Que ces champs de bataille de plomb ne laissent aucune trace – Tome 1 – Chapitre 4 – Partie 1

***

Chapitre 4 : La vie à l’académie

Partie 1

La balle d’argent — tous ceux qu’elle avait frappés avaient disparu et n’avaient laissé aucune trace. Toutes leurs réalisations, toutes les contributions et les changements qu’ils avaient apportés au monde avaient ainsi été effacés de l’histoire. Tirer sur la mère d’un héros annulerait la naissance de ce héros. En tirant sur l’inventeur d’une arme, le monde deviendrait un endroit où cette arme n’aurait jamais existé.

Reprogrammation. C’est ainsi qu’Air appelait ces changements dans l’histoire. Et depuis qu’il avait acquis ce pouvoir, Rain l’avait utilisé pour mettre fin à la vie de ceux qui avaient laissé la mort et la destruction dans leur sillage. Il avait abattu des généraux qui avaient mené de grands massacres, changeant ainsi le tissu même du monde.

Pour ce jeune homme faible, cette balle était à la fois une catastrophe et un salut.

Je peux changer les choses. Je peux tout changer…

Il avait acquis un pouvoir qui lui permettait de remodeler le monde comme il l’entendait, de mettre fin à la guerre.

« … »

Alors que Rain traversait la cour de l’Académie Alestra, la douille de la balle d’argent pesait lourdement dans sa main. L’enveloppe de munitions presque transparente portait le nom de la personne dont elle avait revendiqué la vie gravée sur sa surface.

Cette trace de l’existence de quelqu’un ne pourrait jamais être révélée. Le véritable pouvoir de la balle d’argent ne pouvait pas être révélé. Pas même à Athly, la partenaire à qui il avait confié sa vie sur le champ de bataille.

Personne ne doit connaître mon secret…

Athly… C’était une étudiante assez particulière et une conductrice d’Exelia qui avaient rejoint le régiment d’entraînement de l’Académie Alestra à peu près en même temps que Rain. Elle était fondamentalement une personne capricieuse, mais quand il était temps de se battre, elle traversait les zones de guerre avec des techniques d’opération transcendantes.

Et même en mettant de côté leur relation sur le champ de bataille, elle avait été pour lui une amie irremplaçable depuis leur première rencontre. Et c’est exactement pour cela qu’il devait maintenir leur relation, tout en continuant à utiliser la balle.

Rain avait senti son cœur battre dans sa poitrine alors qu’il tenait la balle du diable. Il savait que si quelqu’un apprenait son nouveau pouvoir, il était comme mort. Et bien qu’il semblait préparé à cette pression, quand il avait tenu la balle, sa main avait tremblé. Des frissons le parcouraient, il était terrifié. Mais il ne pouvait pas se permettre de lâcher prise.

Peu importe ce que je dois sacrifier…

Et juste au moment où cette pensée lui traversait l’esprit, il rencontra quelqu’un d’inattendu.

« Ah… »

Il tenait la balle dans sa main, marchant dans le couloir ouest, lorsqu’il était tombé sur Athly parmi une foule de personnes rassemblées juste à l’extérieur du couloir.

« Athly. »

« Oh, hey, Rain. »

« Que fais-tu ici ? Ce n’est pas près de nos salles de classe, » demanda Rain.

Les étudiants de troisième année avaient leurs cours dans le couloir est, elle n’avait donc aucune raison de se trouver du côté ouest du bâtiment. Cependant, il semblait qu’Athly n’était pas seule. Il y avait une trentaine d’étudiants réunis, dont certains étaient leurs camarades de classe.

« Je ne suis que l’un des spectateurs. On dirait qu’il y a quelqu’un de spécial dans la classe là-bas, » déclara Athly.

« Dans la salle de classe ? » demanda Rain.

Rain se plaça sur la pointe des pieds pour regarder la foule et, heureusement, il avait pu jeter un coup d’œil à la personne dans la classe. C’était une fille argentée et solitaire.

*

C’était Air, pour être précis.

*

« Bwah !? »

« Whoa, quel est ton problème ? » demanda Athly.

Cette vue avait stupéfié Rain. Il se retourna vers la salle de classe, encore et encore, priant pour avoir mal vu, mais ce regard distinctif n’était pas faux. C’était la fille fantôme… Air.

« Ah, aaaaaah !? »

« Allez, dis-moi ce qui ne va pas ! Qu’est-ce qu’il y a là-dedans ? » demanda Athly.

Air était vêtue de l’uniforme de l’Académie Alestra, mais cela ne rendait pas la situation moins confuse. La foule d’étudiants qui couinaient l’avait entourée, ce qui remplissait Rain de terreur. Malheureusement, la récréation s’était terminée juste au moment où l’idée de faire quelque chose lui avait traversé l’esprit. Rain avait donc dû retourner dans sa propre classe, où il avait passé la leçon suivante à s’agiter.

Quoi ? L’enfer. Qu’est-ce qu’elle fait ici ?

Pourquoi Air était-elle là ? Peu importe ses réflexions, aucune raison rationnelle ne lui venait à l’esprit.

*

Deux heures avaient passé.

« Je m’en vais ! » déclara Athly.

« Calme-toi ! » déclara Rain.

« Aïe ! »

Rain lui avait touché la jambe, faisant trébucher Athly alors qu’elle sortait de la classe en faisant son jogging.

« Qu’est-ce que tu fais, imbécile ? Je me suis écrasé le nez par terre à cause de toi ! » s’écria Athly.

« Où vas-tu ? » demanda Rain.

« Comment ça, où ? » demanda Athly.

Athly s’était remise sur pied, apparemment pas si furieuse que ça de voir Rain la faire trébucher.

« Pour voir l’étudiante transférée, bien sûr ! » déclara Athly.

« … Alors heureusement que je t’ai arrêtée, » déclara Rain.

« Oh, allez, tout le monde parle d’elle ! Pourquoi ne pas te joindre à la fête ? » demanda Athly.

« Quel plaisir ? Écoute, reste tranquille pour l’instant, d’accord ? » déclara Rain.

« Hein ? Quoi ? Pourquoi ? » demanda Athly.

« Ne demande pas pourquoi…, » répondit Rain.

Il ne voulait pas qu’Athly soit impliquée avec Air. Rain voulait à tout prix protéger sa partenaire.

Merde, je ne m’attendais pas à ça. Il faut que je trouve quelque chose…

Mais que pouvait-il faire ? Rain était terriblement confus.

C’était leur pause de midi. C’était la deuxième pause depuis le transfert d’Air dans la classe de deuxième année. Rain avait essayé d’aller la voir, mais elle était constamment entourée d’un troupeau d’étudiantes, qui ne représentaient que 10 % des étudiants de l’Académie Alestra.

À cause des cris des filles, Rain n’avait pas vraiment pu saisir ses motivations. Il n’avait pas pu se rapprocher d’elle, et n’avait donc pas non plus eu l’occasion de l’interroger.

Pourquoi est-elle ici ?

Rain voulait désespérément connaître la réponse à cette question. Pourtant, quelles que soient ses raisons, elle n’était pas la bienvenue à ses yeux.

Pourquoi te laisses-tu attirer autant d’attention ?

Air était déjà devenue une célébrité dans l’école. Rain avait entendu que tous les élèves de sa classe, ainsi que toutes les personnes présentes dans le hall, répandaient des rumeurs sur la mystérieuse nouvelle élève transférée. Ce matin-là, l’Académie Alestra était en pleine discussion à son sujet.

« Qui est cette fille ? »

C’était la question à laquelle chaque étudiant mourait d’envie de trouver une réponse. Et dans l’esprit de Rain, c’était une mauvaise nouvelle. Ce n’était pas une fille normale, après tout. C’était un fantôme qui avait été ressuscité par la magie, un être qui n’existait que dans les feux de la guerre. Il ne voyait pas ce qu’elle avait à gagner à se distinguer parmi une bande de cadets.

Je suppose qu’elle est assez capricieuse… Est-ce qu’elle fait ça juste pour s’amuser ? C’est quand même un peu trop.

La logique d’Air n’avait pas vraiment d’importance, puisque le principal problème était qu’elle faisait le contraire de faire profil bas. Ses cheveux étaient argentés et ses traits de visage étaient adorables, il n’était donc pas du tout étrange que les étudiants veuillent la connaître. Toute cette situation avait frustré Rain.

« Elle est un peu étrange, n’est-ce pas ? » déclara Athly, qui avait passé tous ses moments libres à rassembler des informations sur la mystérieuse étudiante de transfert.

« Étrange ? » demanda Rain.

« Oui. Les gens lui ont proposé de lui faire visiter l’école, mais elle a refusé de quitter la classe. Elle y est même restée pendant le déjeuner, comme si elle attendait quelqu’un, » déclara Athly.

Attendait… ?

Les gens avaient déjà supposé qu’elle attendait quelqu’un.

… C’est mauvais. Mais à quoi pense-t-elle ? Même ma meilleure supposition ne semble pas suffisante.

Plus il y pensait, plus il devenait curieux.

« Une seule façon de le savoir…, » déclara Rain.

Rain avait décidé d’aller voir Air, avec une Athly pleurnicharde qui le suivait tout le temps. Leur destination était la classe de deuxième année. Et une fois arrivés, ils avaient remarqué que la pause déjeuner avait épaissi la foule autour du bureau de la jeune fille.

Rain s’était penché pour écouter ce que la jeune fille brusque et distante disait à tout le monde, mais…

*

« Whoa, qu’est-ce que c’est ? C’est un délice ! »

*

« … »

Hein ?

« N’est-ce pas, Airy !? Il y a une ferme juste à côté qui donne toujours des fruits frais gratuits aux étudiants. »

« Wooow, tu peux manger des pommes aussi délicieuses tous les jours !? »

« Viens, Airy. Tu veux du raisin ? »

« Yay, du raisin ! »

« Tu aimes vraiment la nourriture sucrée, hein ? »

« Il… il… il. Seulement parce que je ne mange pas souvent des trucs sucrés. Merci ! »

« … Qui est-ce, bon sang ? »

« Euh, la mystérieuse étudiante transférée, duh ! »

« Non, ce n’est pas ce que je veux dire, » Rain avait réprimandé Athly. « Je demande qui est cette fille aux cheveux argentés qui attire toute l’attention ! »

« Et je viens de te donner la réponse…, » marmonna Athly en agitant les sourcils dans la confusion.

« Ce n’est pas possible. Je veux dire, elle est toujours…, » déclara Rain.

« Toujours ? » demanda Athly.

« Non, je veux dire… » La phrase de Rain s’éloigna en jetant un coup d’œil à la fille qui grignotait joyeusement une pomme.

« Est-ce que… euh, l’étudiante aux cheveux argentés a toujours été comme ça ? » demanda Rain.

Il devait savoir. Qui était-elle exactement ?

« Que veux-tu dire par “toujours” ? Elle vient littéralement de commencer aujourd’hui ! Quoi qu’il en soit, d’après ce que j’ai entendu, elle est très amicale. Elle écoute toujours, donne des réponses attentionnées, et elle est tout sourire. Tout le monde est déjà en adoration pour elle, » déclara Athly.

Les choses avaient progressivement perdu de leur sens pour Rain, dont les descriptions s’empilaient du côté d’Athly. Il n’avait pas remarqué ce matin, mais peut-être qu’Air lui avait cogné la tête ou quelque chose comme ça. Soit ça, soit elle était en train de réaliser la performance du siècle, puisqu’elle n’était pas du tout comme d’habitude.

Elle n’avait presque pas souri chaque fois qu’ils s’étaient rencontrés, mais elle était si gentille avec les gens autour d’elle qu’ils se transformaient en bouillie. Et parce qu’elle était si mignonne, elle était aussi efficace sur les filles que sur les garçons.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire