Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 5 – Chapitre 4 – Partie 2

***

Chapitre 4 : Le voyage

Partie 2

Nous avions regardé la forêt jusqu’à ce que nous sachions ce qu’ils étaient.

« Ils ne semblent pas être des personnes. Plutôt les restes de personnes, » marmonna Lorraine avec sympathie.

« Quelques décennies ne signifient pas grand-chose pour les morts-vivants. Peut-être si tu es du genre à devoir consommer quelque chose pour vivre comme moi, mais pas ceux-là, » déclarai-je.

« C’est vrai, » déclara Lorraine.

C’était des zombies.

 

◆◇◆◇◆

Lorraine et moi avions observé les cadavres putrides qui marchaient. Ils avaient des vêtements en lambeaux, des lances de bambou et des houes. Ces monstres étaient appelés zombies, et c’était un autre type de morts-vivants. Ils étaient différents de moi en ce sens que j’étais un vampire et que j’avais besoin de l’énergie tirée du sang pour survivre, mais les zombies n’avaient pas de telles limites. Peut-être, en échange, les zombies avaient tendance à être fragiles et faibles.

Cela étant dit, ils représentaient toujours une grande menace pour les humains ordinaires. Les chercheurs croyaient que les créatures vivantes évitaient de trop solliciter leur corps en s’empêchant structurellement d’exercer toute leur force, mais les zombies étaient déjà morts. Leurs corps pouvaient se déplacer et s’étirer de manière impossible autrement. Leur tête tournait tout autour, et leurs membres s’effilochaient comme s’ils n’avaient pas d’articulations. Ces attributs pourraient même en faire une nuisance surprenante pour les aventuriers.

Cependant, la principale raison de les éviter était leur puanteur et leurs corps crasseux. Ils étaient souvent porteurs de maladies. Ce serait bien s’ils erraient au hasard, mais nous ne pouvions pas les laisser s’approcher du camp. Il fallait les vaincre tout de suite. Lorraine et moi étions rapidement arrivés à la même conclusion. Il ne restait plus qu’à savoir comment les battre.

« La magie fonctionne-t-elle ? » avais-je demandé à Lorraine.

« Eh bien, probablement. Tu seras contaminé si tu les combats au corps à corps, donc cela ressemble à un travail pour moi, » avait-elle dit.

Lorraine avait sorti sa baguette et s’était approchée des zombies. Elle agita sa baguette magique en s’approchant. Je m’étais demandé ce qu’elle faisait, mais j’avais ensuite remarqué que le vent se mettait à souffler de nous vers les zombies. Elle avait jeté un sort sans incantation. C’était un sort de bas niveau, mais le lancer comme s’il n’était rien avait montré le talent de Lorraine. Je pouvais faire la même chose, mais seulement avec les quelques sorts de base que j’avais utilisés à plusieurs reprises au cours de la dernière décennie, donc ça ne voulait pas dire grand-chose. Ces sorts ne nécessitaient pas beaucoup de retenue. Mais ce n’était pas le cas pour le sort utilisé par Lorraine. Il devait être maintenu stable pour que le vent continue à souffler, ce qui aurait dû être difficile. Le but était d’empêcher la puanteur ou les morceaux de chair de zombie de s’envoler vers nous.

Quand Lorraine était arrivée devant les zombies, ils avaient commencé à tourner autour d’elle. Des signes de vie les avaient attirés vers notre camp, mais leur vue semblait faible. Ils ne s’étaient pas intéressés à moi ni à rien d’autre autour du carrosse et s’étaient plutôt concentrés uniquement sur la Lorraine. Parce qu’il pourrait y avoir plus qui effectuait une embuscade, j’étais resté sur mes gardes, mais n’avais rien remarqué autour de moi. Les zombies n’étaient pas non plus assez intelligents pour se faufiler entre les gens. Il n’y avait aucune raison de trop s’inquiéter. J’avais senti d’autres zombies au loin, mais leur nombre diminuait régulièrement pour une raison inconnue, donc ils ne posaient pas de problème. Peut-être qu’ils s’entretuaient, peut-être qu’ils combattaient des bandits, ou peut-être qu’ils rencontraient d’autres aventuriers. Pour l’instant, j’avais choisi de rester prudent, mais le mieux était de me tourner vers la Lorraine.

« Oui, cela devrait suffire, » déclara Lorraine une fois qu’elle avait été encerclée. « Personne d’autre n’est à proximité ? Bien. Vent, je t’ordonne de souffler. Feu, je t’ordonne de brûler. Devenez un tourbillon qui incinère mon environnement. Paloom Igni Su Turbo, » avait-elle chanté.

Des flammes s’étaient matérialisées autour de Lorraine, suivies d’une rafale. Le vent avait tourbillonné autour des flammes et avait créé une tornade ardente. Le cerveau pourri des zombies semblait encore à peine fonctionner parce qu’ils essayaient de fuir le tourbillon. Mais il s’était avéré trop puissant, les flammes rouges les avaient réduits en cendres.

Lancer de la magie du feu près d’une forêt semblait suicidaire, mais seulement pour un mage amateur. Une mage du calibre de Lorraine pourrait contrôler leur magie suffisamment bien pour empêcher le feu de se propager. Mais si j’essayais, nous aurions un feu de forêt sur les bras. L’idée était si effrayante que je n’avais pas pu trouver la volonté d’essayer.

 

 

Au bout d’un certain temps, tous les zombies avaient été incinérés. Le sort avait une puissance redoutable, mais Lorraine se retenait toujours. Son incantation aurait pu être meilleure, et elle avait même inclus dans son sort une ligne pour réduire la force de la magie. Lorsque la tornade avait rétréci et avait disparu, Lorraine était restée indemne là où elle avait été. Elle s’était tournée vers moi.

« Rentt, viens par ici, » avait-elle dit.

Je m’étais demandé ce qu’elle voulait et j’avais trouvé un tas de cendres et de cristaux magiques. Ils venaient clairement des zombies, mais j’aurais pensé qu’ils étaient partis en cendre. Le niveau de contrôle qu’elle avait sur ses sorts était une chose à voir, mais maintenant je voyais pourquoi Lorraine m’avait appelé ici.

« Je pensais qu’il suffirait de les réduire en cendres, mais après avoir rassemblé tout cela, je suppose que non. Je pourrais utiliser de l’eau bénite, mais comme par hasard, je t’ai ici. Peux-tu t’en occuper ? » avait-elle demandé.

En d’autres termes, la cendre et les cristaux étaient pleins d’énergie maléfique et de miasmes. J’étais censé utiliser mon pouvoir pour purger tout ça.

 

◆◇◆◇◆

De nombreux monstres impurs devaient être purifiés après la défaite, ce que les aventuriers allaient faire de différentes manières. La méthode mentionnée par Lorraine consistait à utiliser de l’eau bénite sur les cadavres. Elle fonctionnait assez bien sur tous les monstres sauf les plus puissants, c’était donc une tactique relativement courante. Mais la plupart des aventuriers ne s’étaient pas donné la peine de faire quoi que ce soit. L’eau bénite coûtait de l’argent, et peu d’aventuriers la transportaient en permanence. S’ils acceptaient une demande pour vaincre des monstres impurs, tout aventurier doté de bon sens en amènerait, mais beaucoup choisissaient de ne pas le faire parce que c’était trop d’efforts ou que cela réduirait leurs profits.

Au lieu de cela, ils laissaient ainsi les restes. C’était une mauvaise idée, car les cadavres des monstres impurs maudissaient la terre sur laquelle ils mouraient, la rendant finalement inhabitable, comme dans le cas du marais des Tarasques. Les miasmes des zombies n’étaient assez forts que pour rendre la terre autour de leurs cadavres infertiles pendant quelques années, mais il valait mieux faire quelque chose pour eux. C’est pourquoi Lorraine avait rassemblé toutes les cendres en un seul endroit. Elle avait probablement recueilli les cristaux justes pour qu’on puisse les vendre plus tard, mais il fallait aussi les purifier.

Lorsque les monstres étaient réduits en cendres, comme dans ce cas, la purification était parfois inutile. S’ils avaient été dispersés par la tornade, l’énergie maléfique et les miasmes seraient suffisamment dispersés pour la rendre inoffensive. Il pouvait rendre les passants un peu malades ou ralentir la croissance des plantes, mais rien de plus. Ce n’était toujours pas bon, mais c’était acceptable.

Mais Lorraine était une aventurière sensée, alors elle gardait de l’eau bénite sur elle et l’aurait utilisée si je n’étais pas là. J’étais là, cependant, donc elle n’en avait pas besoin. L’eau bénite étant chère, il était préférable de la garder en réserve quand c’était possible. En revanche, toute divinité que j’aurais utilisée finira par se rétablir toute seule. Cela avait montré à quel point les utilisateurs de la Divinité pouvaient être utiles.

« Alors, je suppose que je vais faire ça, » avais-je dit. J’avais tendu mes mains vers le tas de cendres et de cristaux et j’avais commencé à remplir mes mains de divinité. La purification et la guérison étaient deux choses que je savais instinctivement faire, ce qui était un bel aspect de la divinité. La bonne façon de procéder était probablement plus efficace, mais pour l’apprendre, il faudrait que je rejoigne une organisation religieuse quelque part. Cela, sinon je devrais demander à un utilisateur indépendant de divinité. Ils n’étaient pas nombreux, mais ils existaient.

J’avais lentement versé plus de Divinité jusqu’à ce que l’aura maléfique des cendres et des cristaux se dissolve dans l’air. Cela semblait avoir été purgé, alors j’avais poussé un soupir de soulagement. Je savais comment le faire, mais je n’avais jamais appris correctement, donc je n’étais pas sûr que ma méthode soit correcte. Cela ne semble pas avoir posé de problèmes cette fois-ci, du moins, mais il y avait une curiosité.

« L’engrais ambulant frappe à nouveau. Est-ce ce qui se passe quand on purifie quelque chose ? » Lorraine murmura en fixant les cendres purgées.

« Arrête de m’appeler comme ça, » avais-je exigé. « Mais à en juger par ces résultats, je dois admettre que ce n’est pas inexact, » avais-je répondu en regardant aussi les cendres. Il y avait des pousses qui s’allongeaient, et je savais qu’elles avaient poussé grâce à ma divinité. Les plantes ne pouvaient pas pousser sur des terres corrompues, ce qui prouvait que la purification avait fonctionné, mais cette entrée dans la liste des raisons de m’appeler « engrais ambulant » m’avait laissé stupéfait.

« Ce n’est pas comme si cela faisait du mal, » avait conclu Lorraine. « Je suppose qu’il est sûr de ramasser les cristaux magiques maintenant, non ? »

J’avais regardé les cristaux et j’avais confirmé qu’il n’y avait plus de miasmes ou d’énergie maléfique. « Ouais. Cependant, je ne m’attendrais pas à beaucoup d’argent pour des cristaux de zombie. »

« Probablement pas, mais je peux les utiliser pour faire des recherches sur la nécromancie. Ils seront parfaits pour cela, » annonça-t-elle.

Lorraine le disait comme si ce n’était rien, mais la nécromancie était une sorte d’art interdit. Il n’était pas interdit par le gouvernement et vous ne seriez pas exécuté pour l’avoir utilisée, mais il était considéré comme immoral. On disait que la nécromancie elle-même était une technique légendaire qui avait été perdue avec le temps. Il ne restait plus que quelques ouï-dire inquiétants. C’était probablement la raison des recherches de Lorraine, mais elle pourrait très bien ramener la nécromancie si elle essayait, et c’était une pensée un peu effrayante. Mais je ne m’attendais pas à ce que Lorraine s’intéresse à cela.

« Pourquoi faire de la recherche sur la nécromancie ? » l’avais-je interrogée.

« Cela pourrait aider à comprendre les morts-vivants. La nécromancie a été oubliée depuis longtemps, donc la recherche des morts-vivants qui continuent d’exister pourrait être plus rapide, mais cela pourrait aider d’une manière ou d’une autre, » avait-elle répondu.

Maintenant, j’avais compris. « Alors tu le fais pour moi ? » avais-je demandé.

Lorraine m’avait regardé comme si j’étais stupide d’avoir demandé. « Évidemment, oui. Sans ça, je préfère ne pas toucher aux arts interdits. Ce n’est pas comme si j’allais être exécutée pour avoir fait des recherches, donc ce n’est pas comme si c’était un problème sérieux, » avait-elle répondu.

J’avais l’impression de lui faire porter du poids sur les épaules. « Désolé, » je m’étais excusé.

« Ce n’est pas le bon mot pour décrire la situation, Rentt. Il y a autre chose que tu pourrais dire, » déclara Lorraine.

« C’est vrai. Merci pour ton aide, » déclarai-je.

« Je t’en prie, nous sommes amis. Ne t’inquiète pas, » répondit-elle.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire