Réincarné en mercenaire de l'espace – Tome 1 – Chapitre 5

***

Chapitre 5 : Giflez-les avec une liasse de billets

***

Chapitre 5 : Giflez-les avec une liasse de billets

Partie 1

« Voyons voir. Il y a la taxe d’entrée, le non-paiement de la taxe d’habitation de la deuxième division, les intérêts sur ladite taxe d’habitation, les dommages causés par ses parents, et les frais pour son droit de voyager librement. Le total s’élève à… précisément 500 000 Eners. »

« Vous n’êtes pas sérieux. »

L’homme derrière le comptoir avait accueilli ma colère avec une indifférence de fer. Il était l’image même du fonctionnaire ennuyeux avec son costume soigné et bien ajusté et ses cheveux coupés en brosse. Et il ne cédait pas sur la somme scandaleuse qu’il venait d’exiger. Cinq cent mille Eners. Au Japon, ça ferait… 50 000 000 yens. Comment diable quelques arriérés d’impôts peuvent-ils atteindre cette somme !?

Nous étions venus ici, à la troisième division du Bureau d’Administration des Résidents de Tarmein Prime, pour préparer officiellement l’arrivée de Mimi dans mon équipage. Mais dès qu’ils avaient confirmé son identité, ils avaient commencé à exiger des montagnes d’argent pour toutes ses taxes et frais. Je n’avais aucune idée de ce qui se passait dans tout ça.

Elma avait laissé tomber l’épreuve en disant qu’elle détestait les bureaux du gouvernement. Pendant ce temps, Mimi et moi avions été convoqués dans cette petite pièce terne. Dès que le fonctionnaire avait annoncé la somme, Mimi était devenue pâle et avait tremblé comme une feuille.

« Je suis tout à fait sérieux, » déclara le fonctionnaire. « C’est en fait moins que le vrai total parce que j’ai tronqué les décimales. Voulez-vous voir le détail ? »

« Bien sûr, jetons un coup d’œil, » avais-je dit.

Et j’avais jeté un coup d’œil. J’avais bien regardé, et les chiffres étaient restés les mêmes. Mais comment pourrais-je savoir ce qu’est un tarif raisonnable par ici ? Qu’est-ce que c’était que « les frais pour son droit de voyager librement » ? Pourquoi cela coûtait-il 200 000 Eners ? Ça ressemblait à un gros chiffre qu’ils avaient juste rajouté pour augmenter le total.

« Ne trouvez-vous pas que c’est un peu affreux de faire peser le poids d’une dette impayée sur un enfant dont les parents viennent de mourir ? » avais-je répondu. « Vous n’avez aucun moyen d’annuler la dette héritée ou un système de faillite volontaire ou autre ? »

« Ce n’est pas que nous ne le faisons pas, » déclara le fonctionnaire, « mais l’héritier de la dette doit déposer un recours dans les trois mois suivant la notification de l’obligation. Ce délai de grâce est déjà passé. Le seul filet de sécurité ou d’exemption serait qu’elle reste en troisième division. Si elle le fait, elle n’aura pas à rembourser la dette. »

Un filet de sécurité. Ce type ne bougeait pas d’un pouce, et il s’attendait vraiment à ce que « rester en troisième division » soit une sorte de consolation ? Bien sûr, elle n’aurait pas à payer si elle restait ici, mais c’était essentiellement une déclaration que cet endroit avait renoncé à elle.

De plus, tout le monde pouvait voir ce qui arriverait à une petite fille sans travail ni compétences si elle devait se débrouiller seule dans la troisième division. Ce n’était pas un filet de sécurité. Ils la jetaient, la traitaient comme une ordure. Hors de vue, hors de l’esprit. Qu’est-ce qui n’allait pas avec cet endroit ?

« J’ai entendu dire que le travail de mercenaire payait bien, » continua l’homme, « mais sûrement que 500 000 Eners sont trop pour vous. Toute autre discussion est une perte de temps pour moi et pour vous. Je ne le saurais moi-même pas, mais je suppose qu’il y a beaucoup d’endroits dans la troisième division où vous pouvez vous satisfaire. Pourquoi ne pas le faire, au lieu d’essayer de batifoler au-dessus de vos moyens ? » Il eut un sourire sadique, comme si tout cela était si amusant pour lui.

Oh ? C’est comme ça qu’on va faire ? Malgré les insinuations de l’homme, je n’essayais pas de traîner Mimi pour n’importe quelle sale merde qu’il avait en tête. Mais s’il voulait la jouer comme ça et me regarder de haut, très bien, j’étais prêt à jouer son jeu de malade juste pour le prendre au mot.

« D’accord, faisons-le. Cinq cent mille, ouais ? Je peux payer cet argent de poche tout de suite, si vous voulez. »

« Pardon ? » Le fonctionnaire avait rapidement cligné des yeux, décontenancé par ma proposition.

Joli. C’est exactement la réaction que j’espérais.

« Quoi ? » avais-je dit. « Je sais que tu es une merde dans l’âme, mais ton ouïe est-elle aussi pourrie ? Écoute bien : Je vais rembourser les 500 000 Eners, ici et maintenant. Prépare la paperasse. »

« Ce n’est pas le moment de plaisanter, » déclara le fonctionnaire.

« Je ne plaisante pas, » avais-je dit. « Allez, allez. Vas-y. Je t’ai demandé ces documents. » J’avais sorti mon terminal portable de ma poche pour montrer à quel point j’étais prêt à payer la rançon.

Je dois dire que, malgré sa mauvaise personnalité, le fonctionnaire avait travaillé rapidement une fois qu’il s’était enfin mis au travail. Il avait rassemblé toute la paperasse en vitesse, même s’il était visiblement réticent à le faire.

Une fois le transfert de 500 000 Eners de mon compte bancaire à Tarmein Prime confirmée, l’homme avait délivré un certificat de libération de dette, ainsi qu’un certificat de son droit à voyager librement. Cette dernière partie avait coûté un joli penny. Le « droit de voyager librement » coûtait très cher, car il exempte son détenteur de payer des impôts tant qu’il ne s’installe pas quelque part. Cela représentait 40 % des 500 000 Eners, mais c’était comme payer tous ses impôts à l’avance.

Les explications, les documents et les paiements étant enfin terminés, nous nous étions tirés de ce morne bureau. Dès que nous étions sortis, mon terminal avait sonné pour me prévenir d’un message d’Elma. L’itinéraire vers un magasin de vêtements. On dirait que c’est comme ça qu’elle avait passé son temps pendant que nous étions coincés avec l’autre débile là-bas.

« Tu vas bien ? » J’avais demandé à Mimi alors que nous marchions.

« O-oui, je vais bien. » Elle avait encore l’air choquée par toute cette épreuve, mais pour être honnête, elle avait traversé beaucoup d’épreuves : être attaquée par des voyous, être sauvée par moi, devoir révéler l’histoire douloureuse de sa vie au café, et apprendre sa dette au bureau du gouvernement. Il était probablement préférable de ne pas la pousser. Je ne connaissais pas l’âge de Mimi, mais n’importe qui serait assez tendu après ce genre de stress. J’aurais vraiment aimé pouvoir l’emmener au vaisseau et la laisser se reposer, mais si elle ne trouvait pas de nouveaux vêtements maintenant, elle n’aurait rien à porter demain. Ses vêtements actuels étaient sales et déchirés à cause de l’attaque, malheureusement, nous ne pouvions pas vraiment attendre pour lui trouver quelque chose de neuf.

« Comment ça s’est passé ? » Elma le demanda quand on l’avait retrouvée au magasin de vêtements.

« Je l’ai frappé avec une liasse de billets — euh, d’Eners, » avais-je dit.

« Joli, joli. C’est comme ça que les mercenaires font ! Au fait, je suis allée choisir une tenue que Mimi pourrait porter. » Elle m’avait tendu un sac de vêtements et une facture. Heureusement, cette facture était beaucoup plus raisonnable que celle que je venais de payer.

« J’ai pris un tas de vêtements de tous les jours, des sous-vêtements, et d’autre chose dont elle aura besoin, » dit Elma. « Ce sera loin d’être suffisant, alors n’oublie pas de l’emmener faire du shopping un jour. »

« Merci. C’est d’une grande aide. »

« Tu devrais être reconnaissant, » grogna Elma.

« Hé, je t’ai payé un prix juste. Et je sais que cela t’a pris un peu de temps, non ? C’est mieux que d’être dans ce bureau du gouvernement, crois-moi. »

« Ça n’en valait vraiment pas la peine, » dit Elma. « Argh, peu importe. Bien sûr, ça a fait perdre du temps. Je peux y aller maintenant ? Je veux retourner sur mon vaisseau. »

« On y retourne aussi. Mimi doit se reposer. »

« C’est une bonne idée. Mimi, assure-toi de ne pas t’attirer ses foudres. Aussi, surveille le bien. Il a tendance à fourrer son nez là où il ne faut pas. Avant que tu ne le saches, bam, il est mort. »

« O-oui, madame. » Mimi se tenait droite et répondait respectueusement, comme si Elma était une grande sœur gentille et fiable.

« C’est valable pour toi aussi, mon gars, » dit Elma. « Garde-la en sécurité. Ça veut dire plus de cascades ridicules comme aujourd’hui. Si tu fais quelque chose de stupide et que tu te fais tuer, elle sera à nouveau toute seule. »

« Oui, je sais, » avais-je dit. « Tu es plus attentionnée que tu n’en as l’air, Elma. »

« C’est la sagesse de l’âge. Tu as peut-être oublié, mais je suis bien plus vieille que toi, petit gars. »

« Oh, oui. Tu l’as dit. »

Elle avait l’air si jeune que c’était difficile à croire, mais elle avait dit qu’elle avait le double de mon âge. Elle avait certainement l’énergie abondante de la jeunesse. Même si c’était difficile à avaler, je devais l’accepter. Énergique ou pas, Elma était vieille.

***

Partie 2

Quand nous étions revenus sur le navire, j’avais montré sa chambre à Mimi. J’avais pris la chambre pour une personne, mais j’avais donné à Mimi une des chambres pour deux personnes, identiques et se faisant face de l’autre côté du couloir. Comme elles étaient pratiquement identiques, je ne m’étais pas soucié de celle qu’elle avait choisie.

« J’aime cette pièce, » décida Mimi. « Hum… Es-tu sûr que c’est bon ? »

« Bien sûr, » avais-je dit. « Une fois que tu auras posé tes affaires, tu pourras prendre une douche. Après cela, nous pourrons utiliser le module médical pour un contrôle rapide de tes signes vitaux. »

« Wôw, tu as un module médical ? » dit Mimi. « Ce vaisseau est incroyable. C’est comme une maison de la première division. »

« Vraiment ? » Je n’avais jamais vu la Première Division, bien sûr, alors je devais la croire sur parole.

Après avoir trié les objets, j’avais fait faire à Mimi une visite complète : buanderie, cuisine, infirmerie, salle d’entraînement, cockpit et soute. Tout le foutu vaisseau.

« Essaie d’éviter d’être dans le cockpit, sauf si je t’en donne la permission, » avais-je dit.

« Oui, monsieur. »

« Aussi… Oh, c’est vrai. Je ferais mieux de te trouver un terminal. » Elle aurait besoin d’un terminal portable comme le mien pour pouvoir me contacter et organiser les informations. Hm, ce ne serait pas une mauvaise idée de nous trouver aussi des tablettes assorties.

« Hum, je n’ai pas besoin d’un objet aussi cher…, » avait-elle protesté.

« Ne t’inquiète pas, » avais-je dit. « C’est une dépense nécessaire. » J’avais décidé de lui acheter un terminal demain. Elle en aurait besoin quand elle quittera le vaisseau. Ce n’était pas comme si elle allait rester à bord 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. De plus, Elma avait dit que Mimi aurait besoin de plus de vêtements, donc nous irons bientôt faire du shopping.

« Tu dois être fatiguée, » avais-je dit. « Prends une bonne douche, nettoie-toi et repose-toi. Nous pourrons parler de la vérification des constantes et de ton travail après. »

« Ok, désolée. »

« Ne t’excuse pas, fais-en plutôt un remerciement. Maintenant, tu sais comment utiliser la douche ? »

« Oui, ça va aller. Merci. »

« Ça a l’air bien. Je serai dans le cockpit ou dans ma chambre, alors si tu as besoin de quelque chose, fais-le-moi savoir. Dis-moi quand tu as faim. Nous allons vivre ensemble, alors ne sois pas timide. »

« Oui, monsieur. » Mimi avait acquiescé docilement. C’est bien. Ça ne servirait à rien qu’elle se prive de nourriture par pudeur. Espérons qu’elle en parle vraiment.

Je l’avais laissée à sa douche et m’étais dirigé vers le cockpit. Elle n’avait pas besoin que je m’occupe d’elle. Je n’avais toujours pas demandé son âge, mais elle était sûrement assez âgée pour se débrouiller toute seule avec une simple toilette personnelle. Quel âge avait-elle, d’ailleurs ? D’après son histoire, on aurait dit qu’elle était encore en âge d’aller à l’école. Ma meilleure estimation la situait quelque part à la fin de l’adolescence. Elle était plutôt petite, mais ses courbes n’étaient certainement pas celles d’une enfant. Hmm, je devrais demander plus tard.

N’ayant rien de mieux à faire, j’avais cherché des cartes de la troisième division pour le lendemain. Je devais être capable de naviguer dans cet endroit si je voulais lui trouver des vêtements et des produits de première nécessité. Pendant qu’on y est, on devrait acheter des médicaments et autres ? Oui, certainement. Elle a toujours besoin du terminal. Nous devrons faire beaucoup de magasins pour tout couvrir.

J’avais cherché des magasins de la troisième division, et les critiques étaient impressionnantes. Ils m’ont escroqué en vendant des faux ! Le médicament était périmé ! J’ai ouvert la boîte et il n’y avait rien dedans à part des ordures ! Oups. Ok, à part ça… il ne restait pas grand-chose. On n’avait pas l’air d’avoir beaucoup de chance avec les magasins de la troisième division. Elma devait vraiment connaître son domaine. L’épicerie et les magasins de vêtements où elle nous avait emmenés étaient les seuls bons endroits pour faire du shopping dans toute la division.

J’étais encore en train de faire des recherches quand Mimi avait passé la tête par la porte ouverte du cockpit. La douche avait certainement aidé. Elle était mignonne après s’être lavée, mais elle devait avoir froid dans ces vêtements étriqués avec l’air conditionné à fond.

« As-tu faim ? » avais-je demandé.

Mimi avait rougi un peu et avait hoché la tête.

« Très bien. Que dirais-tu d’un peu de nourriture ? Bon travail de me le faire savoir, continue comme ça. »

« Oui, monsieur. »

Je pouvais comprendre à quel point il était inconfortable de demander de la nourriture, mais il était important qu’elle continue à le faire. Elle m’avait suivi jusqu’à la cuisine, timide tout le long du chemin. J’appelais ça une cuisine, mais il n’y avait pas de vrais ustensiles de cuisine. La cuisinière automatique faisait le plus gros du travail, il était donc peut-être plus juste de l’appeler une cafétéria.

« Mange tout ce que tu veux, autant que tu le veux, » avais-je dit. « Oh, hé, j’ai acheté de la viande artificielle. Je pense que je vais l’essayer. Tu veux essayer, Mimi ? »

« Je vais essayer, bien sûr, » avait-elle dit.

J’avais utilisé le menu de la cuisinière automatique pour faire apparaître tous les aliments contenant de la viande artificielle. J’avais choisi une grande portion, tandis que Mimi avait choisi une taille plus normale. En quelques instants, le cuiseur avait sonné pour annoncer que nos repas étaient prêts.

« C’est donc de la viande artificielle, » m’étais-je dit. « C’est blanc, mais bon sang, ça a bon goût. »

« Oui, c’est vrai. »

La viande dans l’assiette avait presque la couleur du corégone et était recouverte d’une sorte de sauce. Le pilaf et la salade de pommes de terre étaient à part. Et mon garçon, la machine ne plaisantait pas quand elle disait « grand ». Ma portion était énorme.

« Mmm. Pas mal du tout », avais-je dit.

« C’est délicieux, » déclara Mimi.

 

 

Je pouvais presque croire que je mangeais un repas de chez moi. La viande artificielle était moelleuse, mais pas grasse, et la sauce ne faisait que la rendre plus délicieuse. La graisse de la viande aromatisait le pilaf et complétait parfaitement le repas. Et j’aurais juré que la salade de pommes de terre était une vraie salade de pommes de terre.

« Tu n’as pas besoin de te forcer à le manger, » avais-je dit quand j’avais remarqué que Mimi hésitait sur sa portion.

« C’est bon…, » dit Mimi.

Mimi avait pris la portion normale, essayant apparemment toujours de vider son assiette, mais cela semblait un peu trop pour elle. Je devrais peut-être suggérer une petite portion la prochaine fois.

Nous avions jeté nos assiettes dans le lave-vaisselle quand nous avions eu fini, mais Mimi était restée là à me regarder. J’avais plissé les sourcils.

« Qu-qu’est-ce qu’on fait après ? » avait-elle demandé nerveusement.

« Après ? Hmm, eh bien, ce n’est pas bon de dormir avec l’estomac plein. Peut-être qu’on pourrait aller s’entraîner un peu dans la salle d’entraînement ? »

J’avais appris à connaître la salle d’entraînement du Krishna grâce au temps passé sur le vaisseau après mon arrivée ici. Je l’utilisais presque tous les jours pour me maintenir en forme. L’ensemble était à la pointe de la technologie, avec tout l’équipement dont on pouvait avoir besoin pour rester en forme pendant un long voyage dans l’espace.

Même si tout cela me paraissait tentant, Mimi avait l’air dubitative.

« Tu peux aller te reposer, Mimi. Tu dois être fatiguée, » avais-je dit. Après tout, elle avait vécu beaucoup de choses en une seule journée. Si je me sentais endormi, elle était probablement complètement épuisée.

« Non… Hum, OK. Je vais me reposer. »

J’étais soulagé qu’elle ait changé d’avis. Elle avait l’air de s’assoupir alors que je lui disais bonne nuit, et je m’étais dirigé vers la salle d’entraînement.

J’avais gardé mon régime d’entraînement modéré. Je n’essayais pas d’être un bodybuilder ou quoi que ce soit. Tout le vaisseau avait travaillé en tandem pour concevoir mon programme d’entraînement, des cuisinières automatiques aux terminaux. Toutes ces données avaient été regroupées, organisées et calculées pour produire le régime optimal pour mon corps. Ce n’était pas un entraînement facile, mais au moins je savais que j’étais entre de bonnes mains et que j’avais un objectif tangible pour mon entraînement.

J’étais passé directement du gymnase aux douches. Ce n’était pas très différent de la façon dont je vivais avant l’arrivée de Mimi, mais l’avoir ici m’avait rendu encore plus conscient de mon hygiène. Si elle pensait que j’étais un flemmard, je mourrais intérieurement.

Ce soir-là, j’avais pris une douche un peu plus soignée que d’habitude avant d’aller me coucher. Le seul inconvénient de cet arrangement était que je ne pouvais pas continuer à me promener en sous-vêtements, même pour un rapide voyage de la douche à ma chambre. J’avais remis ma veste et mon pantalon et je m’étais précipité au lit. Dès que j’avais touché le matelas, un énorme bâillement m’avait saisi. Quelle journée ! Tout ce que j’avais prévu de faire était d’aller à l’épicerie, mais dès que j’avais rencontré Elma, tout avait déraillé. Cette petite elfe de l’espace avait attiré les ennuis, je le sentais. Je devrais peut-être m’en tenir à l’écart.

Malgré toute cette folie, je devais cependant admettre que je me sentais bien. J’avais un mode de vie beaucoup plus sain ici que chez moi : des repas fréquents et équilibrés, de l’exercice optimisé, un sommeil suffisant. Il n’y avait pas plus sain que ça.

Pendant que je réfléchissais à tout ça, Mimi avait jeté un coup d’œil par ma porte ouverte. Pour une raison inconnue, elle rougissait et était nerveuse.

Ah, oups. J’étais tellement habitué à laisser les portes ouvertes parce que je vivais seul. Et j’étais dans mes foutus sous-vêtements ! « Qu’est-ce qui ne va pas ? Et aussi, je suis à moitié nu. Donne-moi juste une seconde pour m’habiller. »

« … »

Elle n’avait fait qu’une pause avant d’entrer alors que j’étais encore en train d’enfiler mon pantalon.

« Whoa, quoi !? » Pourquoi avait-elle fait irruption alors que je lui avais dit d’attendre ? Et qu’est-ce que c’était que ce déshabillé ? Il était totalement transparent. Je ne pouvais pas éviter de regarder tout son corps.

« Arrête, attends ! Pourquoi !? » J’avais immédiatement couvert mes yeux, mais je dois avouer que j’avais cédé au bout d’une seconde et que j’avais regardé entre mes doigts. Je ne pouvais pas m’en empêcher.

« Je suis ici pour faire mon travail, » chuchota Mimi en s’approchant. Elle ne portait rien d’autre que ce déshabillé transparent. Même ses pieds étaient nus.

« Non, attends, sérieusement. On devrait d’abord apprendre à mieux se connaître, non ? » avais-je dit.

« C’est tout ce que je peux faire. Ça ne me dérange pas de le faire avec toi, Hiro. »

Elle a dit mon nom pour la première fois ! Non, attends. Ce n’est pas sur ça que je devrais me concentrer. Aaargh, non ! Mademoiselle, s’il vous plaît, non ! Aaah, on ne peut pas faire ça, on ne doit pas !

Alors que je paniquais, Mimi s’était assise à côté de moi sur mon lit et m’avait serré dans ses bras. Quelque chose de doux se pressait contre moi. Pour quelqu’un d’aussi petit, sa poitrine était non seulement énorme, mais dangereuse. J’ai été bombardé ! Aiiidddeee !

« J’ai pris mes médicaments, donc je vais bien, » avait-elle dit.

« Tes médicaments ? Quel médicament ? »

« Elma m’a acheté ce contrôle des naissances, et, hum… des trucs qui font que la première fois fait moins mal. Elle m’a aussi donné ce déshabillé. »

Maudite soit cette elfe ! Qu’est-ce qu’elle a fait ? Ou je suis censé dire merci !?

« U-Um… ne veux-tu pas de moi ? Tu préfères quelqu’un de plus jolie comme Elma ? »

« Ce n’est pas du tout ça, je le jure. Ce n’est pas toi le problème. »

« Mais c’est tout ce que je peux faire pour te rembourser. Et je… J’ai tellement peur. S’il te plaît ? »

Effrayé ? Peur de quoi ? Je ne comprenais pas du tout cette situation.

Mimi avait continué. « Je n’ai pas d’autres compétences à offrir, donc je fais ça pour me protéger. Si je fais ça, tu ne m’abandonneras pas. » Sa voix s’était éteinte. Oh, mon Dieu. Elle pensait que j’allais changer d’avis et la virer si elle n’était pas « utile ». C’était pour ça qu’elle faisait ça. Les implications étaient profondes. Pensait-elle que j’étais une telle ordure ?

« Je ne pense pas que tu ferais une chose pareille, Hiro, mais… peux-tu me rassurer ? » dit-elle.

« Oh ? Est-ce tout ? »

Ce n’est pas qu’elle doutait de mon caractère. Elle voulait juste être rassurée. Mais quand même ! Je continuais à paniquer lorsque mon terminal portable avait sonné à côté de moi, affichant un message inquiétant. Prends tes responsabilités et donne-lui ce qu’elle veut.

Une seule personne avait envoyé des messages à mon terminal. Tout ça avait été arrangé par cette pauvre petite elfe de l’espace.

« S’il te plaît, ne m’abandonne pas, » dit Mimi. On aurait dit qu’elle était au bord des larmes. Elma avait dû vraiment la convaincre que je la mettrais dehors si elle ne faisait pas ça. La prochaine fois, je ferai un sermon à cette elfe, je le jure.

« D’accord, » avais-je dit. Mimi avait haleté. « Euh, qu’est-ce que je suis censé dire à ce stade ? C’est vraiment étrange. Pour être honnête, je suis complètement perdue. » Tout ce que je pouvais faire à ce moment-là, c’était de rendre l’étreinte de Mimi et de lui donner une tape dans le dos.

Finalement, j’avais dit. « Je serai aussi doux que possible. »

Elle avait hoché la tête et s’était détendue dans mes bras.

 

***

Partie 3

Qu’est-ce que je suis censée faire ?

Ce mantra avait tourné en boucle dans ma tête pendant les six derniers mois. Après l’accident, après la mort de maman et papa, j’avais dû faire face à un monde d’inquiétude constante. Croulant sous une dette impossible à rembourser et avec mon pécule qui s’évaporait régulièrement, j’avais dû abandonner l’école et mener la vie la plus radine possible, mais la faillite me guettait toujours. Le temps me manquait.

Tout s’était précipité il y a trois jours, quand j’avais perdu ma maison et mon droit de vivre dans la deuxième division. Ils m’avaient forcée à aller dans la troisième division, dont tout le monde savait que ce n’était pas le plus beau quartier. Seuls les gens qui ne pouvaient pas payer leurs impôts y vivaient. La violence et le vice régnaient dans la troisième division, le tas d’ordures de la colonie. Oh, comme je suis tombée bas.

Je n’étais pas stupide. Je savais ce qui arrivait aux femmes qui finissaient dans la troisième division. Elles étaient kidnappées, traitées comme des jouets, puis droguées et vendues jusqu’à ce qu’elles ne puissent plus attirer de clients. Quand les hommes avaient fini de les utiliser, elles étaient jetées dans une ruelle pour mourir. De temps en temps, un mercenaire ou un marchand achetait la liberté d’une fille, mais il fallait être très chanceux et c’était très rare. Il était bien plus probable que vous dépérissiez dans une ruelle, souffrant du manque de drogue, toute seule. Les corps étaient incinérés juste à côté des ordures.

La perspective était trop terrifiante pour y faire face. J’avais fui. Je m’étais cachée. Mais sans Ener pour la nourriture ou l’eau, et mon terminal confisqué par la colonie, je n’avais pas beaucoup d’options.

« Ne bouge pas, bon sang. »

« Heh heh, je t’ai enfin eu. »

J’étais épuisée lorsque ce groupe d’hommes m’avait kidnappée, trop fatiguée pour ne serait-ce que tressaillir devant les sourires dégoûtants qu’ils affichaient.

« Elle est un peu sale, mais bon, ça ne me dérange pas. »

« Allez, on s’y met ! Je n’en peux plus d’attendre. »

Ma faible résistance ne les avait même pas ralentis alors qu’ils me traînaient dans une ruelle sombre et m’arrachaient violemment mes vêtements.

« Laisse tomber, gamine ! »

« Arrête de te débattre ! Faut-il que je te fasse mal pour que tu comprennes ? »

J’avais résisté, un dernier élan de force désespérée.

« Je devrais t’en coller une bonne. » L’homme avait levé son poing. Au moment où il l’abattrait, je serais foutue. Mais juste avant qu’il le fasse, un éclat de lumière rouge avait illuminé la ruelle.

« Eeeeek !? » Chaque fois que la lumière teintait l’obscurité en rouge, un autre voyou criait.

« Dégagez ! Le prochain fera plus que brûler ! » La voix assurée avait stoppé les voyous dans leur élan. Celui qui me tenait s’était empressé de me lâcher, fuyant avec les autres.

Je m’étais effondrée contre un mur. Bien qu’encore étourdie par mon épreuve, j’avais essayé de trouver la source de la voix. Un autre homme se tenait à présent dans la ruelle, habillé de vêtements robustes et inconnus. Il devait être un mercenaire. Il avait même une arme, bien qu’il semblait assez nerveux à l’idée de l’utiliser. Il avait des cheveux noirs et des yeux doux. Je l’avais situé au début ou au milieu de la vingtaine, peut-être. Il m’avait lancé un regard avant de pointer son pistolet laser dans la direction où les malfrats s’étaient enfuis.

« Remets de l’ordre dans tes vêtements pendant que je monte la garde, » dit-il. « Nous partons. »

Étais-je vraiment en sécurité ? Je m’étais empressée de remettre de l’ordre dans mes vêtements, croyant à peine que mon sauvetage soit réel.

« Bon. » En sortant de la ruelle, une femme elfe habillée comme l’homme s’était adressée à lui. Elle était aussi probablement une mercenaire. Quelle est leur relation ? Pourquoi m’étais-je demandé ça ? Pourquoi ça m’avait dérangée ?

« Alors, que vas-tu faire d’elle ? » dit l’elfe.

« Eh bien, je veux dire…, » l’homme avait tourné son attention vers moi. Ses yeux avaient vraiment l’air gentils. Ils m’avaient aidée à chasser une partie de la terreur qui m’envahissait encore après l’attaque.

« Ne te contente pas de me fixer. Réponds-moi, » dit l’elfe. L’elfe et l’homme avaient parlé comme de vieux amis. Pour une raison inconnue, mon cœur m’avait fait mal en voyant ça.

« Je pensais laisser cette fille sur mon vaisseau, » dit-il. « Elle pourrait peut-être aider aux corvées ou recueillir des informations. » J’avais été choquée par les paroles de cet homme. Attends, je vais sur son vaisseau ? Ça veut dire faire… ça, non ? Mais nous venons juste de nous rencontrer. Je suppose que j’aurais de pires ennuis s’il ne me sauvait pas. Si je restais à la troisième division, d’autres hommes comme ces voyous finiraient par me trouver. Aller avec ce gars semblait bien mieux. Au moins, il était gentil.

« Corvées ? Tu veux dire qu’elle est ton type ou quelque chose comme ça ? » La femme elfe s’était penchée vers moi. Elle était belle, avec une peau lisse et sans taches et les plus longs cils que j’avais jamais vus. Mon cœur avait fait un bond.

« Mon type… ? Je veux dire, oui, elle est mignonne. » L’homme qui m’avait sauvée m’avait regardée à nouveau, mais j’avais rapidement détourné le regard. Ses yeux s’étaient posés sur ma poitrine. Les hommes finissaient souvent par regarder là. Je l’admets, mes seins me faisaient souvent mal au dos, mais c’était peut-être une fois que je pouvais leur en être reconnaissante.

« En fait, nous ne devrions pas rester là à discuter tant qu’elle est dans cet état. Trouvons un endroit pour s’asseoir et se calmer. » Wôw, il est vraiment gentil. Soudain, je m’étais sentie gênée par l’état dans lequel il m’avait trouvée, sale et hagarde comme ça. Je n’avais pas réussi à me laver depuis des jours.

« D’accord, mais c’est toi qui paies, » dit l’elfe.

« Aye-aye, m’dame, » avait-il dit. « Hé, allons-y. On ne te fera pas de mal. Si tu as mal en marchant, tu peux t’accrocher à moi. » J’avais obéi à ses instructions et j’avais doucement pincé ses vêtements. Je n’étais pas prête à m’approcher plus. Si je m’approchais davantage, il risquait de sentir l’odeur et j’allais sûrement mourir de honte si cela arrivait.

Au café, l’elfe avait dit à l’homme sans détour ce que ma présence sur son vaisseau impliquait. Il avait rougi furieusement. Était-il vraiment un peu stupide ? Ne réalisait-il pas ce que cela signifiait d’avoir une femme à bord ? Le voir tout agité pour ça était plutôt adorable. Mais attends. S’il était si ignorant, alors il n’essayait pas vraiment de m’enlever dans la ruelle. Il m’avait vraiment sauvée par pure bonté d’âme. Comment quelqu’un d’aussi gentil avait-il pu survivre jusqu’ici ?

Le reste de l’après-midi s’était déroulé dans le flou. J’avais appris que son nom était Hiro et que celui de l’elfe était Elma. Il m’avait emmenée dans un bureau du gouvernement, où il avait payé une énorme somme au méchant fonctionnaire. L’énorme dette qui pesait sur moi avait failli me faire perdre connaissance, mais Hiro… non, Maître Hiro l’avait payée comme si ce n’était rien, tout ça pour acheter ma liberté. J’avais l’impression que toute ma vie avait abouti à cette rencontre.

Plus tard, Elma m’avait donné un sac plein de vêtements. C’est grâce à elle que j’avais pu être avec Maître Hiro. C’est à lui que je devais le plus, mais elle arrivait juste après. Enfin, Maître Hiro m’avait ramenée sur son navire. C’était surprenant. Je m’attendais à ce qu’un vaisseau de mercenaire soit plus exigu et étouffant, mais celui de Maître Hiro était grand et propre, comme une maison de la Première Division. C’était peut-être plus agréable que mon ancienne maison.

J’avais pris une douche à la suggestion de Maître Hiro. Après si longtemps sans, c’était incroyable d’être sous l’eau chaude, et j’avais nettoyé ma peau de toute la crasse de la troisième division.

Puis j’avais regardé le sac de vêtements qu’Elma m’avait donné plus tôt. Il contenait trois paires de culottes, deux tenues transparentes et une tenue plus simple, un négligé, une bouteille de liquide, deux piluliers et une note.

De quoi s’agit-il ? La note venait d’Elma et incluait des instructions sur la façon d’utiliser la bouteille de liquide — du parfum, apparemment. Ça pourrait être utile. Je n’avais jamais utilisé ce truc avant. Passons aux pilules. Elma avait dit que l’une était un contraceptif et l’autre était un médicament pour rendre la première fois moins douloureuse. J’avais entendu dire que cela pouvait être inconfortable, alors j’avais vraiment apprécié son aide. J’avais même des amies à l’école qui avaient dû avoir des conversations gênantes avec leur petit ami après la première fois.

J’avais mis du parfum sur mon poignet. Cela m’avait fait me sentir mature et confiante. Tout à coup, les tenues transparentes m’attiraient plus que les tenues simples.

Dès que Maître Hiro m’avait vue, il avait rougi. Bien, il me remarquait. Je craignais que malgré tout cela, il me regarde encore comme une petite sœur ou une gamine, alors c’était un soulagement de le voir réagir.

Après un délicieux repas, Maître Hiro s’était dirigé vers la salle d’entraînement, puis était allé se coucher. J’avais attendu le bon moment pour prendre les deux médicaments et enfiler le déshabillé. Je n’osais pas entrer dans la chambre de Maître Hiro, mais quand je m’étais approchée, sa porte était suffisamment ouverte pour que je puisse jeter un coup d’œil à l’intérieur.

Il était en sous-vêtements, son corps exposé pour que je le voie. Une chaleur m’avait envahie. Était-ce l’œuvre de la médecine ?

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » dit-il. « Et puis, je suis à moitié nu. Donne-moi juste une seconde pour m’habiller. »

Quand nos regards s’étaient croisés, il avait rougi et avait paniqué. Poussée par mon instinct, j’étais entrée dans la chambre de Maître Hiro. Il m’avait fallu beaucoup de temps et de douleur pour arriver ici aujourd’hui, mais j’étais enfin en sécurité dans les bras de Maître Hiro. Je m’étais détendue, contente et heureuse dans ses bras.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire