Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 5 – Chapitre 4 – Partie 5

***

Chapitre 4 : Le voyage

Partie 5

« C’est fait. Votre divinité est assez bien cachée pour que je ne la remarque pas. L’utilisateur moyen de divinité n’aura aucune chance de le découvrir, » déclara Hilde, dos au ciel orange.

J’avais passé la nuit à apprendre les bases des arts divins et à les mettre en pratique jusqu’à ce que je maîtrise quelque chose qui me semblait au moins correct. Je pouvais contrôler et cacher ma divinité, mais je me demandais si c’était vraiment les principes fondamentaux, car ce n’était pas facile. Mais j’en avais besoin pour éviter des problèmes à l’avenir, donc je ne pouvais pas me plaindre.

« Dois-tu continuer à faire ça tout le temps ? » avais-je murmuré.

« C’est facile une fois qu’on s’y est habitué. Considérez cela comme une formation continue jusque-là. La sensation de contrôle est aussi naturelle que la respiration au plus tôt dans une semaine. Regardez, » déclara Hilde, et elle avait libéré sa divinité.

Elle avait caché sa divinité pendant tout ce temps, alors je ne savais pas exactement combien elle avait jusque-là. Maintenant que je l’avais vue le libérer, elle était des dizaines de fois plus grandes que le mien, voire des centaines. Peut-être même plus que cela. Nive était similaire, mais cela avait détruit toute la confiance que j’avais acquise depuis lors. Si elle pouvait cacher toute cette divinité, alors ses prétentions d’être une puissante utilisatrice de la divinité étaient vraies. Je commençais à peine à m’intéresser aux arts divins, il était donc difficile d’en être sûr.

« Vous avez tellement plus que moi que je ne sais pas si je peux suivre votre exemple. » J’avais donné mes honnêtes impressions.

Hilde secoua la tête. « Si je perdais face à un jeune homme qui ne connaissait rien aux arts divins, à quoi servirais-je ? Maintenant, cela suffira pour l’essentiel. Dorénavant, lisez le livre que vous m’avez montré et continuez vos études. Les leçons du livre sont exactes, et vous devriez maintenant avoir une idée des arts divins. »

Je ne savais pas si le contenu du livre de Laura était correct ou s’il valait la peine de le suivre, alors j’avais demandé à Hilde. Elle lui avait donné son sceau d’approbation et avait dit que c’était bon.

« Très bien, mais que faire s’il y a autre chose que je ne comprends pas ? » demandai-je.

« Alors, demandez-moi. Je travaille depuis la capitale, alors venez me rendre visite si vous avez des questions. Voici mes coordonnées et mon numéro d’enregistrement auprès de la guilde, » déclara Hilde en me remettant un morceau de papier brouillon. « Maintenant, il est temps que je prenne congé. Les autres passagers de votre voiture pourraient être effrayés s’ils me voyaient. Dites à Lorraine que je lui dis au revoir. J’aimerais discuter avec elle de questions universitaires un jour. Adieu. » Elle avait saisi l’herbe dans les cendres et s’était dépêchée de partir. Sa démarche était ferme et confiante.

J’avais presque envie de l’appeler pour qu’elle revienne. Nous venions de nous rencontrer, mais elle était étrangement affable.

« Est-elle partie ? » Lorraine avait demandé, en me remarquant et en se frottant les yeux. Elle dormait avant ça.

Je n’avais pas du tout besoin de dormir pour rester en bonne santé, mais Lorraine n’était qu’un être humain. Elle aurait probablement pu passer le quart de nuit et être juste un peu endormie, mais la route allait devenir encore plus cahoteuse, de sorte qu’elle ne pourrait pas dormir dans la voiture. Les monstres étaient également les plus susceptibles d’apparaître à partir de maintenant. Si elle se battait alors qu’elle était fatiguée, elle pourrait me frapper par accident, et ce n’était pas préférable. Lorraine l’avait reconnu, et bien qu’elle ait voulu parler à Hilde, elle avait fait du sommeil sa priorité.

Lorraine et Hilde avaient une quantité surprenante de choses à discuter. Hilde avait vécu si longtemps que ses connaissances et son expérience étaient même utiles à Lorraine. Lire des livres était amusant, mais il y avait beaucoup de choses qu’ils ne pouvaient pas vous apprendre. Lorraine était une lectrice passionnée, et même elle en était parfaitement consciente. Il était logique qu’elle veuille entendre ce que Hilde avait à dire.

« Oui, elle m’a dit de te dire qu’elle te dit au revoir. Elle dit aussi de venir à la capitale si tu as besoin de savoir quelque chose sur les arts divins, » déclarai-je.

« La capitale ? Je n’y vais pas beaucoup, » répondit Lorraine.

« Moi non plus, » avais-je dit.

Dans mon cas, je ne trouverais pas beaucoup de travail d’aventurier dans la capitale, mais Lorraine avait évité l’endroit parce qu’elle le trouvait gênant. Quand elle avait voulu quelque chose qui n’était disponible que dans la grande ville, elle avait envoyé une lettre à une connaissance de l’Empire Lelmudan. Même les plus grandes villes d’un petit pays comme Yaaran étaient comme Maalt pour Lorraine. Mais si elle n’y allait pas souvent, elle y était allée quelques fois, contrairement à un campagnard à part entière comme moi.

« Eh bien, nous n’avons pas le temps pour le moment, mais je vais y réfléchir. Même si je préfère ne pas aller à la capitale, il n’est pas impossible que je sois convaincue, » déclara Lorraine.

« Très bien. Devrions-nous réveiller tout le monde maintenant ? Il est temps pour nous de partir, » avais-je suggéré.

Nous avions fait le tour en réveillant les passagers et le cocher. Nous devions partir dès que le soleil commençait à se lever si nous voulions arriver à destination. L’idéal serait de ne pas avoir à camper deux nuits de suite.

 

◆◇◆◇◆

Aucun des autres passagers ne semblait savoir ce qui s’était passé. Les zombies et notre (enfin, vraiment juste Lorraine) élimination d’eux et la visite de Hilde dans notre camp toute la nuit leur étaient totalement inconnus. Les zombies étaient déjà morts, il n’y avait donc aucun signe de vie de leur part, et Hilde était une aventurière suffisamment expérimentée pour savoir comment dissimuler sa présence au citoyen moyen. Du point de vue des passagers, nous avions passé une nuit de camping paisible. Le cocher semblait avoir remarqué quelque chose, mais quiconque voulait conduire une voiture sur ces routes non goudronnées devait être fort en soi. S’il l’avait remarqué, cela aurait été logique.

Le carrosse avait avancé sous le soleil du matin et avait atteint une ville juste avant le coucher du soleil. Il ne s’était rien passé cette fois-ci, au grand soulagement de Lorraine et de moi-même. Je n’étais pas là en tant que garde du corps, j’avais donc préféré éviter autant que possible l’angoisse de ce métier. Non pas que les voleurs qui seraient apparus sur ces routes de campagne seraient très difficiles à démanteler. Les monstres qui s’étaient pointés sur la route ne représentaient pas non plus une grande menace, mais c’était plus de travail que ce que je voulais faire.

« C’est bien, on dirait que je vais pouvoir dormir dans un lit cette nuit, » déclara Lorraine en sortant de la voiture.

Nous étions restés assis si longtemps que nos corps étaient raides. Nous nous étions étirés en marchant, produisant des bruits de claquement.

Le chemin ici était très cahoteux. La route vers l’ouest était bien entretenue et exempte de rochers qui gêneraient un attelage, ce qui rendait le trajet plus facile. J’aurais aimé qu’ils s’occupent aussi de cette route, mais vu le temps et l’argent que cela prendrait, je ne m’attendais pas à ce que cela arrive un jour. Je le financerais moi-même si j’avais l’argent, mais je ne l’avais pas. Il avait donc fallu que j’y renonce.

« J’attends la nourriture avec impatience, » avais-je dit. La cuisine de la plupart des villes était normale, mais ce village avait les délices que j’avais mentionnés précédemment. J’avais hâte de voir comment Lorraine réagirait à cela, mais elle avait ensuite dit quelque chose d’inattendu.

« Ah oui, ce village est célèbre pour son solest et son gettamba. J’ai aussi hâte de les essayer, » déclara Lorraine.

Je pensais que ces mots mystérieux ressemblaient à des noms de sorts magiques.

Lorraine avait froncé les sourcils. « Quoi ? T’es-tu déjà arrêtée dans cette ville plusieurs fois, non ? Le plat d’œufs de grenouille d’hiver est appelé solest, et les bébés mante de curtis frits sont appelés gettamba. »

Maintenant qu’elle l’avait mentionné, j’avais déjà entendu ces noms. Les noms n’étaient pas aussi percutants que les plats eux-mêmes, alors ils ne m’avaient pas marqué. On pouvait voir les têtards dans les œufs de grenouille d’hiver, et les mantes de curtis frites étaient encore identifiables comme des mantes après avoir été cuites, avec cinq ou six placés sur une assiette. Toute femme qui les mangeait devait soit être originaire de cette ville, soit avoir beaucoup de cran. La plupart seraient trop surpris pour les mettre dans leur bouche. Mais Lorraine était différente, semblait-il.

« Veux-tu les essayer ? Je ne sais pas quoi dire, » avais-je dit, sans savoir quoi dire.

Lorraine avait deviné où je voulais en venir. « Penses-tu que c’est bizarre ? Tu ne te trompes pas, mais ils étaient énumérés dans un livre que j’ai acheté l’autre jour à un vendeur de rue. Quand j’ai vu qu’ils étaient disponibles à proximité, j’ai voulu les essayer, » dit-elle, en me rappelant qu’elle avait acheté un livre sur la cuisine des monstres.

Je pensais que Lorraine achetait tous les livres, quel que soit leur genre, pour assouvir sa soif de connaissances, mais je ne m’attendais pas à ce qu’elle s’intéresse sincèrement au sujet. Mais peut-être que ce désir de connaissance l’avait rendue ouverte à tout, sachant comment était Lorraine. Elle laissait rarement les préjugés se mettre en travers de son chemin, pour le meilleur ou pour le pire. C’est pourquoi elle m’avait quand même accepté quand j’étais devenu un mort-vivant. Mais elle n’avait pas eu à faire preuve de la même générosité pour la nourriture. Je ne savais même pas si elles me conviendraient, cela faisait si longtemps que je n’avais pas mangé ces plats. Au moins, le goût était bon. Il faudrait attendre jusqu’au dîner.

Sur ce, nous nous étions dirigés vers l’auberge. Le cocher avait pris des dispositions à l’avance pour que nous y restions, notre arrivée tardive n’avait donc pas été un problème. Mais nous aurions pu arriver n’importe quand, sachant à quel point cette ville était loin de la civilisation.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire