Réincarné en mercenaire de l'espace – Tome 1 – Chapitre 2

***

Chapitre 2 : Ma première colonie spatiale

***

Chapitre 2 : Ma première colonie spatiale

Partie 1

Il est grand temps que je vous parle de moi : Satou Takahiro.

Lieu : Une ville de Hokkaido. Âge : 27 ans. Statut relationnel : Célibataire.

Après avoir obtenu mon diplôme du lycée, j’étais allé dans un collège technique dans ma ville natale et j’avais rejoint une entreprise dans cette même ville. À l’université, j’étais sorti avec une fille rencontrée en ligne, mais… vous savez comment sont les relations à distance. On a rompu. J’avais été embauché comme administrateur réseau, car j’étais « bon en informatique », mais je n’avais pas vraiment d’expertise et j’avais dû me battre pour apprendre sur le tas. J’avais passé la plupart de mes journées de travail à m’énerver contre des collègues qui réussissaient à obtenir des virus de toutes les sources possibles et imaginables : pages d’actualité, achats en ligne, jeux douteux sur navigateur, voire des sites pornographiques.

Mes hobbies ? Les jeux vidéo. C’est tout. Et je n’étais pas si difficile. Je jouais aussi bien aux jeux japonais qu’aux jeux occidentaux. Pendant un certain temps, j’étais obsédé par les jeux de tir à la première personne, j’y jouais tellement que j’atteignais le sommet des tableaux de scores. Je n’avais jamais eu l’habileté de prendre la première place, mais je faisais partie des meilleurs au Japon à l’époque.

Comme mes collègues de travail pensaient que j’avais « l’air effrayant » avec mes « yeux intimidants », je n’avais pas vraiment d’interaction sociale ou de camaraderie dans ma vie quotidienne. C’est ce qui m’avait attiré vers Stella Online, un jeu qui me permettait d’explorer seul les vastes étendues de l’espace. J’avais fini par en devenir accro.

C’est à peu près tout ce que tu dois savoir sur moi. Oh, c’est vrai — j’aime les boissons gazeuses. Cette sensation de pétillement dans la gorge est tout simplement incroyable.

C’est assez sur moi. Revenons à ma situation actuelle.

 

+

« Et où avez-vous obtenu tout ce métal rare dans votre cargaison ? » Les autorités portuaires semblaient vouloir m’interroger.

« J’ai obtenu tout ce qui se trouve dans mon vaisseau en battant et en pillant des pirates de l’espace. D’autres problèmes ? » J’avais eu de la chance que l’alcool ne soit pas un produit de contrebande dans cette colonie, vu leur curiosité pour le métal rare. Je n’avais aucune idée de l’endroit où les pirates l’avaient obtenu, donc ma seule option était de jouer les innocents.

À ce stade, j’étais un mercenaire sans affiliation, sans intérêt et sans preuve d’identité. Comment vous sentiriez-vous si un type comme ça débarquait avec des tonnes de métaux précieux ? Ouais, suspicieux. Extrêmement méfiant. Je ne pouvais pas reprocher à l’employé des autorités portuaires d’être minutieux dans son interrogatoire.

« Et vous ne pouvez absolument pas me dire où vous l’avez eu ? » avait-il insisté.

« Je vous ai dit où je l’ai eu : chez les pirates. Ces questions inutiles sont vraiment irritantes. » Ce type tournait-il en rond intentionnellement ? Attendait-il que je m’énerve et que je fasse sauter ma propre couverture ? Ou bien voulait-il autre chose, comme un pot-de-vin ?

Oh ho ho, je sais ce que c’est. Je parie qu’il veut me faire suggérer d’abord un pot-de-vin pour qu’il puisse l’utiliser pour m’arrêter ou m’extorquer. C’était une perte de temps de jouer à des jeux stupides comme celui-ci. Alors, que faire ?

J’étais encore en train de réfléchir à ma situation lorsque quelqu’un avait fait irruption dans la salle d’interrogatoire sans même frapper. C’était une jeune femme, peut-être que le mot « fille » était plus approprié ? Je mentirais si je disais qu’elle n’était pas sacrément sexy. De beaux traits, des cheveux blonds brillants, des iris rouges, et un uniforme blanc pur avec un manteau rouge. Sa tenue la faisait ressembler à une dame chevalier ou à une demoiselle de guerre héroïque.

Elle semblait calme et mature en apparence, mais ses yeux étaient aussi pénétrants que ceux d’un oiseau de proie. Il serait préférable de ne pas se fier aux apparences avec celle-ci.

Mon « ami » des autorités portuaires s’était rapidement mis à la flatter. « O-oh mon dieu, Lieutenant Serena. Qu’est-ce qui vous amène ici ? »

« J’ai vu un vaisseau inconnu dans le hangar. Je suppose qu’il est le propriétaire de l’engin ? » avait-elle demandé en me désignant.

 

 

« O-oui, m’dame. » L’employé de l’autorité portuaire s’était mis à transpirer nerveusement en tendant à cette femme militaire la tablette qu’il tenait. Elle parcourut la tablette, puis son regard se tourna vers moi.

« C’est une sacrée quantité de métal rare. J’espère qu’il n’a pas été obtenu par des moyens peu recommandables ? »

« Je le jure sur ma vie, » avais-je répondu.

« Hmm… Des mercenaires seuls sont-ils capables de vaincre des pirates de l’espace ? Vous n’êtes même pas inscrit dans une guilde de mercenaires. Avez-vous autre chose à signaler ? »

« Il y avait des données de coordonnées dans leur vaisseau qui semblent pointer vers leur base d’origine. J’ai eu cette information en analysant les caches de données des navires pirates détruits. J’espérais pouvoir donner cette information en même temps que ma prime, mais j’ai été traîné ici dès que j’ai révélé ce que contenait ma cargaison. » J’avais haussé les épaules pour faire bonne mesure, juste pour souligner le peu que je savais vraiment de tout cela.

Quelque chose dans son allure empestait la police galactique. Elle avait clairement plus d’importance que mon pote des autorités portuaires. Si je lui faisais comprendre que j’avais l’intention de coopérer, alors peut-être qu’elle m’aiderait.

« Vous n’avez aucune preuve que sa cargaison est volée, n’est-ce pas ? » avait-elle demandé à l’agent des autorités portuaires.

« O-Oui. C’est vrai. »

« Alors je ne vois pas le problème. Va-t-il vendre sa cargaison à la colonie ? Nous manquons cruellement de métal rare, donc cela pourrait nous être très bénéfique. »

« M-Mais… »

« Mais quoi ? Avez-vous une quelconque information que moi, la fille du marquis Holz, je devrais connaître ? »

« Er, bien… »

« Parce qu’il me semble que le vrai problème ici est un employé de l’autorité portuaire qui retient les cargaisons des navires entrants dans l’espoir de leur extorquer des pots-de-vin. » Le lieutenant Serena avait souri à l’employé de l’autorité portuaire, qui avait tremblé comme une feuille sous son regard. Moi aussi, pour être honnête, malgré le sourire, elle était terrifiante.

« Je ne ferais jamais une telle chose ! » avait-il dit.

« Voici ce qui va se passer. Nous allons lui acheter le métal rare à un prix équitable. Ce mercenaire intègre et autoproclamé recevra de l’Ener pour nous avoir débarrassés des pirates de l’espace. Puis, il utilisera probablement cet Ener pour acheter des choses à notre colonie. Tout le monde y gagne, non ? »

« O-oui, madame, bien sûr ! Je vais traiter la paperasse tout de suite ! » L’employé de l’autorité portuaire s’était levé d’un bond de son siège et avait quitté la salle d’interrogatoire comme un prisonnier qui s’évade. Peut-être l’était-il. Peut-être qu’il voulait vraiment échapper à ces regards perçants. Quoi qu’il en soit, ça m’avait laissé seul avec cette Serena.

Après la sortie de l’employé de l’autorité portuaire, elle s’était tournée vers moi. « Mes excuses. Parfois, il est un peu trop… dévoué à son travail. »

« Nan, j’ai compris. Je suppose que je suis un peu suspect. » Ce n’était vraiment pas sa faute. Je n’avais aucun acquis auprès des guildes de mercenaires voisines, plus probablement, aucun des systèmes stellaires alentour n’aurait même reconnu mon vaisseau. Les données qui auraient dû m’inscrire comme capitaine étaient corrompues. J’avais pu passer par une authentification biométrique, ce qui les avait empêchés de me prendre complètement le Krishna, mais ils auraient facilement pu confisquer mon vaisseau et tout ce qu’il contenait.

« C’est vrai. Ce serait presque moins surprenant si vous veniez d’un univers complètement différent. De toute façon, comment avez-vous atterri dans ce système stellaire ? »

« Il semble qu’il y ait eu un accident alors que j’étais en pleine hyperpropulsion, » avais-je commencé. « Je ne me souviens pas bien de l’accident lui-même, à part le fait que j’ai été désorienté en cours de route. J’étais assis là, paniqué, lorsque les pirates de l’espace ont attaqué, mais j’ai réussi à m’occuper d’eux et à récupérer leur cargaison et leurs caches de données. L’analyse des données m’a conduit à cette station. Heureusement, je peux au moins me souvenir de mon nom et de mon statut de mercenaire. »

Je lui avais parlé de moi, en y ajoutant quelques mensonges. J’avais concocté l’histoire de l’« accident » en parlant à l’employé des autorités portuaires. Ce n’était pas infaillible, mais c’était difficile de prouver le contraire.

« Donc vos souvenirs ne sont pas clairs ? » demanda Serena. « J’espère que vous comprenez que vous êtes soupçonné d’être un espion de la Fédération de Belbellum. »

« Ça n’a pas vraiment de sens. Si je faisais partie de cette… Fédération Billbelly ? »

« Belbellum. »

« Oui, ça. Si j’étais un espion de la Fédération de Belbellum, est-ce que je me promènerais effrontément avec du métal rare, piloterais un vaisseau non identifié et tenterais de me garer devant la porte de cette colonie ? Et prétendre que je suis un mercenaire non identifié et autoproclamé en plus de tout ça ? Je me distingue assez mal ici. Si j’étais responsable d’un tel espion, je le frapperais dès qu’il proposerait un plan aussi “brillant”. »

« Eh bien, quelle coïncidence ! Je ferais la même chose. » La femme militaire avait gloussé. Elle était adorable quand elle riait comme ça, même si sa première impression effrayante me faisait encore garder mes distances. « Très bien. Je vais prévenir le poste de police à votre sujet. N’oubliez pas de récupérer votre prime et de remettre les caches de données, d’accord ? »

« Vous avez mes remerciements. » J’inclinai sincèrement la tête en signe de gratitude. Elle avait souri, satisfaite, et s’était retournée pour partir… mais avant de le faire, elle m’avait fait face à nouveau.

« Vous êtes intéressant. Nous allons formuler un plan de bataille basé sur vos données. J’espère que vous vous joindrez à nous ? » Elle n’avait pas attendu de réponse avant de sourire et de partir. Ce n’était peut-être pas un sourire aussi terrifiant qu’auparavant, mais il empestait toujours le danger. Exterminer les pirates de l’espace devrait être un travail tranquille, mais je ne pouvais pas me détendre en sachant qu’elle serait dans les parages.

Finalement, l’employé de l’autorité portuaire était revenu et m’avait libéré de la salle d’interrogatoire. Mon estomac avait grondé presque immédiatement. « Maintenant, en échange de votre métal rare, nous vous paierons 2 500 000 Ener, » déclara l’employé des autorités portuaires. « Est-ce acceptable ? »

***

Partie 2

« Bien sûr. » J’avais ouvert un petit terminal, un peu comme un smartphone, et j’avais trouvé 2 500 000 Eners déposés sur mon compte. J’avais découvert ce terminal dans la zone de stockage de l’espace de vie derrière le cockpit du Krishna et je l’avais instantanément reconnu. C’était l’un des outils les plus courants de la galaxie. Avec un de ces bébés, vous pouviez vous occuper des communications, de la navigation, des fonds et d’autres tâches directement dans la paume de votre main. J’avais trouvé d’autres choses utiles dans la zone de stockage de l’espace de vie, mais tout ce que je portais maintenant était mon terminal et un pistolet laser pour l’autodéfense. Naturellement, ils m’avaient confisqué le pistolet laser lorsqu’ils m’avaient emmené pour m’interroger, mais j’allais certainement le reprendre en partant.

« Besoin d’autre chose ? Sinon, je vais au QG de la police pour récupérer cette prime et faire une bonne sieste. Ça vous va ? » avais-je dit.

« Non, c’est tout. Merci pour votre temps, » déclara le travailleur de l’autorité portuaire.

« Bien. Alors, plus tard, » il n’y avait pas beaucoup d’intérêt à s’énerver pour cette débâcle à ce stade. J’avais laissé les autorités portuaires derrière moi et je m’étais dirigé directement vers le poste de police. Le lieutenant Serena leur avait déjà parlé de moi, donc j’avais pu finir mon travail rapidement et sans douleur. En plus des 19 000 Eners que j’avais récoltés auprès des pirates de l’espace, j’avais reçu un paiement rapide de 150 000 Eners pour les informations sur leur localisation. Maintenant, mes fonds totaux étaient de 2 669 000 Eners. Joli !

J’avais aussi profité pour demander à la police le prix des denrées dans la colonie. Les repas de base coûtaient environ cinq Eners, et jusqu’à dix voir quinze si vous vouliez faire des folies. Un litre d’eau potable vous coûtait trois Eners, les frais d’ancrage des vaisseaux spatiaux étaient de 150 Eners pour vingt-quatre heures. Je suppose que l’on peut dire qu’un Ener équivaut à peu près à une centaine de yens, ce qui signifie que l’eau est assez chère. Même chose pour les frais d’ancrage, 15 000 yens par jour, c’était dur. Mais tels étaient les coûts d’être dans une colonie. L’air était inclus dans ces prix. L’air et l’eau étaient précieux par ici. Vraiment, quand j’y pensais, c’était un prix plutôt honnête étant donné la valeur de ces ressources pour une colonie.

Hmm. En supposant que je dorme dans mon vaisseau, un séjour d’une journée dans cette colonie signifierait trois repas pour quinze Eners, quatre litres d’eau pour douze Eners, et un ancrage pour 150 Ener, soit un total de 177 Ener.

Joli ! Je peux rester ici pendant quarante ans, mais j’imagine que je rencontrerai plus de problèmes si je reste aussi longtemps. Peut-être que je devrais trouver un endroit plus permanent pour vivre. Quoi qu’il en soit, tant que je n’avais pas dépensé tout mon argent dans des trucs stupides, j’avais assez pour vivre sans trop de stress pendant un certain temps. Même face à un univers immense et inconnu, savoir que j’avais assez d’argent pour m’en sortir était un énorme soulagement. J’avais réussi à passer outre les pirates et les représentants du gouvernement, et j’avais gagné pas mal d’argent au passage. J’étais retourné à mon vaisseau d’un pas léger et de bonne humeur.

 

☆☆☆

 

J’avais passé les jours suivants à recueillir des informations en me connectant au réseau de la colonie commerciale. Je n’avais rien fait d’illégal, bien sûr, toutes mes collectes de renseignements étaient légales. J’avais simplement demandé l’accès au réseau de l’autorité portuaire afin de consulter ses bases de données et l’administrateur réseau m’avait accordé les droits d’accès.

J’avais commencé par compiler des informations sur les systèmes stellaires voisins et les empires spatiaux qui les contrôlent. Cela m’aiderait à comprendre la situation dans son ensemble. Il s’est avéré que j’étais dans le système Tarmein, composé de quatre planètes qui tournaient autour d’une étoile de type B appelée Tarmein.

Tarmein I était proche de l’étoile, ce qui la rendait extrêmement chaude et pratiquement inutile. La plus proche était Tarmein II, une planète gazeuse composée de deutérium et d’hélium 3, tous deux exploités pour être utilisés comme sources d’énergie.

Une ceinture d’astéroïdes entourait ces deux premières planètes. Les astéroïdes qui s’y trouvaient étaient exploités pour leurs abondantes réserves de métaux rares et autres minerais précieux. Deux autres planètes existaient en dehors de l’amas d’astéroïdes, judicieusement nommés Tarmein III et Tarmein IV. Il n’y a pas beaucoup de créativité ici.

L’air toxique et les pluies acides de Tarmein III rendaient la planète entière toxique. Pourtant, l’air et les pluies acides sont des substances précieuses en soi, et même la surface et le sous-sol contiennent des métaux utiles. Des prisons et des mines où les criminels travaillaient dur tournaient en orbite de la planète.

Comme Tarmein II, Tarmein IV était une planète gazeuse. Mais celle-ci était très, très éloignée de la colonie commerciale, ce qui signifie qu’elle était largement ignorée. Tarmein II était plus proche de la ceinture d’astéroïdes, donc l’exploitation minière y était plus pratique.

Tout ce système stellaire regorgeait de ressources. Des marchands et des vaisseaux miniers de toutes tailles naviguaient pour avoir une part du butin, laissant les pirates de l’espace avec de nombreuses cibles juteuses. Et cela signifiait que les mercenaires avaient tous autant de cibles juteuses. Il y a une autre chose qui fait que le travail de mercenaire est une perspective si lucrative ici, mais d’abord je devrais vous parler de l’empire spatial qui dirige cet endroit.

L’empire de Grakkan contrôlait le système Tarmein. L’empereur et l’aristocratie possédaient le pouvoir ultime sur la région. Ces dernières années, leurs relations déjà médiocres avec la Fédération de Belbellum voisine s’étaient encore détériorées, entraînant des escarmouches incessantes le long de leurs frontières spatiales. Quant à ce qui rendait le travail de mercenaire si rentable ici, le système Tarmein était extrêmement proche de la frontière entre l’Empire de Grakkan et la Fédération de Belbellum. En fait, il s’agissait essentiellement de la frontière.

« Rester dans cet espace va m’attirer des ennuis, c’est sûr. » Aucun doute là-dessus. C’était un moyen fantastique de gagner de l’argent en tant que mercenaire, mais à partir de maintenant, je me lancerais dans une bataille dont je ne connaissais pas grand-chose. Participer à ces escarmouches signifierait que je me battais contre la flotte officielle d’un empire spatial, une bête totalement différente que de traiter avec des pirates de l’espace et leurs vaisseaux de pacotille.

« Peut-être que je devrais opter pour un autre système stellaire, non ? Eh, quand même… » Serena avait à tous les coups les yeux sur moi après cette affaire. Personne n’avait établi de contact direct avec moi, mais chaque fois que je regardais à l’extérieur de mon vaisseau, des militaires l’arpentaient. Si je quittais ce système stellaire à la hâte, ils seraient à mes trousses. Mieux valait laisser les choses se tasser et faire du mercenariat en attendant.

« Mais… » Je marmonne, en examinant la carte de la galaxie. Bien que j’aie essayé de saisir quelques noms de systèmes stellaires dont je me souvenais de Stella Online, aucune de mes recherches n’avait donné de résultats. J’avais essayé de chercher d’autres choses. Il s’est avéré que les constructeurs de vaisseaux, les capacités des vaisseaux en circulation, les équipements et les objets de Stella Online étaient tous les mêmes ici. Une grande partie de mes connaissances du jeu étaient toujours valables. Cependant, il y avait aussi beaucoup de navires et d’objets que je ne reconnaissais pas du tout.

Le plus gros problème, cependant, était la force de chaque faction. L’empire de Grakkan qui contrôlait ce système stellaire était massif. Mais je n’avais aucun souvenir d’un empire aussi énorme dans le jeu, du moins pas dans les endroits que les joueurs avaient découverts.

Les joueurs n’avaient toujours pas atteint le centre des zones explorables de la vaste galaxie de Stella Online. Il était certainement possible qu’un grand empire spatial comme celui-ci n’ait pas encore été découvert à l’autre bout de la galaxie. Mais alors, ne serait-il pas étrange que je reconnaisse des constructeurs de vaisseaux de cette région ?

« Hmm. Est-ce que c’est le même univers ? » À ce stade, je ne pouvais pas deviner à quel point mes avantages — mon cher Krishna et mes connaissances — seraient utiles. Mes connaissances pourraient être biaisées, et cela pourrait conduire à un faux pas fatal. Il serait intelligent de remettre en question ce que je savais vraiment, de me demander si mes connaissances correspondaient vraiment à cet univers, et de prendre l’habitude de reconsidérer tout cela.

« Je ferais aussi mieux de faire des réserves de nourriture. » Au cours des derniers jours, j’avais presque épuisé toute la nourriture de ma cargaison. Une partie me faisait penser à des barres de céréales ou à de la viande séchée, mais il y avait aussi des conserves et des cartouches pour les cuisinières automatiques.

Les cartouches alimentaires étaient essentiellement des cultures d’algues transformées, tandis que les cuisinières automatiques… eh bien, pour faire simple, ils étaient comme des imprimantes 3D, mais pour la nourriture. Ils fabriquaient de la viande et des fruits de mer si réalistes que vous ne croiriez jamais que ce n’était que des algues. Ils n’étaient pas savoureux, mais ils étaient comestibles. De vrais gadgets de science-fiction.

Les ordures et mes excréments avaient été soumis à un processus de recyclage sur le Krishna, où ils avaient été comprimés en blocs et livrés à la colonie. Apparemment, les frais de traitement des déchets étaient inclus dans les frais d’ancrage. Je ne reconnaissais pas du tout le système, quand un type était venu le ramasser pour moi, j’avais dû lui poser des questions à ce sujet. Il avait froncé le visage comme s’il disait : Tu ne sais vraiment pas comment faire pour chier ?

Désolé, mec. Stella Online ne m’a rien appris sur ce coup-là.

Après cela, j’avais utilisé le réseau d’information pour rechercher d’autres choses de bon sens que je ne connaissais pas. Il semblait que tout irait bien, même s’il y avait toujours un risque de rencontrer des problèmes embarrassants dans ce monde.

Le Krishna lui-même était étonnamment habitable. C’était un petit vaisseau avec une occupation maximale de cinq personnes, une chambre accueillait une personne, et deux chambres en accueillaient deux chacune. Il y avait également une douche, une buanderie, une cuisine et une infirmerie. Le vaisseau aurait pu tromper quelqu’un de l’extérieur, grâce à mes rénovations, mais le Krishna avait été construit pour un usage militaire. Le service militaire signifiait être coincé à bord pendant des mois, voire des années, tout en luttant pour sa vie. Voyager dans l’immensité de l’espace n’était pas une perspective rapide, après tout. Clairement, le Krishna avait été construit avec tout cela en tête.

Malheureusement, le vaisseau ne pouvait pas réapprovisionner mes provisions. Pour cela, je devais descendre moi-même à la colonie. Je m’étais habillé d’une manière aussi présentable que possible et j’avais quitté le vaisseau, petit terminal et pistolet laser en main. J’avais décidé de me promener avec le pistolet laser visible dans son étui pour avertir les gens de ne pas s’approcher, de la même manière qu’un animal de proie fait clignoter des couleurs vives pour éloigner les prédateurs.

Je n’avais aucune idée du fonctionnement de l’arme, car je n’avais pas encore fait d’essai de tir, mais j’avais lu le manuel et je savais comment l’utiliser. Théoriquement, en tout cas. La maintenance était toujours un mystère pour moi. Il n’y avait pas de manuel pour cette partie. Je devais l’emmener dans un magasin si je voulais cette information.

Stella Online comprenait un mode de combat en face à face, où les pilotes utilisaient des pistolets laser et des fusils pour s’affronter à l’extérieur des vaisseaux. J’avais gagné ce pistolet pour m’être classé premier dans un tournoi de tir. Le design était plutôt cool, et il était doté de quelques fonctions intéressantes, alors je l’avais gardé.

Les pilotes pouvaient également se battre entre eux en utilisant des combinaisons étant un mélange entre une armure de puissance et un tank. J’avais une telle combinaison dans mon cargo. Elle était de haute qualité, mais peut-être trop pour une course d’épicerie, alors je l’avais laissée derrière moi.

« Très bien. Alors, allons-y. » Je n’avais jamais perdu un combat en face à face dans Stella Online, mais utiliser l’expérience du passé n’est pas forcément bien dans cet univers. Je ne peux pas pousser ma chance.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire