Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 6 – Chapitre 6 – Partie 4

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 6 : La fin de la première bataille

Partie 4

« Ikki-kun ? Mon vrai pouvoir… Que veux-tu dire ? Je pensais que tu savais que ma capacité était la prévoyance ? Je savais que Kiriko-san allait devoir abandonner le match, mais à part ça, je ne l’ai pas fait —, » déclara Amane.

Ikki secoua la tête.

« Non, ce n’est pas possible. Ce serait une chose si elle avait mal diagnostiqué un ou deux patients, mais c’est tout simplement impossible pour elle de le faire pour eux tous. Et il n’y a aucune chance que tu puisses prévoir quelque chose qui ne peut pas arriver, » déclara Ikki.

« Eh bien, ces… Hahaha, ces mots si cruels, Ikki-kun, » Amane avait fait une expression troublée. « Ne dit-on pas que même un sage trébuche ? Et j’ai même fait pas mal de prédictions devant toi… »

Il avait dit la vérité. Il avait prédit l’avenir contre un criminel lors de leur première réunion, et avait vu à travers la trahison d’Arisuin. C’était maintenant la même situation que la dernière fois : Amane montrait ses connaissances de l’avenir.

« Non, on ne prédit pas vraiment l’avenir. L’ordre des choses est inversé ici, » déclara Ikki.

Face à ces mots, le sourire qu’Amane avait l’habitude d’avoir sur son visage s’était dissipé, une ombre se plaça dessus.

Arisuin s’en était mêlé. « Attends, Ikki. Qu’entends-tu par “inversé” ? »

« J’aurais dû m’en rendre compte quand il a vaincu le vice-président Utakata. La capacité du vice-président, Cinquante-Cinquante, manipule la probabilité de telle sorte qu’il peut déformer un résultat qui avait déjà été décidé. Comme la manipulation se limite à ce qu’il peut accomplir avec ses propres capacités, et donc cela manque de puissance offensive, mais il aurait dû être presque invincible tant qu’il se concentrait sur la défense. Mais il a perdu. Il a perdu contre Amane. Quelqu’un qui n’a aucune capacité martiale et qui n’a que de la prévoyance. Crois-tu que c’est possible ? » demanda Ikki.

« C’est…, » commença Arisuin.

« Impossible. C’est tout à fait impossible. Si nous supposons que c’est possible, alors la seule façon est d’utiliser une technique de manipulation de probabilité assez forte pour forcer la certitude sur Cinquante-Cinquante. Par exemple… une capacité qui peut changer la probabilité en fonction de tes souhaits. Comme ça, tout peut s’expliquer. En d’autres termes, la clairvoyance d’Amane n’est pas en fait une prédiction de l’avenir. La vérité derrière le criminel, la trahison d’Alice et maintenant l’effondrement des patients de Yakushi-san… sont tous des “avenirs” qu’il a simplement créés. Je me trompe, Amane ? » demanda Ikki.

Après avoir dit ce qu’il avait à dire, Ikki avait déplacé son regard sur Amane, qui n’avait pas dit un mot depuis tout à l’heure, ne regardant Ikki qu’en silence.

« … Haaa, » il soupira, les épaules se baissèrent, puis un sourire résigné se fit progressivement. « Je suppose que c’est tout à fait normal avec toi, Ikki-kun. Tu as analysé et pris en compte tout ce que j’ai pu dire. J’allais te le révéler avec ma pénitence, mais tu es trop bon. Mon pauvre subterfuge n’était rien face au miroir magique du roi de l’épée sans couronne. »

« C’est donc vrai que c’est toi qui as fait quelque chose aux patients de Yakushi-san, » déclara Ikki.

« Ah, a-attends ! Attends un peu ! Ce n’est pas ça ! » en sentant l’hostilité d’Ikki, Amane avait rapidement ajouté à son analyse de ses propres capacités. « C’est comme tu l’as dit, mais j’aimerais faire une correction. Oui, ma capacité n’est en effet pas la prévoyance, mais je n’exerce pas une capacité semblable à celle d’un dieu comme le dit Ikki. Vous savez… Je ne fais que des vœux. »

« Vœux ? » demanda Arisuin.

« Oui, j’aimerais bien que cela soit plus. Je ne peux pas tout changer au sujet du destin. Je souhaitais seulement “une première rencontre dramatique avec Ikki-kun”, pour que “l’assaut sur Hagun se déroule sans accroc”, ou “ce serait gênant d’avoir à se battre”. Juste ça. Et quand je le fais, tout changera de telle sorte que cela finira par aller comme je le souhaite, mais à mon insu. Pour moi, dont le surnom est “Malchance”, c’est mon vrai pouvoir — Gloire sans Nom…, » déclara Amane.

Les expressions d’Ikki et des autres étaient devenues tendues.

« Quoi… c’est… fou…, » déclara Ikki.

« Alors, quoi, tu pourrais appeler la lune pour qu’elle s’écrase sur la terre si tu le désirais ? » demanda Shizuku.

Amane avait plissé les sourcils en signe de mécontentement à Shizuku.

« Effrayante — Je ne souhaiterais jamais que cela arrive, ne serait-ce pas terrible si cela devait se réaliser ? Après tout, il n’y a jamais eu un seul de mes vœux, jusqu’à présent, qui ne s’est pas réalisé, » répondit Amane.

Personne ne pouvait réprimer un frisson devant la réalité de sa voix. C’était à quel point il était confiant qu’il était capable de faire une telle chose. Ils ne pouvaient s’empêcher de se méfier davantage de lui, qui pouvait ainsi renverser le sens commun du destin.

Un poids était descendu sur la conversation… avant que Kiriko ne fasse un pas vers Amane.

« En d’autres termes, votre capacité à réaliser n’importe quel souhait peut aussi être considérée comme une chance impossible, hein, » déclara Kiriko.

« C’est tout à fait exact. Juste qu’il prend un chemin détourné pour réaliser mon souhait, et que la méthode par laquelle il le réalise m’est inconnue, » répondit Amane.

Amane s’était excusé en serrant les paumes de la main. « Je ne voulais pas mettre en danger la vie de vos patients. Désolé pour ça. »

Et pourtant, Ikki avait l’impression qu’il s’excusait pour quelqu’un d’autre, et qu’il n’y avait pas de culpabilité dans son ton. En fait, il le considérait comme l’affaire de quelqu’un d’autre. Il avait seulement souhaité ne pas avoir à combattre Kiriko. Il n’avait pas voulu prendre la vie de ses patients. De son point de vue tordu, ce n’était pas sa faute.

Mais une telle attitude mettrait bien sûr Kiriko en colère. En un instant, un trio de scalpels s’était retrouvé dans ses deux mains.

« Et si je vous tuais, ici et maintenant, et que je rendais ce mauvais sort à la normale ? » demanda Kiriko.

Son ton était égal, mais la colère qui jaillissait de ses yeux leur disait que tout ce qu’elle voulait, c’était attaquer Amane sur le champ. Mais il haussa les épaules, insensible à la pression qu’elle exerçait.

« Bien sûr, ma mort annulerait les effets de mes capacités, mais je ne le recommanderais pas. Après tout, si cela devait arriver, je ne voudrais pas mourir. D’après mon expérience, il y a beaucoup de façons pour que tu ne te battes pas contre moi. Par exemple, si un tremblement de terre frappait cet endroit rempli à ras bord de gens, et qu’il y avait beaucoup de victimes, tu ne pourrais pas avoir le temps de me combattre, non ? » déclara Amane.

« Pouvez-vous vraiment faire ça ? » demanda Kiriko.

« Eh bien, je ne préfère pas, bien sûr. Mais si c’est le cas, je n’en prends pas la responsabilité, alors je préférerais que tu n’insistes pas…, » déclara Amane.

« … Tch. » D’un simple clic de sa langue, Kiriko avait mis fin à leur échange et avait fait disparaître ses scalpels. Elle ne pouvait pas dire si Amane disait la vérité ou non. Mais il y avait une chose dont on était sûr : si elle agissait maintenant selon ses intentions meurtrières, alors ses paroles pourraient bien se réaliser. C’était un risque qu’elle ne pouvait pas prendre, car elle se disait médecin. C’était son résultat net.

Voyant que Kiriko avait perdu la volonté de se battre, Amane continua à parler, se détournant d’elle pour faire face à Ikki. « Maintenant que tout le monde comprend pourquoi je ne suis pas pressé d’aller dans ma salle d’attente, je vais continuer. J’aimerais vraiment qu’Ikki-kun accepte mon remboursement pour la dernière fois. »

Ikki ne rencontra pas les yeux d’Amane, ses sourcils se plissant à mesure que ce sentiment de dégoût s’installait de nouveau en lui.

« Comme je l’ai déjà dit, je voulais parler à Ikki-kun de ma vraie capacité en signe de pénitence pour l’avoir trompé jusqu’à maintenant… Mais j’ai déjà vu à quel point c’était embarrassant. Bien sûr, je ne pensais pas pouvoir rembourser la dette de l’avoir trompé aussi longtemps avec ça, » déclara Amane.

Il avait parlé avec un sourire aimable.

« Alors j’y ai pensé. Qu’est-ce qui rendrait Ikki-kun heureux ? Que pouvais-je faire pour le rendre heureux ? » demanda Amane.

Ikki avait senti les poils de sa peau se dresser à cet instant. Il avait ressenti un mauvais pressentiment. Qu’il ne devait pas laisser Amane finir de parler. Mais Amane ne devait pas être arrêté.

« Et ainsi, je me suis souvenu que si Ikki-kun ne pouvait pas être premier au Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée, il ne pourrait pas obtenir son diplôme ! Terrible, n’est-ce pas de ne pas reconnaître un chevalier aussi fort qu’Ikki-kun. En tant que son fan, comment pourrais-je accepter ça ? C’est totalement inacceptable. Donc, c’est mon cadeau à Ikki-kun…, » déclara Amane.

Son sourire devint aussi incandescent que ses paroles étaient incroyables.

« … La première place au Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée, »

« Qu-Quoiiii !? » s’écria Shizuku.

« Qu’est-ce que vous dites… !? » s’écria Arisuin.

Shizuku et Arisuin semblaient tous deux secoués, leurs voix tremblant, mais Amane se contenta de baisser la tête sur le côté.

« Est-ce vraiment si choquant ? N’est-ce pas beaucoup plus simple que de provoquer un tremblement de terre ou de faire tomber la lune sur la Terre ? » demanda Amane.

Son sourire s’élargit en se trouvant vers Ikki.

« N’es-tu pas heureux, Ikki-kun ? J’utiliserai ma capacité à souhaiter… pour ta victoire ! Ainsi, tu pourras devenir le roi de l’épée des sept étoiles sans aucun effort ! N’est-ce pas génial ? Ton dur labeur jusqu’à présent sera enfin récompensé ! Ne t’inquiète pas : ni la Princesse cramoisie ni l’Empereur de l’Épée du Vent ne sont un problème devant ma Gloire sans Nom ! Je m’occuperai du reste de la compétition, en m’assurant que tu deviennes certainement le roi de l’épée des sept étoiles ! Eh bien, cela pourrait provoquer la colère de la Rébellion, mais c’est très bien. Je ferais n’importe quoi pour toi, Ikki-ku —, » déclara Amane.

À ce moment, avec un bruit sourd qui résonnait à travers les stands réservés aux participants, Ikki repoussa Amane de toutes ses forces.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire