Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 6 – Chapitre 2 – Partie 3

***

Chapitre 2 : Un banquet de bienvenue et les origines de Rentt

Partie 3

« Désolée de m’être mise en travers du chemin, » répondit Lorraine sans tarder. Quand on pense à ceux qui n’étaient plus là, la présence des autres pouvait être gênante. Rentt rencontrait les morts, et Lorraine ne voulait pas le déranger. Personne ne devait l’interrompre.

« Non, c’est bon, » déclara Rentt. Il avait attrapé son bras alors qu’elle essayait de partir. « Je suppose que papa t’a dit que j’étais ici. »

Il devait vouloir dire Ingo, mais auparavant, Rentt l’avait appelé « Papa ». Lorraine se demandait s’il l’appelait consciemment « Papa » maintenant parce qu’il était sur la tombe de ses parents. Si c’était un choix inconscient, elle pensait qu’il valait mieux ne pas trop creuser.

« Comment le sais-tu ? Ne penses-tu pas que je trouverais cet endroit moi-même ? » demanda Lorraine,

« Nous sommes assez éloignés du reste du village, et tu sais que je suis difficile à détecter depuis que je suis devenu mort-vivant. Même toi, tu n’aurais pas pu me trouver aussi facilement. En plus, papa sait que je viens toujours ici quand je rentre à la maison. Cet endroit me fait perdre la notion du temps. Je reste si longtemps que quelqu’un doit inévitablement venir me chercher, » expliqua Rentt.

C’est peut-être pour cela qu’Ingo n’avait jamais mentionné que c’était un cimetière. S’il l’avait fait, Lorraine se serait peut-être abstenue de venir. Mais si ce que Rentt avait dit était vrai, le chercher ici était une chose courante, alors elle n’avait aucune raison de se sentir mal. Lorraine avait décidé qu’elle pouvait tout aussi bien rester et avait pris un siège.

« En outre, tant que tu es au village, tu devrais rendre visite à mes parents avec moi, » poursuivit Rentt. « Tu es la meilleure amie que j’ai en dehors du village. Je suis sûr que mes parents adoreraient te rencontrer. »

« Je vois. Alors, ne t’en fais pas si je le fais, » déclara Lorraine. Elle s’était agenouillée devant les pierres tombales et avait tenu ses mains ensemble en prière. « Bonjour, parents de Rentt. Je m’appelle Lorraine Vivie. Je suis amie avec votre fils depuis dix ans. » Elle s’était présentée et avait parlé de leurs souvenirs à Maalt. « Rentt et moi, nous nous verrons encore beaucoup à l’avenir. Je vous prie de veiller sur nous depuis le ciel, » avait-elle conclu.

 

 

« J’ai vraiment été frappé par tout ce que nous avons vécu ensemble, » marmonna Rentt. Il avait lui-même vécu ces événements et en avait aussi des souvenirs, mais en entendre parler sous un autre angle lui semblait étrange.

« Tu as en effet tendance à t’attirer des ennuis. Cependant, par rapport à ta pléthore de problèmes récents, tes anciens problèmes étaient du genre de ceux que tout aventurier traite, » répondit Lorraine.

« C’est vrai. Je n’aurais jamais pensé que je visiterais les tombes des morts tout en étant moi-même mort. J’avais en quelque sorte hâte d’y aller, » déclara Rentt.

« Pourquoi ? En quoi cela aurait-il été différent d’avant ? » demanda Lorraine.

« Je pensais que j’aurais peut-être la capacité de voir les esprits maintenant et que je pourrais voir mes parents. Mais j’ai été déçu, malheureusement, » répondit Rentt.

« Les esprits ? Ce serait difficile. On dit que la plupart des âmes passent par la Porte des Morts sans s’attarder dans ce monde. Il n’y a aucun moyen de les rappeler, à moins d’être un nécromancien. Mais même dans ce cas, il n’est pas clair s’il s’agit vraiment d’esprits, » répondit Lorraine.

« Oui, je le sais. Je n’étais pas si sérieux. C’est bon, » déclara Rentt, mais il avait l’air un peu déçu. Il avait peut-être de plus grandes attentes qu’il ne voulait l’admettre.

« Désolé d’en parler, mais tes parents n’ont-ils pas été tués par des monstres ? » demanda Lorraine, pensant qu’il serait étrange de ne pas aborder le sujet alors qu’ils étaient assis devant leurs tombes. Il n’avait pas besoin d’en parler s’il ne voulait pas. S’il ne le faisait pas, Lorraine était sûre qu’il changerait de sujet.

« Oui, ils l’ont été, » déclara Rentt, moins gravement que ce à quoi Lorraine s’attendait. « Ils étaient allés dans un village voisin pour vendre les produits spéciaux de notre village. Ils n’ont pas eu de chance, pour être honnêtes. Normalement, ils auraient dû vendre les produits à un marchand ambulant qui les aurait apportés lui-même au village, mais il était en retard. L’hiver approchait, et nous avions désespérément besoin d’argent pour acheter des produits de première nécessité. C’est pourquoi mes parents et moi, ainsi que la mère et la fille du maire, sommes allés au village voisin. »

 

◆◇◆◇◆

« Les noms de mes parents sont gravés sur leurs tombes. Mon père s’appelait Locusta, et ma mère se nommait Melissa. Locusta avait une apparence robuste et une forte carrure. Je n’ai jamais pensé que nous nous ressemblions beaucoup, mais mes parents adoptifs disent toujours que j’ai ses yeux. Quant à ma stature, j’ai hérité davantage de ma mère, mais elle était belle et populaire. Mes parents étaient déjà mariés depuis un certain temps, mais les hommes la demandaient encore en mariage en tant que blague. Elle les a tous refusés, bien sûr. »

« Ah oui, et il y avait la mère du maire, ma grand-mère adoptive. Elle s’appelait Pravda. Elle ressemblait à la femme médecin dont j’ai déjà parlé. Elles étaient sœurs, alors peut-être que ça devrait être évident. La femme médecin lui ressemblerait si son visage avait été un peu plus mince et beaucoup moins méchant. Mais je suppose que cela ne te dit rien. Je ne l’ai vue nulle part au banquet, mais si nous allons la voir demain, tu sauras de quoi je parle. La première impression de tout le monde sur Gharb est que c’est une vieille dame cruelle, et si tu passes un peu de temps avec elle, tu apprendras que tu as raison de le penser. La plupart des enfants du village ont peur d’elle. Elle peut être étonnamment gentille à l’occasion, mais assez sur elle pour le moment. »

« Nous avons fait venir une femme aussi âgée uniquement parce que Pravda devait agir en tant que représentante de la famille du maire. La fille du maire était venue voir sa grand-mère faire son travail. Et elle était venue parce que j’y allais aussi. Nous étions des amis proches. On peut dire que nous étions en quelque sorte fiancés. Mes parents avaient grandi avec ses parents. Ils avaient été amis toute leur vie, et ils voulaient tous qu’on se marie. J’aurais pu dire non, mais j’avais cinq ans à l’époque et je n’y pensais pas beaucoup. Mais je l’aimais bien. J’y aurais peut-être pensé quand nous aurions grandi, mais au lieu de cela, je ne peux que me demander ce que cela aurait pu être. »

« En tout cas, c’était notre groupe. J’étais persuadé que ce serait un voyage amusant. Notre destination était le village le plus proche du nôtre, donc étant donné la distance, je ne sais pas si “voyage” est le bon mot pour ça. Quoi qu’il en soit, aucun des chevaux de Hathara n’avait beaucoup d’endurance pour tirer des calèches, donc le voyage allait durer deux ou trois jours. Quant au résultat final de ce voyage, je pense que tu peux déjà le deviner. »

 

◆◇◆◇◆

« Rentt, Jinlin, avez-vous fini vos bagages ? » nous avait demandé ma mère, à moi et à la fille du maire. Mon père et les jeunes hommes du village devaient faire les bagages dans la calèche, alors Jinlin et moi n’avions pas grand-chose à faire.

« Oui, on a fini, » avais-je dit.

« Tout est fini ! Je suis prête à partir n’importe quand ! » Jinlin répondit après moi.

« Très bien, alors montez dans la calèche. Presque tous les bagages devraient être chargés maintenant, » déclara ma mère avec un sourire.

Jinlin et moi étions allés dans cette direction. Elle avait bavardé pendant que nous marchions. « Hé, Rentt, comment trouves-tu l’autre village ? Je n’ai jamais été dans un autre village avant. J’ai hâte d’y être ! »

Je n’avais jamais quitté le village, et la plupart des enfants du village avaient moins de dix ans. Il pouvait y avoir des monstres ou des voleurs. Peu de voleurs se donnaient la peine de s’approcher d’un village isolé comme Hathara, mais certains exilés errants gagnaient leur vie dans la région. Les monstres, par contre, attaquaient n’importe qui, quel que soit le potentiel de profit. Les adultes pouvaient fuir les monstres ordinaires, mais il était préférable que les enfants restent à la maison.

Il y avait cependant eu des exceptions. Si un enfant était appelé à devenir chef de village, ses parents ou d’autres membres de sa famille le faisaient sortir du village alors qu’il était encore jeune. Jinlin était l’un de ces cas.

Mes parents ne dirigeaient rien et mon père n’était pas du village. Il avait voyagé pendant longtemps avant de s’installer à Hathara, et les villageois avaient apprécié son expérience. Il était souvent choisi pour représenter le village quand il fallait voyager à l’extérieur. Et ma mère voulait venir avec lui, alors ils ne pouvaient pas vraiment me laisser derrière eux (à moins qu’ils ne me laissent avec quelqu’un, comme ils l’avaient fait auparavant). Mais j’avais cinq ans maintenant, et ils avaient pensé qu’il était temps pour moi de m’habituer à voyager. Ils espéraient que je prendrais un jour la place de mon père pour ces excursions.

Mais à l’époque, j’étais encore un petit enfant et je ne pouvais rien dire à Jinlin. « Je ne sais pas, » avais-je dit. « Mais ça doit être effrayant dehors. J’espère qu’on ne verra pas de monstres. »

« Tu es un chat qui a peur, Rentt. Dis juste que tu vas battre tous les monstres ! » cria Jinlin. Elle était du genre rude et tapageur, du genre à aimer grimper aux arbres et à jouer avec des épées miniatures. En revanche, j’étais introverti et je préférais jouer tranquillement avec des blocs de construction à la maison.

 

◆◇◆◇◆

« C’est une surprise, » déclara Lorraine. « Te connaissant, je pensais que tu aurais déjà agité une épée en bois à l’époque. »

« Pas du tout, » avais-je répondu par un rire amer. « Eh bien, tu n’es pas si loin de la vérité. J’ai commencé à m’entraîner peu après. En tout cas, c’était le gamin que j’étais à l’époque. »

« Un individu doux et timide ? » demanda Lorraine.

« J’avais aussi l’air assez féminin, mais pas parce que j’essayais de le faire. Dans une certaine mesure, je le fais toujours, mais tout le monde a dit que je ressemblais à une fille quand mes cheveux poussaient. J’étais aussi timide, et je n’ai jamais été du genre à grimper aux arbres, » répondis-je.

Dans mes souvenirs, j’avais une personnalité féminine. Je ne savais pas si cela avait beaucoup changé depuis, mais je ne pouvais pas imaginer que quelqu’un me regarde à l’époque et devine que je suis devenu un aventurier.

« C’est un sacré choc. Eh bien, ton visage avait peut-être l’air féminin. Mais des années d’aventures endurcissent un homme, alors je suppose que cela a changé les choses, » déclara Lorraine.

« Mon visage a donc l’air du visage d’un aventurier, dis-tu ? » avais-je demandé en plaisantant.

« C’est difficile à dire pour l’instant, vu le masque, » avait-elle répondu.

« C’est dommage. Bien, laisse-moi continuer l’histoire. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire