Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 6 – Chapitre 3 – Partie 2

***

Chapitre 3 : Tragédie et origines

Partie 2

J’avais couru. J’avais couru pour survivre. J’avais couru pour rentrer chez moi. J’avais couru pour protéger mon amie d’enfance.

 

 

Je ne sais pas combien de temps nous avons couru. « Il faut que ce soit assez loin, » murmurai-je entre de fortes respirations, loin du chariot renversé. Mais alors Jinlin avait bégayé mon nom, sa voix tremblait, et elle avait pointé droit devant.

Ce qui était là était tellement évident que je ne me sentais pas obligé de l’expliquer, mais c’était ce vilain loup. Ses yeux injectés de sang nous regardaient avec insistance. Avec le recul, il était étrange qu’un enfant puisse courir si loin de ce monstre. Le loup devait jouer avec nous. Il aurait pu nous tuer en un instant, mais il voulait voir jusqu’où nous allions fuir. Maintenant, la récréation était terminée. Je ne l’avais pas aperçu pendant que nous courions, alors s’il se montrait maintenant, il devait s’ennuyer.

Je n’avais pas compris cela à l’époque et j’avais pensé que je devais continuer à courir. Malheureusement, mes jambes ne voulaient pas m’écouter. Jinlin ne semblait pas pouvoir faire un pas de plus. Nous étions coincés.

Je ne sais pas ce qui m’avait pris, mais je m’étais dirigé vers le loup et je m’étais tenu devant lui. Ce n’était pas la décision la plus intelligente, et c’était probablement inutile, mais c’était tout ce que je pouvais faire pour protéger Jinlin. C’était tout ce que je pouvais faire pour lui sauver la vie. Je pensais qu’elle pouvait s’enfuir pendant que le loup me tuait.

Mais le loup nous regardait. Il savait que nous ne pouvions pas nous échapper. Peu importait que je me sacrifie, mais je ne le savais pas.

J’avais écarté les bras et j’avais fixé le loup. « Jinlin, cours. » J’avais insisté. « Laisse-moi le monstre. »

Jinlin avait secoué la tête. « Non, Rentt ! JE, JE — . »

« Cours ! Je vais le retenir ! »

Nous nous étions disputés pendant un moment jusqu’à ce que le loup en ait finalement assez. Il soupira et leva sa patte avant. Lentement, il étendit ses griffes acérées, le sang de Pravda et de mes parents les recouvrant encore. Ils avaient été poignardés et déchirés par ces griffes. En quelques secondes, la même chose allait m’arriver. Mais si je pouvais gagner assez de temps pour que Jinlin puisse s’échapper, c’était suffisant. Dans cette optique, je me sentais rassuré en me tenant là.

J’avais fermé les yeux et j’avais senti une rafale lorsque le loup avait baissé sa patte avant. Mais quelque chose m’avait poussé. Les griffes ne m’avaient jamais touché. En me demandant ce qui s’était passé, j’avais ouvert les yeux. Ce que j’avais trouvé était la pire conclusion que j’aurais pu imaginer et la dernière chose que je voulais voir.

Jinlin avait chuchoté mon nom, le sang coulant de sa bouche. J’avais regardé plus bas et j’avais vu une griffe pointue qui sortait de sa poitrine. Elle était censée m’empaler, mais Jinlin l’avait pris ma place. Le loup avait lentement retiré sa griffe, et le sang s’était écoulé du corps de Jinlin. Elle était tombée au sol dans une flaque d’eau pourpre.

« Jinlin ! Jinlin ! Hé ! Jinlin ! » J’avais crié en courant vers elle. Je ne me souciais plus du loup. Je ne me souciais pas qu’il me tue. Jinlin était plus importante. Je devais la sauver d’une manière ou d’une autre. Mais le sang continuait à couler, et elle devenait plus pâle à la seconde près. J’avais essayé de trouver un moyen de la garder en vie, mais c’était inutile.

Elle pouvait encore parler, mais sa voix était faible et lente. « Rentt, je suis désolée, je suis… »

« Jinlin, ne parle pas ! Tu vas mourir, tu vas mourir ! »

« Dis à mes parents que je suis désolée. Continue à vivre, Rentt. Avant de mourir, je veux que tu saches que je voulais, euh, t’épouser un jour. »

« Nous pouvons le faire, Jinlin. Tu dois juste survivre. »

« Oh, Rentt, » dit-elle en riant, « Tu peux vivre heureux avec quelqu’un d’autre. »

La mort arrive trop vite. Le corps de Jinlin s’était rapidement à trembler, et assez vite, elle n’avait plus répondu à mes paroles.

« Jinlin, Jinlin ! Pourquoi ? » J’avais crié. Je ne me souciais plus de rien. Je ne pouvais même pas lui transmettre son message parce que ce monstre-loup était toujours là. Quelque chose en moi avait craqué et j’avais pris un bâton pour faire face au loup. C’était idiot. Je ne pouvais pas gagner, et mes chances de survie étaient encore plus faibles que si j’essayais de m’enfuir. Mais si j’allais mourir, je voulais mourir en me battant.

Le loup me regarda avec amusement, puis se redressa et me fit face comme s’il me chassait. C’est alors que je m’étais rendu compte qu’il avait déjà joué à des jeux auparavant. Je ne savais toujours pas pourquoi il avait ressenti le besoin de prendre une position de combat, mais peut-être que le loup avait senti que c’était la bonne chose à faire. Maintenant que j’y pense, le loup était également sur ses gardes contre Pravda. Mais il faudrait que je demande au monstre lui-même pour en être sûr.

J’avais brandi mon bâton. Ma forme était épouvantable et je ne pouvais courir qu’à un rythme effréné. Ce n’était pas une façon de combattre un monstre. Mais cela n’avait pas d’importance. Je n’essayais pas tant de me battre que de mourir. Je ne savais pas si le loup le savait ou non, mais il avait l’air amusé lorsqu’il avait ouvert la bouche en grand et s’était approché de moi. On aurait dit qu’il allait me couper en deux, mais je n’avais pas peur.

Sa bouche s’était rapprochée. Si je m’attaquais à sa gueule béante, je pensais pouvoir faire des dégâts, même avec un bâton. Je l’avais poignardée et, étonnamment, j’avais réussi à lui égratigner les gencives. Je ne savais pas si c’était un coup de chance, ou si le loup ne faisait pas attention, ou s’il avait laissé faire exprès, mais j’étais satisfait. Au moins, je m’étais vengé d’une manière ou d’une autre.

Acceptant mon sort, j’avais attendu d’être écrasé dans ses mâchoires. Mais juste à ce moment, j’avais entendu un grand fracas. Quelque chose me défendait contre le loup.

 

◆◇◆◇◆

J’avais levé les yeux et j’avais vu un homme adulte. Il tenait un sabre bien plus gros que mon corps tout entier, et il l’utilisait pour tenir le loup à distance.

« Reculez, » dit-il, en maîtrisant son arme. « Je vais faire quelque chose. »

J’étais trop désemparé pour penser, alors j’avais fait ce qu’on me disait. Le loup avait essayé de me griffer, mais l’homme avait déplacé son épée et il l’avait forcé à s’éloigner. Aujourd’hui encore, je pense qu’il était un combattant hors pair. À l’époque, je ne savais rien du combat, mais je pouvais dire d’un seul coup d’œil qu’il était un maître grâce à ses beaux mouvements.

Cela avait conduit à une bataille entre l’homme et le loup. Le loup avait sauté sur l’homme, et l’homme avait avancé son épée vers le loup. Les deux s’étaient déplacés trop vite pour que je puisse les suivre. Je pouvais voir à quel point le loup m’avait repoussé et j’avais compris le talent de l’homme. C’était comme si la bataille se déroulait dans son propre monde. Les deux étaient à égalité. Le loup évitait l’épée d’un cheveu ou la bloquait avec ses crocs. L’homme détournait les griffes et les crocs du loup avec son épée ou esquivait plus vite que l’œil ne pouvait voir.

Lorsque tous deux avaient finalement atteint les limites de leur endurance, l’homme avait remporté la victoire. Le loup avait baissé sa garde pendant un instant seulement, et l’homme s’était approché et avait donné un coup qui avait laissé une entaille dans la poitrine du loup. Le loup hurla de douleur. Il lui avait donné un coup de patte avant et le fit tomber, mais l’homme avait bloqué l’attaque désespérée avec son épée, sortant ainsi indemne.

Du sang sombre s’écoulait de la poitrine du loup, formant un lac rouge. Sa respiration était laborieuse, et ses yeux, remplis du seul désir de tuer, fouillaient frénétiquement la zone. J’étais loin de la scène, mais j’avais quand même reculé. L’homme, cependant, n’était pas effrayé.

Le loup et l’homme s’étaient regardés dans les yeux pendant un certain temps encore, jusqu’à ce que la tension se dissipe et que le loup fasse marche arrière. Puis, à ma grande surprise, le loup s’était enfui au loin. J’avais regardé tout cela de près, et j’avais été abasourdi. Le loup ne semblait pas du genre à s’enfuir, mais c’est ce qu’il avait fait face à l’homme.

L’homme était resté sur ses gardes pendant un moment, mais quand sa sinistre présence n’avait plus été ressentie, il avait couru vers moi. « Allez-vous bien ? » demanda-t-il.

J’avais été sauvé à la dernière seconde d’une attaque de monstres. Sa question était tout à fait naturelle, mais je n’étais pas dans le bon état d’esprit.

« Pourquoi ? » avais-je demandé à mon tour.

« Hm ? »

« Pourquoi n’êtes-vous pas venu plus tôt ? »

C’était la pire façon dont j’aurais pu réagir. Si je devais sauver quelqu’un et qu’il me disait la même chose maintenant, ce serait comme un cauchemar. J’aurais dû le remercier. J’aurais dû le remercier, je le savais. Mais quand j’avais regardé le cadavre de Jinlin gisant à mes pieds, je ne pouvais rien dire d’autre.

Pourtant, l’homme était gentil. Il avait regardé mon amie morte. « Désolé. Si seulement je courais un peu plus vite. Je suis vraiment désolé. C’est de ma faute. »

Je ne pouvais pas le blâmer. La vérité, c’est qu’ils n’avaient pas eu de chance. Jinlin était morte, mes parents étaient morts, et Pravda était morte. J’étais le seul à avoir la chance d’échapper à ce puissant monstre en restant en vie. Et c’est grâce à cet homme alors je n’avais pas le droit de me plaindre.

Mais l’homme s’était quand même excusé. Il avait essuyé les larmes de mes yeux et m’avait ensuite serré dans ses bras. Cela m’avait seulement fait pleurer et crier plus fort.

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire