Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 5 – Chapitre 4 – Partie 6

***

Chapitre 4 : Le voyage

Partie 6

Le bol à vapeur contenait des œufs brouillés recouverts d’une substance gélatineuse. Ils étaient assez transparents pour voir les têtards gigantesques à l’intérieur. C’était le plus étrange. À côté, il y avait une grande assiette avec non seulement cinq ou six, mais vingt ou trente mantes frites dans un grand tas. C’était un spectacle à voir. En fait, je n’avais plus faim rien qu’en le regardant. Je ne voulais pas toucher le gettamba.

Assise à côté de moi, Lorraine avait chargé son assiette et les avait mangés comme n’importe quelle autre nourriture. « Quoi, Rentt, tu ne manges pas ? Eh bien, peut-être que ce ne sera pas bon pour toi sans sang, » dit-elle, assez prévenant pour murmurer la dernière partie.

Ce n’était pas le problème. Je n’aimais tout simplement pas l’aspect de la nourriture. Hathara n’avait jamais eu une cuisine aussi flagrante et peu civilisée. Mais nous n’avions pratiquement pas de grenouilles d’hiver ni de mante religieuse dans les environs de Hathara, alors c’était probablement en partie à cause de cela. Ils avaient mangé ces monstres dans ces régions en partie pour réduire leur nombre alors qu’ils étaient encore petits, mais ce n’était pas nécessaire quand ils n’étaient pas présents.

« Non, ce n’est pas ça. Je vais en manger, je le jure, » avais-je insisté, en pleurant intérieurement alors que je mettais une quantité dérisoire d’œufs de grenouille dans mon assiette. Ils étaient fermes, et je pouvais voir que les têtards géants se déplaçaient toujours à l’intérieur. En ayant des remords de leur avoir ôté la vie, je les avais mis dans ma bouche et j’avais touché la substance gélatineuse avec ma langue. Cela avait une texture étrange, douce, mais trempée dans les jus du ragoût, cela lui donnait une saveur fine. J’avais développé la volonté de manger plus, en mordant dans un têtard. Un goût doux remplissait ma bouche, contrairement à leur aspect écœurant. Il était légèrement sucré, tandis que les jus étaient savoureux. Je n’en avais jamais assez, si seulement cela avait eu l’air normal.

Ensuite, il y avait eu les mantes de Curtis frites. Étonnamment, il n’en restait pas beaucoup non plus. J’étais à la même table que Lorraine et les autres passagers, qui avaient tous mangé sans problème. J’avais entendu tous les bruits de craquement et j’avais su qu’ils venaient des mantes, cela aurait dû être évident. J’avais tendu la main pour attraper une mante et j’avais établi un contact visuel avec elle. Perturbé et ne supportant plus de regarder cette bestiole en silence, je l’avais mise dans ma bouche la tête la première et l’avais coupée en deux. La sensation de croustillant s’était répandue partout, ainsi qu’un goût rafraîchissant atypique de la friture. J’avais pensé que c’était bon, parfait pour accompagner une bière, et il se trouvait que le cocher et l’homme d’âge moyen buvaient de la bière avec. Je m’inquiétais de la façon dont se déroulerait le trajet de demain, mais la tortue géante avait assez d’intelligence pour nous entraîner en douceur, même si le cocher l’avait fouetté n’importe comment.

J’avais fini par surmonter ma répugnance et j’avais mangé la nourriture comme n’importe quoi d’autre. Mais la prochaine fois que je viendrai dans cette ville, je revivrai probablement tout cela. Lorraine avait dit qu’elle voulait revenir manger ça un jour, donc nous nous arrêterions probablement sur le chemin du retour. Je devais me préparer mentalement avant cela.

 

◆◇◆◇◆

« Grâce à vous deux, nous avons pu manger de la nourriture savoureuse pendant tout le voyage ! Si jamais nous vous voyons à Maalt, nous vous offrirons quelque chose d’agréable ! » déclara la jeune femme après être descendue du carrosse.

« Nous vous sommes redevables, » ajouta son père, debout à côté d’elle. « J’ai entendu dire que vous avez aussi combattu des monstres une nuit. Ce n’est pas grand-chose, mais voilà. » Il nous avait offert une pièce de bronze.

« Non, nous ne faisions que nous défendre. Si vous voulez faire quelque chose pour nous, vous pouvez nous offrir un bon repas quand vous serez de retour à Maalt, en supposant que vous reviendrez, » suggéra Lorraine.

Nous avions parlé un peu avec l’homme d’âge moyen et la jeune femme, assez pour savoir qu’ils retournaient dans le village où vivaient la mère et les grands-parents de la femme. Ils restaient à Maalt pour le travail la plupart du temps, mais retournaient dans leur village lorsqu’ils avaient des vacances. La mère s’occupait des grands-parents. C’était une histoire commune.

« En êtes-vous sûr ? Normalement, vous devriez même payer un aventurier de la classe Argent en pièces d’argent, » déclara l’homme.

La classe d’argent et la classe de bronze étaient des titres commodes dans la mesure où ils fournissaient une estimation du prix des services de l’aventurier. Les aventuriers de la classe argent avaient l’habitude de prendre une ou deux pièces d’argent, mais maintenant elles étaient encore plus chères en raison de l’inflation. Les aventuriers de la classe bronze prenaient autrefois une pièce de bronze, mais bien sûr, leur prix avait augmenté depuis. Nous avions quand même été capables d’obtenir une ou deux pièces d’argent tout au plus. Le portefeuille d’un aventurier de classe Bronze n’avait jamais été dans le meilleur des états.

« Nous n’étions pas là pour un travail, c’est bon. Ce n’était même pas par bonté de cœur. Nous voyageons aussi, et c’était aussi bien d’avoir des gens pour parler. À une prochaine fois, » déclara Lorraine.

« Zut, on ne voit pas beaucoup d’aventuriers généreux de nos jours. Bien, alors, à la prochaine fois, » déclara l’homme d’âge moyen. Il avait fait ses adieux et était entré dans le village avec sa fille.

« Il est temps d’y aller, » déclara le cocher, qui avait fait avancer la calèche. Nous en étions encore au troisième jour du voyage. Il en restait encore trois ou quatre. Les seuls passagers restants étaient nous, le cocher et le couple de vieux.

 

◆◇◆◇◆

« Je sais que j’ai continué à me moquer de la ruralité de ta région de naissance, mais je ne suis peut-être pas allée assez loin, » déclara Lorraine en sortant la tête du carrosse.

Elle avait raison. Nous n’étions entourés que de montagnes et de forêts. Jusqu’à l’endroit où le père et la fille avaient débarqué, il y avait encore des routes comme on en voit autour des villages. Mais maintenant, il y avait des montagnes, des montagnes, des montagnes, des forêts, et encore des montagnes. La route était suffisamment nivelée pour qu’un chariot puisse la traverser, mais de justesse. Le cocher avait l’habileté et le chariot avait la durabilité, mais cette partie était toujours effrayante. Si le chariot se brisait, il faudrait marcher.

Au fait, le vieux couple était descendu hier. La distance entre la route et leur destination les obligeait à marcher un peu, alors Lorraine et moi les avions portés jusqu’à la fin du trajet. Heureusement, le cocher avait dit qu’il attendrait notre retour. Il avait même dit qu’il camperait sur place et qu’il attendrait notre retour si nous ne revenions pas ce jour-là. C’était un bel avantage par rapport aux routes de campagne, les voitures en direction de l’ouest n’avaient jamais été aussi flexibles. Ils étaient souvent pleins à craquer et les citadins étaient toujours soucieux d’arriver à temps. Les arrivées tardives allaient toujours susciter des tonnes de plaintes, les passagers exigeant le remboursement de leur argent. Sur cette route, rien de tel n’était possible. C’est peut-être en partie parce que les paysans étaient plus paresseux, mais le cocher ne s’attendait pas à gagner beaucoup d’argent quoiqu’il arrive, et les passagers étaient prêts à suivre le mouvement.

« Eh bien oui, si ce n’était pas si loin, je me rendrais chez moi plus souvent. Il faut du temps pour arriver ici, un temps que je n’avais pas. Heureusement, je peux maintenant me débrouiller sans travailler constamment, mais jusqu’à récemment, je devais travailler tous les jours pour mettre de la nourriture sur la table, » avais-je déclaré.

C’était typique des aventuriers de la classe Bronze. Si vous aviez un groupe, vous pourriez travailler plus efficacement et éviter une telle pauvreté, mais ce n’est pas le cas. Mais j’aimais peut-être aussi un peu trop gaspiller l’argent. J’étais obsédé par des objets magiques apparemment inutiles.

« Si tu m’avais dit que tu traversais une période difficile, je t’aurais accordé un prêt sans intérêt, » déclara Lorraine.

« Comment pourrais-je demander cela ? Je veux être ton égal, » déclarai-je.

J’avais peur que mon dénuement me laisse aussi isolé socialement, mais si Lorraine avait dit qu’elle offrirait de l’argent, alors elle l’aurait probablement fait. Malgré tout, je n’avais pas voulu en demander. Du moins, pas tant que j’avais encore d’autres options. Au pire, j’aurais pu être forcé d’abandonner ma fierté, mais je me serais alors efforcé de la rembourser pour le reste de ma vie. Les amis de longue date sont précieux pour moi.

« Il n’est pas nécessaire d’être aussi têtu. Peut-être que tu es comme ça, » avait-elle reconnu.

C’était vrai, je vivais la vie comme je le voulais. Si j’y renonçais, ce serait ma mort. C’est pourquoi, même si j’étais mort-vivant, je me considérais toujours comme vivant. Ma volonté avait survécu.

 

◆◇◆◇◆

Le trajet s’était poursuivi pendant une demi-journée environ. « Presque arrivé, » murmura le cocher.

Lorraine et moi avions regardé dehors et avions vu la route s’agrandir progressivement. Nous étions arrivés au point où la route était utilisée par les villageois de Hathara, elle avait donc été entretenue dans une certaine mesure. Une rivière coulait le long du chemin, c’est probablement pour cette raison. J’avais reconnu le paysage par ici.

« Enfin, » déclara Lorraine, épuisée. Même elle avait du mal à supporter toutes ces secousses. Elle était de la ville, alors je doutais qu’elle n’ait jamais monté un carrosse qui basculait autant.

« Je peux le voir maintenant. C’est le village de Hathara, » avais-je chuchoté.

Lorraine regardait aussi droit devant elle. « Une clôture en bois ? Cela semble un peu primitif. »

« On pourrait le croire, mais la guérisseuse d’Hathara enduit cette clôture d’un produit extrêmement efficace pour éloigner les monstres. Et si certains monstres passent, il y a des chasseurs qui peuvent s’en occuper. Leurs défenses sont bonnes. »

Si quelque chose de trop puissant apparaissait, ils devaient faire appel à des aventuriers, mais ils avaient suffisamment de gens qui pouvaient vaincre des gobelins ou des slimes. Même au plus profond des montagnes, la vie était possible.

« J’en ai déjà entendu parler, mais ce village est un peu étrange. Il y a des villes autonomes avec leurs propres défenses contre les monstres, mais peu de petits villages dans les montagnes peuvent s’en vanter. Ou peut-être que je suis simplement ignorante, et c’est normal pour les villages de montagne, » déclara Lorraine.

« Je n’en suis pas sûr. Je pensais que c’était normal, mais quand j’y pense maintenant, c’est un peu bizarre. Les médicaments de la guérisseuse sont exceptionnellement efficaces et les chasseurs semblent plus forts qu’ils ne devraient être, » répondis-je.

« Il y a aussi ce mystérieux sanctuaire où tu as été béni. J’ai dit comme excuse à Hilde que je venais par curiosité, mais cela semble intéressant. J’ai hâte d’enquêter, » déclara Lorraine avec enthousiasme.

Cela ne me dérangeait pas, mais pour moi, c’était un village ordinaire. Je ne pouvais pas imaginer qu’elle trouverait quelque chose en dehors du sanctuaire, mais je pouvais y penser après notre arrivée. Dans cette optique, nous avions attendu que la calèche atteigne le village.

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire