Que ces champs de bataille de plomb ne laissent aucune trace – Tome 2 – Chapitre 3 – Partie 5

***

Chapitre 3 : Les blessures que l’on porte

Partie 5

« Écoutez, Air, je ne devrais pas avoir à vous dire quoi faire au cas où les choses tourneraient mal. Si vous ne pouvez pas vous échapper de la montagne et que vous devez choisir entre votre survie et celle de Rain, je veux que vous le tuiez. »

« Kh — . »

« Je le dis vraiment en dernier recours. Évidemment, nous voulons que vous reveniez tous les deux vivants. Cependant, si ce n’est pas possible, je veux que vous surviviez au moins. Si vous hésitez, vous finirez par faire le mauvais choix. »

« Vous pensez que je ferais des erreurs ? C’est plutôt présomptueux… »

« Air. » Kreis lui avait coupé la parole. « Rain a une forte volonté. Si son sacrifice peut faire pencher la guerre en notre faveur, il le fera. Parfois, la façon d’honorer une personne est de laisser sa vie avoir un sens, même si cela signifie la prendre. Vous devez effacer qui vous devez, peu importe qui c’est. »

Une seule pensée avait traversé l’esprit d’Air à ces mots.

Je pourrais effacer… Rain ?

La définition d’Air de l’effacement de quelqu’un était plus littérale que celle de la plupart des gens.

Si j’utilise la balle du diable…

Que se passerait-il si elle tirait sur Rain avec ? La logique derrière ça semblait assez simple. Toute cette situation ne se serait probablement pas produite sans Rain. Peut-être qu’ils auraient défendu correctement la seconde génération d’Exelia.

Bien sûr, Kreis ne connaissait pas la Balle du Diable, donc elle ne pouvait pas le penser. Elle voulait qu’Air tue Rain dans un sens normal et ordinaire. Cependant, ses mots sonnaient différemment aux oreilles d’Air. L’acte d’effacer quelqu’un avait une double signification. Effacer sa vie… et son existence tout court. Faire cela à Rain aurait pu conduire à un meilleur avenir.

« Eh bien, en fin de compte, le choix de la façon de gérer Rain vous revient… La seule chose que je puisse faire est de vous donner des conseils et d’essayer de vous guider vers la meilleure option. Quelle que soit votre décision, je l’accepterai. »

C’est à Air de faire le choix. Laisserait-elle Rain vivre ou donnerait-elle la priorité à la mission et l’effacerait-elle ? Kreis avait donné son avis, mais seule Air avait le droit de décider.

« C’est tout ce que j’ai comme information pour vous pour le moment. Si de nouveaux éléments apparaissent, je vous recontacterai. »

« … »

« Je compte sur vous, Air. Peu importe ce que vous choisissez. »

Kreis avait enfin coupé la transmission, et le silence s’était installé dans la grotte.

+

L’instant d’après, Deadrim avait hoché la tête et la tension avait disparu.

« Ngh... »

« Cette situation est mauvaise pour vous aussi, n’est-ce pas ? » demanda Deadrim. Puis elle laissa échapper le souffle qu’elle avait retenu et éloigna l’épée d’Air. Son intensité meurtrière diminua, et elle reprit sa position et s’accroupit près d’Isuna.

« Vous… »

« Ne me regardez pas comme ça, » dit sèchement Deadrim. « Vous comprenez pourquoi je n’aime pas que vous contactiez votre peuple en secret, n’est-ce pas ? »

« Bien sûr, mais ça ne change rien au fait que vous n’avez pas tenu votre promesse de coopérer. »

C’était un problème de confiance. Certes, ils venaient de pays rivaux, et leur coopération n’était que temporaire. Ils savaient tous deux qu’ils finiraient par redevenir des ennemis. Cependant, cela ne signifiait pas que l’un d’entre eux pouvait rompre sa promesse aussi facilement alors qu’ils voyageaient encore ensemble. Deadrim avait contrarié Air alors qu’ils avaient besoin de ce minimum de confiance pour coopérer.

Deadrim…

Elle comprenait clairement ce que signifiait perdre la confiance de l’autre partie dans cette situation. Et pourtant, elle avait donné la priorité à l’obtention de plus d’informations de la part d’Air. Elle savait à quel point il était dangereux qu’un seul côté reçoive des informations, elle avait donc immédiatement jugé que briser leur confiance était le moindre des deux maux.

Elle n’avait pas pris une décision imprudente. Plutôt le contraire, en fait. Elle avait choisi le moment parfait pour rejeter la confiance afin d’assurer sa survie. Franchement, sa grande expérience et son ingéniosité ne convenaient pas à une jeune recrue.

… Qui est-elle au juste ?

Le comportement de Deadrim était franchement bizarre. Alors qu’elle considérait les choix de la fille en noir jusqu’à présent, Air sentit un frisson lui parcourir l’échine.

« Ne vous inquiétez pas, » dit Deadrim, rencontrant le regard suspicieux d’Air avec des yeux froids. « Je ne vous demanderai pas de me pardonner ou de faire comme si rien ne s’était passé et de me traiter comme avant. J’ai enfreint les règles, donc je ne mérite aucun pardon. En fait, je devrais être puni pour ce que j’ai fait, donc je vous cède toutes nos armes à feu. »

Deadrim retira l’étui de son pistolet et le jeta à Air. Elle fit ensuite de même avec les deux fusils d’Isuna. Les armes avaient roulé sur le sol de la grotte. Elle venait de leur remettre leurs armes — probablement la pire chose qu’elle aurait pu faire dans cette situation.

« Nous ne portons pas d’autres armes. Vous pouvez les casser, les jeter, ou les utiliser vous-même. Ils sont à vous et vous pouvez en faire ce que vous voulez. »

« … »

« Laissez-moi dire ceci, pour ce que ça vaut. Je suis désolée, Air. Mais nous sommes désespérés. »

Deadrim avait mis fin à la conversation, laissant tout le reste à l’appréciation d’Air. Dans la plupart des circonstances, abandonner toutes ses armes à feu signifiait une reddition inconditionnelle. Et pour les mages, qui utilisaient les balles magiques comme arme principale, perdre leurs armes était équivalent à perdre des membres.

Dans toute autre situation, Air aurait abattu Deadrim et Isuna, mais elle avait hésité.

Prendre une vie n’était jamais justifié, quoi qu’il arrive. La guerre ne faisait pas exception à la règle, c’était toujours un acte maléfique. Mais lorsque choisir d’épargner la vie d’un autre signifiait sacrifier la sienne, les choses changeaient. Air savait parfaitement qu’en y réfléchissant à deux fois, elle risquait de mourir.

Et pourtant, elle ne pouvait pas le faire. Elle ne pouvait pas les tuer. Pas par sympathie, mais par peur. Oui, l’ennemi avait remis ses armes à feu, ce qui donnait l’avantage à Air dans la bataille. Mais d’une autre manière…

Je ne peux pas prendre le risque… !

… Deadrim avait essentiellement dit que ça ne la dérangeait pas de perdre ses armes à feu.

Elle a un moyen de se battre sans eux…

Deadrim avait une personnalité plutôt simple. À première vue, tout ce qu’elle faisait semblait irréfléchi, mais elle réfléchissait toujours à ses actions. Quelqu’un de vraiment irréfléchi lui aurait-il remis ses armes ? Se serait-elle sincèrement excusée pour ce qu’elle a fait ?

Quelqu’un accablé par ces émotions ne serait pas sur ce champ de bataille. Je vois… C’est son sabre…

Elle avait clairement une confiance absolue et inébranlable dans sa lame. Elle savait que c’était plus que suffisant pour éliminer ses ennemis.

« … Je vais laisser tomber, juste pour cette fois. »

« Merci. »

« Mais je vous préviens, il n’y aura pas de prochaines fois. »

Ce bref échange fut tout ce qu’elles dirent sur le sujet. Un instant plus tard, Air avait saisi les armes à feu que Deadrim lui avait remises et les avait jetées hors de la grotte.

+

Une heure plus tard…

La neige ne cesse de tomber.

Air avait regardé dehors. Les chutes de neige étaient encore assez intenses pour tout blanchir, alors ils étaient restés tous les quatre sur place.

On ne va pas geler, mais c’est quand même mauvais.

Normalement, ils auraient dû geler à des températures aussi basses, mais le moteur de l’Exelia gardait la petite grotte au chaud. En fait, ils se sentaient même en sueur étant donné l’étroitesse de l’endroit.

Ils avaient assez de rations pour se nourrir pendant cinq jours, et le fait de pouvoir faire fondre la glace et la neige signifiait qu’ils ne manquaient pas non plus d’eau potable à boire. Et donc, une seule chose préoccupait vraiment Air.

« Rain. »

« … Hein ? »

« J’ai fait fondre de la neige. Tu as soif ? »

« … Un peu. »

Air versa un peu d’eau dans le couvercle de sa gamelle et la tendit à Rain, qui se reposait sur le sol de la grotte. Après avoir bu trois gorgées, Rain avait remis le couvercle et s’était affalé. Puis il se raidit et haleta fortement.

Rain…

Sa blessure s’était visiblement aggravée par rapport à quelques heures auparavant. Il était resté conscient, mais sa capacité à bouger et à agir par lui-même s’était rapidement détériorée. Et la cause semblait plutôt évidente. Air avait temporairement arrêté l’hémorragie, mais ce n’était pas une vraie solution. La vie de Rain diminuait à chaque instant. Ainsi, avec cette pensée en tête, Air avait jeté un coup d’œil furtif au visage de Rain pour vérifier son état.

Que dois-je faire maintenant… ?

Apparemment, il s’était endormi. Son front dégoulinait de sueur, probablement à cause de la douleur intense, et son souffle était irrégulier.

Rain semblait inconscient et sans défense, donc lui tirer dessus serait un jeu d’enfant. Tout ce qu’elle avait à faire était d’ouvrir la chambre de son arme, d’y mettre une balle, de viser sa tête et d’appuyer sur la gâchette. C’était tout ce qu’il fallait.

La main d’Air avait serré sa poitrine, où reposaient l’émetteur-récepteur et plusieurs balles d’argent.

Si je peux juste… utiliser ça…

Si elle utilisait la balle du diable sur Rain, elle échapperait au danger. Air avait serré son pouvoir diabolique, la balle d’argent, sur ses vêtements. Mais à ce moment précis…

« Yikes, ça n’a pas l’air bon. »

« Ah… ! »

… Deadrim avait parlé, ce qui a fait sursauter Air, surprise.

« Oh, vous l’avez aussi vu, Air ? »

« Qu-Quoi, j’ai vu quoi !? »

« … Pourquoi paniquez-vous ? » demanda Deadrim alors qu’Air se montrait plus maladroite qu’elle ne l’avait prévu. « Je veux dire dehors. Il y a une lumière dehors. »

Elle avait désigné l’entrée de la grotte.

Dehors… ?

Air avait vite compris ce que Deadrim voulait dire une fois qu’elle s’était calmée. Un Exelia bloquait l’entrée de la grotte, ce qui les empêchait de voir ce qui se passait à l’extérieur. Cependant, il y avait un petit espace sur lequel ils pouvaient se concentrer.

Au début, Air n’avait vu que du blanc, un champ de neige infinie. Mais après quelques secondes d’observation, elle avait remarqué quelque chose d’autre. Des lumières scintillaient de temps en temps au milieu du paysage de neige vide, à plusieurs centaines de mètres de distance. Elles ne pouvaient pas provenir d’une source naturelle, donc elles devaient être fabriquées par l’homme.

+

Air les compta rapidement et réalisa qu’ils étaient environ vingt. Ils ne se dirigeaient pas vers la grotte, mais vu la situation, une seule chose était logique.

« Une unité de l’armée en quelque sorte…, » conclut Deadrim.

« Quel genre… ? Qui les a envoyés ? » demanda Air.

« Il n’y a aucun moyen de savoir, » répondit Deadrim. « Il pourrait s’agir de forces occidentales à la recherche de moi ou de certains des vôtres. Mais d’après leur nombre, ce sont des forces armées. Un peloton. »

C’est logique. Il s’agissait probablement de soldats envoyés pour trouver la deuxième génération d’Exelia. Cependant, leur apparition soudaine avait troublé Air.

Ils sont arrivés trop vite…

Des soldats de l’Est ou de l’Ouest n’auraient pas pu les atteindre si rapidement. Kreis l’avait informée qu’il faudrait plus d’une journée à l’Est, c’est pourquoi Air avait décidé de fuir la montagne. Et cela s’appliquait aussi à Deadrim.

« C’est dommage, cependant » dit Deadrim. « Les militaires harborants n’auraient pas pu déjà arriver ici. »

« Oui, vous avez raison. »

« Y a-t-il une chance que ce soit des renforts de votre côté ? »

« J’en doute, » répondit Air honnêtement.

L’intuition d’Air lui avait dit qu’il était inutile de fournir de fausses informations.

Deadrim n’est pas la vraie menace en ce moment…

« Donc ce n’est pas non plus O’ltmenia. »

En d’autres termes, ils n’avaient aucune idée de qui avait envoyé cette force de frappe.

« Eh bien, la seule façon de le savoir est d’aller vérifier par nous-mêmes. Ils ont probablement été envoyés pour nous chercher, donc il y a de fortes chances qu’ils trouvent cet endroit si nous ne le faisons pas. »

Sur ce, Deadrim se leva et fit un signe de tête en direction d’Air, l’incitant à se joindre à eux. Les deux femmes allaient sortir et vérifier, sachant très bien que si la force à l’extérieur appartenait à l’un ou l’autre de leurs alliés, elles deviendraient ennemies.

Aucune d’entre elles ne l’avait dit à haute voix, mais leur motivation était la même. Si ce moment arrive, elles devaient s’assurer qu’aucun mal ne soit fait à leurs partenaires blessés.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire