Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 8 – Chapitre 1 – Partie 6

***

Chapitre 1 : L’état de Maalt

Partie 6

« Eh bien, la chasse aux thralls se déroule toujours aussi bien, » poursuit Wolf. « Je pense que nous finirons par tous les éliminer, mais il y a eu des dégâts considérables. J’aimerais qu’on puisse déjà battre le boss. En parlant de ça, je veux te demander quelque chose. »

« Quoi ? »

« Sais-tu à quel point un vampire doit être proche pour contrôler un thrall ? Ils sont tous arrivés et ont commencé à attaquer des gens et à mettre le feu à des objets en même temps, donc ils ont probablement tous reçu les mêmes ordres. Je pense que le vampire est au moins assez proche pour leur donner des instructions.

« Je n’en sais rien, » avais-je répondu.

« Pourquoi ? Tu ne l’es pas, tu sais ? » Wolf l’avait demandé en hochant la tête. Il avait évité de dire directement que j’étais un vampire. J’avais apprécié sa prévenance.

« Eh bien, réfléchis-y. Je n’attaque pas les gens, et je n’ai jamais créé ou contrôlé de thralls. Je ne saurais pas exactement à quel point il faut être proche pour en contrôler un, ou combien on peut en créer. »

« Bon, je comprends. Maintenant que tu le dis, comment un vampire qui n’attaque pas les gens pourrait-il faire des thralls ? Mais bon, va-t-on devoir fouiller tous les coins et recoins pour trouver ce vampire ? » dit Wolf en croisant les bras.

« Attends un peu. Je n’ai peut-être jamais fabriqué de thrall avant, mais j’ai fabriqué un familier. Ici, » avais-je dit en montrant la souris sur mon épaule. Edel s’était dressé sur ses pattes arrière et avait croisé ses pattes avant. Pour une souris, elle était remarquablement adroite.

« Je croyais que ce n’était qu’un animal de compagnie, » marmonna Wolf en regardant Edel avec des yeux écarquillés. Je ne pouvais pas imaginer que ce serait le premier choix de beaucoup de gens pour un animal de compagnie, mais je suppose qu’il me trouvait bizarre. Peut-être que tout le monde le pensait, et c’est pourquoi personne n’avait fait de commentaire sur l’animal assis sur mon épaule pendant tout ce temps.

« S’il n’était en fait qu’un animal de compagnie, il aurait été un peu fou de le faire traverser une ville assiégée sur mon épaule, tu sais, » déclarai-je.

« Eh bien, je me suis dit que c’est le genre de chose que tu ferais. Tu as la réputation de faire brusquement des choses qui n’ont pas de sens. Tu as toujours été comme ça. Mais maintenant que j’y pense, il y avait un sens à toutes ces choses. Eh bien, assez parlé du passé. Donc c’est un familier. Qu’en est-il ? »

« Les thralls sont fabriqués à partir d’humains, donc ce n’est peut-être pas tout à fait la même chose, mais la façon dont j’ai fabriqué mon familier est pratiquement identique. Peut-être que la portée à partir de laquelle ils peuvent être contrôlés est la même aussi. »

« Je vois, alors à quelle distance il faut être pour ça ? Hey, est-ce que tu contrôles vraiment cette chose ? » Edel avait commencé à danser de façon erratique sur mon épaule. Wolf lui avait jeté un regard suspicieux. Je ne savais pas si Edel s’ennuyait ou pas, mais peu importe.

« Eh bien, en général, je le laisse faire ce qu’il veut. Mais si je lui donne des ordres, il les suivra. Donc, en ce qui concerne la portée maximale de cela, je sais au moins que nous pouvons nous contacter de n’importe où dans Maalt. Et même depuis l’extérieur de Maalt, je peux lui donner des instructions simples. »

« D’aussi loin ? Et plus loin ? »

« Je ne sais pas. Je pense que ça s’étend jusqu’au donjon de la Nouvelle Lune. »

Je n’avais pas encore essayé, mais j’avais l’impression que ça pourrait marcher. Je ne pourrais pas donner d’instructions détaillées, et il faudrait probablement un certain temps pour que les messages lui parviennent, mais les commandes générales fonctionneraient jusqu’à cette distance. En plus de cela, il y avait aussi ce que j’avais vu au donjon de la Nouvelle Lune. J’avais décidé que c’était le bon moment pour en parler.

« Au fait, il peut partager ses sens avec moi dans une certaine mesure, et il a ses propres adeptes de la même espèce qui peuvent partager leur vision avec lui. Grâce à ces capacités, j’ai appris quelque chose d’un peu curieux. »

« Attends un peu. Vous partagez leur vision ? D’accord, la taille et la couleur de ton familier sont assez inhabituelles, mais n’est-ce pas un puchi suri ? Donc il peut voir ce que les autres puchi suris voient ? N’importe quel adulte avec un couteau pourrait tuer un puchi suri s’il en avait envie, donc personne ne s’occupe vraiment d’eux et on les laisse errer partout. Si tu pouvais sentir ce que chaque puchi suri sent, ça veut dire…, » Wolf murmura, en rassemblant les pièces du puzzle. « On dirait que j’ai eu raison de te mettre dans ma guilde. Tu sais tout ce qui se passe dans cette ville, n’est-ce pas ? »

« Je n’irais pas aussi loin, mais ils peuvent se faufiler dans toutes sortes d’endroits pour obtenir des informations. »

« Il vaut mieux ne pas faire ça à la guilde ? Mais peu importe, ce n’est pas important pour le moment. Quoi qu’il en soit, qu’as-tu découvert ? »

« J’ai vu un vampire mordre quelqu’un au donjon de la Nouvelle Lune. Ça fait un moment depuis, mais je pense que ça pourrait être la base du vampire. »

« Je vois. Les disparitions se produisaient surtout dans les donjons. Elles se produisaient aussi en ville, mais pas aussi fréquemment. Cependant, je ne pensais pas qu’il était possible de contrôler des thralls d’aussi loin. Je n’ai pas lancé de recherche jusqu’ici, mais on dirait que je devrais. »

Avec la ville en feu et les thralls qui attaquent les gens, il n’y avait personne de disponible à envoyer au donjon alors que la probabilité d’y trouver quelque chose était incroyablement faible. Capturer le vampire était important, mais pas autant que de protéger les habitants de la ville. Cependant, d’après ce que j’avais dit, il y avait de fortes chances que le vampire soit là.

« Eh bien, il n’y a toujours pas beaucoup d’aventuriers qui ont les mains libres, » dit Wolf après avoir réfléchi un peu. « Nous reprenons lentement les choses en main ici, mais c’est loin d’être fini. Je vais devoir choisir quelques personnes à envoyer là-bas. Rentt, y vas-tu ? »

J’avais hoché la tête. L’ennemi était un vampire, et même si je ne connaissais pas son rang, c’est moi en un sens qui en saurais le plus sur lui.

« Et ce sera sûrement bien si Lorraine y va aussi, non ? Qui d’autre ? » Lorraine m’aiderait à m’assurer que je ne faisais pas de bêtises, et elle était aussi l’un des rares aventuriers de classe Argent de Maalt.

« Vous m’emmènerez aussi, n’est-ce pas ? » demanda quelqu’un en se faufilant derrière Wolf.

« Whoa ! » Wolf avait glapi.

La personne derrière lui était, bien sûr, Nive Maris la chasseuse de vampires. Je souhaitais juste qu’elle s’en aille.

« Qu’est-ce que vous avez entendu ? » demanda Wolf à Nive avec un regard perplexe. Il était probablement inquiet qu’elle ait entendu quelque chose sur moi. Mais j’avais vu quand Nive avait avancé derrière Wolf comme un chat, et rien de problématique n’avait été discuté depuis son apparition.

« Oh, je vous ai juste entendu dire que vous choisissiez des gens. Rien avant ça, » répondit Nive. « Il me semble que vous ayez trouvé la base du boss ou quelque chose comme ça. Par contre, je n’en ai aucune idée de comment vous l’avez trouvée plus vite que moi. »

Elle avait l’air de n’avoir rien entendu qui puisse poser problème, mais je ne pouvais pas être sûr qu’elle ne mentait pas. Peut-être qu’elle jouait l’idiote, mais je n’avais aucun moyen de le deviner. En tout cas, elle avait l’air d’essayer d’être mignonne, comme un enfant qui voit un jouet et a hâte de jouer avec. L’intention d’un enfant aurait pu se lire sur son visage, mais je ne pouvais pas imaginer ce que Nive pensait.

« Eh bien, les guildes ont leurs méthodes. La plupart du temps, nous lançons des aventuriers sur plusieurs pistes jusqu’à ce que ça marche, » dit Wolf, soulagé de ne pas avoir révélé mon secret. Et ce n’était pas non plus entièrement un mensonge dans ce cas, si on remplaçait simplement les aventuriers par des souris.

« Je vois, et vous l’avez trouvé comme ça par hasard, n’est-ce pas ? » répondit Nive. « Même moi, je ne peux pas rivaliser avec le pouvoir des coïncidences. Alors, puis-je venir ? »

J’espérais qu’elle avait oublié ce que nous faisions, mais mon espoir était vain. Rien ne pouvait distraire Nive de son obsession pour les vampires.

« Bien sûr, » dit Wolf. « Vous êtes de rang Or, sans compter que vous êtes un chasseur de vampires. Ce serait bien de vous avoir dans le coin. Pas vrai, Rentt ? »

Il m’avait demandé, non pas tant pour avoir mon approbation, mais plutôt pour me dire qu’il n’y avait pas le choix en la matière et que je devrais faire avec. Vu la force et les capacités de Nive, la refuser serait absurde. Nous devions envoyer les meilleurs des meilleurs, et personne à Maalt ne correspondait mieux qu’elle. Mes sentiments spontanés sur le fait qu’elle soit indigne de confiance et dangereuse devaient être mis de côté.

« C’est vrai ! Ça va aider d’avoir un expert dans le coin, » avais-je répondu, mais seulement parce que je devais le faire.

« Excellent, » dit Nive en ricanant. « Ne perdons pas de temps. Au fait, où allons-nous ? Je n’ai pas encore entendu cette partie. »

« Oh, le donjon de la Nouvelle Lune, » expliqua Wolf. « Je ne peux pas garantir que le vampire s’y trouve, mais il y a de bonnes chances. »

« Vraiment ? Je vois, cela peut certainement être vrai. Le vampire moyen aurait du mal à contrôler les thralls à une telle distance, mais un vampire puissant pourrait le faire. Même les petits vampires peuvent parfois le faire si plusieurs d’entre eux travaillent ensemble. La distance maximale à laquelle quelqu’un pourrait contrôler les thralls de Maalt serait quelque part autour du donjon de la Nouvelle Lune. »

« Alors pensez-vous que nous ayons raison ? » demanda Wolf.

« Oui, mais je pensais que je chassais un vampire de moindre importance qui agissait seul. Je pensais qu’il y avait de grandes chances qu’il se cache dans Maalt même. Mais au vu de la qualité et de la quantité des thralls, il est peut-être préférable de mettre ces attentes de côté. S’il y a plusieurs vampires, cependant, je me serais attendu à plus de pertes. »

« Je pense cependant qu’un assez grand nombre d’aventuriers et de civils ont disparu. »

« Pas tant que ça, relativement parlant. Un petit vampire doit se nourrir de quelques humains par mois. Ils n’auraient pas forcément besoin de tuer qui que ce soit s’ils avaient des humains prêts à leur fournir du sang de leur propre chef, mais il faudrait qu’ils soient très organisés pour que cela fonctionne. Il n’y avait pas d’organisation de ce genre à Maalt. Je n’ai peut-être pas assez enquêté, mais je pense qu’ils utilisent la médecine du sang. C’est une surprise. »

Wolf pencha la tête. « C’est quoi la médecine du sang ? »

« Une drogue spéciale qui peut supprimer les pulsions de vampire suceur de sang. Mais ce n’est pas facile à produire. Une poignée de vampires ne serait pas capable de le faire toute seule, je peux vous le dire. Hm, maintenant ça me démange vraiment de capturer ce vampire. »

« Pourquoi ? » avais-je demandé.

« Parce qu’ils doivent bien se procurer le médicament à base de sang quelque part. Si nous les capturons et les interrogeons, cela devrait nous mener à une énorme bande de vampires. Ce sera le jackpot de la chasse aux vampires ! Qu’est-ce qui est plus excitant que ça ? »

L’enthousiasme sincère de Nive était terrifiant. Je me sentais presque mal pour les vampires qu’elle poursuivait. Wolf pensait probablement la même chose, mais le gardait pour lui.

« Je suis content que vous soyez passionnée par votre travail, » avait-il dit. « Si vous pouvez capturer le boss pour nous, Maalt redeviendra la jolie petite ville qu’elle a toujours été. Je compte sur vous. »

« Bien sûr. Je vais capturer le vampire, je vous l’assure. »

J’avais regardé le sourire de Nive, me rappelant à quel point je détestais devoir travailler avec elle, mais il n’y avait pas d’autre solution maintenant. Heureusement, il y aurait quelqu’un d’autre pour la surveiller. J’avais regardé derrière Wolf et j’avais vu Myullias courir vers nous.

« Combien de fois dois-je vous le dire ? Arrêtez de vous mettre à courir au hasard ! » avait-elle crié entre deux respirations lourdes. Ce n’était pas très saint de sa part.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre.

  3. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire