de loin. Et ses gains étaient toujours en hausse, ce qui signifie qu’il était toujours en bonne santé.

« Je ne me souviens pas que nous ayons eu un mercenaire aussi doué, » avais-je dit.

« Hm ? Oh, bonté divine, vous avez raison. Ce sont des résultats dignes du rang Or ou même Platine, bien que je n’aie jamais vu ce nom particulier auparavant. » L’opérateur ne l’avait peut-être pas reconnu, mais moi, oui.

« Récupérez ses données pour moi, s’il vous plaît. »

« Tout de suite. »

Les données l’avaient confirmé. C’était bien lui : le mercenaire autoproclamé qui pilotait cet étrange vaisseau. On dirait qu’il avait officiellement rejoint les rangs des mercenaires depuis son petit interrogatoire.

« Un Rang Bronze… ? » avais-je dit, déconcertée.

« Ses exploits sont clairement au-delà du bronze, n’est-ce pas ? Il s’est inscrit… il y a seulement une semaine. Un mercenaire de rang Bronze qui a tué autant de personnes en seulement une semaine ? Il doit être un ancien pilote militaire ou quelque chose comme ça, peut-être même un as. »

« Peut-être… »

Je me souvenais clairement de lui. Il était à peine plus âgé que moi, donc il ne pouvait pas être un pilote militaire à la retraite. D’ailleurs, il n’avait pas du tout l’air d’un militaire. Ni d’un mercenaire, très honnêtement. Il me paraissait être un civil normal, même si cela ne pouvait clairement pas être vrai.

Rien de tout ça n’avait marché. Il pilotait un vaisseau de guerre de première classe, et il le pilotait sacrément bien. Contrôler un tel vaisseau de guerre demande une concentration phénoménale, ce qui est difficile dans une situation de vie ou de mort. Certains pilotes prenaient des médicaments ou utilisaient l’hypnose pour y arriver. Pourtant, ce civil tout à fait ordinaire avait eu le talent et le courage de piloter ce monstre de vaisseau de guerre — et de le faire avec sang-froid, même au milieu de la bataille. Comment pourrait-on appeler cela si ce n’est étrange ? Qui était cet homme ?

« L’écart de score ne cesse de croître, » s’enthousiasma l’opérateur. « Il pourrait tripler le score du pilote de la deuxième place ! »

Tripler ? À ce rythme, il semblait plutôt improbable qu’il s’arrête là.

« Surveillez-le, » avais-je dit. « Obtenez autant de données que vous le pouvez. »

L’opérateur avait répondu par l’habituel « aye-aye » et j’avais reporté mon attention sur la carte stratégique du champ de bataille. La victoire était à portée de main.

***

Partie 6

Nous avions anéanti les pirates de l’espace. Il n’en restait pas grand-chose à la fin de la bataille. Par la suite, la police galactique avait rôdé sur le champ de bataille à la recherche de survivants. N’ayant pas l’équipement nécessaire pour les aider, j’avais préféré collecter mes primes.

« Maître Hiro, ne crains-tu pas que des gens volent tes récompenses avant que tu ne puisses les récupérer ? » demanda Mimi.

« Les trucs qui s’échappent de leur cargaison et qui flottent en liberté dans l’espace sont pour les premiers arrivés, premiers servis. Mais tous les vaisseaux que nous avons détruits ont été automatiquement marqués à mon nom, donc nous n’avons pas à nous en soucier, » avais-je dit.

Mes trésors étaient éparpillés sur le champ de bataille à cause de la façon dont j’avais filé d’un combat à l’autre. Cela rendait le travail de collecte de mes primes plutôt fastidieux. Pourtant, cela valait la peine de récupérer tout ce que je pouvais. Les pirates transportent des cargaisons précieuses, notamment du métal rare.

« Heigh-ho, heigh-ho… » Je me chantais ce refrain à moi-même pendant que je travaillais.

« Maître Hiro, tu t’amuses ? »

« Bien sûr. C’est bien mieux que de tuer des gens. On ne sait jamais quel genre de trésor on peut trouver parmi les ordures. Pourquoi, ça ne te plaît pas ? »

« Eh bien, je suis plutôt inquiète pour Elma… » dit Mimi.

« Tu es trop gentille, Mimi. Son vaisseau a subi beaucoup de dégâts, mais elle a percuté un cuirassé de la police. Cela a définitivement arrêté son déchaînement de folie. Elle va bien. »

« Es-tu sûr ? » demanda Mimi.

« Yep. Les navires de police ont aussi des installations médicales et des médecins à bord. Rien à craindre. »

« Je vois. Eh bien, c’est bon à savoir. » La vie d’Elma n’était peut-être pas en danger, mais son portefeuille l’était. Elle allait devoir payer les réparations non seulement de son propre vaisseau coûteux, mais aussi du cuirassé endommagé. Aïe, ça fait peur.

Je ne veux pas être sans cœur, mais je ne pouvais pas m’occuper de ça pour elle. Je n’avais pas de réelle raison de le faire. Elle m’avait aidé avec l’enregistrement et avec Mimi, mais je lui avais déjà donné une tonne d’alcool comme récompense pour ça. Ma dette était payée. Bien sûr, j’étais reconnaissant pour toute son aide, mais assumer une dette aussi importante n’était pas mon travail. Elma était une mercenaire indépendante. Elle pourrait même s’offusquer que je mette mon nez pour l’aider. Si elle me demandait… eh bien, je verrais ce que je peux faire. Mais elle ne l’avait pas fait, donc ce n’était pas mon problème pour le moment.

J’avais changé de sujet. « Viens, allons chercher un trésor. Essaie de mémoriser le processus pendant que tu me regardes. C’est assez facile. »

« O-oui, monsieur. »

Envoyez un drone de récupération vers les carcasses de navires à la dérive, scannez l’intérieur, et prenez leur cargaison. Mmm, bien, ils ont de la nourriture, de l’alcool, et des munitions. Des produits de base faciles à encaisser, juste là. Ooh et des métaux industriels raffinés ? Ça va rapporter un bon prix. À part ça, il y avait des purificateurs d’air, des pièces détachées, un purificateur d’eau et des filtres, et d’autres articles de maintenance. Pas très excitant, mais néanmoins rentable. De l’argent rapide et propre, puisque la colonie avait besoin de ce genre de choses pour sa propre maintenance. Pourtant, ça aurait été bien de trouver un vrai trésor dans cette petite chasse. Oh ! Joli, du métal rare. Il n’y en avait pas beaucoup, mais j’étais ravi de le voir. De l’argent facile.

« Il y a beaucoup de butin ici, Maître Hiro », dit Mimi.

« Oui, il y en a. Mais la meilleure partie est le métal rare. »

« Hm ? Oh, qu’est-ce que c’est ? »

« Hmm. » Quelque chose d’étrange se trouvait parmi les objets récupérés. J’avais dû lancer un scan pour essayer de comprendre ce que c’était. Un cristal ? Il était scellé dans un conteneur étrangement sécurisé. Est-ce possible ? Pas possible. « Oooh. Je sais ce que c’est. »

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Mimi.

« C’est un cristal chantant. C’est plutôt dangereux. »

« Vraiment ? Devons-nous le ramener avec nous ? »

« Bonne question, » m’étais-je demandé.

Les cristaux chantants étaient des objets uniques. Certains collectionneurs offraient une belle récompense pour une telle chose. Cela ne le rendait pas moins dangereux. Ce petit cristal pouvait invoquer des formes de vie cristallines des confins de l’espace.

Cependant, ce n’était pas le seul danger. Le Cristal Chantant devait son nom au son qu’il émet, un son comme si quelqu’un chantait à l’intérieur de votre crâne. Quiconque entendait cette chanson était consumé par le désir, son esprit était contaminé. Et vous ne pouviez pas simplement le briser. Le détruire vous mettrait en grand danger, car des centaines, voire des milliers de formes de vie cristallines pulluleraient. Dans Stella Online, il fallait une bonne dizaine d’escadrons pour avoir une chance de combattre ces bêtes. Dans le jeu, nous l’avions utilisé pour lancer des raids.

« Prenons-le avec nous, sournois-sournois. » J’avais fait un clin d’œil à Mimi. Vu la situation actuelle, le Cristal Chantant était une bonne assurance. Je ne savais toujours pas ce qu’il en était des relations entre les différentes factions et gouvernements.

« Sournois-sournois ? »

« Ouaip. Garde le silence à ce sujet. »

Ce n’était pas illégal ou autre, mais ça a toujours apporté des problèmes. Heureusement, le Krishna avait installé quelques espaces de chargement spéciaux qui pouvaient échapper aux scanners, je pouvais donc l’y stocker. Un mercenaire avait besoin de quelques cachettes comme ça. Certains objets illégaux avaient toujours leur utilité, après tout.

Nous étions retournés à Tarmein Prime avec la police et les autres mercenaires après avoir collecté tout le butin que le vaisseau pouvait contenir. Elma avait dû être remorquée. Son vaisseau semblait irréparable. Avec la structure écrasée et mutilée, elle aurait probablement mieux fait d’en acheter un nouveau. À quelle vitesse allait-elle quand elle a heurté le cuirassé des flics ? J’avais commencé à m’inquiéter, juste un peu.

Les communications avaient crépité alors que nous rentrions chez nous et la lieutenante Serena s’était adressée aux mercenaires en masse.

« Cela marque la fin de cette opération, » avait-elle dit. « Bien joué, tout le monde. Nous avons détruit la base pirate et la grande majorité de leurs vaisseaux. Ce système stellaire devrait être plus sûr pour un certain temps. »

Pour un certain temps, hein ? Ce système était plein de ressources et proche de la frontière, les pirates ne resteraient pas longtemps à l’écart, même après un tel massacre. Ils étaient aussi tenaces que des cafards.

« Quant à vos récompenses, elles seront transférées sur vos comptes de guilde dès que nous aurons fini de tout calculer. Cela devrait prendre deux jours tout au plus. »

Était-ce rapide ou lent ? Dans le jeu, nous recevions nos récompenses instantanément en retournant à une base, mais dans la vie réelle, deux jours semblaient assez rapides compte tenu de toute la bureaucratie impliquée.

Personne ne s’était plaint, donc je m’étais dit que deux jours, c’était plutôt standard. Ça me convenait. Mimi et moi nous en sortirions financièrement en attendant. J’étais sûr que le gouvernement n’essaierait pas non plus d’écrémer quoi que ce soit. C’était un bon moyen de perdre la confiance entre nous.

« D’accord, » avais-je dit, « Mimi, envoie une demande d’amarrage. »

« Compris, monsieur. » Mimi avait utilisé la console d’opérateur pour envoyer une demande d’amarrage à Tarmein Prime. En peu de temps, les autorités portuaires avaient désigné un hangar pour nous. C’était sa première demande d’amarrage, mais elle s’était bien acquittée de sa tâche. Nous avons obéi aux instructions et aux marqueurs de guidage, et nous nous étions amarrés avec précaution. Une petite bosse dans un espace comme celui-ci pourrait signifier un gros mal de tête plus tard.

Au moment où le vaisseau avait été attaché et transporté dans le sas, nous avions tous deux soupiré de soulagement. Tout comme dans le jeu, l’amarrage après une mission apportait un sentiment écrasant de sécurité.

« Maître Hiro, qu’allons-nous faire maintenant ? » demanda Mimi.

« Maintenant ? Hmm, je me le demande. Peut-être qu’on pourrait prendre des congés jusqu’à ce qu’on soit payés ? Tu dois être mentalement et physiquement épuisée. Je le suis certainement. »

J’avais enlevé ma ceinture de sécurité, m’étais levé et m’étais étiré. Mon corps faisait mal et grinçait à mesure que je le faisais. Le simple fait de m’asseoir dans le siège du pilote me donnait l’impression d’un exercice épuisant avec toutes ces forces g qui m’avaient écrasé pendant la bataille. J’avais lancé le programme d’autovérification du vaisseau. Krishna avait aussi besoin de repos après une telle bataille. Nous devions faire de la maintenance et du réapprovisionnement après la bataille.

« Ce n’est pas ce que je veux dire, monsieur, » dit Mimi en secouant la tête. « Où allons-nous aller et que ferons-nous ? »

« Où et quoi, hein ? » C’était une sorte de grande question philosophique. D’où est sortie l’humanité et où notre espèce va-t-elle s’aventurer ensuite ? Que laisserons-nous derrière nous ?

OK, peut-être que je suis allé un peu trop loin là.

« Demandes-tu quel est mon objectif à long terme ? » avais-je répondu.

« Oui, » dit Mimi.

« Eh bien, j’aimerais construire une maison individuelle avec une cour sur une planète résidentielle. »

« C’est un grand objectif. »

« N’est-ce pas ? »

Je n’avais pas mentionné tout ça, mais mon rêve n’était pas seulement la maison. La maison n’était que la première étape. Après cela, je prévoyais de vivre des intérêts de mes économies, de manger ce que je voulais, de dormir autant que je le souhaitais et, plus généralement, de m’amuser. C’était la vie, du moins dans mon esprit. Mimi pourrait trouver ça nul ou ennuyeux, alors j’avais laissé tout ça de côté.

« Et toi ? » avais-je dit. « Quel genre d’objectifs as-tu ? Tu ne peux pas vivre juste pour le plaisir de vivre. »

« Je n’y ai jamais vraiment pensé, » dit Mimi.

« Il faut bien commencer quelque part. Peut-être que tu veux goûter toute la nourriture de l’univers ou voir tous les sites intéressants ou autre. » Voyages gourmands, visites touristiques. Ça m’a semblé être des objectifs valables. Je les ajouterais peut-être à ma liste personnelle.

« Essayer toute la nourriture de l’univers, ça a l’air bien, » dit Mimi. « Je vais peut-être le faire. »

« Alors, je pense que je vais te rejoindre. »

« Très bien ! Alors mon objectif est de manger tout l’univers à tes côtés ! »

« Woo ! » J’avais applaudi Mimi qui se tordait les mains d’enthousiasme. Ce jour-là, j’avais créé un monstre dévoreur d’univers dans un joli petit paquet.

« Mais je ne dois pas perdre la forme, alors je vais continuer à faire de l’exercice ! » déclara Mimi.

« C’est vrai. Mais je pense que tu serais bien avec un peu plus de viande sur les os, » avais-je dit.

« Tu crois ? » Mimi s’était tapoté le ventre. Puis, elle avait frissonné. Whoa, c’était brusque. « U-um, il semble que je sois un peu en sueur. Je vais sauter dans la douche. »

« Bien sûr. Profites-en. »

Mimi était sortie en traînant les pieds du cockpit tout en essayant de baisser sa veste pour couvrir sa moitié inférieure. Quelque chose n’allait pas ici. Attends… « Elle s’est faite dessus ? » Nous étions sortis de cette bataille plutôt propre, mais on nous avait beaucoup tirés dessus. Rien d’étonnant à ce que cela terrifie quelqu’un qui en était à son premier combat.

J’avais reniflé le cockpit, mais il ne sentait pas mauvais. Qu’est-ce que c’est que ça ?

« Bon sang, j’ai l’air d’un pervers. Je n’en veux plus. »

C’était un mystère qui ne valait pas la peine d’être approfondi pour le moment. J’avais abandonné et m’étais dirigé vers la cuisine. J’avais besoin de nourriture, d’eau et d’une douche. Ensuite, enfin, je pourrais me reposer.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire