Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 5 – Chapitre 4

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 4 : Affrontement — Le Roi de l’Épée des Sept Étoiles contre le Roi de l’Épée sans Couronne

***

Chapitre 4 : Affrontement — Le Roi de l’Épée des Sept Étoiles contre le Roi de l’Épée sans Couronne

Partie 1

« Ce match est devenu à sens unique depuis ce coup de lance irrécupérable ! Kurogane a considérablement ralenti — le nombre de fois où il a été incapable d’esquiver la lance de Moroboshi a augmenté ! C’est une situation terrible — les blessures en fleur le tachent de pourpre partout dans ce ring. Les arbitres peuvent même être amenés à demander un arrêt ! »

À l’extérieur du Bay Dôme, les rues habituellement désertes étaient remplies de gens qui regardaient l’émission sur leurs appareils mobiles. Le Pire était désavantagé, ce qui était évident pour le commun des mortels. Tout le monde était d’accord.

« C’est déjà terminé. »

« Oui, le Pire se déplaçait plutôt bien au début, mais il a complètement ralenti depuis. J’ai l’impression qu’il prend tout ce qu’il a pour s’échapper. »

« Comme prévu, Moroboshi est très fort. »

« Bien sûr qu’il l’est ! Moroboshi est le roi de l’épée des sept étoiles, tu vois ? Il ne va pas perdre contre un petit Rang F ! »

Mais au milieu de tout cela, une seule voix avait fait entendre son point de vue anticonformiste.

« Non. Ikki va gagner. »

« Hein ? »

Tous s’étaient tournés pour suivre la direction de cette voix féminine.

Il n’y avait personne, mais en y regardant de près, on pouvait voir une tête aux cheveux roux flamboyant danser dans le vent quand elle disparaissait vers le Dôme.

« Eh, attendez… était-ce… était-ce possible… !? »

***

Partie 2

À ce moment-là, à l’Académie Hagun…

« Oh mon Dieu ! Kurogane a une fois de plus reçu un coup direct de la lance ! Et c’est sur sa cuisse en plus ! »

« Ce n’est pas bon signe. Comme ça, la vitesse du Pire ne fera que diminuer. Il vaudrait peut-être mieux que les arbitres appellent à l’arrêt. »

« C’est étrange… »

Alors qu’ils regardaient Ikki être poussé d’un côté dans un coin lors de l’émission de télévision, Touka avait soudain exprimé ce doute.

« Oui, ça l’est. Pourquoi les mouvements de Kurogane deviendraient-ils soudainement si réduits ? » demanda Touka.

« … Eh bien, bien que cela m’inquiète aussi, il se passe quelque chose d’encore plus étrange avec Moroboshi-kun, » déclara Kanata.

« Hein ? Qu’est-ce que ce serait ? » demanda Touka.

« D’après mes calculs, cela ferait déjà trois fois. À trois reprises, Moroboshi a eu la chance de finir Kurogane-kun, mais il n’a pas encore terminé ce match, » déclara Kanata.

« Pourrait-il jouer avec lui ? » demanda Touka.

« Je ne pense pas qu’il soit de ce genre. Mais c’est exactement pour ça que c’est incompréhensible, » déclara Kanata.

En jetant un coup d’œil à l’expression de Moroboshi à travers l’émission, Touka ne pouvait s’empêcher de penser qu’il avait l’air d’avoir peur de quelque chose.

Qu’est-ce qu’il voit, je me demande ? Se demanda Touka.

Comme pour répondre aux doutes de Touka, il s’était passé quelque chose d’important. Ikki, qui s’enfuyait, était tombé.

***

Partie 3

« Ar-gh ! » s’écria Ikki.

« Ayant fui les attaques de Moroboshi jusqu’à présent, Kurogane a perdu pied sur le sol qu’il a souillé de son propre sang et est tombé ! C’est une grande chance pour Moroboshi ! Va-t-il en finir ici !? »

Ikki s’était levé en trombe. « Merde ! » écrit sur son visage.

Mais c’était inutile. Dans une bataille entre chevaliers à ce niveau, une telle erreur ne pouvait être renversée. Le match était décidé. Ou ça aurait dû l’être, mais — .

« D’une façon ou d’une autre, Moroboshi n’attaque pas ! N’a-t-il pas l’intention de frapper un adversaire alors qu’il est à terre ? » demanda l’un des commentateurs.

Prenant ses actions comme un fair-play digne du roi de l’épée des sept étoiles, le public s’était mis à applaudir.

« Super, Moroboshi ! C’est le plus fort guerrier du Japon ! »

« Mais tu peux arrêter de jouer maintenant. Ça fait mal de regarder ! »

« Va le chercher, Moroboshi-kun ! »

Mais contrairement à l’excitation de ses fans, Moroboshi lui-même était en sueur froide.

C’est… la cinquième fois, pensa Moroboshi.

À cinq reprises, il avait eu l’occasion de terminer le match, mais il les avait tous laissés s’échapper sous ses yeux — et il ne savait pas pourquoi.

C’est quoi ce sentiment… c’est bizarre…, pensa Moroboshi.

Plus il attaquait, plus il poursuivait, plus la pression exercée par ce chevalier à moitié mort devant lui augmentait. C’était la raison de son hésitation : la prémonition que s’il allait plus loin, il piétinerait la queue d’une bête beaucoup plus effrayante qu’un tigre.

« … Tch ! » Mais il ne pouvait pas continuer à éviter la question comme ça.

Espèce de lâche ! Regarde donc ton adversaire dans les yeux ! pensa Moroboshi.

Malgré le fait d’être ensanglanté et de souffrir sous l’emprise d’une affliction inconnue, la lumière dans les yeux du Pire, Ikki Kurogane n’avait pas diminué, son désir de se battre n’ayant pas diminué. Ikki n’avait pas encore abandonné cette bataille. Comment lui, qui gagnait, pouvait-il vouloir s’arrêter ?

Comment as-tu pu laisser Koume te voir comme ça !? pensa Moroboshi.

De telles actions ne convenaient ni au roi de l’épée des sept étoiles ni à un frère aîné. L’orgueil et la dignité l’avaient poussé vers l’avant. Abaissant sa position plus profondément qu’il ne l’avait jamais fait — .

« J’arrive ! Kurogane — ! » cria Moroboshi.

D’un cri ébranlant, il avança vers Ikki, se préparant jusqu’à la fin de la bataille.

***

Partie 4

Alors qu’il avançait plus vite qu’il ne l’avait fait jusqu’à présent, Moroboshi avait activé Sanrensei. Ses cibles étaient le front, la gorge et l’abdomen — c’était tous des coups mortels. Il avait vraiment l’intention de mettre fin à tout ça en un seul coup. Avec ce corps qui ne bougeait pas comme il le voulait et sa jambe blessée, Ikki savait avec certitude qu’il ne pouvait échapper à ce Sanrensei. Il avait serré les dents amèrement.

« Je vous rendrai cette faveur demain. »

C’était leur promesse, mais il n’avait pas pu la tenir. Il avait voulu pouvoir tout donner contre un adversaire de ce calibre, mais il n’avait pas pu s’en sortir. Quel dommage, mais c’est pourquoi il avait refusé de jeter l’éponge jusqu’au bout. C’était le moins qu’il pouvait faire.

C’est pourquoi je ne peux pas utiliser Ittou Shura ici, pensa Ikki.

Utiliser son atout limité dans le temps alors qu’il était encore sous l’effet de cette affliction inconnue équivalait à du désespoir. C’était comme penser qu’il pourrait vaincre ainsi — c’était donc inutile. Jusqu’au moment où sa conscience se serait évanouie, il n’abandonnerait pas la victoire, même s’il avait l’air laid. Le cœur battant, il leva son épée, se préparant à affronter l’assaut de Moroboshi. Couvert de blessures, il avait pris position contre une certaine défaite.

À ce moment-là, un souvenir était apparu en lui.

Maintenant que je le dis… J’avais aussi ce sentiment à l’époque, pensa Ikki.

C’était un souvenir de son duel avec Edelweiss sur le terrain de l’école de l’Académie Akatsuki. C’était un souvenir dont il ne se souvenait pas aussi bien, alors qu’il avait été à l’époque aveuglé, étourdi et désespéré. Son état déchiré l’avait ramené à cette époque, rendant soudain ces souvenirs plus clairs.

Qu’est-ce que j’ai fait à ce moment-là ? Se demanda Ikki.

À sa grande surprise, le souvenir lui était venu à l’esprit avec facilité. Face à l’arrivée du chevalier le plus fort du monde, il avait — .

— Ah, c’est vrai. J’ai essayé d’utiliser l’art de l’épée d’Edelweiss, pensa Ikki.

La lame d’Edelweiss avait été si rapide que ses yeux n’avaient même pas réussi à en saisir les courbes, mais il avait à peine été capable de lire les mouvements de son corps.

Il s’en était souvenu. Aucun œil humain ne pouvait percevoir sa vitesse écrasante — et le secret en était qu’elle n’accélérait pas. Habituellement, lorsqu’une lame était balancée, elle démarrait lentement. Il fallait accélérer le mouvement pour qu’il atteigne sa vitesse maximale. Mais il n’y avait rien de tel dans aucun des mouvements d’Edelweiss. Au moment où elle avait fait un pas en avant, elle était déjà à pleine vitesse. Quand elle avait commencé à couper, elle était déjà à son maximum. Un arrêt et démarrage extrême, une course de zéro à cent en un éclair. Mais cette technique était extrêmement forte. Les changements extrêmes entre sa rapidité et sa lenteur donnaient l’impression que les coups de lame semblaient beaucoup plus rapides qu’ils ne l’étaient. Il était aussi incroyablement difficile de garder un œil sur la lame elle-même, puisqu’elle n’avait pas de vitesse initiale lente.

Ikki avait vu à travers tout cela dans leur bataille. Ainsi, il avait tenté le Vol de Lames dans ces derniers moments. Il n’avait pas été certain que cela fonctionnerait. Mais il l’avait fait quand même, ne serait-ce que parce que c’était la plus grande maîtrise de l’épée qu’il connaissait à l’époque.

Ce qu’il devait faire maintenant, c’était la même chose. Même s’il n’y parvenait pas dans son état actuel, c’était certainement le meilleur qu’il connaissait.

Donc, dans tous les cas — .

Alors qu’Ikki pensait ainsi, les sentiments qu’il éprouvait dans sa bataille contre Edelweiss lui revenaient, il donna des instructions à son corps rebelle.

L’art de l’épée le plus fort du monde. Cela avait été fait comme — .

« Ceci, » déclara Ikki.

À cet instant, son corps devint léger comme une plume. Comme un vent impétueux, il se faufilait entre les coups de lance de Sanrensei et, en passant, il s’enfonçait profondément dans l’abdomen de Moroboshi.

Ce croisement d’épées s’était produit en un instant, en un éclair. Sans même être capable de faire entendre un seul cri de douleur, Moroboshi s’effondra sur le sol au milieu d’une brume de sang cramoisi.

« Eh…, » s’exclama Ikki.

Il ne fallut que quelques instants à Ikki pour se rendre compte que tout cela avait été fait de lui-même, alors même que les cris remplissaient le stade lors de ce revirement soudain.

« Quoiiiiiiiiii !? »

***

Partie 5

« Qu’est-ce qui vient de se passer ? » hurla Iida.

« Tout comme nous pensions que cela s’est passé au moment où Moroboshi allait mettre fin à ce match, mais c’est lui qui est tombé à la place ! Je pense qu’il a été touché lors de cet échange avec Kurogane… m... mais, j’ai honte de dire ça, mais c’était trop rapide — je ne pouvais pas voir ce qui s’est passé du tout !! » déclara Muroto.

En effet, les mouvements Ikki ne pouvaient pas être vus, même par les personnes dans la cabine du commentateur qui regardaient le match de loin. Il avait tout simplement disparu tout d’un coup, et avant que quelqu’un ne s’en rende compte, il était passé à côté de Moroboshi et l’avait abattu.

Les yeux d’Iida s’ouvrirent avec incrédulité.

« Que se passe-t-il ? Les mouvements de Kurogane sont clairement différents de ce qu’il a montré jusqu’à présent ! » s’écria Iida.

Mais la surprise de Muroto avait surpassé la sienne. « Impossible ! Ce n’est pas possible… non, mais… ce n’est pas possible que… »

Il le savait. Il savait à qui appartenaient vraiment le jeu de jambes et le jeu d’épée qu’Ikki avait utilisés. Sentant sa confusion, Iida le pressa à répondre. « Muroto-pro. Vous savez quelque chose à ce sujet ? Est-ce que c’est bien la rumeur de l’Ittou Shura du Pire ? »

« Non, ce n’est pas Ittou Shura. Il n’y a eu aucun changement dans la quantité de pouvoir magique que Kurogane utilisait. C’était… une pure maîtrise de l’épée ! Et bien qu’il y ait des différences entre les styles à deux épées et à une épée, j’ai déjà vu ce genre d’accélération instantanée indécelable du corps et de la lame une fois auparavant… »

« Où diable est-ce que ça peut bien être ? Ne me dis pas que c’était dans la Ligue A !? » s’écria Iida.

Muroto secoua la tête. « C’est bien pire que cela. Vous ne pouvez pas le trouver à cet endroit, parce que… cette épée appartient à quelqu’un que tous les pays ont renoncé à capturer en raison de sa force scandaleuse. C’est l’art de l’épée du plus grand épéiste du monde, et le criminel le plus recherché dans l’histoire — Les Ailes Jumelles, Edelweiss ! »

Les paroles de Muroto avaient provoqué un tollé dans l’auditoire.

« … Quoiiiiiiiiiii !? »

« Les Ailes Jumelles, tu veux dire, ces Ailes Jumelles !? Mais pourquoi le Pire saurait-il se servir de sa maîtrise à l’épée ? »

« Non, attends, mais j’ai entendu dire que le Pire pouvait voler les techniques de son adversaire ! »

Des cris étonnés avaient retenti tout autour. Cette fois, les amis d’Ikki s’étaient joints à eux dans l’émerveillement. Ils comprenaient qu’Ikki était quelqu’un qui allait souvent à l’encontre du savoir commun, mais si ce que Muroto disait était vrai, alors c’était incomparable par rapport à avant.

« Est-ce qu’Onii-sama a vraiment… ! » demanda Shizuku.

« Ce n’est rien de dire qu’il est revenu vivant de sa bataille contre les Ailes Jumelles, mais qu’il ait même réussi à voler la plus grande maîtrise à l’épée du monde !? » s’exclama Arisuin.

Et Kiriko s’était opposée à la déclaration d’Arisuin.

« C’est impossible ! Si c’était le cas, pourquoi ne l’a-t-il pas utilisé dès le début ? » demanda Kiriko.

C’était la question naturelle à se poser. Kurono, cependant, n’avait pas tardé à rejeter son objection. « Ce n’est pas qu’il ne l’a pas utilisé. C’est juste qu’il ne se souvenait pas comment, et ne pouvait donc pas l’utiliser. »

« Ah… ! » s’exclama Kiriko.

Kiriko se souvint de la conversation qu’Ikki avait eue avec Yagokoro quand ils s’étaient séparés la veille.

« Cette incapacité à se souvenir était aussi la cause de son anomalie, » déclara Kurono.

« Madame la Directrice, que voulez-vous dire par là ? » demanda Shizuku.

« L’art de l’épée d’Edelweiss n’est pas normal, » répondit Kurono. « Normalement, tous les mouvements d’un être humain sont créés par les mouvements coordonnés des muscles. Cependant, cela ne vous permettra pas d’utiliser l’art de l’épée d’Edelweiss. Pour créer ce genre de différence de vitesse extrême de zéro à cent pour cent, vous avez besoin de tous les muscles nécessaires pour bouger ensemble instantanément, et rassembler instantanément la pleine force de ces muscles. Normalement, un humain ne serait pas capable d’envoyer suffisamment de signaux nerveux instantanément pour que cela se produise. »

On ne pouvait pas donner des ordres à tous ses muscles à la fois.

« Pour que cela soit possible, il faut changer ces signaux nerveux eux-mêmes, » expliqua Kurono.

Il fallait les façonner, les transformer en signaux de combat complètement différents de ceux dont les humains normaux étaient équipés, des signaux qui pouvaient être envoyés en rafales plus courtes et plus concentrées. Si l’on ne pouvait pas réussir à utiliser ses signaux cérébraux de cette façon, il serait impossible de commander à tous les muscles d’un organisme vivant complexe comme un être humain de libérer toute leur puissance à la fois.

« Ikki a dû être capable de toucher l’épée d’Edelweiss et de s’en emparer grâce à la bataille entre leurs techniques. S’il ne s’en souvient pas lui-même, son cerveau s’en souvient encore, » déclara Kurono.

Un chevalier du calibre d’Ikki pourrait retracer cette technique exceptionnelle dans son subconscient après l’avoir vue une seule fois.

« Ainsi, chaque fois qu’il se trouve dans la zone à des moments critiques, son cerveau libère ces signaux de combat, mais comme lui, son corps a oublié la bataille qui lui a permis de les gagner — ainsi, ayant oublié à quoi ils servaient, il ne pouvait rien faire avec les signaux étrangers, » déclara Kurono.

« Comme il ne pouvait pas reconnaître les signaux, il ne pouvait pas y réagir. C’est tout ? » demanda Shizuku.

Kurono hocha la tête pour confirmer les paroles de Shizuku.

« Exactement. En d’autres termes, Edelweiss n’a pas brisé Ikki. Au contraire, la bataille avec elle l’a fait évoluer de façon explosive, à tel point que son propre corps n’a pas pu suivre cette croissance… mais, c’était seulement le cas jusqu’à maintenant, » déclara Kurono.

Confronté à une défaite imminente, son corps avait enfin pu se rappeler le pouvoir qu’il avait acquis lors du duel avec Edelweiss, ainsi que la méthode de déplacement de son corps, tellement différent à ce qu’il avait fait dans les seize années depuis sa naissance.

« Le moteur, le châssis et l’embrayage nécessaires à ce mouvement à très grande vitesse sont enfin réunis — maintenant qu’on en est arrivé là, le résultat de ce match est évident. Yuudai Moroboshi peut être considéré comme le roi de l’épée des sept étoiles le plus fort des dix dernières années, mais son adversaire est bien trop pour lui. Même après avoir été vaincu dans un duel avec l’épée la plus puissante du monde, Kurogane a pu utiliser son incroyable capacité d’apprentissage pour obtenir une compétence qui a surpassé de loin le niveau d’un chevalier étudiant, » déclara Kurono.

Cette technique était bien au-dessus de ce à quoi on pouvait s’attendre lors d’un tel tournoi.

« La personne qui fait face à Moroboshi maintenant… est le vrai monstre ici, » déclara Kurono.

C’est pourquoi Kurono pensait… qu’en ce qui concerne les matches du premier tour, c’était Moroboshi qui n’avait pas de chance.

***

Partie 6

« Gah… ha ! » La sensation de quelque chose de froid sur sa joue — le sol de pierre froide du ring — avait ramené Moroboshi à la raison.

Qu… Quoi, pourquoi je suis allongé… ? Se demanda Moroboshi.

Ayant perdu connaissance pendant un instant, il ne pouvait pas comprendre ce qui lui était arrivé, et il n’avait pas compris qu’il avait été frappé par l’attaque d’Ikki.

Pour l’instant, levons-nous, pensa Moroboshi.

Son instinct de combattant lui permettait de se relever immédiatement même après être tombé sans défense. Ainsi, même dans son incompréhension, il se leva sur ses réflexes, et au moment où il se leva et où ses sens revinrent — .

« G-uaa-aaaaaaaahhhhh ! »

— Il avait gémi en raison de l’agonie qu’il ressentait alors qu’une douleur ardente brûlait dans son flanc.

« Moroboshi s’est levé ! Mais comme vous pouvez le voir, il est gravement blessé ! Il perd beaucoup de sang et ses jambes sont instables ! »

Après avoir entendu l’analyse de sa situation par le commentaire et avoir senti sa brûlure latérale, il s’était rendu compte qu’il avait été blessé.

Qu’est-ce que… c’est ? J’ai été touché !? Mais je ne voyais rien du tout…, pensa Moroboshi.

Comme il était dans la confusion, il entendit ceci. « Aah... J’ai enfin compris, » son adversaire l’avait dit d’une petite voix.

« Kurogane… qu’est-ce que vous venez de faire ? » demanda Moroboshi.

Qu’avait-il compris ? Avait-il pu atteindre cette vitesse parce qu’il l’avait compris ?

Ikki répondit en s’inclinant légèrement. « Moroboshi-san, je suis désolé de vous avoir fait attendre. »

« Vous êtes… désolé ? » demanda Moroboshi.

« Oui… tout est enfin réuni maintenant, » répondit Ikki.

Ikki parlait bien sûr de leur promesse de la veille. Pour donner le meilleur de lui-même, et ainsi retourner la faveur — un accord de gentlemen entre lui et le fier chevalier nommé Yuudai Moroboshi.

Maintenant, il était sûr de pouvoir respecter cet accord.

« Comme convenu, je vous le montrerai — l’Ikki Kurogane à son plein potentiel ! » déclara Ikki.

Après avoir dit ça, il disparut de la vue de Moroboshi.

Il a disparu… ! pensa Moroboshi.

En fait, il n’avait pas disparu, bien sûr, mais après avoir sauté le processus d’accélération et obtenu un rendement maximal dès le commencement, Ikki avait pris un départ fulgurant que la perception du mouvement de Moroboshi ne pouvait tout simplement pas suivre.

Dessinant un arc courbe avec son sprint, Ikki se dirigea vers la gauche de Moroboshi. Trois fois Ikki avait été repoussé par sa lance, mais maintenant il avait facilement contourné sa portée tout en entrant dans celle de sa propre lame — .

« Guaaaaah ! »

— Et il avait coupé dans le bras droit de Moroboshi alors qu’il se dirigeait comme un coup de vent noir.

« Merde ! » s’écria Moroboshi.

Tournoyant autour de lui, Moroboshi s’en était pris à l’autre avec Sanrensei, utilisant la douleur brûlante pour lire l’emplacement d’Ikki. Mais il ne pouvait que couper l’air. Ikki n’était plus là quand il s’était retourné.

Il est déjà parti… ! pensa Moroboshi.

Moroboshi fut momentanément sans voix à cause de la vitesse. Mais il n’avait pas eu le temps de s’étonner lorsqu’un autre coup lui avait frappé dans le dos.

« Gaaaaaah ! » cria Moroboshi.

« Aah ! Il a encore été touché ! Moroboshi laisse Kurogane se mettre à sa portée trop facilement ! Il est complètement incapable de suivre ses mouvements ! Une fois de plus, Sanrensei a frappé l’air vide ! »

« On n’y peut rien… ! Les changements extrêmes de Kurogane en accélération et en vitesse écrasante sont quelque chose que même nous ne pouvons pas capter à longue distance. Alors c’est encore pire quand cela se passe devant nos yeux ! Il est plus que probable que le roi de l’épée des sept étoiles ne puisse plus voir la forme du Pire ! »

Il avait mis le doigt sur la tête.

Mer… Merde ! pensa Moroboshi.

Quelque chose d’impossible se passait sous les yeux de Moroboshi.

Il pouvait les entendre. Les sons de nombreuses frappes et de pas qui se déplaçaient à un rythme effrayant. Son adversaire était indubitablement proche de lui, et pourtant — .

Qu’est-ce que c’est, qu’est-ce qui se passe !? pensa Moroboshi.

— Peu importe où il se retournait pour regarder, il n’y avait personne.

C’était comme s’il était le seul homme sur le ring.

Une telle chose était-elle possible ? Est-ce que cela pourrait même arriver dans la vraie vie ? Le ring était une plate-forme ronde d’une centaine de mètres de diamètre, et il n’y avait ni ombre ni couverture dans ce petit espace. Pourtant, bien que son adversaire soit si près qu’il pouvait entendre sa respiration, Moroboshi ne pouvait pas le voir du tout.

C’est… c’est mauvais ! pensa Moroboshi.

Il pouvait sentir une autre frappe arriver. S’il continuait à prendre des coups comme ça, ce serait dangereux. Mais il ne pouvait plus utiliser sa lance pour repousser les attaques de cette vitesse. Il avait donc pris une décision sur le champ.

« Uoooooooooo !! » cria Moroboshi.

Il avait croisé les bras, couvrant ses points vitaux. Dissipant la morsure du tigre, il avait libéré tout son pouvoir magique pour former une armure autour de son corps.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? Le roi de l’épée des sept étoiles, le fier chevalier numéro un du Japon, a perdu sa fierté et s’en va pour une défense totale ! »

Le pouvoir magique de Moroboshi n’était pas au niveau de Stella, et en tant que tel, il ne pouvait pas annuler les attaques d’un Dispositif de rang F comme elle le pouvait. Mais s’il utilisait toute sa puissance, il pourrait réduire l’impact des frappes d’Intetsu. Tant que sa tête restait défendue par ses bras, un ou deux coups n’entraîneraient pas de blessures mortelles.

Cependant, cette position indiquait qu’il avait renoncé à attaquer, car il ne pouvait se défendre qu’à partir de cette position. Naturellement, Ikki s’était précipité dans sa zone d’attaque sans crainte !

« Kurogane ne rate pas cette chance ! Enflammé, il attaque sous tous les angles ! C’est une raclée sans merci ! Moroboshi ne riposte pas ! A-t-il perdu la volonté de se battre ? »

« Ce n’est pas ça ! Le roi de l’épée des sept étoiles ne peut pas voir le Pire en ce moment. Tout ce qu’il peut faire, c’est se défendre. Il fait du mieux qu’il peut, en fait tout ce qu’il peut pour rester en vie maintenant ! » Muroto était plein de respect pour la volonté de Moroboshi de se battre jusqu’au bout. « … Mais, malgré tout, nous devons arrêter ce match ! »

« Ce n’est pas possible ! Vous voulez dire que Moroboshi ne peut plus attaquer ? » s’écria l’autre commentateur.

Muroto acquiesça. « Il ne le fera pas. La différence entre leurs compétences est telle qu’il ne peut plus gagner. »

Muroto avait déjà fait partie de la ligue A du Roi des Chevaliers, l’un des rares chevaliers de toute la nation. De ce fait, il avait compris que la différence entre les deux étudiants était si grande qu’elle était incomparable. Son analyse, cependant, avait mis les fans de Moroboshi en colère.

« Qu’est-ce que tu racontes, commentateur de merde ! »

« Hosshii !! N’abandonne pas ! »

Alors ils avaient crié. Cependant — .

« Le vent noir hurle ! Le bouclier de Moroboshi se disperse — il se brise ! Est-ce vraiment la fin ? L’Étoile de Naniwa, celle qui a remporté la compétition l’an dernier et dont tout le monde espérait qu’elle remporterait le deuxième titre consécutif inédit — cela va vraiment se terminer sans qu’il puisse ne rien faire ? »

Un revirement soudain, et à partir de là, une bataille incroyablement unilatérale. L’apparition de ce développement inattendu dans le quatrième match du bloc C avait mis le spectateur dans l’agitation.

Et dans ces tribunes, Shizuku avait aperçu soudain la silhouette de Koume debout et partant de là. C’était presque comme si elle fuyait.

Koume-san…, pensa Shizuku.

Shizuku se souvint de l’expression compliquée qu’elle avait faite en voyant Ikki la veille et de l’expression amère et douloureuse qu’elle avait portée tout le temps en regardant le match.

Elle pouvait comprendre les sentiments de Koume, la douleur qu’elle devait ressentir. Après tout, son frère aussi était sur le champ de bataille. Elle avait également compris que cette douleur était une erreur. Avant qu’elle ne s’en rende compte, elle courait déjà après Koume.

« Tu sais… Je l’ai peut-être déjà dit, mais j’aime beaucoup ça chez toi, Shizuku, » déclara Arisuin.

Alors qu’elle partait, Shizuku avait rougi un peu devant les douces paroles d’Arisuin.

***

Partie 7

Une porte coupe-feu séparait le périmètre extérieur du Bay Dôme des tribunes des spectateurs. Là, assise sur un banc qui donnait sur la baie d’Osaka à travers des fenêtres de verre légèrement incurvées, se trouvait Koume. Elle s’éloignait du ring où son frère était actuellement engagé dans les combats.

Frère… c’est déjà assez…, pensa Koume.

Elle voulait qu’il s’arrête. Si c’était juste pour elle, il n’avait plus à faire ça. Il ne lui avait jamais dit qu’il se battait pour récupérer sa voix, mais elle avait compris sans qu’il ait besoin de lui pour dire quoi que ce soit. C’était pour ça qu’elle souffrait et elle ne supportait pas de voir son frère saigner et être blessé pour elle. C’est pour ça qu’elle s’était enfuie.

« N’allez-vous pas regarder le match ? » demanda une voix féminine derrière elle.

Shizuku Kurogane, qui l’avait poursuivie et venait à peine de la rattraper, avait posé cette question. Koume se mit à trembler et à se retourner après avoir été appelée soudainement, se tournant vers Shizuku, qui avait à peu près sa taille. Elle se souvenait de cette fille.

Ah… elle est venue au restaurant hier… si je me souviens bien…, pensa Koume.

C’était la sœur du chevalier qui se battait en duel avec son frère. Pourquoi serait-elle ici ? Son frère était manifestement sur le point de battre le sien. Koume trouva cela plutôt étrange, et comme si elle lisait ce doute sur son visage, une expression complexe se glissa sur celui de Shizuku.

« Je ne pouvais pas vous laisser seule, parce que, en tant que jeune sœur avec un frère aîné… Je comprends votre douleur, Koume-san, » déclara Shizuku.

Comment le savait-elle ? Les yeux de Koume s’élargirent lorsque Shizuku s’était assise à côté d’elle.

« Nous avons entendu les raisons du retour de Moroboshi-san directement de Kiriko-san, » déclara Shizuku.

Koume avait alors compris — si c’était Kiriko, alors bien sûr elle saurait ce qui s’était passé entre eux.

« … Je peux comprendre vos sentiments. Après tout, moi aussi, j’aime beaucoup mon frère aîné. Je ressens de la douleur quand il saigne ou quand il est blessé. Ça m’affecte encore plus quand il le fait pour moi, » déclara Shizuku.

Les paroles de Shizuku avaient bien saisi l’état émotionnel actuel de Koume. Maintenant qu’elle en savait autant, il ne servait à rien de se cacher, et Koume hocha la tête.

« Vous espérez que si c’est pour votre bien, il devrait arrêter de se battre, » déclara Shizuku.

Koume hocha de nouveau la tête.

« Vous ne supportez pas de devenir un fardeau pour l’homme que vous aimez, » déclara Shizuku.

Koume hocha de nouveau la tête — mais réalisant que la fille devant elle venait de dire quelque chose d’outrageant, elle avait rougit et secoua rapidement la tête dans le déni. Elle n’avait certainement pas ce genre de relation avec son frère aîné.

« Hein ? Étais-je à côté de la plaque ? N’est-ce pas ce genre d’amour ? … Vraiment, » déclara Shizuku.

Pourquoi semble-t-elle déçue… ? Se demanda Koume.

Ayant rencontré un amour inconnu, Koume était confuse.

« Même si votre relation n’est pas comme ça, vous vous sentez mal d’encourager votre frère aîné comme une étrangère quand il se bat pour récupérer votre voix, non ? » demanda Shizuku.

Les paroles de Shizuku, prononcées lentement et d’une manière consolante, avaient touché dans le mile. En effet, Koume voulait vraiment encourager son frère. Elle était comme ça depuis que Moroboshi était dans la ligue élémentaire, une silhouette toujours présente dans les tribunes qui l’acclamait de tout son cœur. Pour le frère dont elle était fière — plus fort et plus cool que quiconque. Elle adorait encourager son frère. Elle avait aimé ça.

Mais maintenant, les choses étaient différentes. Cet accident avait tout changé. Il s’était battu pour récupérer sa voix. C’était son devoir de grand frère. C’est pour ça qu’elle ne pouvait pas applaudir. Elle n’avait pas le droit de le faire. Son frère se sacrifiait tant pour elle, et pourtant elle ne pouvait pas lui rendre la pareille. À quel point son frère pourrait-il la dorloter ? Penser ainsi n’était pas permis. C’est pourquoi elle n’avait pas pu l’encourager du fond du cœur, pas depuis cet accident.

Et aujourd’hui, incapable de contenir ces remords, elle s’était enfuie.

… Cette personne comprend tout cela, pensa Koume.

Cela la gênait un peu, mais elle sentait aussi la gentillesse dont Shizuku, qui comprenait son cœur et était venue jusqu’ici pour lui dire ces paroles réconfortantes, avait fait preuve.

Ainsi, elle avait sorti son téléphone portable, avec l’intention d’envoyer un mot de remerciement à Shizuku — .

« Néanmoins, il n’y a rien de mal à cela. Vous n’avez pas besoin de vous en soucier autant, » déclara Shizuku.

Ses doigts s’arrêtèrent devant les mots de Shizuku, et elle leva les yeux, choquée. Bien sûr qu’elle l’avait fait. Car même si elle comprenait les sentiments de Koume, Shizuku jetait de toutes ses forces ce qu’elle avait souffert par la fenêtre.

Mais Shizuku avait ses raisons de dire cela, naturellement.

« Pourquoi pas ? Peu importe à quel point vous… non, nous voulons être dorlotées, tout cela serait sûrement permis. Après tout, nous sommes leurs plus jeunes sœurs, et ils sont nos frères aînés, » continua Shizuku.

Le frère aîné protégeait ses frères et sœurs plus jeunes, qui comptaient à leur tour sur lui. C’était une règle non écrite non seulement pour les humains, mais pour la plupart des créatures de ce monde.

« Même s’il n’était permis à personne d’autre, nous seuls pouvons être dorlotés par eux, » déclara Shizuku.

C’était leur droit.

« C’est pour ça que je le fais me faire plaisir. Même si Onii-sama a quelqu’un qu’il aime, même si faire ça pour moi pourrait lui attirer des ennuis… Je n’ai pas l’intention de cesser d’aimer Onii-sama. Mis à part le fait que vous n’avez pas pu parler jusqu’à présent, vous souhaitez encourager Moroboshi-san. Comparé à mon égoïsme, le vôtre est bien plus adorable, » déclara Shizuku.

C’était la raison de ses paroles, la raison pour laquelle elle était venue ici. Elle ne supportait plus de voir Koume continuer à se sentir coupable d’avoir dû compter sur son frère en silence.

Elle avait dit ce qu’elle était venue dire ici, et pas un instant trop tôt non plus. Derrière eux, un tumulte s’était déclenché dans la salle de match.

« Kurogane a passé une autre vitesse ! Il accélère toujours, et il tranche dans la magie de défense de Moroboshi un grand nombre de fois — ce n’est qu’une question de temps avant qu’il n’arrive à passer au travers ! »

« On dirait que le match est sur le point de se terminer. Il est temps que j’y retourne, » après avoir dit ça, Shizuku se leva. « Qu’allez-vous faire maintenant ? Non… qu’est-ce que vous voulez faire ? »

Interrogée de la sorte, Koume avait eu l’air affligée. Ce n’était pas qu’elle ne pouvait pas comprendre Shizuku. Mais elle avait causé cet accident à son frère et avait même perdu sa voix de son plein gré. Son frère s’inquiétait tellement à propos d’elle, alors pourrait-elle vraiment lui demander de se faire plaisir ?

Ces inquiétudes qui tourbillonnaient dans son esprit ne pouvaient être dissipées aussi rapidement. Elle était déchirée. Elle ne savait pas quoi faire. Mais — .

« Aah — ! Enfin, la défense de Moroboshi a été détruite ! Il est dans le pétrin ! »

Frère… ! pensa Koume.

— Jetant au sol ce qui avait présent dans ses pensées, elle avait permis à ses jambes de la porter vers son frère.

***

Partie 8

Sur le ring, le déroulement de la bataille était presque décidé.

« Moroboshi essaie de reculer pour prendre de la distance, mais Kurogane a un gros avantage sur lui ! Il ne peut pas s’échapper ! Il contre-attaque avec Sanrensei, mais il rate — Kurogane se déplace plus vite que la lance ! Il a pris trois, non, quatre coupes en retour ! Des éclaboussures de sang tachent le sol blanc du ring ! Kurogane a touché avec toutes ses attaques jusqu’à présent, mais pas un seul coup de Moroboshi n’a atteint sa cible ! La foule locale a été réduite au silence à cause de l’unilatéralité de tout cela ! Cela semble impoli, mais il semble difficile d’imaginer que Moroboshi puisse inverser cette tendance ! La différence de pouvoir, la différence d’adresse est trop grande ! »

Ayant presque dépensé tout son pouvoir magique en l’utilisant pour se protéger et n’en ayant pas assez pour utiliser la morsure du tigre, Moroboshi ne pouvait que frénétiquement utiliser sa lance pour se défendre. Mais il ne pouvait plus voir Ikki. En l’état actuel des choses, il ne serait évidemment pas en mesure de percer son adversaire. Il ne pouvait rien faire d’autre que frapper l’air en se prenant lui-même des coups.

Il n’y avait tout simplement pas eu de contestation. Du point de vue de n’importe qui, ce fut sûrement la perte de Moroboshi.

« Et pourtant, le roi de l’épée des sept étoiles ne tombe pas ! Yuudai Moroboshi est toujours debout au milieu du ring ! »

Il ne s’agenouillerait pas. Il n’avait pas renoncé à la victoire.

Je ne peux pas… perdre ici ! pensa Moroboshi.

Était-ce pour le bien de Koume ? Non. Au début, seul son devoir de grand frère l’avait conduit. Pour récupérer la voix qu’elle avait perdue parce qu’elle l’avait vu à son plus faible — c’est ce qu’il avait pensé. Mais de retour sur ce champ de bataille, il avait changé d’avis. Il se souvint combien il aimait ce monde, et ainsi son désir devint plus fort, plus important que toute autre chose.

Il ne voulait pas seulement que sa chère petite sœur puisse parler à nouveau. Il voulait qu’elle l’encourage. L’un qui se battait et l’autre qui encourageait. Ces jours d’antan où ils partageaient les joies de la chevalerie.

C’était un rêve assez peu viril, et pourtant — .

— Rien n’est plus important pour moi que ça ! pensa Moroboshi.

Donc, jusqu’à ce que son souhait se réalise.

« Qu’est-ce qui ne va pas, Kurogane — ! Je suis toujours debout ! Viens et combattons ! » déclara Moroboshi.

Il continuerait d’être ce frère aîné fort que Koume pouvait encourager. C’était cette dignité, ce souhait qui avait donné à Yuudai Moroboshi sa détermination inébranlable.

***

Partie 9

« Quelle volonté… il n’a toujours pas abandonné…, » de retour à son siège, Shizuku ne pouvait s’empêcher de le dire avec un léger tremblement dans la voix.

Bien qu’il soit littéralement impuissant et qu’il saignait de partout, Moroboshi continuait à défier Ikki. Quel effrayant instinct de combat ! Kurono acquiesça d’un signe de tête.

« Comme on pouvait s’y attendre d’un homme qui a réussi à se relever après avoir subi une blessure irrémédiable. C’est peut-être impossible de briser son esprit. Mais son corps est à ses limites. Sa magie a touché le fond, et la Morsure du Tigre a disparu. Il a réussi à relever ce défi redoutable, mais c’est seulement parce que ses jambes ne peuvent plus bouger. Pour l’instant, Moroboshi n’a pas peur du tout, et Ikki le comprend aussi. Le prochain coup mettra fin à tout ça, » déclara Kurono.

Et en effet, la bataille s’était déroulée comme elle l’avait dit, alors qu’un mana bleu s’enroulait autour du corps d’Ikki. C’était un signe clair qu’Ikki avait l’intention de finir ce match, ici et maintenant.

« Sa botte secrète est là, c’est Ittou Shura ! Il sort l’atout avec lequel il a fait tomber des noms tels que le Chasseur, Raikiri, et la Princesse cramoisie ! »

« Le Pire — quel combattant terriblement expert, choisissant d’utiliser la technique la plus efficace au meilleur moment possible ! Pour empirer les choses, le roi de l’épée des sept étoiles ne peut plus gérer sa vitesse. Je peux dire qu’il n’a même pas une chance sur dix mille de gagner ! »

C’était comme Muroto l’avait dit. Si Moroboshi ne pouvait pas faire face à Ikki dans son état normal, il ne pouvait rien faire contre Ikki quand Ittou Shura, qui lui avait permis d’améliorer ses capacités des dizaines de fois, était actif. Avec ce coup, Ikki avait coupé toute possibilité de victoire que Moroboshi aurait pu avoir.

« Avec ma faiblesse, je battrai le roi de l’épée des sept étoiles — Moroboshi-san, allons-y ! » déclara Ikki.

Et c’est ainsi qu’il lança sa dernière attaque, visant à mettre un terme à cette bataille longue et ardue. Abaissant profondément sa position, et en un instant, il mit toute sa force dans ses deux jambes. Ses talons semblèrent flotter, atteignaient leur vitesse maximale, et Ikki se dirigeait vers Moroboshi comme s’il était en vol.

« Kurogane vient pour finir ça ! Le Roi de l’Épée des Sept Étoiles est dans le pétrin ! » hurla le commentateur Iida, sa voix devint plus forte qu’elle ne l’avait été toute la journée en raison de l’apogée imminent. La foule s’était retournée et avait lutté contre l’imminente défaite du roi de l’épée des sept étoiles au premier tour. Et au milieu de ce tumulte d’acclamations et de cris —

Koume se souvient, alors qu’elle voyait son frère face à la défaite, des paroles qu’il lui avait dites quand elle l’avait vu partir le matin.

« Hey. Peux-tu me dire de faire de mon mieux ? »

Ahh… oui, c’est ça…, pensa Koume.

Il n’y avait pas qu’elle. Son frère, lui aussi, avait souhaité qu’elle l’encourage comme elle l’avait fait dans le passé. C’était un si petit souhait, et comment avait-elle répondu ? Elle lui avait donné un morceau de papier avec le soutien écrit dessus. N’était-ce pas mauvais ? Ce qu’il avait souhaité, ce n’était pas ce bout de papier. Ce qu’il souhaitait, c’était — .

« Qu’allez-vous faire maintenant ? Non. Qu’est-ce que vous voulez faire ? »

Ce que je devrais dire, c’est —, pensa Koume.

 

 

« GRAND FRÈRE, FAIS TON MIEUXXXX — !! »

Elle avait crié à pleins poumons — elle avait crié les mots qu’elle avait toujours voulu dire. Ces mots qu’elle avait tenus pendant tout ce temps, croyant qu’ayant pris la vie de son frère, elle n’avait pas le droit de les prononcer. Ces mots, rouillés par la désuétude, venaient de sa gorge rauque et douce.

… Ouais, pensa Moroboshi.

Mais même au milieu du vacarme tonitruant, ses paroles atteignirent les oreilles de son frère Yuudai Moroboshi.

Bien sûr qu’il l’avait fait. Après tout, il attendait ces mots depuis des années et des années !

« Laisse-moi faire ! » Juste là, le rugissant Moroboshi avait montré à tout le monde dans le Dôme quelque chose d’incroyable.

« Frappe-le à terrrrrreee. — ! Tora-Ouuuuuuuu ! » cria-t-il.

Ikki fonçait à toute vitesse vers le Moroboshi à moitié mort, avec Ittou Shura activé. Mais après avoir rassemblé les derniers restes de sa magie pour une morsure du tigre, Moroboshi avait lancé sa lance droit sur le front d’Ikki !

Jusqu’à présent, Moroboshi avait toujours combattu à portée de lance. C’était la première fois qu’il utilisait sa lance comme un projectile.

« Ceci…, » cria Kurono face à ce changement de dernière minute.

« — C’est mauvais ! »

Pourquoi ? En effet, un lancer de lance était inhabituel, et c’était tout à fait comme si Moroboshi visait de tels angles morts dans la ligne de pensée de son adversaire. Mais il n’y avait aucune chance qu’il soit touché. Normalement, en fait. Cependant, cette situation était différente !

La vitesse de frappe de l’art de l’épée d’Edelweiss, de zéro à cent, est en effet très forte ! Mais cela signifie aussi que le freinage d’urgence et les changements de direction sont impossibles ! Pensa Kurono.

C’était une évidence. Après tout, l’art de l’épée le plus fort du monde possédait une force offensive inégalée lors de l’attaque, qui était toujours exécutée à la vitesse supérieure. Ainsi, en vérité, son point faible avait été des changements soudains dans la situation, c’est-à-dire des attaques-surprises !

De plus, Ikki utilisait maintenant Ittou Shura. Même s’il n’utilisait pas l’épée d’Edelweiss, il était déjà à une vitesse où un arrêt soudain ou un changement de direction était impossible.

En d’autres termes, ce lancer qui n’aurait normalement pas touché Kurogane le fera — mais seulement pour ce moment ! Pensa Kurono.

Pour contrer, il devait parer la lance avec son épée. Mais il ne pouvait pas faire ça. Après tout, la lance volante était actuellement vêtue de la lumière dorée de la morsure du tigre.

La magie de Moroboshi aurait dû toucher le fond. Comment pourrait-il encore utiliser la Morsure du Tigre ? La raison réside dans Tora-Ou même. Son long manche avait été coupé en deux, ce qui lui donnait la taille d’un javelot. Après avoir dispersé les particules de pouvoir magique à l’intérieur de son Dispositif, il avait réussi à extraire suffisamment de pouvoir magique pour une morsure du tigre. Dans l’ensemble, Ikki n’avait pu ni se faire frapper ni éviter ce lancer !

Cet homme, Moroboshi… visait vraiment ce but — ! pensa Kurono.

En effet, Moroboshi avait vu à travers la faiblesse de l’Art de l’Épée d’Edelweiss. Pour ce moment, il s’était mis à l’affût. Pour le moment où Ikki activerait Ittou Shura et avancerait vers lui à une vitesse qu’il ne pourrait pas supprimer lui-même.

Il s’était laissé couper la chair, l’os et l’âme — tout ça pour cela. C’était la vérité qui se cachait derrière son incapacité à faire face à l’extrême changement d’Ikki. Un bluff ensanglanté ! Et ce bluff avait réussi à tromper tout le monde dans le Dôme — pas seulement les spectateurs, mais même un chevalier du niveau de Kurono !

À pleine vitesse, Kurogane ne peut pas esquiver ce lancer ! pensa Kurono.

Kurono ne pouvait s’empêcher de frissonner devant le sens du combat de Moroboshi, celui qui avait renversé ses attentes et les avait toutes prises pour des idiots. À ses côtés, Shizuku et Arisuin ressentaient la même chose.

Donc tout le monde ici… était dans la paume de sa main depuis le début ? pensa Kurono.

C’est donc… le roi de l’épée des sept étoiles ! pensa Kurono.

Ils l’avaient discerné. La vraie force du pinacle des Sept Étoiles — de l’homme qui portait le titre de Roi de l’épée des sept étoiles !

— Mais l’instant d’après, tout le monde dans le stade avait été à nouveau choqué par le silence glacial.

Tandis que la pointe de Tora-ou traversait l’air et perçait le front d’Ikki… sa forme scintilla et s’estompa.

Quuu… ouuuuuiii… !? pensa Moroboshi.

Moroboshi avait été à court de mots. Juste à ce moment-là, une ombre était apparue au-dessus de lui. Avec le soleil derrière lui, la silhouette d’un épéiste noir était sur le point de laisser voler sa lame.

C’était l’épée secrète qui avait échappé à Houkiboshi plus tôt — Shinkirou. Mais cette fois-ci, il n’avait pas feint ni vers l’avant, ou l’arrière, et ni à gauche ou à droite, mais plutôt le haut et le bas. Laissant une image en dessous, il s’était envoyé avec sa force de jambe accrue. Ce sur quoi Moroboshi avait lancé sa lance n’avait jamais été qu’une illusion.

En d’autres termes, Ikki savait que Moroboshi choisirait ce moment pour essayer sa dernière attaque. Mais pourquoi ? Pour quelle raison ?

Ah… donc c’est tout…, pensa Moroboshi.

En regardant l’expression sur le visage d’Ikki alors qu’il abaissait sa lame, Moroboshi avait compris. Le visage d’Ikki ne se moquait pas du tout de lui parce qu’il était tombé dans le piège. Il n’y avait qu’un respect débordant — presque embarrassant — sur son visage.

Tu croyais vraiment en moi…, pensa Moroboshi.

Jusqu’à présent, le roi de l’épée des sept étoiles avait superposé stratagème sur stratagème, pièges sur pièges pour s’assurer qu’il allait vaincre Le Pire. Ikki Kurogane n’avait pas cru un seul instant qu’un si grand roi se laisserait facilement vaincre. Il respectait le chevalier Yuudai Moroboshi plus que quiconque dans le stade, et même plus que Moroboshi lui-même.

C’est pourquoi Moroboshi avait perdu. Il avait trompé tout le monde avec ce bluff ensanglanté, mais seul ce chevalier debout devant lui ne pouvait pas être trompé.

C’est ainsi que la bataille avait été décidée à cet instant.

Ikki avait abaissé sa lame. Ayant tout misé sur cette attaque-surprise, Moroboshi n’avait plus rien — ni magie, ni arme, ni même la force de fuir. La lame avait mordu profondément, le tranchant au niveau de l’épaule. Dans une rafale de cramoisi, Moroboshi était alors tombé à genoux. Enfin, avec les derniers vestiges de sa force, il tendit les bras et saisit Ikki par les épaules, et — .

— Au chevalier qui l’avait surpassé…

— À son adversaire qui avait cru en lui jusqu’à la fin…

« Tu n’as plus le droit de perdre maintenant! »

— Il avait fait entendre son vœu.

Le roi de l’épée des sept étoiles s’était finalement effondré et les arbitres avaient annoncé le signal de la fin du match, mettant ainsi un terme à cette confrontation.

***

Partie 10

« Le match est finiiiiiiiiiiiii ! Frappe après frappe — il n’y avait pas de marge de manœuvre dans ce grand duel sauvage du quatrième match ici dans le bloc C ! Celui qui a gagné ce combat à mort est le roi de l’épée sans couronne, Ikki Kurogane — ! Celui qui est venu défier le roi de l’épée des sept étoiles, lors d’un deuxième titre consécutif, a en fait été battu au premier tour ! C’est un grand bouleversement ! »

Au moment où le match avait été déclaré terminé, les équipes médicales s’étaient précipitées, emmenant Moroboshi sur une civière. Si épuisé qu’il ne pouvait plus marcher sur ses deux pieds, il était sorti de scène sous les applaudissements tonitruants de ses fans et supporters.

« C’était dur pour toi ! Bien fait — tu as vraiment bien fait ! »

« Je te soutiens depuis avant ta retraite… tu étais le meilleur aujourd’hui ! »

« La foule locale ovationne leur héros alors qu’il se retire, inconscient. Cet homme ne s’est pas incliné devant une blessure irrémédiable, et jusqu’à aujourd’hui, il n’a jamais abandonné en un seul match — il continue à se tenir au sommet, Yuudai Moroboshi ! Même si nous disons qu’il a été vaincu, la volonté qu’il nous a montrée jusqu’à la fin n’a pas fait honte au titre donné au chevalier étudiant le plus fort du Japon, le roi de l’épée des sept étoiles ! Quel homme magnifique ! »

Quant au vainqueur, Ikki, qui regardait Moroboshi se faire transporter — .

« Oui, je ne perdrai pas. C’est sûr, » déclara Ikki.

Répondant aux paroles d’adieu de Moroboshi avec de forts sentiments, il descendit du ring.

« Et maintenant, celui qui a battu le vainqueur du tournoi de l’an dernier et entre fièrement dans le deuxième tour — le roi de l’épée sans couronne quitte le ring. La magie la plus faible et l’épée la plus forte — cette évaluation n’était pas fausse, et nous pouvons tous en témoigner ici ! Ce jeune homme, c’est du sérieux ! Ce n’est pas qu’un simple Rang F. C’est sûrement un chevalier qui possède le pouvoir de se battre pour le sommet de ce rassemblement de puissances, le soixante-deuxième Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée ! »

« C’était super génial, mec ! »

« Ikki-kun est le plus grand ! »

« Remonte la vague jusqu’au sommet ! Tu peux le faire ! »

Sa sortie avait été honorée par une pluie d’applaudissements. Il se sentait un peu gêné, mais — .

Je vous remercie beaucoup, pensa Ikki.

Les remerciant ainsi dans son cœur, il se dirigea vers la porte par laquelle il était entré.

Ses pas étaient lourds, une combinaison de la fatigue de l’utilisation de l’Ittou Shura et de l’exécution de mouvements auxquels il n’était pas habitué. Mais son dos n’était pas plié. Il était fier de lui pour avoir réussi à vaincre un chevalier ayant été en pleine forme.

C’était un match plein d’incertitudes. Il avait si peur en sortant de la salle de détention. Mais — il avait gagné. Il s’était emparé de la victoire au premier tour du Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée.

Avec ça, il en restait quatre autres. Quatre victoires de plus, et il y parviendrait enfin. L’endroit qu’il avait visé, l’endroit qu’il avait admiré jusqu’à présent.

Le sommet des Sept Étoiles… n’est plus loin ! pensa Ikki.

C’était avec ce sentiment dans le cœur lorsqu’Ikki avait quitté le terrain.

Et plus profond à travers la porte.

*Clap clap*

Une silhouette sombre s’approcha de lui, applaudissant.

« Tu vois ? Tu as gagné à la fin. »

Le chemin entre la salle d’attente et la porte n’était pas éclairé et était complètement noir. Ainsi, il y avait une certaine distance entre lui et cette personne, et il ne pouvait pas voir le visage.

Mais pour Ikki, c’était inutile. Il avait seulement besoin d’entendre cette voix pour savoir qui c’était. Oui, la personne qui s’approchait de la porte était — .

« Mais je suppose que c’était naturel. Après tout, celui qui vaincra le roi de l’épée sans couronne, c’est moi. »

— La fille aux cheveux roux flamboyants et aux beaux yeux rouge rubis, la princesse cramoisie, Stella Vermillion.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire