Pensiez-vous qu'un autre monde motiverait un NEET? – Tome 1 – Chapitre 2 – Partie 1

***

Chapitre 2 : Le NEET et La Mystérieuse Princesse

Partie 1

Et ainsi ça — Un mois s’était écoulé depuis que Tifalycia était devenue un serviteur connu sous le nom de maître.

Le héros Reiji, qui aurait dû être le serviteur, avait incité Tifalycia à faire une « Épreuve de Force » chaque fois qu’elle se plaignait pour avoir une amélioration dans leurs relations.

Tifalycia avait continué à perdre complètement pour diverses raisons — .

Elle recevait donc des jeux de punition tous les jours en agissant ainsi.

« Oh… »

Reiji jeta un coup d’œil à Tifalycia, qui était assise sur le lit, et acquiesça de la tête avec un sentiment d’accomplissement.

« Mon chef-d’œuvre est complet — une elfe aux oreilles de chat, » déclara Reiji.

L’oreille d’une elfe était en soi l’un des arts suprêmes. Et ainsi, l’acte imprudent d’ajouter un autre art ultime qu’était l’oreille de chat par-dessus était à un tout autre niveau.

En y regardant de plus près, cela avait surpassé le sentiment hors de propos d’avoir quatre oreilles, et dépeint à l’extrême un sentiment de « Des choses merveilleuses ajoutées à des choses merveilleuses ne vous donneront rien d’autre que de plus belles choses ».

« Eh bien, il faut l’essayer sans l’écarter d’abord… Bien qu’il s’agisse d’un simple ajout, de penser qu’une telle harmonie puisse se faire, » murmura Reiji.

En regardant à côté de Reiji qui était plongé dans sa propre ingéniosité, Tifalycia, qui portait un serre-tête en forme d’oreille de chat, continuait à être regardée comme ça. Elle ne pouvait pas arrêter ses actions malgré son tremblement de honte et d’embarras.

C’était devenu ainsi parce qu’elle avait perdu dans une « Épreuve de Force ».

Les contrats établis en vertu de la Magie du Grand Contrat devaient être exécutés tant qu’il ne s’agissait pas de vie ou de mort.

Comme Tifalycia avait dit : « J’écouterai n’importe quoi si je perds cette “Épreuve de Force”, » elle ne pouvait pas rejeter le souhait de Reiji.

Pendant que Tifalycia prenait les poses qu’on lui disait de prendre sur le lit, elle avait fait preuve d’une résistance minimale en ouvrant la bouche, qui était la seule partie qui avait droit à la liberté.

« Pourquoi avez-vous quelque chose comme ça…? » demanda Tifalycia.

Il portait un sac quand il avait été convoqué dans ce monde.

Le serre-tête en forme d’oreille de chat avait été sorti de ce sac, mais même si c’était un autre monde, elle pouvait dire que c’était bizarre pour un homme de porter une telle chose.

« C’est parce que j’aime ça, non ? Il est évident que tu veux garder les choses que tu aimes près de toi. Ce collier est aussi dans le même cas, » répondit-il.

« Eh. Cette bombe aussi ? » demanda-t-elle.

« Hein ? » demanda-t-il.

« Hein ? » s’exclama-t-elle.

Alors que Tifalycia perroquettait sa réaction tout en inclinant la tête comme si c’était étrange d’une manière inattendue, Reiji avait fait un geste de compréhension en tapant du poing de la main.

« Aah, cette histoire d’explosion, hein. Tu y croyais encore, hein ? — C’est un mensonge, » déclara-t-il.

« Ha ? » s’exclama Tifalycia.

« C’est un collier tout à fait normal, » déclara-t-il.

« — Eeeeeeeeh !? »

« Dire que tu y as cru pendant tout ce temps. Je suis surpris, » déclara Reiji.

« C’est moi qui suis surprise !? Pourquoi ne pas l’avoir dit plus tôt ! » s’écria Tifalycia.

« Je n’aurais jamais pensé que tu le croirais. Plutôt — tu devrais être en mesure de remarquer que ce n’est pas une bombe si tu y réfléchis un peu, » déclara-t-il.

Comme si c’était évident, il avait continué.

« Envisageons d’ajouter une bombe au collier. Pour quelle raison devrais-je faire ça ? » demanda-t-il.

« Eh… C’est… Comme… me menacer de vous obéir ou bien ça va exploser…, » déclara-t-elle.

« Ai-je déjà dit ça ? » demanda-t-il.

« — »

Il n’avait jamais dit ça.

Pas une seule fois depuis — il n’avait jamais dit que le collier possédait une bombe.

« Alors… dans ce cas, me faire mettre le collier à l’époque, c’était —, » déclara Tifalycia

« Eh bien, une belle elfe avec un collier est la meilleure des choses possibles ! » déclara Reiji.

Alors que Reiji montrait un sourire radieux, les épaules de Tifalycia se baissèrent.

Terrible…

C’était trop terrible, mais ce que Reiji avait dit était également vrai.

À ce moment-là, si elle y avait bien réfléchi, elle l’aurait remarqué.

Et cela pourrait aussi s’appliquer à l’affrontement de tout à l’heure.

« Pourquoi ai-je laissé mon adversaire choisir la méthode pour me vaincre… ? » déclara-t-elle.

Elle parlait de l’acte stupide de laisser Reiji choisir la méthode de l’épreuve de force alors que c’était Tifalycia qui l’avait défié.

Elle avait naturellement laissé Reiji le choisir parce qu’elle sentait qu’il n’accepterait pas son épreuve de force si elle ne le faisait pas, mais elle le comprenait maintenant qu’elle était calme.

Le plan de bataille de Reiji lui-même consistait à lui faire croire que c’était le cas, puis à lui concéder la méthode de l’épreuve de force.

« Il n’est pas nécessaire de choisir tes méthodes pour gagner. Aussi méprisable soit-elle, elle sera justifiée au nom de la victoire. Tant que ce n’est pas interdit, tu ne peux pas être blâmé même si tu utilises des outils, » déclara-t-il.

« … Uuuuuu. »

Reiji sourit en voyant que Tifalycia n’était pas capable de le réprimander parce qu’elle le comprenait aussi, puis il fit soudain le même geste que précédemment.

« C’est tout pour aujourd’hui. Eh bien, c’était amusant, » déclara-t-il.

Comme Tifalycia savait que ces mots signifiaient que le « Jeu de punition » était terminé, elle descendit du lit en étant déprimée et sortit de la chambre avec les épaules affaissées.

« Eh bien, alors à demain. S’il te plaît, dors bien, Maître ? » déclara-t-il.

« Gu… C’est vous qui devrez faire attention demain —, » s’écria Tifalycia.

« Oui, bonne nuit, » il avait fermé la porte sans la laisser finir.

Combien de fois t’ai-je dit qu’une telle attitude est grossière ?

« … Maîtresse Tifalycia ? Qu’est-ce que vous criez... »

« … ! ? Rien de spécial — Ce n’est rien, » répondit Tifalycia.

« Ce que vous portez sur votre tête est… ? »

« Ah !?? Vous vous trompez, c’est… euh —, » balbutia Tifalycia.

Reiji entendit Tifalycia s’excuser auprès de la servante, puis poussa un grand soupir après avoir confirmé que sa voix était lointaine.

« … Ah, si fatigué, » déclara-t-il.

Bien qu’il l’ait choisi lui-même, continuer à agir comme ça était après tout épuisant.

« Bien que — cela se déroule principalement selon le calendrier prévu, » continua Reiji.

Reiji, qui souriait délibérément et parlait en sachant qu’il était actuellement « un héros maléfique et immoral de type NEET », avait effacé son expression à l’instant suivant.

Il examinait la large pièce, ou plutôt trop large, ainsi.

Les décorations de la chambre étaient luxueuses aux yeux d’un roturier, mais elles étaient probablement frugales du point de vue d’un membre de la royauté.

Un mois s’était écoulé depuis qu’il avait été convoqué dans ce monde.

Reiji se promenait lentement dans la chambre à laquelle il s’était habitué et s’arrêtait devant l’immense lit.

C’était le lit moelleux sur lequel Tifalycia était allongée il y a un moment.

Il s’y était plongé — il avait fait semblant.

Et il parlait doucement.

« Tu es déjà découverte — Leu, » déclara-t-il.

Quelque chose avait répondu à la phrase, Leu.

La literie s’était tordue et un visage était sorti.

Une belle fille au visage terriblement parfait était là.

Avec la porcelaine comme peau blanche, des pupilles rubis clignotant, elle — Leu inclina la tête et ses cheveux argentés étendus sur les draps blancs se balançaient derrière elle.

« … Comment… le savais-tu ? » demanda Leu.

Contrairement à ce qu’elle avait dit, sa voix n’avait pas d’intonations.

Couplée à son apparence, elle ressemblait à une poupée, Reiji soupira.

« Cette question a-t-elle un sens ? » demanda Reiji.

« Qu’est-ce que… tu veux dire ? » demanda Leu.

Il ne pouvait s’empêcher de continuer, car elle semblait vouloir feindre l’ignorance jusqu’au bout.

« … Ce que tu as utilisé tout à l’heure, c’est seulement le pouvoir de se déplacer entre les ombres. Les choses qui peuvent faire de l’ombre dans cette pièce, agissant comme une cachette naturelle, sont extrêmement limitées, » déclara Reiji.

« … Je vois, » répondit Leu.

« Ce n’est qu’une façade — Toi, tu apparais probablement de n’importe quel endroit d’où je parle depuis le début, n’est-ce pas ? » demanda Reiji.

« — ! »

Elle, qui n’avait pas de fluctuations dans son expression jusque-là, avait montré quelque chose de semblable à la surprise pour la première fois.

Et avec cela, elle parlait avec une couleur euphorique qui débordait de ses pupilles. « … Comme prévu du… Maître. »

Confirmant cette réaction qu’il avait l’habitude de voir, Reiji poussa un long soupir comme s’il en avait assez.

« Écoute… la même chose, tu sembles l’avoir fait hier et avant-hier. Combien de fois encore veux-tu le répéter avant d’être satisfaite, Leu ? » demanda Reiji.

« Peu importe combien de fois, » répondit Leu.

« Oh… »

« La splendeur du Maître, que ce soit aujourd’hui ou demain, je veux la confirmer chaque jour, » déclara Leu.

Ce discours sans émotion ne pouvait être qu’une plaisanterie, mais malheureusement, Reiji savait qu’elle le pensait sérieusement.

« — Pas bon ? » La fille calme avait incliné sa petite tête quand elle avait demandé cela, ce comportement mignon était un acte criminel.

De plus, elle était allongée sans défense sur le lit.

Ses cheveux argentés s’étalaient sur les draps blancs. Ces cuisses minces et cachées, parfois visibles partiellement, la peau blanche comme de la porcelaine qui se briserait au toucher, séduisaient Reiji.

Reiji, arrachant le regard de ces pupilles rouges qui pouvaient le charmer s’il était imprudent, se gratta la tête intentionnellement pour laisser ses pensées s’envoler.

Dans le plan de Reiji se déroulait en grande partie comme prévu, on pourrait dire que c’est la seule exception.

La fille connue sous le nom de Leu — la rencontre avec la princesse de « Strega ».

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire