Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 6 – Chapitre 4 – Partie 1

***

Chapitre 4 : Le secret de Hathara

Partie 1

« Oh, vous êtes enfin là. Savez-vous combien de temps j’ai attendu ? »

Dès que nous étions arrivés chez Gharb et que nous avions frappé à la porte, celle-ci s’était ouverte pour révéler la vieille femme malicieuse se trouvant de l’autre côté. Elle m’avait toujours semblé effrayante, et même maintenant je ne pouvais pas penser différemment. À un certain niveau instinctif, je ne pouvais pas lui désobéir quand je voyais ce visage. Cela ne voulait pas dire qu’elle ressemblait à un monstre ou à quoi que ce soit d’autre. En outre, j’étais bien plus redoutable quand j’étais une goule.

« Allons, ne restez pas là. Entrez. J’ai un autre invité qui m’attend à l’intérieur, » continua Gharb.

Je n’aurais pas pu deviner qui était l’autre invité. Hathara était assez petite pour que tous les villageois se traitent comme des parents. Venir dîner dans une autre maison était chose courante, donc pour la plupart, ce n’était pas inhabituel. Cependant, Gharb n’avait pas souvent d’invités, alors j’avais commencé à soupçonner quelque chose.

Nous étions entrés et avions suivi Gharb jusqu’à ce que nous arrivions dans une pièce avec une table pour le dîner. Il y avait déjà un homme assis là, et il avait levé la main pour nous saluer. « Hé, Rentt, te voilà. Et vous êtes la dame de la magie d’illusion, non ? »

Je l’avais reconnu, bien sûr. Il était également présent au banquet. Il s’appelait Capitan, et il était le chef des chasseurs du village. C’était aussi l’un de mes professeurs. Il m’avait appris comment manier les couteaux et les arcs de chasse, comment traverser correctement une forêt et comment survivre dans la nature.

Capitan avait deux adolescents et chassait depuis bien des années, mais ses compétences n’avaient pas encore diminué. Ses muscles couvraient son corps comme une armure, assez impressionnante pour correspondre à n’importe quel épéiste de Maalt. Mais même sans cela, il pouvait sans doute les surpasser grâce à sa maîtrise de l’Esprit.

L’Esprit était une compétence que tous les aventuriers devraient avoir, mais tous ne l’avaient pas. Capitan, cependant, pouvait l’utiliser à un niveau avancé. Tous les chasseurs qu’il dirigeait savaient comment utiliser l’Esprit, et même s’ils n’étaient pas aussi habiles que lui, ils étaient assez décents. J’étais probablement assez fort en ce moment pour pouvoir battre ces chasseurs, mais je ne savais pas si je pouvais battre Capitan. Je ne l’avais jamais vu se battre sérieusement, il n’avait pas besoin de le faire. Ce n’était pas le genre d’homme qui devrait languir dans l’obscurité dans ce village de montagne, mais il semblait quand même content. Il n’était peut-être pas si ambitieux, mais c’était un homme difficile à comprendre. En tout cas, il était étrange.

Lorraine l’avait déjà rencontré au banquet hier soir. Elle m’avait dit qu’il m’avait posé beaucoup de questions sur la façon dont je me battais dans l’illusion qu’elle présentait. Le simple fait de savoir cela m’avait mis mal à l’aise. En fait, toute cette situation était inconfortable. Deux de mes professeurs étaient là — trois si vous comptiez Lorraine comme mon professeur de magie.

« Pourquoi es-tu ici, Capitan ? » demandai-je en me penchant.

Alors que j’appelais Gharb « professeur », j’avais simplement appelé Capitan par son prénom. Il y a longtemps, lorsqu’il m’enseignait toutes ces compétences, je l’appelais Professeur et il disait que cela ne lui convenait pas. Peut-être pensait-il vraiment cela dans une certaine mesure, mais parfois, il semblait simplement être timide. Parfois, je l’avais quand même appelé Professeur. Cela me réconfortait, mais cela le rendait furieux. Mais c’était généralement une personne douce.

Mais je ne savais toujours pas pourquoi il était là. C’était bizarre.

« Je voulais juste voir à quel point tu as grandi, » déclara Capitan. « J’ai parlé de toi avec Gharb. Et cette dame de l’illusion, Lorraine, nous a aussi montré comment tu te bats. »

Lorraine avait exagéré son illusion à plus d’un titre, mais elle avait au moins fidèlement recréé la façon dont je me suis battu. Elle avait même inclus quelques détails mineurs. J’avais été un peu abasourdi, mais en même temps, j’avais pu voir où je pouvais m’améliorer, donc cela valait la peine de regarder. Mais je ne savais pas quoi penser de mes professeurs qui le regardaient.

« Capitan, ne l’effraie pas, » répliqua Gharb. « Rentt, on n’est pas là pour te critiquer, ne t’inquiète pas pour ça. Nous avons juste quelques questions. »

J’avais essayé de comprendre ce qu’ils pourraient vouloir demander, mais il y avait trop de possibilités à énumérer. Je m’étais tourné vers Lorraine pour décider quoi dire. Pour commencer, je ne savais pas si je serais capable de cacher quoi que ce soit à ces deux-là.

« Mais pas tout de suite, » poursuit Gharb. « Il serait impoli de vous faire faire toute la conversation, alors nous avons décidé de vous parler à vous deux du secret de ce village. Bien sûr, nous avons dit à Ingo que nous le ferions. »

« Quel secret ? Sans vouloir insulter Hathara, je pensais que ce n’était qu’un petit village dans les montagnes. Mais toi et Capitan avez des compétences que je n’ai presque jamais vues à Maalt, » déclarai-je.

J’avais trouvé étrange que tant de gens de ce genre se trouvent dans un village rural, mais ce n’était pas impossible. Il y avait plus d’histoires que je ne pouvais en compter d’aventuriers de classe Platine qui, un jour, s’étaient soudainement retirés et étaient retournés au village où ils avaient grandi. Il existait aussi un grand nombre d’histoires similaires sur des généraux militaires et des magiciens de cour. On pouvait se rendre dans presque tous les villages pauvres et trouver une personne incroyablement distinguée se promenant en vêtements ordinaires. C’est pourquoi j’avais toujours pensé que Hathara n’avait rien de si étrange. Mais à entendre Gharb, on aurait dit qu’il y avait une raison plus importante derrière tout cela.

J’avais regardé Lorraine, et elle m’avait répondu avec une expression qui disait qu’elle savait depuis le début qu’il y avait quelque chose de bizarre dans cet endroit. Elle avait pensé que quelque chose n’allait pas pendant tout le temps où nous étions ici.

« Oui, tu as en grande partie raison, » répondit Gharb. « C’est plutôt vrai pour la plupart des villageois. N’as-tu jamais pensé que c’était plus qu’un village ordinaire ? Eh bien, peut-être que tu pensais que c’était juste un peu hors de l’ordinaire, mais rien de plus que cela, j’en suis sûre. »

« Je pensais que toi et Capitan n’étiez pas à votre place, mais c’était à peu près tout. » Leur talent était suffisamment grand pour qu’ils soient aussi très recherchés à Maalt. Gharb serait appréciée en tant que médecin, tandis que Capitan serait apprécié en tant que guerrier. Et pourtant, ils étaient restés ici. J’y avais souvent pensé lors de mes aventures à Maalt.

« Donc, d’après ce que l’on peut entendre, ce n’est pas vraiment un village ordinaire ? » demanda Lorraine.

Capitan avait répondu. « Non, on peut dire que c’est un village ordinaire maintenant. Comme l’a dit la vieille dame, c’est ce que c’est pour la plupart des villageois. C’est comme ça que ça a toujours été et que ça sera toujours comme ça. Mais pour moi, Gharb, et Ingo, c’est un peu différent. »

Les trois personnes mentionnées par Capitan étaient en fait responsables du village. Une population aussi peu nombreuse n’avait pas besoin d’un conseil ou d’un rôle gouvernemental approprié comme le faisait Maalt. Ces trois personnes devaient se consulter en cas de problème, et pour les villageois, c’était eux qui prenaient les décisions. Ingo avait été inclus parce qu’il était le maire, bien sûr, Gharb était considérée comme la personne la plus compétente du village, et Capitan était le chef du groupe de combattants le plus fort.

Et pour ces trois-là, ce n’était pas un village ordinaire. Je m’étais demandé ce que cela voulait dire. Tout comme Lorraine, bien sûr. Je ne m’attendais pas à ce que cela ait un rapport avec la raison pour laquelle j’étais devenu mort-vivant, mais peut-être que cela expliquerait pourquoi ce sanctuaire avait été traité comme il l’avait été. J’avais vécu la plus grande partie de ma vie dans ce village, et l’idée qu’il avait un secret avait piqué ma curiosité.

Lorraine et moi étions tous deux curieux de nature. Si nous ne l’étions pas, nous ne serions pas des aventuriers. Un aventurier est quelqu’un qui ferait n’importe quoi, y compris risquer sa propre vie, pour apprendre ne serait-ce qu’un seul des secrets du monde. Maintenant que nous savions que ce village en avait un, partir avant d’avoir entendu la suite de l’histoire n’était pas une option.

« Alors, qu’est-ce que Hathara pour vous trois ? » avais-je demandé, pour aller droit au but.

« Je pourrais vous le dire ici et maintenant, mais vous ne comprendriez pas vraiment de quoi je parle, » déclara Gharb. « J’aimerais en parler davantage demain. Il y a un endroit où j’aimerais que nous allions tous les quatre. C’est pourquoi je t’ai dit de venir après avoir regardé le sanctuaire, mais maintenant il fait nuit. Il serait dangereux d’y aller à cette heure de la nuit. Ce soir, vous pouvez simplement dîner ici. Revenez demain matin, et je vous raconterai tout. »

La vieille femme avait souri en disant ça.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire