Pensiez-vous qu'un autre monde motiverait un NEET? – Tome 1 – Chapitre 2 – Partie 5

***

Chapitre 2 : Le NEET et La Mystérieuse Princesse

Partie 5

— Le jour où il avait rencontré Leu.

Reiji avait visité cet endroit pour recueillir des informations.

S’il ne pouvait pas utiliser le réseau informatique, il utiliserait le réseau humain.

Pour cela, il s’était servi de lui-même comme appât pour attirer les espions des autres pays — .

Au vu du résultat, être capable d’attirer la « Strega », une race qui avait coupé tout contact avec les autres races depuis les temps anciens aurait dû être une fortune.

« Que… s’est-il passé ? » Reiji s’était assis sur le lit, et soupira alors que Leu le lui demandait mystérieusement de près.

« Comment en est-on arrivé là… ? » demanda-t-il.

Une fille de la race des Stregas, enveloppée dans le mystère des autres races, et une véritable princesse connue sous le nom de l’une des quatre princesses de sang élégant, avait envahi Tistel en utilisant un artefact magique appelé les Ténèbres Adjacentes qui ressemblait exactement à une robe noire.

Son but était de voir quel genre de personne le héros Reiji nouvellement convoqué avait, une raison si personnelle, sans rapport avec les intentions des Stregas, et encore moins liées à de l’espionnage.

« En premier lieu, les Stregas n’ont pas de conscience raciale. Bien que nous ayons formé un pays parce que nous venions du même monde, nous défendons davantage l’individualisme, » expliqua Leu.

« Penses-tu qu’une telle raison pourrait fonctionner sur d’autres races… ? »

Du point de vue des autres races, qu’elles soient hostiles en interne ou non, elles étaient toutes des Stregas. Une fois qu’un problème se posait, ils s’en prenaient évidemment à Dillide, le royaume des Stregas.

« … ? J’ai bien écouté les paroles du Maître, » certes, Leu avait écouté les paroles de Reiji.

Par exemple, tant que le contrat de maître-serviteur se poursuivrait, elle ne serait pas capable d’utiliser la magie. Reiji l’avait scellée avec le contrat.

Reiji n’accepterait absolument pas une exigence aussi forte que celle de lier les mains et les pieds ensemble.

Cependant, elle l’avait instantanément accepté malgré cela.

« Alors. Euh… en parlant de dame obéissante… qu’as-tu… fait depuis… tout à l’heure ? » Reiji parlait sur un ton qui était au bord de la colère parce que Leu l’avait déshabillé avec enthousiasme.

Reiji résista de toutes ses forces, mais avec l’aide de ses Ténèbres adjacentes, elle avait déjà atteint la moitié de son objectif.

« Parce que le Maître semble fatigué. J’ai pensé à aider le Maître, » déclara-t-elle.

« Qui t’as demandé de… ? » demanda Reiji.

La résistance de Reiji avait été vaine lorsque son blazer et son sweat à capuche avaient été enlevés, et lorsque Leu avait regardé ses trophées, elle avait pensé à quelque chose — elle avait enterré son visage dans les habits.

« Arrête ça, imbécile !! » Reiji répondit franchement et tenta de les reprendre, mais il fut retenu par les Ténèbres adjacentes.

« Hé… attends… oi… oi lâche-moi ! Lâche-moi ! C’est l’ordre de ton Maître !? » cria Reiji sans réfléchir,

Leu parla d’une voix étouffée alors que son visage était enterré dans son blazer et son sweat à capuche.

« Je ne peux pas écouter ça, » déclara-t-elle.

« Tu ne peux pas ne pas écouter ça !? Un ordre n’est pas quelque chose comme ça ! » déclara Reiji.

« Fondamentalement, c’est l’une des conditions posées, » déclara Leu.

— Je m’engage à respecter fondamentalement les ordres du maître en tant que serviteur.

… C’est bien ce qu’elle avait dit. Elle avait dit ça, mais…

« Ne fais pas l’idiot avec moi !! Utilise au moins ça quand je t’interdis d’utiliser la magie ! » s’écria Reiki.

« Ce n’est… pas vraiment un problème. Je ne suis pas troublée. Mais plutôt — si je refusais, le Maître serait troublé, » déclara-t-elle.

« C’est… Kuh. »

C’est certainement un fait.

Dans le plan de Reiji, la puissante magie de Leu était clairement un obstacle.

« C’est pourquoi, s’il te plaît, oublie au moins ça. — Pas bon ? » demanda-t-elle.

Si elle le disait ainsi, Reiji ne pouvait que se taire et fermer les yeux sur son comportement scandaleux.

C’était une condition d’échange efficace seulement sur Reiji.

— C’est vrai, c’était la plus grosse erreur de calcul pour Reiji. Bien qu’il ait obtenu la méthode de collecte de l’information, Clanleu Shimishika (la méthode de collecte de l’information elle-même) était beaucoup plus intelligente qu’il ne l’avait cru.

Même dans l’épreuve de force d’il y a un mois, si elle ne voulait pas sérieusement perdre contre Reiji, il aurait probablement eu des difficultés.

… Cependant.

« Comment le saurais-je !! Je suis un homme libre, un NEET ! Je ne fais pas ce que je ne veux pas, je ne laisse pas les autres faire ce que je ne veux pas que les autres fassent !! » s’écria-t-il.

Reiji poussa en avant sans se soucier de son corps, les Ténèbres adjacentes furent troublées sur la façon d’agir et retournèrent à son maître — Leu les poussa vers un comptoir comme si elle avait lu son comportement.

« Exactement comme prévu, » déclara-t-elle.

« — Tais-toi! En disant Maître et tout, tu fais juste ce que tu veux ! » déclara-t-il.

« Il n’y a rien de tel. — Et aussi, » déclara Leu.

Leu s’arrêta un moment, puis poursuivit sans rien faire d’autre. « Le maître devrait être content que je ne sois pas hostile. »

Son expression n’avait pas le moindre fragment de changement.

En regardant ce visage de poupée, Reiji avait rétréci les yeux. « … Je ne peux que dire que c’est indéniablement vrai. »

« Super. Et puis —, » déclara Leu.

« Pas ça. Plutôt, arrête de me frotter la poitrine avec persévérance !! Es-tu une salope !? » demanda-t-il.

« S’il te plaît, écoute-moi, » déclara Leu.

« Tu n’écoutes vraiment pas ce que les autres disent, hein… c’est très bien. Je n’écouterai pas non plus, » déclara-t-il.

« Je vis depuis plus de cent ans. Je n’ai pas compris ce qu’était ce sentiment pendant tout ce temps, » déclara Leu.

Elle avait ignoré ses paroles de refus d’écouter et avait commencé son histoire.

Malheureusement, il ne pouvait pas ne pas aimer cette personnalité.

« Ma race tire sa sagesse des fluides corporels d’autres races intelligentes — par le sang. J’ai aussi bu le sang de diverses espèces. Cependant, quoi qu’il arrive, je ne peux pas comprendre ce qu’on appelle les sentiments, » déclara Leu.

« … C’est “parce que les sentiments ne sont pas la connaissance”. Chercher ta propre expérience émotionnelle innée chez les autres n’a pas de sens, » déclara Reiji.

« Oui. Peu importe la quantité de sang que j’ai sucé, peu importe les connaissances que j’ai acquises, je ne pouvais ressentir aucune sensation de bien-être en moi. C’est pareil même quand j’ai rencontré des Héros. Par conséquent, j’avais à moitié abandonné. J’ai jugé que je n’avais pas une telle chose en premier lieu. Cependant —, » déclara Leu.

Elle le regarda avec chaleur.

« Toi — le Maître a développé mes sentiments, » déclara Leu.

« Développé… Regarde par ici. D’abord, n’avais-tu pas des sentiments dès le début ? » demanda Reiji.

« … Hein ? » demanda Leu.

« Tu veux savoir ce que tu ressens. Vouloir savoir exactement ce qu’est un sentiment, chercher sans aucune raison — ce désir de savoir, avoir un fort sentiment de savoir, l’amour de la connaissance. Qu’est-ce qu’un sentiment si ce n’est pas ça ? » demanda Reiji.

« — »

Leu ouvrit les yeux un peu plus grands.

« Est-ce que tu comprends ? C’est quelque chose que tu avais en toi dès le départ. En d’autres termes, tu n’as pas à traiter ta rencontre avec moi comme quelque chose de spécial. Fin de ma preuve ! » déclara Reiji.

« D’accord, descends. Vite, descends de là. Dépêche-toi de descendre. » Reiji voulait se lever le plus vite possible.

Leu resta sans bouger et secoua la tête.

« Ces mots tout à l’heure, je suis encore plus certaine. Comme prévu, j’aime le Maître, » déclara Leu.

« Haaa ? Pourquoi c’est… ton… hé… n’appuie pas ton visage contre ma poitrine ! Je ne peux pas faire confiance à ce qu’on appelle l’amour !! » demanda Reiji.

« … Pourquoi ? » demanda Leu.

« Y a-t-il une raison de te le dire ? » demanda Reiji.

Une voix glaciale.

N’importe qui avait un sujet qu’il ne voulait pas aborder.

Elle l’avait immédiatement remarqué.

Leu avait fermé sa bouche alors qu’elle aurait voulu dire quelque chose.

Puis, après un moment… « … Dans ce cas, c’est très bien. » Leu avait simplement dit ça. « Je l’apprendrai au Maître. »

« Ha ? L’apprendrai — oi, pas possible !! » s’écria Reiji.

Elle était en sous-vêtements depuis le début.

Indépendamment de son discours ou de son comportement, c’était une fille qui avait une apparence remarquable.

Quand un corps si délicat l’avait poussé, entrelacé, touché — .

En tant qu’homme en bonne santé, Reiji n’avait pas pu s’empêcher de réagir.

« Tout d’abord, est-ce que c’est vraiment de l’amour que tu as !? N’est-ce pas que de la luxure ? » demanda Reiji.

« … ? Y a-t-il une différence entre l’amour et la luxure ? » demanda-t-elle.

« Ah, tu ne comprends pas du tout. Même moi, je ne peux pas en être sûr, » répondit-il.

« Alors c’est tout. Tu peux juste apprendre avec moi, » déclara Leu.

« Quoi qu’il arrive, tu as bien l’intention de m’agresser, hein !! — Ça suffit, ordre du maître ! Arrête !! » déclara Reiji.

« Je ne comprends plus les paroles du Maître. Il doit s’agir d’un dysfonctionnement du langage des idées. Je ne peux pas t’entendre, » décalera Leu.

« Mais je comprends parfaitement tes paroles !? » s’écria Reiji.

« Seules les paroles du Maître ne sont pas bonnes, » déclara Leu.

« Tu ne l’entends pas bien… ! » s’écria Reiji.

« Mais…, » et elle avait soudain arrêté sa main. « Vraiment, pour la première fois depuis ma naissance, j’ai ressenti de la luxure. »

Sans aucune expression, elle continua. « Je pense à faire des choses érotiques avec le Maître… avec Reiji. J’ai envie d’avoir un enfant avec toi. Par conséquent — . »

« … J’ai compris. On n’y peut rien si c’est le cas. Comme si c’était possible. Espèce d’idiote !! » s’écria Reiji.

« Alors je vais jeter la rationalité. Ce n’est pas grave. J’ai la connaissance elle-même… Je travaillerai dur pour que tu te sentes bien, » déclara Leu.

« Sérieusement, s’il te plaît, retourne-toi pour commencer… ! » demanda Reiji.

Le serviteur (Leu) qui n’écoutait pas du tout son Maître (Reiji), fit penser à son propre Maître (Tifalycia), qu’il n’écoutait jamais rien.

Il sentait qu’il pouvait comprendre ce qu’elle ressentait. Mais rien ne changerait même s’il le comprenait.

« … Il n’y a rien de tel que de ne pas comprendre cette fille en premier lieu, » déclara-t-il.

« Cette fille ? — La fille qui ressemble à une servante bien qu’elle soit l’invocatrice du Héros ? » demanda Leu.

« La façon dont tu dis que ça sonne un peu indécent…, » déclara-t-il.

Reiji avait montré une expression nonchalante, et sa bouche s’était immédiatement courbée vers le haut.

« Cette fille est vraiment mon Maître. Non, pour le dire exactement, c’est une personne qui deviendra mon Maître, » déclara Reiji.

« … ? Peu importe comment je le vois, le Maître est le Maître, » répliqua Leu.

« Tu te trompes. Elle ne m’obéit pas avec obéissance, je n’ai pas non plus l’intention de la rendre obéissante. Je serai plutôt troublé si ce n’est pas le cas, » déclara Reiji.

« Qu’est-ce que tu veux dire… ? » demanda Leu.

Comme Leu avait montré son désir de savoir et avait demandé sérieusement, Reiji avait rapidement glissé sur le côté et s’était levé.

« C’est-à-dire —, » commença Reiji.

Ensuite, le contenu dit par le héros Reiji avait été plus que surprenant pour la princesse Strega Clanleu Shimishika —

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire