Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 5 – Chapitre 4 – Partie 4

***

Chapitre 4 : Le voyage

Partie 4

Tout ce à quoi je pensais, c’était à quel point je ne voulais pas lui dire. Plus j’avais d’armes secrètes en réserve, plus la vie serait facile. Mais ce n’est pas comme si j’avais déjà fait beaucoup pour cacher ma divinité. Je ne pensais pas que c’était quelque chose de spécial à l’époque. Mais maintenant, je pouvais faire beaucoup plus, et personne ne le savait à part ceux à qui j’avais parlé de ma situation. J’avais réfléchi à ce qu’il fallait faire jusqu’à ce que Hilde dise quelque chose qui mette fin à cela.

« Cependant, je connais déjà la réponse. Rentt, vous êtes un utilisateur de Divinité, n’est-ce pas ? » demanda Hilde.

Cela m’avait un peu surpris. Seulement un peu, car Hilde disait qu’elle était un maître des arts divins. Elle avait probablement des techniques que je ne connaissais pas moi-même.

Hilde expliqua. « Normalement, je ne le saurais pas, mais pendant un certain temps après avoir utilisé la divinité, on peut voir des résidus dans son corps. Il faut y regarder de près, alors excusez-moi d’empiéter sur votre vie privée. »

Nous ne savions pas si c’était vrai ou non. J’avais emprunté l’un des livres de Laura sur les arts divins, mais je n’avais pas lu assez pour apprendre quoi que ce soit. Peut-être que cela m’aurait aidé si j’avais lu davantage. Cependant, il était étonnamment difficile à saisir. Je pouvais imaginer à quoi la magie était censée ressembler suffisamment bien pour apprendre des sorts dans les livres, mais les descriptions écrites des arts divins étaient souvent difficiles à saisir. Au moins, j’avais déjà pu me faire une idée de certains aspects de la divinité. Le plus gros problème était de savoir dans quelle mesure cela semblait être théorique. Il faudrait que quelqu’un m’apprenne les bases avant que je puisse effectuer correctement des arts divins, et cela semblait prendre beaucoup de temps. Sans cette connaissance, je n’avais aucun moyen de dire si Hilde mentait. Lorraine ne pouvait pas du tout utiliser la divinité, elle n’avait donc aucun moyen de la voir. Cela signifiait que nous devions deviner si Hilde disait la vérité d’après son ton et son attitude.

Cela s’était avéré impossible. Lorraine et moi, nous nous étions regardés puis nous avions abandonné. Rien dans l’expression de Hilde ne nous avait donné un indice. Peut-être était-ce typique des elfes qui vivaient si longtemps, ou peut-être était-ce une compétence propre à Hilde. Dans tous les cas, nous étions désavantagés. Même si Hilde bluffait, je savais qu’elle était presque certaine d’avoir raison. L’eau bénite ne pouvait pas purifier aussi complètement que la divinité. Je ne m’en étais rendu compte que lorsque j’avais pu le sentir, mais plus votre divinité devenait forte, plus vous étiez sensible à l’énergie maléfique et aux miasmes. Quand on la regardait à travers cette lentille, les pouvoirs de purification de l’eau bénite étaient inférieurs à la divinité, ou du moins de nature différente. L’eau bénite était plus adaptée à la précision, et il en fallait davantage pour couvrir une zone plus étendue. Vous pourriez peut-être le mettre dans un vaporisateur, mais ce serait probablement un blasphème. Les bouteilles d’eau bénite en aérosol se vendraient-elles ? Pas tout de suite, j’en suis sûr, mais ils seraient certainement utiles. Il faudrait d’abord les faire connaître.

Quoi qu’il en soit, je devais maintenant réfléchir à ce qu’il fallait faire pour Hilde. Après en avoir déduit autant qu’elle l’avait fait, il était probablement préférable de dire la vérité. Son regard suspicieux était devenu douloureux, et contrairement à mon statut de vampire, ce n’était pas le genre d’information qui me ferait tuer. Elle pourrait essayer de me faire adhérer à une religion, ce qui serait ennuyeux, mais ça ne pourrait pas être pire que ça.

« Oui, vous avez raison, j’ai purifié les cendres. Je peux utiliser un tout petit peu de divinité, mais je ne sais pas comment utiliser les arts divins ou toute autre technique appropriée avec elle. Je ne crois pas non plus vraiment aux dieux, alors je ne peux pas adhérer à une religion, » avais-je admis. Si j’avais pu utiliser ces techniques, j’aurais peut-être pu cacher ma divinité, ce qui était assez frustrant.

« Je le savais, » déclara Hilde. « Votre manque de confiance peut être un problème. » Elle avait froncé les sourcils.

« Que voulez-vous dire ? » avais-je demandé.

« Comme je l’ai dit, votre divinité est quelque chose que tout utilisateur raisonnablement doué peut voir. Les utilisateurs de divinité sont rares, comme vous le savez sans doute. Toutes les religions en voudraient plus. Personne ne fait de prosélytisme mieux que les saints, aussi les religions se battent-elles pour les utilisateurs de divinité depuis des temps immémoriaux, » déclara Hilde.

Malgré cela, je n’avais pas encore été repéré par la moindre religion. C’était comme quand j’avais rencontré Nive et Myullias, ou quand j’avais rencontré Lillian. Peut-être qu’elles étaient prévenantes et n’avaient rien fait. Lillian ne pouvait tout simplement pas savoir que j’avais de la divinité. Quant à Nive et Myullias, Nive était peut-être trop zélée pour en parler. Si elle avait essayé de me faire rejoindre sa religion après tout ce qui s’était passé, j’aurais dit non de toute façon.

« Ne puis-je pas leur dire que je ne suis pas intéressé ? » demandai-je.

« Oui. Cependant, faire cela chaque fois deviendrait fatigant. Il y en a aussi qui utilisent des méthodes grossières. Vous feriez mieux d’apprendre à cacher votre divinité, » avait-elle dit.

Un bon conseil, mais je ne savais pas par où commencer. J’avais lu un livre sur les arts divins et je l’avais à peine compris. La langue était trop unique pour que je puisse apprendre quoi que ce soit sans beaucoup de travail.

Hilde avait semblé remarquer mon hésitation. « Je peux vous enseigner, si vous le souhaitez. Je n’appartiens à aucune organisation religieuse, » avait-elle proposé.

Cela semble assez vrai. Les elfes avaient leur propre foi, et peu croyaient aux religions créées par les humains. Pour les elfes, leur foi faisait aussi davantage partie de leur vie. L’arbre sacré était le sujet de leur culte. Enfin, pas tous, et ils n’avaient pas nié l’existence des dieux. C’était compliqué.

En tout cas, l’offre de Hilde me semblait bonne, mais j’avais d’autres affaires à régler. D’ailleurs, m’enseignerait-elle gratuitement ? Probablement pas, et j’avais peur de savoir ce qu’elle allait exiger.

« Vous voulez quelque chose en échange, n’est-ce pas ? » avais-je demandé honnêtement.

« Non, je ne peux pas vous forcer à faire quoi que ce soit, » répondit Hilde avec un sourire. « Mais puis-je avoir cette herbe là-bas ? »

Je ne m’attendais pas à cela. Elle avait fait référence à l’herbe dans les cendres. Il y avait beaucoup de petites pousses. J’allais les quitter et continuer mon voyage, alors je n’avais pas de problème avec ça.

« Pourquoi ? » avais-je demandé, toujours curieux de connaître ses raisons. L’herbe dégageait une légère divinité, mais je n’en voyais pas l’utilité.

« Je ne sais pas trop quoi vous dire, Rentt, mais je suppose que vous avez été béni par un esprit de la nature. Par conséquent, les plantes poussent à partir de ce que vous purifiez. Il y en avait autrefois beaucoup comme vous, mais plus maintenant. Le nombre de plantes qui produisent la divinité a considérablement diminué. Ils sont rares, alors je les veux. Est-ce d’accord ? »

Cela m’avait laissé beaucoup de matières à penser. Si c’était tout ce qu’elle voulait, je n’avais guère de raison de refuser. Hilde pourrait dire à plus de gens que j’étais un utilisateur de divinité, mais il était trop tard pour l’empêcher. Mais elle n’avait pas besoin de preuves. Certaines personnes le sauraient tout simplement.

« Très bien, prenez-le. En retour, apprenez-moi tout sur la divinité, » répondis-je.

 

◆◇◆◇◆

Nous avions quand même des projets. On n’qvait pas de temps pour apprendre tout de suite, et Hilde n’aurait certainement pas le temps d’enseigner ça alors qu’elle était en plein travail.

« Je vous apprendrai bientôt tout, mais je peux pour l’instant vous enseigner les bases de la dissimulation de la divinité. Ne vous inquiétez pas, ça ne sera pas long. Vous êtes de garde de nuit ? Je peux vous enseigner avant que vous n’ayez terminé, » déclara Hilde.

Elle ressemblait à un escroc que j’avais vu en ville et qui colportait une méthode pour perdre dix kilos en une seule semaine. Je pourrais imaginer le titre de son livre, Divinité pour les nuls : apprenez les bases en une seule nuit, selon le Style Hilde. Cela m’avait semblé sommaire.

Hilde avait remarqué que j’avais les yeux plus étroits. « Il se trouve que je suis un adepte des arts divins. Je ne vous montrerai pas les profondeurs de la divinité, mais la surface peut être grattée en une nuit seulement. Je crois que la magie est similaire, » déclara Hilde, qui s’était tournée vers Lorraine.

Lorraine semblait savoir ce qu’elle voulait dire. « Eh bien, vous pourriez apprendre à contrôler le mana et à utiliser la magie de base ainsi, » déclara Lorraine en se basant sur son expérience avec Alize. Il y avait certainement des gens qui pouvaient acquérir ça en une nuit. Certains ne pouvaient pas, mais c’était une question de talent.

« En tout cas, essayez-le. Le cours ne prendra que jusqu’à l’aube. Une leçon hâtive, certes, mais une fois que vous l’aurez comprise, vous pourrez vous améliorer par vous-même, » déclara Hilde d’une manière que je pouvais comprendre.

Les arts divins n’avaient rien à voir avec la magie, alors je ne savais pas ce que l’on devait ressentir en l’utilisant. Je ne pourrais peut-être pas apprendre en une nuit, mais Hilde serait dans la capitale. Dans le pire des cas, je pourrais même lui rendre visite pour finir la leçon, alors j’avais décidé d’accepter son offre.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire