Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 8 – Chapitre 1 – Partie 3

***

Chapitre 1 : L’état de Maalt

Partie 3

J’avais quitté l’orphelinat et couru à travers la ville. Edel était assis sur mon épaule et me dirigeait vers tous les thralls suspects. Il recevait ces informations en regardant les images à travers les yeux de ses sbires positionnés dans tout Maalt. Du moins je le supposais, mais je ne recevais pas les mêmes informations et je ne pouvais pas en être sûr. Essayer de regarder tout ça moi-même semblait assez brutal. Il me l’avait montré juste un peu comme un test et ça m’avait demandé beaucoup d’efforts, alors je n’avais pas eu envie d’essayer moi-même.

D’un autre côté, Edel n’avait pas eu de mal à le maîtriser. C’était un peu bizarre qu’il ait des capacités supérieures à celles de son maître, mais cela pouvait arriver avec les familiers. Mon père avait un familier qui pouvait voler, mais il ne pouvait pas voler tout seul. Pour autant que je sache, du moins. Je ne pouvais pas l’exclure, mais je serais assez choqué de voir des ailes sortir du dos de mon père d’âge moyen. Je suppose que je pourrais faire quelque chose de similaire. De toute façon, de ce point de vue, l’éventail des compétences d’Edel n’était pas si étrange. J’étais le plus fort combattant, donc nous nous complétions de cette façon.

J’avais été surpris par le nombre de puchi suris qu’il y avait dans toute la ville. Je n’y avais jamais pensé, mais maintenant je les voyais à tous les coins de rue et dans tous les coins et recoins. Edel voyait probablement à travers leurs yeux. Avoir autant d’yeux partout rendait certainement plus facile de trouver des thralls.

Edel m’avait fait signe lorsque nous nous sommes approchés d’une foule. Le premier thrall semblait être ici, mais en m’approchant, j’avais réalisé que ce serait assez difficile. C’était la place de la ville, mais il semblait que les habitants l’utilisaient comme lieu de rassemblement pour ceux qui fuyaient les incendies. Il y avait beaucoup de gens autour, et je ne pouvais pas dire qui était un thrall au premier coup d’œil. Ils utilisaient vraisemblablement la magie pour se déguiser, donc il n’y avait aucun moyen pour moi de les reconnaître. Mais Edel semblait savoir. Il m’avait dit par télépathie qui était le thrall.

C’était un homme assis sur la fontaine au milieu de la place de la ville. Il portait une barbe, mais ne se distinguait pas vraiment de la foule. Il se méfiait de son environnement, mais c’était le cas de tous ceux qui venaient de fuir les incendies. Je doutais que quelqu’un puisse croire qu’il était un thrall, mais Edel m’avait garanti qu’il l’était. Si c’est le cas, il y avait quelque chose que je devais faire.

« Excusez-moi, » avais-je dit à l’homme.

« Qu’est-ce qu’il y a, mon pote ? As-tu aussi couru jusqu’à cette place ? » a-t-il répondu, comme n’importe qui le ferait.

Cela m’avait mis en colère. Ce n’est pas que ce thrall prétendait être humain, mais il semblait si naturel. Quand j’étais un thrall, ça me tuait chaque fois que je devais parler. Il n’y avait pas de justice dans ce monde. Mais j’avais gardé ça pour moi.

« Non, je suis un aventurier. J’essaie de trouver celui qui a allumé les feux, » avais-je dit.

L’homme avait tressailli, mais n’avait pas réagi. « Huh, c’est vrai ? Alors, allez les trouver. Faites leur payer pour ce qu’ils ont fait à cette ville. S’il vous plaît. »

Rien n’était étrange dans ce qu’il disait. C’est ce qui le rendait effrayant. Ces monstres pouvaient se cacher parmi les humains sans être détectés. C’est ce qui avait conduit à cette agitation. Je voulais révéler sa véritable identité et l’exterminer. Mais avant cela, j’avais pensé que je pourrais peut-être le capturer vivant et lui soutirer des informations sur les autres thralls et le vampire.

« Oui, je vais le faire. Au fait, les coupables semblent être des thralls. Désolé, mais pourriez-vous enlever vos vêtements ? »

« Pourquoi ? Regardez, vous pouvez voir que je suis humain. »

« J’espère que vous l’êtes, mais peut-être que vous ne l’êtes pas. Les thralls ont des corps en décomposition, donc je le saurai quand vous aurez enlevé vos vêtements. Allez-y maintenant. »

L’homme se leva et commença à s’éloigner. « Pourquoi devrais-je le faire ? Je suis un humain. Humain, je vous le dis. »

Il n’avait pas l’air de mentir, mais je savais que cet homme était un thrall. Je l’avais pressé davantage, mais il s’était soudainement enfui et avait tendu une main vers quelqu’un d’autre dans la foule.

Il ne semblait pas y avoir beaucoup d’utilité à parler. J’avais dégainé mon épée et m’étais préparé à taillader l’homme, mais j’avais entendu ce qui ressemblait à un canon. Un instant plus tard, l’homme était en feu. Le feu n’était pas rouge, mais bleu clair. Me demandant ce qui s’était passé, je m’étais retourné pour voir d’où venait la flamme et j’avais vu une femme.

« Oh, qu’avons-nous là ? Si ce n’est pas Rentt ! Ça fait combien de temps que ça dure ? »

La femme avait des cheveux gris foncé et des yeux rouges flamboyants. Elle était menaçante, mais belle. Cette beauté était indéniable, mais je ne pourrais jamais la décrire comme étant délicate. Elle était comme un oiseau de proie ou une bête carnivore. Étrangement, malgré tout cela, elle avait une sorte de pureté. En vingt-cinq ans de vie, je n’avais jamais rencontré une femme comme elle.

« Bonjour, Mlle Nive, » avais-je dit.

« Juste Nive est très bien, merci. Nous sommes tous deux des aventuriers, vous savez. Vous pouvez me traiter comme tel. »

C’était vrai, mais je voulais mettre de la distance entre elle et moi. C’était cependant difficile de lui faire des objections. « Très bien, Nive. Pourquoi êtes-vous là ? »

« Une raison assez simple. C’est le moment pour moi de briller. L’occasion parfaite de réduire ces créatures en cendres, » dit-elle en repoussant l’homme en feu d’un coup de pied. Je pensais que ça aurait été chaud, mais ce n’était probablement pas un feu ordinaire. J’étais à proximité et je n’avais pas non plus pu sentir de chaleur. Il avait dû être produit par des arts divins.

Les autres personnes sur la place de la ville étaient horrifiées par nous. De leur point de vue, elle était une magicienne qui venait de mettre le feu à un homme d’âge moyen et j’étais un homme suspect portant un masque et une robe qui avait une conversation amicale avec elle. C’était à peu près ce à quoi je m’attendais. À en juger par les réactions, le feu bleu clair était également visible pour le commun des mortels. Peut-être que ce n’était pas le feu sacré, juste le feu allumé par les arts divins, donc c’était bien qu’il soit visible. De plus, si l’homme avait commencé à se tordre sans raison apparente, il aurait pu paraître menaçant aux yeux de la foule. Peut-être que Nive avait ça en tête. Non pas qu’elle semblait s’en soucier.

Mais la flamme visible présentait un autre danger. Si on avait l’impression qu’elle avait mis le feu à un citoyen au hasard, les chevaliers pourraient nous arrêter. Je me donnais la peine de l’interroger au préalable pour éviter cela. Maintenant, je n’avais aucune idée de la façon de maîtriser la situation.

« Oh ? On dirait que ça n’a pas été suffisant pour le tuer. Les serviteurs de ces insectes suceurs de sang peuvent toujours prendre une raclée, » dit Nive en tournant ses yeux ronds et purs vers l’homme en feu. Même si le feu brûlait, il continuait à nous regarder fixement. Je ne sais pas pourquoi il me regardait comme ça, ce n’était pas comme si je l’avais enflammé. Mais pour être honnête, j’allais l’attaquer une fois que j’aurais été sûr qu’il était un thrall.

Je m’étais préparé à un combat alors que Nive regardait autour d’elle. « Je suis sûre que ça a fait peur à tout le monde ! » Elle avait crié. « Mais il s’avère que cet homme était un monstre qui se cachait parmi vous ! C’est un thrall ! Regardez comment il brûle vivant et pourtant il se tient toujours debout et nous regarde fixement ! Partez d’ici, tout le monde ! Je suis l’aventurière de classe Or, Nive Maris, et voici mon assistant, Rentt Vivie ! Nous allons tuer le monstre ! »

Apparemment, elle avait déjà pensé à un moyen de maîtriser la situation. Je pensais qu’elle n’y avait simplement pas pensé, mais je suppose qu’elle avait aussi gardé la flamme un peu faible pour cette raison. Un thrall pouvait encaisser bien plus de dégâts qu’un humain, et une petite brûlure ne le tuerait pas. Mais Nive l’avait frappé avec un feu divin qui purifiait le corps. Les capacités de régénération du thrall étaient entrées en conflit avec la purge divine, ce qui avait fait que son corps s’était décomposé, s’était restauré, et s’était décomposé à nouveau de façon répétée. Personne ne pouvait voir ça et penser qu’il était humain.

La foule semblait reconnaître que l’homme était un monstre et s’éloigna du centre de la place. Ils n’étaient pas partis entièrement parce qu’ils voulaient voir comment ce combat se terminait. La plupart des civils n’avaient jamais eu la chance de voir des aventuriers combattre un monstre, et un thrall en plus. Ils avaient peut-être entendu parler de vampires et de thralls tuant des citadins en grand nombre dans d’autres villes, mais peu avaient eux-mêmes vu ces monstres. Ils voulaient probablement voir le thrall tué pour avoir une histoire à raconter plus tard. J’avais trouvé cela inutilement audacieux compte tenu de la situation d’urgence, mais c’était typique des habitants des petites villes. Ils pouvaient être courageux, à la limite de l’imprudence. Ils pouvaient toujours s’enfuir s’ils le devaient, donc il n’y avait pas trop à s’inquiéter.

« Maintenant, Rentt, allons-y, » dit Nive avec un sourire.

« Je n’ai jamais accepté d’être votre assistant, Nive, » m’étais-je plaint, mais j’avais quand même fait face au thrall.

« Quel est le problème ? Je vais même vous payer ! »

Nive s’était rapprochée du thrall en feu. Elle n’avait pas l’air d’avoir d’arme, mais une fois qu’elle était assez proche, elle avait bougé son bras. L’homme avait sauté hors de la trajectoire, et j’avais entendu un bruit sourd et vu des étincelles jaillir du sol.

« Des griffes ? » avais-je demandé.

« Oui. J’utilise aussi une épée ordinaire, mais quand il s’agit de tuer des vampires, j’aime juste la sensation de déchirer leur chair avec mes doigts, » expliqua-t-elle. C’était plutôt désordonné, mais pas surprenant venant d’elle. « Mais c’est plus dur que je ne le pensais. Celui-là semble être d’un rang relativement élevé. Rentt, attaquons-le ensemble. »

J’avais hoché la tête. Une classe Or pourrait probablement s’en occuper seule, mais elle devait avoir des idées. Peut-être voulait-elle observer les capacités physiques de ce thrall pour évaluer la force du vampire qui l’avait créé.

J’avais positionné mon épée et m’étais approché du thrall. Il avait l’air surpris, mais il avait déplacé son bras vers moi. Ses ongles étaient anormalement longs et c’était probablement son arme. J’avais évité l’attaque et coupé son bras sans trop de problèmes.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire