Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 3 – Chapitre 3 – Partie 6

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 3 : Le Pire en état de siège

Partie 6

Après cela, Ikki, qui avait brusquement fondu en larmes, n’avait répondu à aucune question, sauf avec des sanglots. En raison de cela, Itsuki avait quitté la pièce en disant qu’il n’y avait plus rien à faire avec lui.

Et après avoir fait ça, il était retourné à son bureau du dernier étage à l’aide de l’ascenseur. Là, un homme en costume rouge avec un physique de tonneau l’attendait.

« Bonjour, bonjour, chef de clan. Ah, je suppose que c’est devenu une bonne soirée depuis un moment, non ? » demanda Akaza.

« Akaza, c’est ça ? » demanda Itsuki.

« Alors, je me demande bien comment cela s’est passé. Quelle est la situation avec ce garçon ? » demanda Akaza.

« Le garçon est aussi difficile à comprendre que jamais. Mais je suppose que ce n’est pas autant que son frère Ouma, » répondit Itsuki.

« Sans parler de sa personnalité, sa condition physique n’a-t-elle pas été brisée, hehe ? » demanda Akaza.

« Qu’est-ce que vous voulez dire par là ? » demanda Itsuki.

« Hehehe. Eh bien, sa nourriture a été ajustée en douceur vers le bas, et des médicaments en trop grande quantité ont été ajoutés simultanément afin de ruiner la santé de son corps ainsi que directement son cœur, » répondit Akaza.

Des sérums de vérité, hérités de l’ère de la police militaire ? Vous avez fait votre mouvement très direct, n’est-ce pas ? pensa Itsuki.

« Tout comme il nous connaît bien, nous connaissons bien son obstination. Dès le début, nous n’avons pas pensé que quelque chose comme cette enquête le briserait. L’enquête n’était qu’un prétexte pour l’isoler. L’état actuel des choses a changé par rapport à ce que nous avons vraiment supposé. Après cela, il rencontrera le roi du Vermillon ―, » déclara Akaza.

« Vous n’avez pas à l’expliquer. Je peux imaginer le principal, » en disant cela, Itsuki avait réduit au silence Akaza qui commençait sa présentation. « Je vous confie cette affaire. Je me fiche des méthodes que vous utilisez. Faites ce qu’il faut pour ça. »

Cependant ―

Puis Itsuki avait continué. « Je ne pardonnerai pas l’échec. Bannissez Ikki sans faute. »

« Oui, je comprends. Hehehe. Eh bien ! S’il vous plaît, regardez l’évolution du plan jusqu’à sa conclusion favorable, » déclara Akaza.

Après avoir dit ça, Akaza s’était retiré.

Se retrouvant seul dans la pièce, sans penser à quoi que ce soit, Itsuki avait tourné son regard vers les portraits des directeurs successifs accrochés au mur de son bureau. Plus de la moitié d’entre eux étaient des individus qui portaient le nom de famille Kurogane. Le simple compte du nombre de portraits montrait combien de générations avaient hérité de cette responsabilité. Ici en ce moment, Itsuki était aussi l’une de ces personnes. C’était pour cette raison qu’il s’acquittait de cette responsabilité sans faillir et sans faire d’exception. Il imaginait le meilleur pour la majorité du monde même s’il fallait détruire les minorités...

Un mode de vie à l’intérieur de ce système qui n’étend pas son propre territoire... c’est ça le mode de vie qui apporte le bonheur à la majorité de l’humanité, pensa-t-il.

Il pensait ça, car des individus comme Ikki, des personnes impuissantes qui avaient été mises de côté, étaient peu nombreux. Tout cela n’était que des aspirations inutiles ou la confiance en soi reçue comme un don, et ils ne pouvaient apporter que des pertes à la fois à la personne elle-même et à l’organisation. Dans ce cas, de telles choses n’étaient pas nécessaires. Naturellement, l’organisme gestionnaire de tout ça s’assurerait qu’ils n’existaient pas même s’il fallait pour ça les briser définitivement.

Par conséquent, j’utiliserai n’importe quelle méthode pour les éliminer même si la mort était le résultat final, pensa Itsuki.

Et cela concernait même si c’était son propre fils, il n’aurait aucune pitié pour quiconque.

Il s’agit de mon devoir, pensa Itsuki.

Tout était pour le bien de la Loi Impartiale ou Loi de Fer. Dans le passé ou dans le présent, c’était le sens de la justice d’Itsuki Kurogane connu sous le nom de « Sang de Fer ».

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire