Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 7 – Chapitre 5 – Partie 2

***

Chapitre 5 : Laura, chef de la famille Latuule

Partie 2

« Quant à la manière de procéder, il sera probablement plus facile de te le montrer. Je vais y aller doucement pour que tu puisses observer, » déclara Capitan, qui commença à concentrer son esprit en lui-même. J’avais ressenti la même chose que lorsqu’il avait utilisé cette technique pendant notre match. Une tonne d’esprit s’était condensée à la surface de son corps. Quelque temps plus tard, Capitan soupira. « Voilà, tu peux toucher, » dit-il en tendant le bras droit.

Il semblerait que rien n’ait changé. La seule différence que j’avais remarquée était une légère augmentation de la présence de l’esprit, mais c’était similaire à l’utilisation de l’esprit pour améliorer la force physique. Mais quand j’avais essayé de le toucher, je n’avais pas du tout senti son bras. Il y avait une couche de quelque chose qui m’empêchait de le toucher. J’avais l’impression que l’électricité statique repoussait ma main. Lorsque j’avais essayé de la repousser, l’électricité statique avait repoussé ma main plus fortement en réponse.

« Maintenant, essaie de le couper avec ça, » déclara Capitan et me tendit un poignard. Il était finement aiguisé.

« Je ne sais pas, » avais-je dit avec hésitation. Nous ne nous battions pas, alors j’étais opposé à l’utiliser sur lui.

Il m’avait jeté un regard consterné. « Tu es venu vers moi comme si tu essayais de me tuer dans notre combat. Pourquoi penses-tu que tu vas me faire du mal maintenant ? »

Il avait raison, mais je ne pensais pas vraiment à la moralité au milieu des combats, pour le meilleur ou pour le pire. L’excitation du moment rendait difficile la réflexion. Peut-être que cela donnait l’impression que j’étais dangereux, mais c’était comme ça que les guerriers étaient. Mais à ce moment-là, je me sentais aussi réservé que d’habitude. Oui, je me décrirais comme réservé.

« Je te dis que c’est bien, » déclara Capitan. « Rester dans cet état trop longtemps est assez fatigant, alors si tu veux vraiment me rendre service, vas-y. »

Ce n’était pas clair en le regardant, mais c’était apparemment plus épuisant que je ne le pensais. Dans ce cas, j’avais décidé de faire vite et j’avais enfoncé le poignard dans le bras de Capitan. Et comme je voulais faire vite, c’était une frappe assez rapide. J’avais pensé que je l’avais peut-être coupé un peu trop fort, mais connaissant Capitan, je m’étais dit que c’était bien.

Il s’est avéré que la dague n’avait pas du tout coupé le bras de Capitan. Elle avait rencontré la même force de répulsion que ma main et avait volé dans la direction opposée. Plus j’utilisais de force, plus la force de répulsion semblait forte. J’étais impressionné.

 

 

« Je t’ai dit de t’y mettre, mais il n’était pas nécessaire de couper si fort, » s’était plaint Capitan, qui m’avait jeté un regard furieux. Vu la vitesse du poignard, il semblait avoir l’impression que j’avais sincèrement tenté de lui trancher le bras. Il l’avait demandé, alors je l’avais regardé en réponse, et il avait soupiré. J’avais coupé un peu plus fort que nécessaire, pour être juste. « Eh bien, peu importe. Tu as compris maintenant, n’est-ce pas ? »

« C’est donc comme faire une armure à partir de l’esprit ? » demandai-je.

« C’est comme ça que je l’utilise en ce moment, mais si tu veux le décrire de façon plus générale, c’est comme transformer l’esprit en quelque chose de physique. Tu peux faire la même chose avec le mana, non ? Je sais que tu peux faire des boucliers avec ça. »

Maintenant, cela avait un sens pour moi. Même quand mon mana était faible, c’était l’une des compétences que je pouvais utiliser avec lui. Tant que vous compreniez comment ça marchait, ce n’était pas si difficile à réaliser.

« Tu peux donc faire la même chose avec l’esprit ? » avais-je demandé.

« Pas exactement. Je ne suis pas un expert en magie, donc c’est juste ce que j’ai entendu de Gharb. Mais quand on fait un bouclier avec du mana, il faut décider de la forme du bouclier et de sa durée de projection et tout ça avant de le fabriquer, non ? » demanda Capitan.

C’était vrai. La magie était un pouvoir très théorique, et si la composition du sort n’était pas solide, il échouait instantanément. Même lorsqu’il s’agissait simplement de projeter un bouclier, il fallait structurer le sort correctement et savoir exactement ce que l’on voulait faire.

« L’esprit est-il différent ? » demandai-je.

« Oui, c’est plus quelque chose que l’on ressent que quelque chose à quoi on pense. Plutôt que de construire quelque chose sur la base de la logique, tu dois ressentir l’esprit si tu veux le contrôler. Donc pour être tout à fait franc, même un crétin peut apprendre à utiliser l’esprit s’il continue d’essayer pendant assez longtemps. Il n’a pas du tout besoin d’avoir un cerveau. »

C’était une façon incroyablement directe de le dire, mais j’avais l’impression de comprendre. La magie est basée sur la théorie, donc l’intellect est crucial. C’est pourquoi les génies en magie étaient aussi les génies qu’on trouvait dans les universités.

L’esprit, en revanche, n’était pas quelque chose que l’on pouvait obtenir en étant bon dans les études. En fait, même s’il peut être impoli de les traiter d’idiots, certains des plus célèbres utilisateurs d’esprit étaient assez simples d’esprit. Tout le travail nécessaire à l’élaboration de théories en matière de magie n’était pas aussi important en ce qui concerne l’esprit. Mais être intelligent était probablement encore un avantage, bien sûr. Compte tenu de tout cela, Capitan était peut-être même plus intelligent en ce qui concerne les utilisateurs d’esprits, relativement parlant. Mais il n’aurait probablement pas pris cela comme un compliment.

« Lorsque tu apprends à manifester ton esprit physiquement, tu peux faire beaucoup de choses, » avait poursuivi Capitan. « Tu peux en contrôler librement la forme. Par exemple, tu peux même faire ça. »

Capitan s’était agenouillé et avait ramassé un petit bâton. Je l’avais regardé le remplir d’énergie spirituelle, et un instant plus tard, une feuille tombant des arbres du dessus avait été coupée en deux.

« Qu’est-ce que c’était ? » avais-je demandé, surpris par ce que j’avais vu.

« On dirait que rien n’a touché, n’est-ce pas ? Mais j’ai sorti une lame d’esprit du bout de ce bâton. C’est ce qui a coupé la feuille, » avait expliqué Capitan alors qu’il semblait toucher la lame invisible. Il m’avait présenté la lame et m’avait incité à la toucher, alors j’avais soigneusement tendu la main. Il s’est avéré qu’il y avait vraiment quelque chose là. Je ne pouvais pas le voir, mais j’avais l’impression que c’était une longue lame. « Quand tu le touches vraiment, tu peux faire des choses comme ça. Tu peux aussi façonner l’esprit en ce que tu veux. C’est pratique, non ? »

Cela semblait pratique. En fait, ça semblait parfait pour les attaques furtives. Peut-être que cela démontrait quelque chose à propos de moi vu que c’était la première idée à laquelle j’avais pensé, mais cela semblait être quelque chose que les assassins chériraient.

« Mais il y a des inconvénients, bien sûr, » avait admis Capitan. « C’est extrêmement épuisant à utiliser. Si tu es dans un long combat, il est beaucoup plus facile de remplir ton arme d’esprit. Il vaut mieux ne l’utiliser qu’en dernier recours. »

Je pouvais voir toute la sueur sur le front de Capitan depuis qu’il avait commencé à matérialiser son esprit. Il était clairement épuisant de l’utiliser. Il était bien meilleur que moi dans l’utilisation de l’esprit, donc si c’est à ce point que cela l’avait affecté, je ne savais pas combien de temps je pourrais continuer.

« Quoi qu’il en soit, essaie-le. Quant à la manière de le faire, je vais te le faire comprendre, continue d’essayer. Si tu t’entraînes suffisamment, tu finiras par comprendre, » déclara Capitan, en reprenant le rôle de l’instructeur impitoyable dont je me souvenais il y a des années. Cela m’avait rappelé d’horribles souvenirs.

 

◆◇◆◇◆

Après que Capitan m’ait expliqué comment matérialiser l’esprit, il m’avait fait essayer de le faire moi-même encore et encore.

« D’accord, maintenant soutiens-le comme ça, » m’avait-il dit.

Je matérialisais l’esprit comme on me l’avait appris il y a un instant, mais je n’arrivais pas à le faire recouvrir mon corps comme le faisait Capitan. Tout ce que j’avais pu faire à la place, c’est qu’il couvre la paume de ma main pour créer une armure spirituelle boiteuse. Je ne pouvais pas la voir, mais je pouvais la sentir. L’idéal était de créer quelque chose comme une autre couche de peau par-dessus la mienne, mais cela ressemblait plus à un gant épais.

Et c’était fragile. Capitan avait frappé mon gant empli d’esprit fragile avec un bâton chaque fois que je l’avais essayé, et chaque fois, cela s’était brisé d’un simple coup de bâton. Capitan remplissait le bâton d’esprit quand il avait fait cela, ce qui l’avait rendu aussi dur qu’une épée de fer, donc peut-être que je ne m’en sortais pas si mal. Mais mon armure spirituelle n’était pas encore assez dure, c’est sûr. Il ne semblait pas que j’allais maîtriser cela du jour au lendemain. Mais si je continuais, je pensais que je finirais par y arriver.

« Eh bien, pas mal pour ton premier jour, » déclara Capitan.

« Combien de temps faudra-t-il pour que je puisse me couvrir tout entier d’une armure comme tu le fais ? » demandai-je.

« Qui sait ? Cela dépend de l’intensité de ton travail. Mais pour toi, le simple fait de protéger une partie de ton corps devrait suffire. On dirait que tu as de meilleurs yeux qu’avant, » déclara-t-il.

Il est vrai que ma vue s’était améliorée. Cela avait également amélioré mes réflexes, donc même si je ne projetais l’armure que sur une partie de mon corps, je pourrais peut-être utiliser cette partie comme une sorte de bouclier.

« Mais même cela semble difficile à utiliser trop souvent, » avais-je dit.

« C’est parce que tu gaspilles trop d’énergie. Je te dis de rendre l’armure plus fine parce que ce sera plus rentable. Oh, on dirait qu’il y a une fissure dans l’armure là, » dit Capitan, qui la frappa sans pitié avec son bâton. Devoir réparer l’armure chaque fois qu’il la détruisait était brutal. Après cela, j’avais finalement vidé ma réserve d’esprit et je ne pouvais plus rien projeter. J’avais essayé autant que je le pouvais, mais je n’avais pas senti l’esprit venir. « On dirait qu’il va falloir arrêter pour aujourd’hui. On ne peut pas faire grand-chose si tu es en manque d’esprit. Je sais qu’il y a des moyens d’en forcer plus. »

« Il y en a ? » demandai-je.

« Oui, si tu es prêt à réduire ta durée de vie. Cela te donnera aussi un esprit plus puissant que d’habitude. Mais je ne le recommande pas, pour des raisons évidentes, » avait-il dit. La réponse de Capitan à ma question était terrifiante, mais il avait alors pensé à quelque chose. « En fait, si tu n’as pas d’espérance de vie de toute façon, peut-être que ça te conviendrait. Tu n’as pas de durée de vie, n’est-ce pas ? »

Mais j’avais secoué la tête pour exprimer mon désintérêt. « Non merci. Peut-être que je n’ai pas d’espérance de vie, mais peut-être que j’en ai une, je ne sais pas. Je ne sais pas précisément ce que je suis au départ. Si j’essaie quelque chose d’étrange comme ça, ça pourrait vraiment m’embrouiller. »

Mais je pouvais guérir instantanément de mes blessures et me passer de sommeil. Compte tenu de toutes mes caractéristiques uniques, il semblait sûr de supposer que j’étais un mort-vivant et un vampire, mais je ne pouvais pas en être tout à fait certain. Si je testais cette méthode d’échange de la durée de vie contre l’esprit, cela pourrait finir par me tuer, pour ce que j’en sais.

« As-tu déjà utilisé cette méthode auparavant ? » avais-je demandé à Capitan.

« Non, je tiens à ma vie. Mais on m’a dit comment faire, alors si je le voulais, je pourrais. Je peux te l’enseigner aussi, » déclara Capitan.

« On dirait un autre talent fou dont tu as hérité, » répondis-je.

« Elle pourrait être utile dans des situations dramatiques, c’est tout. Elle a été transmise comme une arme secrète. Mais je ne peux pas te dire combien de personnes ont déjà utilisé cette compétence. Il n’y a pas vraiment de situation où quelqu’un aurait besoin de l’utiliser dans Hathara, » répondit-il.

Ils étaient chargés de protéger les cercles de téléportation, il était donc logique qu’ils veuillent transmettre cette compétence en cas d’invasion par une sorte de menace massive. Si Capitan avait une telle compétence, peut-être que Gharb avait aussi quelque chose de fou que Lorraine allait apprendre. L’idée de cela était un peu effrayante, mais peut-être que je m’inquiétais trop.

Capitan et moi avions continué à en discuter à notre retour au village.

 

◆◇◆◇◆

« On dirait un autre repas copieux, » avais-je dit en rentrant chez moi et en trouvant le dîner prêt. C’était la maison du maire, donc la table était belle et grande, mais elle était complètement recouverte d’assiettes de nourriture. Il est clair que cette nourriture était destinée à bien plus que moi, Lorraine et mes parents. C’était d’ailleurs assez évident compte tenu des nombreuses autres personnes présentes dans la maison. En plus de moi, Lorraine et mes parents, Capitan, Gharb, Riri et Fahri étaient là aussi.

« Que faites-vous ici ? » avais-je demandé.

« Eh bien, Gharb et Gilda ont dit qu’ils nous apprendraient à cuisiner, » déclara Riri d’un air déterminé.

« L’ont-ils fait ? » demandai-je en me tournant vers Fahri.

« Oui, » déclara la fille endormie. « Ils ont dit qu’ils nous apprendraient à cuisiner des plats importants. » Fahri allait en dire plus, mais Riri l’avait traînée à la cuisine.

« Mais qu’est-ce que c’était ? » avais-je marmonné pendant que Lorraine apportait de la nourriture.

« Eh bien, ne pose pas trop de questions, » avait-elle dit. « De toute façon, à quoi ça ressemble ? Plutôt bien, non ? »

Je devais admettre que tout cela avait l’air plutôt bien, mais je pouvais aussi dire que Gilda n’avait pas réussi. C’était subtilement différent de sa cuisine. Cela ne veut pas dire que c’était une mauvaise chose, bien sûr.

« C’est Riri et Fahri qui ont fait ça ? » demandai-je.

« Oui, tout comme moi. C’est la cuisine traditionnelle de Hathara, n’est-ce pas ? » demanda Lorraine.

« Oui, je mangeais tout le temps ce genre de choses. On trouvait la même nourriture chez n’importe qui à Hathara, » répondis-je.

Mais contrairement à la cuisine à base d’insectes que l’on trouve dans certains villages, Hathara avait utilisé de la viande et des légumes typiques. Cela comprenait de la viande de monstre, bien sûr, mais pas d’insectes. Si Hathara servait des insectes, j’aimerais probablement en manger davantage. Mais si je devais donner mon avis à ce sujet, je devrais dire que je ne suis pas fan.

« Je ne sais pas quel goût cela aura, mais donne-moi tes impressions plus tard, » déclara Lorraine. « L’idéal serait que je puisse bien cuisiner ces recettes d’ici notre retour à Maalt. »

« Bien, compris, » avais-je dit, puis j’avais pris place à la table.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire