Que ces champs de bataille de plomb ne laissent aucune trace – Tome 1 – Prologue

***

Prologue

Son Exelia avançait dans la boue, hurlant à chaque giclée de terre frappant la machine. Son moteur était rouge vif en raison de la surchauffe. Il ne pouvait cependant pas se permettre de ralentir, car il savait que dès que son véhicule s’arrêterait, il serait abattu.

En se retournant, il repéra quatre Exelias, à la pointe de la technologie qui le poursuivaient. Il s’agissait d’AT3 équipés de moteurs à haut rendement, un élément essentiel des troupes du pays ennemi.

Exelia est un terme générique désignant un petit véhicule blindé d’environ trois mètres de haut. De nouveaux modèles avaient été développés au fur et à mesure que la guerre l’exigeait, et à ce stade, ils dépassaient de loin la plupart des autres machines de guerre.

La vitesse maximale de son ancienne unité M4 était de trente miles par heure. Mais les nouveaux modèles de l’ennemi étaient beaucoup plus rapides, il savait donc qu’il n’avait aucune chance réelle de les semer. Ils avaient parcouru la distance en dix secondes seulement, puis ils avaient utilisé Balles Magiques afin de le couvrir de plomb.

Bon sang. Pourquoi est-ce arrivé ? Je pensais que nous, les cadets, serions en sécurité !

Les cadets devaient être maintenus en sécurité derrière les forces principales. C’est ainsi que cela leur avait été expliqué. Cependant — .

« Nng ! »

L’Exelia dans lequel il se trouvait avait alors explosé. Alors qu’il volait, le cadet, Rain, avait clairement vu le contrôleur de son unité, Athly, exploser en mille morceaux. Elle n’avait même pas crié quand sa vie s’était achevée. Et alors qu’il était recouvert des restes de sa camarade, Rain avait dévalé une falaise, prenant d’autres coups lors de la descente.

Bon sang… Pourquoi… ? Pourquoi est-ce arrivé ?

En regardant vers le bas, Rain avait vu un os cassé de sa jambe s’envoler au loin, et une douleur aiguë qui ne pouvait être que le héraut de la mort avait transpercé ses sens. Pourtant, malgré l’intense agonie, il releva lentement la tête.

C’est…

Il avait vu quelque chose d’assez inquiétant. Un Exelia noir se tenait dans une zone montagneuse à seulement cinq cents pieds de là. Un Exelia noir… Noir ?

Pas possible…

Il avait rapidement jeté un coup d’œil à travers la lunette de son arme, mais malheureusement, ses soupçons avaient été confirmés. Cette unité noire appartenait à un commandant ennemi très spécifique : le major Beluk. Il n’y avait aucune erreur sur ce visage gras. C’était Beluk le Boucher, un guerrier tristement célèbre du pays occidental qui n’hésitait même pas à abattre des civils et des enfants non armés. Il semblait être l’homme derrière cette attaque…

« Kh… » Rain avait gémi alors qu’il mettait de côté son fusil. Puis, après avoir fouillé sa poche de poitrine, il en sortit une unique balle d’argent. Cette balle à l’aspect particulier était quelque chose qu’il avait récupéré avant ça. Il en avait trouvé cinq qui traînaient et il avait décidé sans raison particulière de les prendre, mais par chance, il s’agissait des seules balles qui lui restaient, il n’avait donc pas d’autre choix que d’en utiliser une.

Il est à environ trois cents pieds…

Même avec les techniques connues sous le nom de Balle Magique pour l’assister, éliminer un ennemi aussi éloigné d’un seul coup serait tout un exploit. Mais — .

Je dois le tuer. Juste lui, si ce n’est rien d’autre. J’éliminerai le bâtard qui a tué Athly…

Vu les circonstances, Rain savait que ses chances de survie étaient minces — c’est pourquoi il refusait de mourir sans au moins venger sa camarade tombée au combat.

Rain avait un rituel, une sorte de prière. Il confirmait toujours l’heure sur sa montre de poche avant de tirer, espérant confirmer avec précision le moment exact où il mettrait fin à la vie de sa cible…

Il était exactement 14 heures.

Très bien.

Après avoir pris une dizaine de secondes pour ajuster sa visée, il appuya sur la gâchette. Peu de temps après, une fleur cramoisie avait germé au loin.

Il l’avait fait. Et grâce à sa lunette de visée, il avait confirmé la vision de la tête de Beluk qui avait explosé. Je l’ai eu. Cependant, juste au moment où la pensée lui traversait l’esprit —

« Ah… »

— le monde avait changé.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre.
    Difficile d'imaginer ce qu'il se passe car on sait pas ce qu'est un Exelia, à part que c'est un véhicule de 3m de haut qui peut se déplacer à 50km/h...

Laisser un commentaire