Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 3 – Chapitre 4 – Partie 16

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 4 : Une frappe

Partie 16

Une heure après la fin du match, la conscience de Touka, qui avait été pulvérisée par la rupture de son Dispositif Narukami, était progressivement revenue.

« Ah, tu t’es réveillée, Touka ? »

« Comment te sens-tu ? Est-ce que ça fait mal quelque part ? »

Elle était allongée sur un lit. Utakata et Kanata étaient actuellement à son chevet. En voyant cela, Touka l’avait immédiatement su.

« Je vois... J’ai perdu, n’est-ce pas ? » demanda Touka.

Ses souvenirs s’étaient interrompus après avoir déclenché Raikiri, alors Touka ne se souvenait pas de l’instant où elle avait été vaincue. Mais si elle regardait les expressions sur le visage de ses amis, ce n’était pas difficile à le deviner.

« ... Même si je pensais que ma technique de Raikiri était suprême, hein ? » demanda Touka.

« Nangou-sensei l’a également dit, » répondit Utakata.

« Le maître l’a dit ? Était-il là ? » demanda Touka.

« Oui. N’est-ce pas, Kanata ? » répondit Utakata.

« Tout à fait. Parce que le match d’aujourd’hui était ouvert au public, il semblerait qu’il soit venu pour assister à ton match, » répondit Kanata.

« Il a fait l’éloge du fait que ton Raikiri ait été le plus merveilleux à ce jour. »

... est-ce que c’est le cas ?

« Je suppose que si même le Maître l’a vu de cette manière, alors ça ne peut pas être faux, » déclara Touka.

Elle avait utilisé toute sa puissance, et il n’y avait pas d’erreur qu’elle avait dépassée Ikki Kurogane. Cependant ―.

À cet instant, Kurogane-kun est devenu encore plus rapide, pensa Touka.

À cet instant, il avait repoussé ses propres limites afin de n’obtenir rien de moins que sa propre victoire.

Elle avait aussi poursuivi son propre but sans cesse, mais par rapport à Ikki, elle avait toujours été complaisante. Le Pire avait toujours eu, et pas seulement aujourd’hui, ce genre de combat sans espoir. Et à chaque fois, il s’était toujours constamment remis en question afin de progresser au-delà de ses limites.

... Quelle personne vraiment incroyable ! pensa Touka.

Le fait qu’elle ait été vaincue, d’une certaine façon, était probablement inévitable.

Mais — ce n’est vrai que pour l’instant, pensa Touka.

Dans les mains de Touka, il y avait une réponse satisfaisante qui lui avait été fournie par son Raikiri brisé. Et cette réponse lui avait appris ceci. Raikiri pourrait encore devenir plus fort. Ce qui l’avait entravé pourrait être surmonté un jour tout comme l’avait fait Le Pire. Non, elle lui montrerait qu’elle pouvait le surmonter. Et elle devait absolument le faire avant leur prochain affrontement.

Dès lors, elle lui courait après avec toute sa puissance — parce que la prochaine fois, elle serait la challenger.

« ... Dans tous les cas, Touka, » déclara Utakata.

« Oui ? » demanda Touka.

Soudain, Utakata avait parlé avec une expression embarrassée pour une raison inconnue. Qu’est-ce qu’il avait en tête ? Touka le pressa de parler.

« Devrais-je moi-même entrer en contact avec tout le monde dans la Maison Wakaba ? » demanda Utakata.

... Oh, c’est vrai, pensa Touka.

Maintenant qu’elle y avait pensé, elle se souvenait qu’ils lui avaient dit qu’ils avaient déjà réalisé la bannière de félicitations. Elle devait donc les informer correctement qu’elle avait perdu. Et même si les batailles de sélection s’étaient terminées ainsi, elle devait aller le leur dire.

Utakata lui disait que si le fait de le leur dire elle-même était trop difficile, il les informerait à sa place.

« Merci d’avoir tenu compte de mes sentiments, mais ça va. Je vais le leur dire correctement, » déclara Touka.

« C’est bien de ne pas te forcer, tu sais ? » déclara Utakata.

Mais Touka secoua calmement la tête. Elle ne se forçait pas. Elle s’était battue avec Ikki de toutes ses forces. Touka avait affronté cette adversaire avec tout ce qu’elle avait en elle actuellement. Raikiri avait même eu la résolution de tuer Ikki, et elle avait réalisé une frappe parfaite dont personne ne serait gêné. Elle n’avait pas à avoir honte de tout ça.

« Alors je rentrerai chez moi avec fierté, » déclara Touka.

Et elle leur disait.

Qu’elle s’était battue contre un chevalier extraordinaire !

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire