Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 3

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 3 : Rébellion

Partie 3

 

 

« Hahaha. Ravi de vous rencontrer, et je vous remercie pour l’invitation d’aujourd’hui. Je suis le colocataire de Shizuku, Arisuin Nagi. Je n’aime pas beaucoup qu’on m’appelle par mon nom complet, donc je serais heureux si vous m’appeliez Alice — ♪. » déclara Arisuin.

Le garçon avec une grande et maigre silhouette était habillé tout comme Shizuku. Il avait un type d’apparence du genre « visual-kei [1] ». Il ôta son chapeau melon et les accueillit avec un sourire, tendant la main pour une poignée de main.

« E-Eh, heu, c’est aussi un plaisir de vous rencontrer, » déclara Ikki.

« Ah, oui ! Bonjour... ! » déclara Stella.

Ikki et Stella avaient nerveusement répondu à la salutation, mais ne pouvaient pas cacher leurs inquiétudes et ils commencèrent alors à murmurer entre eux.

« H-Hey Ikki attend, qu’est-ce que cela signifie ? » demanda Stella en murmurant.

« Heu ! Ceci aussi me trouble, tu sais, » répondit Ikki lui aussi en murmurant.

Tous deux avaient pensé qu’Arisuin était une fille. Mais peu importe la façon dont ils le regardaient, ceci n’était pas vrai. Il était peut-être un peu mince pour un homme, mais pas assez pour le prendre pour une femme. Et en plus, il était plus grand qu’Ikki, probablement, passé les 180 centimètres.

« Son discours et ses gestes sont ceux d’une femme, non ? C’est une blague ? Dois-je en rire ? » demanda Stella.

« Je te dis que je ne peux pas répondre à ces questions, » répondit Ikki.

« Hahaha. Regarde, Shizuku, ils semblent tous deux hypnotisés par ma beauté, » déclara Arisuin.

« Quel genre de pensées positives avez-vous là !? » Stella et Ikki répliquèrent à l’unisson, puis Ikki se gratta le dos de sa tête.

« Heu ! Alice-san ? » demanda Ikki.

« Vous ne devez pas utiliser le “-san”. Je suis mauvais avec les formalités, » déclara Arisuin.

« Alors, Alice... êtes-vous, heu... un Okama [2] ? » demanda Ikki.

« Pas du tout. Je suis juste une jeune fille née dans le corps d’un homme, » répondit Arisuin.

« Q-Quelle est la différence, Stella... !? » demanda Ikki.

« Ne commence pas à me le demander ! » répliqua Stella.,

En regardant les deux qui étaient manifestement mal à l’aise, Shizuku parla. « Est-ce vraiment compliqué pour vous ? »

Comme leurs confusions étaient clairement visibles, Ikki se gratta maladroitement la joue.

« Aha, haha. Eh bien, je savais que des gens comme cela existaient, mais ceci est ma première rencontre avec l’un d’eux et je ne suis pas sûr de savoir comment parler avec eux, donc... désolé, » déclara Ikki.

« Oh, vous n’êtes pas obligé de présenter des excuses. Je suis habitué à cela. Mais Shizuku n’a pas été dérangée du tout, » répondit Arisuin.

Shizuku regarda d’un côté. « C’est parce que je ne me soucie pas vraiment du sexe des autres ―. »

Ikki fut profondément ému par la facilité de Shizuku qui avait déclaré si facilement qu’elle n’avait pas de problème avec Arisuin. Alors que lui ne pouvait pas cacher sa propre stupéfaction d’avoir rencontré quelqu’un du genre Okama.

Je n’ai pas vu Shizuku depuis si longtemps, mais elle a certainement beaucoup mûri. Pensa-t-il.

Avoir un cœur pour permettre des choses qui vont à l’encontre des valeurs communes, c’était quelque chose qu’il avait besoin d’apprendre.

« Peu importe si ce sont des hommes ou des femmes, je n’aime tout simplement pas les humains en général, » annonça Shizuku.

Louanges rétractées. S’il vous plaît, que quelqu’un trouve de la colle pour réparer le cœur éclaté de sa sœur.

« Eh bien, Alice n’est pas une personne du genre qu’on rencontre tous les jours, mais comme il se considère comme une femme alors je fais de même ! Vous deux, Onii-sama et Stella-san, si vous le pouvez, s’il vous plaît, pensez à elle aussi comme une femme et traitez-la ainsi. » déclara Shizuku.

« Je vais essayer de mon mieux, » déclara Ikki.

« Je vous remercie, mais vous ne devez pas vous forcer. Je déteste faire des choses étranges, vous savez, » déclara Arisuin.

Arisuin était assez poli en leur donnant une voie d’évacuation comme celle-là.

« Quoi qu’il en soit, cela signifie que tout le monde est réuni. Nous devrions donc partir pour le cinéma, » déclara Arisuin.

Ikki hocha la tête. « C’est vrai. Rester debout ici serait ennuyeux. »

« Onii-sama, il reste un peu de temps avant que le film commence, alors prenons notre temps, » annonça Shizuku.

Shizuku proposa ceci après avoir regardé sa montre, puis elle enlaça le bras d’Ikki comme si cela était tout à fait naturel. C’était une manière de marcher avec Ikki qu’elle faisait souvent quand ils étaient enfants.

« Wow ! » s’exclama Ikki.

Ikki sursauta. Sa détermination durcie était déjà sur le point de se rompre et franchement la possibilité que Shizuku l’ensorcelle encore aujourd’hui était forte. Il voulait s’éloigner d’elle, mais...

« Mmm, ceci fait bien longtemps depuis la dernière que nous avons marché comme cela, n’est-ce pas Onii-sama ? » demanda Shizuku.

« Eh, o-oui. C’est... vrai, » répondit Ikki.

Il ne pouvait rien dire quand Shizuku souriait d’un air si heureux, surtout quand cela lui rappelait le passé. Shizuku aspirait à son amour en tant que sœur. Elle voulait juste se tenir à ses côtés comme dans le passé. Mais il ne pouvait pas la voir comme sa sœur dans des moments comme ceux-là. Son cœur était trop excité.

Mais même si Shizuku ne voulait rien de plus, il n’y avait aucun moyen que Stella puisse laisser passer cela tranquillement. Elle se plaça alors brusquement entre eux.

« Hé ! Que pensez-vous que vous faites si soudainement ? » demanda Stella.

« Qu’est-ce ? Ceci est juste un simple contact [3] entre frère et sœur. Par le passé, nous l’avons souvent utilisé pour marcher côte à côte, » répondit Shizuku Kurogane.

« Ah, heu. Hahaha, c’est vrai, » déclara Ikki.

« A-Alors, moi aussi ―, » déclara Stella.

« Je pensais bien que vous diriez ceci, alors j’ai préparé quelque chose pour vous. Voici, une laisse. S’il vous plaît, utilisez-la pour profiter au maximum du contact d’un esclave avec son maître, » annonça Shizuku.

« Oh, comment pouvez-vous réfléchir ainsi ? Dans ces moments-là, est-ce que votre esprit est tordu !? » demanda Stella.

« Mais marcher aux côtés de votre maître manque de décence, n’est-ce pas. Vous aviez dit que vous m’aviez parlé d’un ton brusque seulement parce que vous êtes l’esclave d’Onii-sama, mais est-ce que vous honorez cette relation correctement ? Je pense que je vois, en ce moment, la vraie princesse Vermillion, » déclara Shizuku.

« Heu ―, » balbutia Stella.

« Non, ceci me va. Si vous voulez tenir la main d’Onii-sama alors vous devriez juste le faire ? C’est correct, car après tout, il possède deux mains. Mais vouloir le faire avec une personne du sexe opposé qui n’est même pas de votre famille, avez-vous des sentiments spéciaux pour lui ? Se pourrait-il que Stella-san soit... d’Onii-sama ― ? » demanda Shizuku.

« II-Il n’y a rien de tout cela ! J’ai simplement perdu un duel avec lui et je suis devenue son esclave, voilà tout ! Telle est notre relation ―, » déclara Stella.

« Donc, il n’y a aucune raison pour vous de lui tenir la main, n’est-ce pas ? » demanda Shizuku.

Et Stella fut très frustrée à la suite de cela.

« Grrr... ! » s’écria Stella.

« Allons-y, Onii-sama ? » demanda Shizuku.

« O-Oui..., » déclara Ikki.

« ... Qu’est-il arrivé à tout ce qui ne devait pas être captivé, sis-con. Pervers..., » s’écria Stella.

Ikki marchait sur la route avec Shizuku à son bras, tandis que les malédictions de Stella martelaient, à plusieurs reprises, son dos. Comment pourrions-nous passer la journée en paix avec ces deux-là ?

Ce fut le début d’une journée, qui restera longtemps dans leurs souvenirs avec un certain malaise.

Notes

  • 1 : Visual kei : Un style de mode qui est associé à des musiciens japonais de sexe masculin de certains genres de rock et de musique pop. Il combine généralement le maquillage flamboyant, les coiffures et les tenues leur donnant une apparence androgyne.
  • 2 : Okama : un travesti ou un homosexuel. Le terme est également utilisé pour décrire un homme efféminé.
  • 3 : Contact : En anglais « skinship ». Représente l’acte d’approfondir ou de renforcer une relation personnelle étroite en se livrant à un contact intime peau à peau.

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire