Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 9 – Chapitre 14 – Partie 6

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 14 : Esprit combatif renforcé

Partie 6

« Merci d’avoir attendu. Voici votre mélange de café, » déclara Charlotte.

« Le voici. »

« Je vous remercie, » déclara Edelweiss.

Tout en exprimant sa gratitude avec un sourire amical, Edelweiss avait déplacé le pot de sucre jusqu’à elle-même.

Puis elle avait regardé Tsukikage.

« Merci pour aujourd’hui, pour avoir écouté ma soudaine demande égoïste, » déclara Edelweiss.

Elle baissa légèrement la tête.

La chose égoïste qu’elle avait mentionnée était la raison pour laquelle elle était ici aujourd’hui.

Hier soir, Edelweiss avait contacté Tsukikage.

… Elle voulait assister à la finale du Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée.

« C’était inattendu, que vous seriez intéressée par la bataille de quelqu’un qui n’est qu’un étudiant, Ede, » déclara Tsukikage.

« Peut-être qu’il y a une relation que nous ne connaissons pas, » déclara Sara.

« Fufu, si je me souviens bien, lorsque nous avons mené l’opération Beowulf sur l’Académie Hagun, celle qui a fait face au Pire était Brynhildr, » déclara Rinna.

« Be, Beo ? » demanda Edelweiss.

Sara avait donné un conseil à Edelweiss, qui inclinait la tête et faisait une tête déconcertée. « N’y pense pas trop. C’est juste la maladie habituelle de Rinna. »

« Ma dame a dit : “Quand nous avons attaqué l’Académie Hagun, vous avez combattu Le Pire”, » déclara Charlotte.

« A, Ah. C’est donc ça. Oui, c’est exactement ce qu’elle dit, » déclara Edelweiss.

Edelweiss avait confirmé la supposition en prenant une cuillerée de sucre dans le pot à sucre.

« J’ai vu les demi-finales à la télé. Cela m’a surpris de voir Ouma perdre d’une manière aussi unilatérale, mais… encore plus que cela, voir Amane dans un tel état d’impuissance était au-delà de mes attentes, » déclara Edelweiss.

L’enfance d’Amane et l’attachement qu’il avait pour Ikki à cause de cela étaient des choses dont Edelweiss était au courant.

De ce fait, l’existence d’Amane était un obstacle qui bloquait le destin d’Ikki.

C’est ce qu’elle pensait. — Cependant…,

« Il n’a pas fait attention à lui, » déclara Edelweiss.

Il avait fait face à la défaite qu’Amane voulait lui infliger de plein fouet et l’avait écrasée à la vue de tous.

« … C’est vraiment un jeune homme incroyable…, » déclara Edelweiss.

« Est-ce pour ça que tu veux regarder la finale en personne ? » demanda Tsukikage.

Edelweiss acquiesça à la question de Tsukikage tout en ajoutant une autre cuillerée de sucre à son café.

« Pour la princesse cramoisie, c’est naturel, mais pour le Pire… il monte sur notre scène. Je l’ai décidé lorsque j’ai vu qu’il avait la volonté de suivre un entraînement extraordinaire et d’obtenir les prouesses physiques nécessaires pour défier le destin qu’il a montré lors des demi-finales. Donc… même moi, je ne peux pas l’ignorer. Un autre moment excitant se produira bientôt. Je pourrais encore croiser le fer avec lui, » déclara Edelweiss.

« … »

« Plus important encore… D’autres individus ayant les mêmes pensées que les miens sont venus ici aujourd’hui. Afin de surmonter la menace de l’avenir, nous sommes prêts à faire preuve d’audace, » déclara Edelweiss.

« Hein ? » s’exclama Tsukikage.

Lorsqu’il entendit ces paroles inquiétantes, Tsukikage leva le regard de mains d’Edelweiss, qui étaient occupées à ramasser une troisième cuillerée de sucre.

Edelweiss regardait la foule au lieu de Tsukikage.

— Ses yeux brillaient de mille feux.

En suivant ce regard dangereux, Tsukikage l’avait également remarqué.

Dans la foule, il y avait un homme qui les regardait astucieusement à travers une visière.

« C’est… celui de l’Amérique… ! »

« Il n’y a pas que lui. En cet endroit… Des agents de diverses factions se sont déjà rassemblés, » répondit Edelweiss.

Les paroles d’Edelweiss avaient rappelé à Tsukikage une certaine scène dans son esprit.

Un souvenir rouge et noir qu’il avait vu.

Tokyo, englouti par les flammes.

L’odeur pénétrante des chairs brûlées et de la graisse humaine qui collait à la peau…

Les poings secoués de peur et de colère, Tsukikage avait informé Edelweiss. « Les sièges des loges des premières rangées ont été préparés. »

« Je vous remercie beaucoup, » répondit Edelweiss.

Edelweiss fit un léger salut et elle plaça son café, auquel elle venait d’ajouter une quatrième cuillère de sucre, devant sa bouche.

« Miam, » murmura Edelweiss.

« Si vous ne supportez pas l’amertume, il vaut mieux ne pas commander de choses comme du café, » déclara Sara.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire