Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 6 – Chapitre 3 – Partie 7

***

Chapitre 3 : Tragédie et origines

Partie 7

« Maintenant que je le vois réparé, c’est assez étonnant, » s’était réjouie Lorraine. Son visage était couvert de suie, mais son expression semblait brillante sous le soleil couchant. Je savais ce qu’elle ressentait. Cela avait pris beaucoup de temps, mais si nous avions réussi à rendre ce bâtiment plus beau, alors tout cela en valait la peine.

J’étais dans un état similaire, mais mon masque et mes robes bloquaient la saleté, donc je n’étais étonnamment pas si sale. La mystérieuse robe que j’avais reçue dans ce donjon était d’une qualité incroyable. Non seulement elle résistait au feu et au poison, mais elle semblait aussi résister à la saleté.

Après cela, Lorraine avait utilisé la magie pour se nettoyer. Quelques instants plus tard, elle était exactement comme avant que nous commencions.

« Si tu avais aussi jeté Linpio sur le sanctuaire, cela aurait été un jeu d’enfant, » avais-je dit franchement.

« Quel aurait été l’intérêt ? » avait-elle répondu. « Tu voulais le nettoyer pour montrer ta gratitude. Cela signifie se salir les mains, comme pour les sanctuaires de toute religion. D’ailleurs, Linpio n’est pas aussi utile qu’il y paraît. Il n’est pas utile pour la saleté qui est collée trop fort. »

Lorraine avait fait une démonstration en jetant Linpio sur un bâton au hasard. Les parties foncées étaient restées les mêmes, de sorte que le bâton n’avait pas l’air plus propre que s’il avait été lavé à l’eau. C’était comme si la poussière, le sang et l’encre se détachaient de la peau, mais pas les taches, au grand dam des jeunes filles de partout. En fait, il ne pouvait pas non plus enlever les croûtes. L’encre ne se détachait que si elle n’était pas encore complètement sèche.

La magie semblait pratique, mais elle ne l’était pas. Nous aurions pu l’utiliser pour éliminer les saletés de surface, mais la principale raison de ne pas le faire était ce que Lorraine avait souligné. Si nous voulions exprimer nos remerciements, il valait mieux nettoyer de nos propres mains. Même les fidèles de l’église du Ciel oriental, dont certains étaient des magiciens, nettoyaient leurs autels à la main à la fin de chaque saison. Linpio s’était avéré être un sort commun que même moi je pouvais utiliser, et il aurait été plus rapide et plus facile d’utiliser la magie. Mais en règle générale, offrir son appréciation nécessitait un certain travail de votre part.

« Pourtant, cela en valait la peine. On peut difficilement dire que c’est le même sanctuaire, » avais-je dit en le regardant à nouveau. Toutes les saletés avaient été enlevées et toutes les vignes avaient été coupées.

Tout ce nettoyage et ces réparations seraient inutiles si la situation s’aggravait pendant mon absence, alors nous avions aussi ramassé les mauvaises herbes dans les environs. Nous n’avions laissé que les jeunes pousses, car elles semblaient s’éloigner du sanctuaire. Je ne savais pas ce que ce sanctuaire vénérait, mais vu la nature de ma divinité, il s’agissait probablement d’un esprit divin de type végétal. Si c’est le cas, je ne voulais pas enlever trop de plantes. Mais en ce qui concerne celles qui se trouvaient partout dans le sanctuaire, j’avais dû les éliminer pour des raisons de commodité humaine. Je me sentais un peu mal, mais il n’y avait pas de meilleur choix.

« Maintenant que je vois le sanctuaire complet, il semble que tu aies fait du bon travail. Tu es vraiment talentueux, Rentt, » déclara Lorraine.

Dire que j’étais d’accord serait un peu imbu de moi-même, mais c’était clairement un meilleur travail d’entretien que ce que pouvait fournir un amateur moyen. Je m’étais entraîné sous la direction d’un professionnel, donc cela devrait aller de soi. Je ne dirais pas que j’étais au top, mais mon savoir-faire correspondrait à celui d’un apprenti.

« J’ai beaucoup appris au village, alors je les remercie. On ne sait jamais quelles compétences peuvent être utiles. Maintenant, allons-nous prier ? » demandai-je.

C’était la raison principale pour laquelle nous étions venus ici en premier lieu — pour exprimer notre gratitude à ce qui m’avait béni. Quant à savoir ce que c’était, peut-être que demander aux anciens du village ou rechercher dans les textes anciens nous éclairerait. Je ne m’attendais pas à grand-chose, mais ce serait bien d’essayer.

D’abord, je m’étais agenouillé devant le sanctuaire et j’avais serré les mains l’une contre l’autre. Lorraine avait suivi. Elle n’était pas obligée, mais je suppose qu’elle jouait le jeu. Peut-être qu’aujourd’hui, cela l’avait convaincue de se convertir à la religion de ce sanctuaire. Un esprit divin qui n’avait pas d’adeptes n’était probablement pas qualifié pour sa propre religion, mais c’était peut-être impoli de le dire.

Peu de temps après que nous ayons commencé à prier, j’avais cru entendre une voix. « Lorraine, as-tu entendu quelque chose ? » J’avais demandé, confus.

Lorraine avait levé les yeux et s’était mise à baisser la tête. « Non, rien. »

En supposant que je l’avais imaginé, j’avais recommencé à prier. « Merci beaucoup de m’avoir accordé le pouvoir pendant tout ce temps. Honnêtement, je n’ai pas beaucoup de foi, mais vous veillez toujours sur moi pour une raison inconnue. Sans ce pouvoir, je ne serais pas ici en ce moment. Si je peux me permettre de vous le demander, continuez à me bénir pour l’avenir. » C’était l’essentiel de ma prière.

Dans un coin de mon esprit, j’espérais aussi découvrir ce qu’était cet esprit divin. Mais une telle demande serait grossière, alors j’avais décidé de la garder pour moi. Si jamais je devais demander cela, il vaudrait mieux le laisser pour après l’avoir recherché au village. De plus, les esprits divins étaient censés être inconstants en général, donc même si je demandais, rien ne me disait que j’obtiendrais une réponse. Le fait que cela m’ait béni était un résultat imprévisible.

« Imprévisible ? Vous avez réparé mon sanctuaire. Je pense que vous bénir est ce que tout esprit divin ferait, » dit une voix consternée.

Cette fois-ci, ce n’était vraiment pas mon imagination. J’avais regardé autour de moi, mais il n’y avait personne d’autre que Lorraine.

« Rentt, je l’ai aussi entendu, » déclara Lorraine. « Est-ce que quelqu’un vit par ici ? »

J’avais secoué la tête. « Non, les seules maisons ici sont les maisons abandonnées que tu as vues. Parfois, les enfants explorent la région, mais sinon elle est déserte. Si ce village était plus proche de Maalt, je pourrais penser que les voleurs utilisent ces maisons comme cachettes, mais il n’y aurait aucun intérêt à faire ça à Hathara. »

Le village était bien trop éloigné de la civilisation. Cela ne servait à rien de se cacher des humains si cela signifiait plutôt être attaqué par des monstres. De plus, les habitants de Hathara étaient perspicaces, tout voleur qui essayait de se cacher ici serait rapidement découvert.

« Alors, qui aurait pu dire cela ? » murmura Lorraine.

J’avais regardé son estomac en état de choc. « Hé, Lorraine… »

« Quoi ? »

« Quelque chose rampe sous tes vêtements. Qu’est-ce que c’est ? » demandai-je.

« Mes vêtements ? »

Ce n’est que maintenant que Lorraine avait regardé en bas et avait remarqué le tortillement.

« Qu’est-ce que c’est ? » avais-je demandé. « Fais-tu une expérience où tu portes une créature bizarre sous tes vêtements ? »

Lorraine avait un peu réfléchi. « Non, pas pour l’instant, » répondit-elle. Cela semblait impliquer qu’il y avait des moments où elle laissait des organismes étranges vivre sur elle. J’avais beau vouloir poser des questions à ce sujet, ce n’était pas le sujet le plus pertinent.

« Quoi qu’il en soit, peux-tu l’enlever ? » demandai-je.

« Oh, oui, voyons voir, » dit-elle en plaçant une main sous ses vêtements. Elle avait attrapé quelque chose et l’avait ensuite retiré.

« N’est-ce pas la poupée que j’ai faite pour toi ? » avais-je demandé.

« Je le crois aussi. Mais qu’est-ce qui se passe dans le monde ? Cela bouge tout seul. »

C’était la poupée que j’avais sculptée dans du bois d’arbustes. Cela bougeait tout seul. Honnêtement, c’était effrayant.

« Pourrait-il être maudit ? » avais-je demandé.

« Non, je ne pense pas. Je ne ressens pas la présence maléfique que les objets maudits dégagent. Bien que je ne sente rien non plus de ton masque, » dit Lorraine, la silhouette se tortillait tout le temps. La façon dont cela bougeait semblait un peu absente. Je lui avais donné des membres, pour qu’il puisse au moins essayer d’agir de façon plus humaine. En tant que créateur, j’avais été déçu.

« Est-ce vous qui avez parlé ? » avais-je demandé à la poupée.

Si je devais prendre du recul, cela ressemblerait à une situation très dangereuse. Non pas dans le sens où j’interagissais avec un être inconnu sans prendre de précautions, mais parce que je parlais sérieusement à une poupée. Il y avait des poupées qui pouvaient se déplacer d’elles-mêmes dans une certaine mesure après avoir reçu du mana. Elles étaient utilisées par les maîtres marionnettistes pour les spectacles ou pour l’aventure. Une poupée parlante n’était pas si inconcevable, mais la société ne voyait pas d’un bon œil les maîtres marionnettistes. On les considérait comme un groupe étrange, et cette croyance était correcte. Pour devenir un maître marionnettistes, il fallait à la fois comprendre la technologie magique avancée et avoir une passion sans pareil pour les poupées, de sorte qu’ils étaient souvent un peu dérangés. Certains d’entre eux étaient normaux, bien sûr, mais les excentriques étaient celles qui se démarquaient. Je n’avais même jamais pensé à m’essayer à la maîtrise des marionnettes, mais si je le voulais, il me faudrait un peu de courage.

La silhouette s’était tournée vers moi. « Oui, oui, je l’ai fait. Bonjour, » dit-elle, mais sa voix ne correspondait pas aux mouvements de sa bouche. Ce qu’elle disait n’était pas particulièrement étrange, mais cela me mettait mal à l’aise. Lorraine et moi avions échangé un regard avant de poursuivre la conversation.

« Alors, qu’êtes-vous exactement ? » avais-je demandé. « D’après l’endroit où nous sommes, je suppose que vous êtes la personne à qui ce sanctuaire est dédié. Ai-je raison ? »

La poupée s’était levée brusquement. « C’est en grande partie vrai, » dit-elle. « Cependant, je ne suis qu’une fraction de mon vrai moi. Mon sanctuaire principal est ailleurs, et c’est là que vous trouverez mon corps principal, donc je n’ai pas beaucoup de pouvoir ici. Je vous ai béni, mais je suis désolé que ce soit une si mauvaise bénédiction. Je n’ai que deux disciples, alors n’en attendez pas trop. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire