Pensiez-vous qu'un autre monde motiverait un NEET? – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 3

***

Chapitre 3 : L’Entraînement du NEET

Partie 3

Guerre héroïque

Beastia, avec Napoléon Bonaparte

contre

Elfe avec Houbami Reiji

Sur le terrain : Tistel

Condition de victoire : La soumission du héros ennemi

Récompense de la victoire : La gouvernance de Tistel

Une guerre héroïque était soudainement arrivée.

Sortant de la pièce, en courant dans le couloir, puis regardant directement le ciel, Tifalycia ne s’était pas trompée, elle avait confirmé que le résumé de la guerre héroïque y était bien écrit.

« Le terrain est… Tistel… La victoire… la récompense est — la gouvernance de Tistel… »

Au fur et à mesure qu’elle lisait les mots du symbole magique, sa voix devenait plus petite.

Ce qui était là, c’était la confusion pure et simple.

Il y avait beaucoup de questions.

Pourquoi la guerre héroïque s’était-elle soudainement produite ?

Pourquoi l’adversaire était-il les Beastias ?

Pourquoi la récompense de la victoire n’était-elle pas seulement les Beastias, mais aussi les Elfes, afin d’obtenir Tistel — .

« Pourquoi… avez-vous… fait… cela… ? » Tifalycia murmura ainsi, elle vit Reiji et se tut immédiatement comme si elle avait remarqué quelque chose.

Froncer ses sourcils, c’était son habitude quand elle réfléchissait profondément.

— Prends l’habitude de réfléchir avant de demander.

Elle semblait avoir immédiatement mis en pratique ce que Reiji avait dit il y a quelque temps.

Souriant seulement dans son cœur après avoir vu cette tendance, Reiji parla avec désinvolture. « Quelles sont tes questions ? Essaie de les dire. »

« … Il y a… trop de questions…, » répondit-elle.

« Dis juste ce que tu penses. Le fait de dire ce que tu penses peut aussi aider à le régler, » répondit Reiji.

« Alors… d’abord la question sur l’adversaire. Les Beastias étaient amicaux depuis l’époque de ma mère. Quand je suis devenue le Seigneur, euh, il y a eu un peu de distance, mais il n’y avait aucun événement qui les rendrait hostiles. Donc je ne comprends pas pourquoi ils voudraient Tistel maintenant, » déclara-t-elle.

« Ils l’avaient toujours voulu, mais le Seigneur précédent les en avait empêchés. Maintenant, ils peuvent l’arracher sans s’inquiéter, une telle occasion s’est présentée. Voici une explication possible, » déclara Reiji.

« … C’est… certes, cela peut paraître raisonnable du côté de Beastia, mais ce n’est pas raisonnable du côté des Elfes. Si le contrat entre les dirigeants n’a pas été établi, la guerre héroïque ne peut avoir lieu, si ici est le champ de bataille principal, ils devraient au moins nous contacter au préalable. »

« Cependant, le fait est que sans cela, la guerre héroïque a eu lieu. Alors au moins, les dirigeants ont à tous les coups établi le contrat, » déclara Reiji.

« Je — Si c’est le cas, la récompense de la victoire est étrange ! Si on regarde en arrière, alors Beastia qui veut la gouvernance de Tistel peut s’expliquer, mais les Elfes qui parient sur une gouvernance qu’ils ont déjà, ce n’est pas logique, non ? En premier lieu, le héros actuel des Elfes, c’est vous. Gagner contre Beastia dans une guerre n’est pas —, » déclara-t-elle.

Jusque-là, Tifalycia s’arrêta comme si elle pensait à quelque chose.

Elle avait finalement ouvert en grand les yeux.

Reiji avait parlé comme pour continuer à la guider. « Par exemple. Les Elfes ont échoué dans une diplomatie non combattante et ont été engloutis par une guerre héroïque contre Beastia d’une manière qu’ils ne pouvaient refuser. Avec seulement un Héros défectueux, que peuvent faire les Elfes afin de minimiser leurs pertes quand ils ne peuvent absolument pas gagner ? »

Il le disait comme si c’était l’affaire de quelqu’un d’autre.

« La guerre est au mieux une méthode de négociation. Le dirigeant d’un pays a calmement calculé les profits et les pertes, et a ses yeux tournés sur un territoire. Il y a là le héros inutile et une entrave à la royauté. Non seulement elle était liée par coïncidence au territoire de la Beastia, mais il n’y a pas non plus de perte significative pour les Elfes. Ce serait plutôt un plus de pouvoir se débarrasser d’une entrave, » continua Reiji.

« C’est — en quelque sorte —, » balbutia Tifalycia.

Elle était émotionnellement déstabilisée.

Alors que Tifalycia secouait la tête, sur le point de le nier, Reiji l’interrompit et parla nonchalamment. « En gros, tu as été vendue. »

Comme si ces mots portaient du poids, les épaules de Tifalycia s’étaient affaissées.

Bien qu’il l’ait vue ainsi, Reiji ne s’était pas arrêté. « Et aussi, as-tu remarqué ? Tu ne peux plus voir les domestiques depuis un moment. »

Les domestiques qui étaient toujours occupés à se déplacer pour le nettoyage, la cuisine et la lessive.

En laissant de côté le fait qu’on pouvait les voir même à l’intérieur de la pièce, elles auraient été visibles une fois qu’elle était sortie, même si elle n’en avait pas eu envie.

Cependant, à l’heure actuelle.

Malgré le regard qu’elle portait sur la cour, jetant un coup d’œil dans la cuisine, jetant un coup d’œil hors du château depuis l’observatoire, elle n’en voyait pas un seul.

Tout était retourné au silence.

C’était comme s’il n’y avait que Tifalycia et Reiji dans tout le château.

Avant que Tifalycia ne puisse exprimer ses soupçons, Reiji lui répondit par sa déduction. « Les serviteurs ici sont des Infirmas, n’est-ce pas ? Et le pays d’origine a des milliers de fois plus d’Infirmas qu’ici. Et si ces serviteurs du pays d’origine leur avaient transmis cette information à l’avance ? Normalement, ils ne peuvent pas trahir le maître selon le contrat, mais les serviteurs ici ont établi un contrat maître serviteur avec ta mère. Cela semble aussi être un point important. »

Tifalycia, en tant que sa fille, n’avait pas de pouvoir d’exécution de la Magie du Grand Contrat.

Abandonner un maître sans avenir.

Migrer dans un autre pays, c’était aussi la liberté du serviteur.

« … »

Ce que Tifalycia, tremblante, pouvait entendre dans ses oreilles, c’était beaucoup de cris de guerre et de bruits de pas.

Les flammes de la guerre héroïque avaient déjà été allumées.

Les Beastias n’avaient rencontré aucune résistance lors de leur entrée sur le territoire de Tistel, qui devait être le champ de bataille, et ils avaient encerclé le château qui allait devenir le quartier général.

Ils avaient poursuivi tout le chemin juste à arriver devant Reiji et Tifalycia.

« — »

Les genoux de Tifalycia avaient lâché sur place comme si elle avait perdu toute sa force.

Il n’y avait déjà rien pour la soutenir.

Vendue par son pays d’origine.

Abandonnée par ses serviteurs.

Piétinée par son ennemi dans la réalité.

Face à la jeune fille qui avait posé les mains sur le sol, qui avait gardé la tête baissée, qui avait baissé son visage devant le désespoir absolu.

Près de son oreille.

Reiji chuchota. « As-tu déjà abandonné ? »

Les paroles impitoyables d’un diable.

Ce n’était même pas une tentative de lui donner un coup de poing supplémentaire, en l’informant froidement qu’elle n’avait pas de place pour le choix.

C’était terminé.

Que ce soit le rêve de sa mère ou l’espoir de son père.

Tout s’était effondré là-bas.

— Cependant.

« Je n’abandonnerai pas, » déclara-t-elle.

Faiblement.

Elle pouvait se briser à tout moment.

La voix qui avait été retirée de sa bouche.

Sans détour — cela avait montré ses pensées.

« Même si… ma… mère… Tistel est volé ici, perdant ma place à vivre, perdant ma position, sans que personne ne me suive, perdant tout — j’ai… encore… ma vie, » déclara-t-elle.

Tant qu’elle avait sa vie, elle n’abandonnerait pas sa cible.

Parce que, c’était…

Ce vœu était… la vie de Tifalycia elle-même.

Donc, même si elle avait tout perdu à part ça.

« Je vais continuer à regarder vers l’avenir, » déclara-t-elle.

Ces mots sincères.

La détermination à ne pas se recroqueviller.

Une insouciance avec rien d’autre que la croyance.

« — Kukukukukuku, » Reiji avait ri.

Il rit d’une manière hideuse — et parla. « C’est ce que je veux entendre. »

— Toujours.

Reiji avait toujours regardé Tifalycia Cleargreen.

Il avait continué à tester l’étendue de son sérieux.

N’importe qui pouvait avoir des illusions.

N’importe qui pouvait faire des déclarations.

Cependant, la détermination et la volonté de les mettre en œuvre n’étaient pas possibles pour tout le monde.

« Les gens normaux ne le savent peut-être pas, mais — un homme libre (NEET) exige beaucoup de détermination et de volonté, le savais-tu ? » demanda Reiji.

« … Ha ? »

Qu’est-ce qu’il disait tout d’un coup ?

Alors qu’il l’avait dit à Tifalycia, il haussa légèrement les épaules. « Fondamentalement, je dis que je vais te prêter ma force, à toi, qui est ignorante, imprudente et sans direction claire. Maître. »

Sous le ciel bleu et clair.

Reiji baissa les yeux vers la foule d’ennemis sous le château.

« À ce titre, pour l’instant —, » continua Reiji.

Avec un sourire notoire, il avait parlé. « Nous nous rendons. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire