Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 6 – Chapitre 3 – Partie 9

***

Chapitre 3 : Tragédie et origines

Partie 9

Pendant un bref instant, j’avais cru voir la silhouette de quelqu’un dans la vapeur, mais elle avait ensuite disparu dans les airs. La silhouette en bois avait noirci et s’était effritée en sable en quelques secondes.

« Quoi ? Peux-tu faire quelque chose à ce sujet, Rentt ! » pleura Lorraine. Elle était désemparée pour une raison inconnue, mais je ne pouvais rien faire.

« Ce n’est qu’une poupée. Quel est le problème ? » avais-je demandé. Ce n’est pas comme si Viro ou Get ou n’importe quel autre nom que je voulais choisir était mort. C’était juste quelque chose que j’avais fait.

« C’est une grosse affaire ! Oh non, c’est complètement foutu, » déclara Lorraine.

Le temps que le sable soyeux tombe au sol, Lorraine avait abandonné et s’était effondrée.

« L’as-tu tant aimé ? » avais-je demandé. « Je pourrais en faire un million pour toi. Cet esprit divin nous a demandé d’en faire un autre récipient de toute façon. »

Le visage de Lorraine s’était un peu éclairci. « C’est vrai, je suppose que c’est bien. Alors, la silhouette a servi de réceptacle pour ça ? » demanda-t-elle sérieusement.

« C’est ce qu’il semblerait. Mais il a dit qu’il ne peut posséder que quelque chose qui contient du mana, donc nous devons réfléchir aux matériaux à utiliser. Une fois qu’il est fabriqué, on peut soi-disant demander à l’esprit de venir le posséder à tout moment. »

Je ne savais pas si ça allait vraiment marcher, mais ça valait la peine d’essayer. Je voulais demander plus à l’esprit. Il m’avait dit que le lieu n’avait pas d’importance, donc qu’il n’était même pas nécessaire que ce soit à Hathara. On disait que les dieux habitaient partout et nulle part. Ils voulaient dire par là que tant que vous aviez la foi, l’endroit où vous vous trouviez n’avait pas d’importance. Mais les sanctuaires et les temples étaient comme des portes qui reliaient notre monde au leur, ce qui leur permettait d’interagir facilement avec nous, d’après ce que j’avais entendu. Mais c’était un sujet qu’il valait mieux laisser aux religieux. Je pourrais demander à l’un d’entre eux de me donner plus de détails. Je ne savais pas si je devais me considérer comme chanceux, mais il se trouve que je connaissais quelques membres du clergé. Lillian et Myullias et même Nive auraient pu compter. Mais elle ne faisait pas partie de l’église, et il semblait qu’elle les utilisait plus que tout. Elle connaissait peut-être des dieux et des esprits, alors peut-être serait-il bon de le lui demander. Mais je ne voulais pas spécialement compter sur elle.

« Il est étrange que l’esprit nous laisse le nommer. S’il est censé faire partie de Viroget, je ne m’attendais pas à ce qu’il soit aussi décontracté, » déclara Lorraine.

Viroget était le Dieu des plantes, mais si cet esprit était un fragment de lui, alors il ne semblait pas déraisonnable d’aller lui demander un nom. Mais peut-être que les dieux étaient comme ça. C’était mon premier contact avec un tel être et je ne pouvais pas tous les juger sur la seule base de cette expérience, mais je ne décrirais pas cette entité comme particulièrement sainte. Il était dit qu’il s’agissait plus d’un esprit normal que d’un esprit divin, alors peut-être que je n’avais pensé cela que parce qu’il ne s’était pas avéré être un dieu important. Ou peut-être que tous les dieux étaient aussi insouciants. J’espérais que non.

« J’ai aussi trouvé que c’était terriblement désinvolte. Penses-tu que tous les dieux sont comme ça ? » avais-je demandé.

Elle avait réfléchi à la question pendant un moment. « On dit que les dieux sont si imposants qu’ils sont difficiles à défier, qu’ils se comportent avec un air de majesté divine et qu’ils sont hors de notre portée. Mais cet esprit n’avait rien à voir avec cela. Sans vouloir être grossier ou quoi que ce soit. »

Lorraine n’avait aucune foi dans une religion particulière, mais elle semblait avoir une certaine vénération pour les dieux. Elle choisissait ses mots avec soin, mais cela revenait à dire que cet esprit n’était pas du tout divin. Je ressentais la même chose.

« Je parierais que l’esprit dirait la même chose. De toute façon, je ferai une autre poupée un jour. Ce sera mieux de la sculpter à partir de quelque chose avec plus de mana. On dirait que posséder un réceptacle et y rester demande un certain degré d’effort. » Je ne voudrais pas réutiliser les mêmes matériaux pour qu’il parte au bout de quelques minutes. Il faudrait soit que je trouve des matériaux de meilleure qualité dans un donjon, soit que je les achète quelque part.

« Je suppose que nous pouvons garder cela pour quand nous retournerons à Maalt. Au moins, ce voyage n’a pas été une perte de temps. Nous en avons appris plus sur ton masque, et nous avons appris que nous pouvions demander au Dieu de l’évaluation de l’analyser, » déclara Lorraine.

« Je trouve cela un peu sommaire. J’espère que quand nous irons dans ce temple, que nous obtiendrons des informations et que nous ne repartirons pas les mains vides. »

Le Dieu de l’évaluation dominait la valeur et l’évaluation des objets, et il était surtout adoré par les marchands et les nobles. Tous les prêtres pour le Dieu de l’évaluation étaient des évaluateurs compétents, et ils recevaient toujours des visiteurs pour déterminer la valeur de leurs biens. Je n’y étais jamais allé moi-même, mais cela semblait être l’endroit idéal pour apprendre à connaître mon masque.

Il y avait cependant un problème. Les prêtres avaient une attitude stricte à l’égard des objets maudits. Vous pouviez en apporter un pour qu’il soit évalué, mais s’ils découvraient qu’il était maudit, ils insistaient pour le purifier. Si vous aviez le malheur d’être intéressé par la possession d’objets maudits, vous ne vouliez jamais les y emmener. Cela m’incluait, donc je pensais que je ne pourrais jamais y aller. Mais si l’esprit avait raison, alors mon masque était en fait saint. Dans ce cas, je pouvais aller le faire expertiser sans problème. Le pire qui puisse arriver est qu’ils le purifient et qu’il tombe, ce qui ne serait pas si mal.

S’il y avait un problème, c’était que ma vraie nature pouvait être découverte, mais les évaluateurs du temple allaient simplement utiliser d’immenses connaissances et expériences pour faire leur travail. Ils n’avaient aucune capacité particulière pour déterminer la nature de quelque chose à vue, de sorte qu’ils ne pouvaient pas voir que j’étais un vampire. Ce ne serait pas plus dangereux que lorsque j’étais allé en ville.

◆◇◆◇◆

Nous avions décidé de laisser cela pour après notre retour à Maalt. Le but serait d’aller au temple du Dieu de l’évaluation. Le problème, c’est qu’on nous avait dit d’aller au temple principal. Il y avait un temple annexe à Yaaran, mais cela ne suffisait pas. J’avais une idée du pourquoi. Les temples et les sanctuaires étaient proches du monde des dieux et des esprits, les temples principaux étant les endroits les plus faciles pour eux d’entrée dans notre monde. Mais historiquement, il n’y avait eu pratiquement aucun cas de dieux venant dans notre monde, Viro mis à part. Viro s’était montré assez désinvolte, alors peut-être que les règles étaient étonnamment souples. Il avait dit que cela lui avait demandé un certain effort, alors peut-être que c’était juste son ton qui était désinvolte et que c’était arrivé dans des circonstances très strictes. J’imaginais que c’était quelque chose comme ça et que le Dieu de l’évaluation ne pouvait venir que dans son temple principal. Viro était plus proche d’un esprit normal, ou d’un dieu mineur, mais le Dieu de l’évaluation était assez important et était vénéré depuis les temps anciens. De même, il était impossible de rencontrer des humains de haut rang avant d’avoir surmonté certaines barrières. Il fallait le bon endroit, le bon moment, le bon nombre de personnes, et plus encore. Si c’était la même chose pour les dieux, alors je pouvais comprendre pourquoi je devais aller dans leur temple principal.

Cependant, ce temple se trouvait dans un autre pays. Nous serions obligés de partir en voyage. Tant que je devrais encore enseigner à Alize et collecter des fleurs de sang de dragon pour Laura, cela poserait un problème. Mais c’était quelque chose dont il fallait discuter à notre retour.

« En tout cas, cela règle les affaires ici, » déclara Lorraine. « Il ne reste plus qu’à aller voir ton professeur. Mais le soleil s’est couché. Devrions-nous y aller ? »

Elle devait vouloir dire Gharb. J’avais oublié qu’elle nous avait invités. Je ne savais pas si elle avait quelque chose de particulier à nous dire ou si elle voulait juste discuter après toutes ces années de séparation. C’était la plus mystérieuse des villageoises, je ne pouvais donc pas commencer à deviner ce qu’elle pensait. Elle avait peut-être des raisons que je n’avais même pas envisagées. C’était une pensée un peu effrayante, mais ignorer son invitation n’était pas une option. Après tout, elle était l’une des personnes qui avaient formé la base de mes talents d’aventurier. Les disciples devaient être loyaux envers leurs professeurs.

L’heure de la journée était cependant un problème. Le soleil s’était couché. Elle aurait pu s’attendre à ce que nous nous montrions dans l’après-midi. Il n’y avait pas de lampes magiques comme celles que nous avions à Maalt, donc il faisait très nuit. Tout le monde était rentré chez lui pour dîner, puis s’était couché directement pour pouvoir se réveiller au lever du soleil le lendemain matin. Leur mode de vie n’avait rien à voir avec celui de la ville. Dans le contexte de Maalt, rendre visite à quelqu’un maintenant serait comme leur rendre visite après minuit, un peu insensible.

J’étais hésitant, mais cela ne m’avait pas arrêté. « On devrait y aller. Si elle nous dit de revenir demain, on peut le faire à ce moment-là. »

Nous avions donc décidé de nous rendre à la maison de Gharb.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire