Que ces champs de bataille de plomb ne laissent aucune trace – Tome 1 – Chapitre 2 – Partie 4

***

Chapitre 2 : Fantôme « Air »

Partie 4

Leur Exelia était garé à côté d’eux. Et là, assise sur le fuselage, se trouvait une jeune fille argentée avec deux gros fusils attachés à son dos.

« Il semble que nous soyons assez loin des lignes de front, » commenta Air. « Eh bien, je suppose que tout s’est passé comme prévu. » La fille avait regardé autour d’elle avec joie. « Normalement, tu devrais contacter le quartier général de l’Est dans cette situation, mais je n’ai jamais été du genre à me lancer tête baissée dans quoi que ce soit, et attendre que nous recevions de nouvelles instructions est… Ah ! »

« Toutes les forces de l’Est, ordres reçus. »

Et c’était parce qu’elle avait été surprise par les ordres transmis par radio.

« Nos ennemis battent en retraite. La victoire est à nous. Cependant, certains détails de la situation ne sont toujours pas clairs. Les codes 3 à 21 doivent rester sur la ligne de front. Tous les cadets doivent terminer les hostilités et retourner à la base. »

— Nos ennemis battent en retraite.

— Victoire.

— Tous les cadets doivent conclure les hostilités.

Il semblerait que la bataille touchait à sa fin. Le raid de nuit était terminé.

Est-ce que j’ai… mis fin à tout ça ?

Le monde avait changé…

C’est absurde…

« Vraiment ? C’est tellement ennuyeux. » Air semblait contrariée en entendant l’ordre de retraite. « Je savais que j’avais choisi la bonne personne à effacer, mais c’est plutôt ennuyeux quand les choses se passent aussi bien. L’état de l’Ouest est-il si précaire qu’il suffit de retirer une unité pour renverser la vapeur ? Ou sont-ils juste un groupe de prudents ? Je me demande même quel était le but de cette opération… Quelque chose ne va pas. »

La jeune fille argentée se chuchota à elle-même, mais Rain avait compris qu’elle disait qu’elle avait organisé toute cette situation. C’était parfaitement logique, car c’était elle qui avait choisi la cible de Rain plus tôt.

« Argh, qu’est-ce qui se passe ? Toi…, » demanda Rain.

« Hmm ? »

« Qui diable es-tu… ? Rien de tout cela n’a de sens ! » déclara Rain.

« Franchement, tu me demandes encore ça ? Combien de fois dois-je te le dire ? » répondit Air alors que le vent de la nuit passait à travers ses jolis cheveux d’argent. « Je suis Air, un fantôme. »

Fantôme…

« Et je suis aussi le propriétaire légitime de la balle du diable que tu possèdes, » déclara Air.

La balle du diable…

« Qu’entends-tu exactement par “fantôme” ? » demanda Rain.

« Une personne morte, » répondit Air.

Rain le savait déjà. Le mot « fantôme » était assez courant, après tout. Mais il ne comprenait pas pourquoi la fille se décrivait comme telle.

Voulait-elle dire qu’elle était l’esprit d’une personne décédée ? Cette description ne correspondait pas à la fille qui se trouvait devant lui, car elle semblait trop corporelle. Air se tenait au-dessus de l’Exelia, forçant Rain à la regarder, mais peu importe à quel point il regardait, il ne trouvait aucun indice de sa mort ou de sa transparence.

« Quoi? Essaies-tu de dire… que tu n’es pas humaine ? » demanda Rain.

« Je ne sais pas quelle est ta définition de l’humain, mais j’ai toujours mes jambes, » répondit Air.

« Tes jambes? » demanda Rain, ne comprenant rien.

« N’est-ce pas ce qu’on dit à l’Ouest ? Que les morts n’ont pas de jambes, » déclara Air.

« Hein ? »

« Tu vois ? » déclara Air en remontant sa jupe.

« Mgh ! »

 

 

« Ha-ha-ha-ha ! Qu’est-ce que tu as ? Je sais que tu es un cadet, mais tu es toujours un soldat. Je ne pensais pas que tu serais aussi timide ! » Air gloussa en le taquinant. Elle riait à ses dépens.

« Arrête de te moquer de moi ! » déclara Rain.

« Je dois dire que ce rougissement sur les joues n’est pas très intimidant, » déclara Air.

La jeune fille le regardait de haut en bas quand elle était passée d’un rire franc à un sourire suffisant. Cette attitude hautaine ne correspondait pas vraiment à son apparence féminine, mais elle semblait tout de même avoir un côté méchant.

Cette petite… !

Elle avait un air insaisissable, et son apparence semblait éloignée de la réalité. Au lieu de l’innocence d’un enfant, elle portait un sentiment de calme imperturbable qui provenait de l’expérience accumulée.

Et elle avait certainement plus d’expérience de la vie que lui… un fait qui n’était que trop évident vu la façon dont Rain avait réagi quand Air avait remonté sa jupe.

« Ne me regarde pas de haut, bon sang ! » s’exclamait Rain en levant le regard vers la jeune fille.

« Prends-en une autre, » dit Air en le montrant une seconde fois, en retournant sa jupe.

« Gah ! »

Cette fois-ci, Rain avait eu un aperçu clair de sa culotte.

« Ha-ha-ha-ha ! Tu l’as entendu ? Tu as vraiment fait un “Gah” ! Qui fait ce genre de bruits ? Ha-ha-ha ! » déclara Air.

« … Je t’ai dit d’arrêter de me faire chier ! Écoute, j’essaie d’avoir une conversation sérieuse avec toi, » déclara Rain.

« Je t’en prie. Si tu es aussi immature, alors c’est toi qui ne prends pas les choses au sérieux, » déclara la jeune fille alors que ses rires étaient remplacés par un regard beaucoup plus intense.

Argh…

Un frisson avait traversé Rain, et il avait eu la chair de poule. C’était un avertissement inquiétant que cette fille, Air, était loin d’être ordinaire. Et en voyant la réaction de Rain, elle expira de manière audible.

« Permets-moi donc de te poser une question au cas où. Sais-tu quelque chose sur la guerre entre l’Est et l’Ouest d’il y a cent ans ? » demanda Air.

« Hein ? »

Pourquoi demande-t-elle cela ?

« Il y a cent ans… Veux-tu parler de la première guerre ? » demanda Rain.

« Oui, celle-là, » répondit Air.

Le ton qu’elle avait adopté laissait entendre qu’elle ne s’attendait pas à ce que quelqu’un se souvienne de ce qui s’était passé. C’était la source du conflit actuel, donc les événements qui s’étaient produits étaient enseignés dans les cours d’histoire. Cependant, comme les affaires politiques et l’armement étaient si différents à l’époque, ses professeurs n’entraient jamais trop dans les détails.

Il y a cent ans…

« Comment saurais-je exactement ce qui s’est passé ? » demanda Rain.

« Il semble que les enfants de cet âge soient beaucoup plus analphabètes que je ne le pensais, » répondit Air.

« Encore une fois… ? » s’écria Rain.

Qui appelles-tu un enfant ? Tu es assurément plus jeune que moi, espèce de morveuse têtue ! Pensée de la pluie, vaincue par sa colère.

« Eh bien, peu importe. Mettons cela de côté pour l’instant. L’important ici n’est pas moi, mais ça, » dit Air en mettant la main dans sa poche de poitrine et en sortant une balle d’argent.

« La balle du diable…, » murmura Rain.

« C’est vrai. Cette balle a ma magie personnelle scellée en elle. Elle s’appelle la “Balle du Diable”. »

La lumière se reflétait sur sa surface lustrée, tout comme elle l’aurait fait avec de l’argenterie.

« Et comme tu l’as déjà utilisé plus d’une fois, tu sais probablement déjà ce qu’elle fait. Tu es peut-être assez obtus, mais comme on dit, la troisième fois, c’est la bonne. Ne me déçois pas, maintenant. C’est un test, » déclara Air.

Rain ne comprenait pas comment ni pourquoi elle le testait, mais il avait l’intention de répondre quand même. En fin de compte, tout ce qu’il avait pu faire, c’était se faire une opinion à partir de ses expériences.

La première fois, Rain avait tiré une balle d’argent sur Beluk le Boucher, et le monde avait changé. La deuxième fois, Air avait tiré sur le premier lieutenant Wilson dans la classe, et le monde avait encore changé. La troisième fois, Rain avait tiré sur l’artilleur dans un Exelia ennemi, et l’issue de la bataille avait changé, concluant le raid ennemi.

Il avait déjà envisagé cette possibilité, mais le bon sens ne cessait de l’exhorter à s’en débarrasser. Mais à présent, il était convaincu.

« Cette balle…, » dit Rain, prêt à expliquer les pouvoirs de la balle du diable qui change le monde. « Cette balle supprime l’existence même de ceux qu’elle tue. »

*

Après une courte pause…

« Correct, » répondit finalement Air. « Pour être plus précis, il efface de ce monde tout ce qui se rapporte à celui qu’elle tue. C’est le pouvoir que détient la Balle du Diable. »

Son explication semblait plutôt ridicule, mais Rain n’avait pas ressenti le besoin de lui couper la parole.

« C’est ma forme unique de Balle Magique. Personne d’autre ne peut l’utiliser, et même si quelqu’un parvenait à reproduire les méthodes qui se cachent derrière, personne ne pourrait l’activer. C’est ma marque personnelle de Balle Magique, » déclara Air.

La balle du diable… Une balle magique qui allait effacer l’existence d’une personne.

« Cela explique tout… »

Ils ont disparu de la mémoire de tous.

« Mais elle ne se contente pas d’effacer ses victimes de la mémoire et des dossiers des autres. Elle défait également tout ce qu’elles ont accompli dans leur vie, rendant tous leurs accomplissements nuls et non avenus. Si, par exemple, tu devais tirer sur l’inventeur de l’automobile avec cette balle, le monde qui s’ensuivrait n’aurait pas de voitures, car elles n’ont jamais été créées. Et si la personne B tuait la personne A, et que vous tiriez sur B avec cette balle… le monde se transformerait en un monde où A aurait survécu. »

La balle du diable avait éradiqué l’existence même de tous ceux qu’elle avait touchés, transformant le monde en un lieu où cette personne n’avait jamais existé.

*

« Le passage à un monde sans cette personne est connu sous le nom de “Reprogrammation”. »

*

« Reprogrammation… »

C’est le nom du phénomène qui avait bouleversé les fondements du monde.

« Eh bien, cela devra faire l’affaire pour ce soir, » déclara Air en se retournant et en s’éloignant.

« Hé, où vas-tu ? » demanda Rain.

« Retour. Pour aujourd’hui, au moins. J’ai atteint mon objectif, » déclara Air.

« Ton objectif ? » demanda Rain.

« Te trouver, » répondit-elle.

Une fois de plus, elle avait dit quelque chose qui n’avait aucun sens.

Trouver… moi ?

« J’ai été transférée à l’Académie Alestra dans ce but. Bien que je voulais me débarrasser de cet officier inutile pendant que j’y étais. À l’origine, des centaines de personnes seraient mortes en vain ici parce que Wilson a prolongé la bataille sans raison, mais maintenant cela a disparu, » déclara Air.

La jeune fille s’éloigna, se félicitant d’un travail bien fait. Cependant, Rain n’avait pas l’intention de la laisser poursuivre sa route. Elle ne lui avait toujours pas expliqué tout ce qui lui était arrivé jusqu’alors.

Rain s’était mis à courir après la jeune fille qui battait en retraite, en faisant du jogging pour la rattraper. Heureusement, elle marchait à un rythme tranquille, si bien qu’il avait comblé l’écart en dix secondes. Mais juste au moment où il avait tendu la main pour saisir son épaule…

« Ah ! » cria Rain alors que son corps était soulevé du sol et était tombé après ça.

« Argh, ça fait mal ! »

« Ne me touche pas, » murmura Air d’une voix assez froide pour geler le sang dans les veines de Rain. « Je suis peut-être un fantôme, mais j’ai la même chair que toi. Je suis fatiguée après avoir couru, je peux transpirer, et je peux mourir de faim. Mais cela ne te donne pas le droit de poser tes mains sur moi. »

— Ne me touche pas.

— Je n’ai rien en commun avec un humain comme toi.

Rain avait immédiatement pu constater qu’il avait été rejeté.

Que… ?

Cependant, il ressentait également une sorte de dissonance.

D’où ça vient, bon sang… ?

Sa réaction semblait contre nature. Bien sûr, Air avait toujours traité les vies humaines avec désinvolture et elle avait traité la plupart des gens comme des imbéciles. Mais cela ? Cela semblait excessif. Bien que d’une certaine façon, ce fut la première réaction vraiment humaine que Rain ait vue de sa part.

Quelque chose est…

Quelque chose n’allait pas. Elle devait avoir une raison précise de détester les gens qui la touchaient.

« Peu importe, c’est bon. » Avant que Rain ne puisse s’attarder sur la question, Air avait dissipé la tension.

« Nous nous retrouverons bien assez tôt. D’ici là, continue à entraîner ta Balle Magique et habitue-toi au combat, » déclara Air.

« Attends, j’ai encore quelques questions, » déclara Rain.

« Oh, et habitue-toi aussi à être entouré de filles, » déclara Air.

« … »

« J’espère que la prochaine fois que nous nous rencontrerons, tu seras assez mature pour ne pas rougir à la vue de la culotte d’une fille. D’accord, Rain Lunch ? » déclara Air.

Avec ces adieux taquins, Air s’en alla dans la forêt, et le silence s’installa à nouveau sur la région. Même le bruit du vent semblait plus faible qu’auparavant.

« … Qui appelles-tu Lunch ? »

Je ne suis pas ta foutue nourriture. C’est Lantz, bon sang ! Rain Lantz !

« … Ah, merde. »

Seul maintenant, Rain ne pouvait que regarder en lui pour donner un sens à ce qu’elle lui avait dit.

Un fantôme. La balle du diable. La magie des balles qui efface l’existence des gens et modifie la structure du monde…

« Mais qu’est-ce que c’est que ça ? »

Cinq minutes plus tard, Athly se réveillait et ils rentrèrent à la base après ça.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire