Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 6 – Chapitre 5 – Partie 1

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 5 : Découpe du nœud

Partie 1

Dans la ville de la baie d’Osaka — un projet d’urbanisme à mi-chemin du progrès. D’ordinaire, une ville fantôme sans âme et son symbole de ruine — le Bay Dôme — était aujourd’hui pleins à craquer de monde, tous venu assister au Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée, le festival des chevaliers-étudiants du Japon.

« C’est toi qui voulais quelque chose comme ça ! Amuse-toi bien, princesse cramoisie ! »

« Il est temps pour Akatsuki de nous montrer leurs affaires aussi ! »

« Ne perds pas face à eux, Mikoto-chan ! »

Le signal de départ du quatrième match du bloc B — le match avec la règle sans précédent des quatre contre un — avait déjà été donné. L’excitation suscitée par cette irrégularité avait rapidement fait frémir la foule. Mais ce sentiment se limitait aux tribunes. Au cœur de ce tourbillon d’excitation, le cœur de Yui Tatara brûlait d’une émotion différente de celle qu’elle ressentait sur le ring.

Cette émotion était de la rage.

Comment ose-t-elle me rabaisser… ! pensa Tatara.

Naturellement, cette rage était dirigée contre Stella. C’est elle qui avait suggéré un 4 contre 1. En d’autres termes, elle croyait qu’elle pouvait se mettre dans une situation de désavantage numérique tout en étant capable de les vaincre. Si on laisse de côté l’adversaire initial de Stella, Mikoto Tsuruya, qui aurait de toute façon souhaité cette situation, c’était une évolution favorable pour eux. Ils étaient là pour dominer le Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée. Mais pour Tatara, qui avait été forcée de monter sur scène, cela ne pouvait pas être plus ennuyeux, d’être méprisé à ce point d’une manière insupportable.

Je vais te faire regretter d’avoir agi comme ça avec moi… ! pensa Tatara.

« Ey, Hiraga. C’est un match officiel. Ils le considéreront comme un accident même si je tue mon adversaire, non ? » demanda Tatara.

« Hehe hehe hehe hehe. Oui, bien sûr, bien sûr. Notre client comprendra — Tsukikage est lui-même un chevalier, après tout, » répondit Hiraga.

« Hehehehe. Alors je ne vais pas y aller mollo avec “elle” ! » déclara Tatara.

Après avoir obtenu le consentement de Hiraga, qui servait de superviseur du match, elle avait retrouvé le sourire.

« Pas de retenue cette fois ! Mange jusqu’à ta faim, Centipède Balayeur ! » déclara Tatara.

Alors qu’elle souriait, elle tira sur le cordon de démarrage de son Dispositif en forme de tronçonneuse, le Centipède Balayeur.

Les lames en forme de branches ronronnaient de vie avec un son qui ressemblait aux cris perçants des mourants. En brandissant son arme hurlante avec force, Tatara avait creusé le ring alors même qu’elle se précipitait vers Stella.

« Yui Tatara de l’Académie Akatsuki est passée à l’offensive, un assaut fort sans aucune hésitation ! D’un autre côté, Stella Vermillion est… quoi — !? » Soudain, la commentatrice était restée sans voix. La raison était entre les mains de Stella. « Stella n’a pas encore matérialisé son dispositif ! Qu’est-ce que ça veut dire ? »

De même, un remue-ménage s’était propagé couru à travers les gradins.

« Qu’est-ce que vous foutez ? Dégainez votre lame ! »

« Le signal de départ n’a-t-il pas retenti ? Se pourrait-il qu’elle ne comprenne pas le japonais ? »

« Non, c’est en anglais. Mais alors, pourquoi n’a-t-elle pas fait surgir son arme ? »

Ils ne comprenaient pas pourquoi Stella n’avait pas sorti son arme pour affronter son adversaire. Mais même si ce doute planait, la bataille était en cours. Son corps s’avançait en collant le sol, et de longs cheveux noirs traînaient derrière elle comme un serpent. Tatara avança jusqu’à Stella, et avec un cri de — .

« Crève ! » cria Tatara.

— Elle avait visé la tête non défendue de Stella avec le Centipède Balayeur.

C’était un coup trop large, une attaque trop directe — une faible menace pour Stella, qui possédait une force bien au-delà de la norme. Avec le moindre mouvement en réaction, elle esquiva la scie qui criait.

« Gyaaaaaa ! » cria Tatara.

Mais Tatara semblait insensible à l’évasion, employant sa force dans une série d’oscillations imprudentes. Son art était sans grâce, son art de l’épée ressemblait à celui des enfants jouant au samouraï. Mais son arme, la tronçonneuse, avait fait toute la différence. En tant que lame actionnée par magie, elle n’avait besoin d’aucune technique — même le simple baiser de cette scie permettait de trancher et d’éclater le revêtement de sol spécialement conçu pour l’arène, comme il le ferait pour Stella si elle le touchait.

« Tatara se passe de défense pour effectuer une attaque étonnante — ! Maniant sa tronçonneuse avec puissance, elle attaque à la chaîne ! » déclara la présentatrice.

Quel que soit le raffinement de l’art de l’épée, il serait difficile d’échapper continuellement à ce nombre d’attaques. Stella se devait de lui faire face avec son épée. Mais malgré cela, elle n’avait pas encore fait surgir Lævateinn.

« Tatara tourne à plein régime ici ! Elle poursuit Stella, ne lui laissant aucun répit ! Quel assaut prodigieux ! C’est presque comme une tornade ! Sa technique est assez brute, et en tant que telle il y a beaucoup d’ouvertures à exploiter… mais Stella est encore les mains vides ! » déclara la présentatrice.

« Wôw ! Ce rythme est vraiment risqué ! »

« Tatara commence-t-elle à saisir progressivement ses mouvements ? »

« C’est effrayant de juste regarder ! Dépêchez-vous de faire apparaître votre épée ! »

Ses adversaires avaient sorti toutes ses armes dès le signal de départ, et pourtant Stella persistait à ne pas dégainer sa lame — ses actions avaient rempli le stade de voix de confusion. Que diable pouvait-elle bien penser ? se demandèrent-ils. Mais leurs doutes seraient dissipés par l’homme au siège d’analyste — l’ex-Roi des chevaliers Muroto, participant de la Lige A.

« Elle mesure probablement le minutage des attaques de son adversaire, » déclara Muroto.

« Mesurer… le minutage des attaques ? » demanda la présentatrice.

« Ce matin, lors du troisième match du bloc B, Tatara avait affronté Niidome de Rentei. Sa frappe à la hache a été repoussée par une force invisible, et elle a profité de l’énorme retour de force pour le frapper et ainsi le vaincre. Sa capacité est à tous les coups le reflet de la force — une capacité incroyablement puissante orientée vers le combat. On pourrait laisser une énorme ouverture et donc s’autodétruire si l’on se contente de frapper imprudemment vers elle… et étant donné le pouvoir offensif de Stella, il ne suffira pas d’appeler cela une “ouverture”, » déclara Muroto.

Après tout, l’Art Noble de Yui Tatara, Réflexion Totale, était une capacité qui augmentait proportionnellement de puissance en fonction de la force offensive de son adversaire. Si la force exceptionnelle de Stella se reflétait, il ne serait pas étrange de voir ses bras se briser.

« Dans tous les cas, il faut contourner le processus de réflexion pour vaincre des Réflecteurs comme Yui Tatara. En tant que telle, la stratégie de Stella d’observer le minutage de son adversaire tout en ne matérialisant pas son dispositif ou en laissant son adversaire lire ses propres attaques est une stratégie correcte, » déclara Muroto.

« En d’autres termes, elle a l’intention de cacher ses cartes jusqu’au dernier moment, avant de battre Tatara d’un seul coup avant de pouvoir utiliser son pouvoir. C’est la stratégie de Stella, n’est-ce pas ? » demanda la présentatrice.

« Oui’ c’est ainsi que je vois les choses, » répondit Muroto.

Assis dans les tribunes, Arisuin, l’ami de Stella, se souvient d’un certain événement chez Muroto.

« D’une certaine façon, elle me rappelle Ikki à l’époque. Tu t’en souviens, Shizuku ? » demanda Arisuin.

« Je n’oublie jamais rien sur Onii-sama. Tu parles de la fois où nous avons combattu la Rébellion au centre commercial, n’est-ce pas ? » demanda Shizuku.

C’était avant les matchs de sélection des écoles. Alors qu’ils étaient tous les quatre au centre commercial, ils avaient été attaqués par un groupe de pillards de la Rébellion. Leur chef était un homme nommé Bischof, qui possédait un pouvoir très semblable à celui de Tatara.

« À cette époque, Stella était juste à côté d’Onii-sama — elle se souvient certainement de sa stratégie après l’avoir vue, » déclara Shizuku.

À cette époque, Ikki avait exécuté une frappe dépassant la perception de mouvement de Bishou tout en dissimulant sa lame, et ainsi brisé son reflet. Le fait d’éviter la réflexion en utilisant une attaque à très grande vitesse qui surpassait la vitesse de réaction du réflecteur était une façon efficace — et même la bonne façon de traiter avec un adversaire réflecteur.

« Cependant, il y a un problème si Stella veut imiter Ikki, » déclara Arisuin.

« Et ce problème serait ? » La Chevalier Kiriko Yakushi, qui était restée avec eux après avoir vu le match entre Ikki et Moroboshi ensemble, a demandé.

« La Vitesse. Certes, l’épée longue de Stella-chan qui possède un pouvoir destructeur inégalé, mais sa vitesse est loin de celle du Raikou d’Ikki. De plus, puisqu’elle s’étend sur la hauteur d’un être humain en longueur, son balancement doit être plus large. Ce que je me demande, c’est, peut-elle vraiment produire une vitesse qui rivalise avec celle de Raikou ? » demanda Arisuin.

Non, même si elle était capable de le faire, pouvait-elle vraiment tromper la célèbre tueuse à gages de la Rébellion, la Détourneuse… ? Ayant une fois fait partie de la Rébellion lui-même sous le nom de l’Assassin Noir, Arisuin était mal à l’aise. Son malaise ne manquerait pas de s’aggraver, car alors qu’elle poursuivait Stella en maniant sa tronçonneuse, Tatara fit un petit rire.

Cette femme est idiote… ! pensa Tatara.

Elle avait méprisé la superficialité et la folie de son adversaire.

Bien sûr, elle n’aurait pas le temps d’activer sa capacité si elle était vaincue avant qu’elle puisse reconnaître ce qui se passe. C’était la bonne ligne de pensée, mais — .

— Ne t’avise pas de me mettre dans le même panier que ce petit voyou de Bischof. J’ai grandi dans un clan de tueurs qui ont servi la Rébellion de génération en génération — des tueurs à gages éprouvés ! pensa Tatara.

Elle était différente de Bischof, qui avait marché sur des chemins tortueux pour son propre plaisir. Elle avait été élevée pour être une tueuse. Il n’y avait rien de bon ou de mauvais là-dedans. La formation avait été féroce : pour lui apprendre à utiliser la Réflexion Totale n’importe quand et n’importe où, son propre père avait constamment essayé de la tuer depuis l’âge de trois ans. Ces jours d’insomnie où une balle pouvait voler à n’importe quel moment avaient duré dix ans, la laissant avec des poches presque inamovibles sous les yeux… et aussi une perception des objets et du mouvement était suffisante pour percevoir chaque balle dans une pluie de coups de feu. Ainsi, des coups de feu, des explosions, des coupures, même les compétences utilisées par Blazers — elle pouvait refléter n’importe quelle menace, poursuivant sa cible étape par étape inexorable jusqu’à ce qu’elle soit éliminée.

C’était ce style de combat qui lui avait valu le surnom de Détourneuse. Ses yeux étaient tels qu’elle avait pu percevoir clairement la démonstration du style d’Edelweiss faite par Ikki. Ainsi, il était impossible de tromper la Tueuse qui ne tourne pas. Peu importe la façon dont on essayait de cacher son agressivité, d’attendre l’occasion de frapper — ce moment n’arriverait jamais.

Et de toute façon, je n’ai aucune raison de jouer avec un adversaire qui n’a pas le choix ! pensa Tatara.

 

 

« Rinna ! Attrape-la ! » cria Tatara.

Elle avait rugi d’une voix rauque, appelant une jeune femme à cheval sur un lion noir qui avait réussi à se faufiler derrière Stella alors qu’elle s’était occupée à éviter les coups sauvages de Tatara — la dompteuse de bêtes Rinna Kazamatsuri.

« N’ayez pas la prétention de me donner des ordres ! Je n’ai pas besoin de vos paroles ! » répliqua Kazamatsuri.

Elle avait donc réfuté, mais avait néanmoins agi comme Tatara l’avait souhaité. Lorsqu’il portait le collier de subordination, le Dispositif de Kazamatsuri, son lion, était devenu capable d’utiliser un Art Noble — dans ce cas, le fait de provoquer le cri de l’arrêt.

« Faiblard ! La Pression du Roi ! »

« Guuooohhhhhhhh ! » le lion avait rugi.

« Tch… ! »

Une explosion sonore s’était abattue sur Stella de derrière elle, directement depuis son angle mort. Son attention étant attirée par Tatara, elle ne pouvait échapper à ce coup. Depuis les mâchoires grandes ouvertes du lion avait jailli un torrent de sons qui la frappa de plein fouet, la dépouillant de toute mobilité.

« Aaah ! C’est mauvais ! Stella a été prise par l’Art Noble de la Dompteuse de Bêtes, La Pression du Roi, le même qui a privé le Komashiro de l’Académie Bunkyoku de la possibilité de bouger au premier tour ! Il n’y a aucune chance que Tatara laisse passer cette opportunité critique ! » déclara la présentatrice.

« Je t’achèverai avant que tu dégaines ! Continue de te recroqueviller et meurs ! » cria Tatara.

Les lames de scie crièrent en dessinant un arc horizontal en direction de Stella, incapable de se déplacer à cause de la Pression du Roi, et frappèrent droit au but dans sa section médiane sans défense.

« Raaaaahh ! » Avec une puissante frappe, Yui avait frappé Stella.

Alors — .

« Charge du Roi ! »

— Une autre frappe était arrivée comme assurance. C’était la charge d’un lion au pouvoir magique, une bête qui possédait déjà une masse et une force dépassant de loin celles des hommes. Il fallait donc s’attendre à ce que Stella, qui ne pesait que le poids qu’une fille normale, soit facilement repoussée, rebondissant comme une balle de caoutchouc à travers le ring avant d’aller hors du ring.

La force l’avait projetée dans le mur de béton juste en dessous des tribunes des spectateurs, et avec une fêlure et un nuage de plâtre, une partie de la maçonnerie s’était effondrée.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire