Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 5 – Chapitre 3 – Partie 3

***

Chapitre 3 : Existence et statut

Partie 3

« Honnêtement, ce n’est plus un problème, mais quelque chose m’est arrivé, » avais-je poursuivi.

« Quel était le problème ? » demanda Wolf.

« Je ne pouvais pas me montrer devant les gens, » répondis-je.

« Je vois, cela explique le masque. Cependant, plus d’un aventurier a de grosses blessures, et le visage ne fait pas exception. Je ne vois pas pourquoi cela signifie que tu as dû changer de nom, » déclara Wolf.

Il avait raison, et je ne savais pas comment l’expliquer sans trop en dévoiler. La réponse simple était que j’étais devenu mort-vivant, mais le fait de révéler cela si tôt m’avait semblé être une mauvaise idée. Je n’avais aucun moyen de le prouver de toute façon. Même Nive n’avait pas pu déterminer que j’étais un vampire.

Alors que je réfléchissais à ce qu’il fallait faire, j’avais repéré un poignard sur le mur. Je l’avais pointé du doigt. « Peux-tu me donner ça une seconde ? » avais-je demandé.

Wolf hésita un instant. Je pensais qu’il avait peur que j’attaque, mais cela n’aurait plus aucun sens maintenant. Si je voulais le tuer, j’aurais déjà essayé. De plus, Wolf n’avait peut-être qu’un œil, mais il était probablement un puissant guerrier. Il était persuadé qu’il pouvait m’arrêter si je faisais quoi que ce soit.

« D’accord, très bien. Mais pour quoi faire ? » avait-il demandé.

Je ne lui avais pas répondu. J’avais pris le poignard et j’avais remonté ma manche.

« Hé, qu’est-ce que tu fais ? » demanda Wolf.

Wolf avait paniqué et s’était levé, mais il était trop tard. J’avais déjà coupé le milieu de mon bras gauche. Cela avait laissé une longue entaille, et le sang avait coulé.

« Mais qu’est-ce que tu fais ? » déclara Wolf en regardant mon bras, mais son œil s’était vite élargi en état de choc. Il avait été témoin de l’impossible. « La plaie s’est refermée ? Comment ? Je ne t’ai pas vu utiliser de médicaments ou de magie. » L’utilisation de la divinité, de la magie ou des onguents aurait eu le même effet. Wolf savait par expérience qu’il s’agissait d’autre chose.

« C’est pourquoi j’ai dû cacher mon identité. En restant la personne que j’étais, j’aurais conduit tout cela vers le chaos, » avais-je dit.

« Qu’est-ce que cela signifie ? » demanda Wolf.

« Je suis un mort-vivant. Ce corps n’est plus celui d’un humain, mais celui d’un vampire, » répondis-je.

C’est du moins ce que je pensais. J’avais commencé à me poser des questions récemment, mais c’était une explication suffisante pour le moment.

◆◇◆◇◆

Bien sûr, mes revendications avaient fait sursauter Wolf. Au début, il avait cru que j’avais perdu la tête. C’était une vérité difficile à avaler, mais j’avais fait preuve de capacités de régénération anormales. La seule explication était que je disais la vérité, comme il s’en était vite rendu compte. Il avait quand même un tas de questions.

Wolf avait finalement réussi à sortir de sa stupeur et à bouger sa bouche par la force de sa volonté. « Je ne m’attendais pas à entendre ça. Je ne sais pas trop quoi demander en premier lieu, mais en mettant de côté la question de savoir si c’est vrai, comment cela s’est-il passé ? » avait-il demandé.

Wolf n’était toujours pas convaincu que j’étais devenu mort-vivant. J’aurais ressenti la même chose si quelqu’un m’avait dit cela, même s’ils étaient en temps normal honnêtes. Il voulait savoir comment cela s’était passé, ou peut-être plus encore comment j’avais acquis le pouvoir de me remettre rapidement de mes blessures. Il me semblait qu’il fallait commencer par le début.

Je lui avais tout raconté dans l’ordre, à l’exception du passage secret dans le Donjon de la Lune. J’avais laissé cela de côté à cause de ma promesse avec cette femme mystérieuse. Cela n’aurait pas dû avoir d’importance de toute façon. L’information importante était que je m’étais fait manger. Cette partie avait tellement surpris la femme qu’elle ne l’avait pas incluse parmi les choses que je ne pouvais pas mentionner. J’étais seulement censé garder la pièce secrète, donc j’étais libre de discuter de la transformation.

« C’était il y a un moment, mais j’explorais le Donjon de la Lune comme d’habitude, en chassant des gobelins et des slimes, » déclarai-je.

« Le travail que tout le monde fait quand il commence. J’y ai moi-même beaucoup chassé à l’époque. Le Donjon de la Lune est un terrain de chasse idéal pour les aventuriers solitaires, » répondit Wolf, se remémorant ses débuts. Il avait aussi été un aventurier solitaire.

Ce qui était bien dans le Donjon de la Lune, c’est que les monstres apparaissaient rarement en groupe. Grâce à ce donjon, Maalt avait eu plus d’aventuriers solitaires que les autres villes. Avoir un endroit pour s’entraîner soi-même était une grande bénédiction pour ceux qui préféraient s’aventurer seuls. S’ils avaient organisé un groupe, le Donjon de la Nouvelle Lune aurait été beaucoup plus efficace.

« J’ai fouillé le donjon pendant un certain temps jusqu’à ce que je trouve tout le matériel dont j’avais besoin, alors je me suis dirigé vers la sortie pour partir et rentrer chez moi. J’étais assez prudent, bien sûr, mais quand je suis entré dans une grande pièce, il y avait un ennemi que je n’aurais jamais pu imaginer, » déclarai-je.

La vérité était que j’étais entré en territoire inconnu, mais rien de ce que j’avais dit n’était un mensonge. C’était une grande pièce, après tout.

« Qu’est-ce que c’était ? Le Donjon de la Lune n’a pas de monstres particulièrement coriaces. Mais il peut s’agir d’un type unique ou d’une autre anomalie, comme les orcs ou les ogres, » demanda Wolf.

« J’aimerais bien. Je n’aurais pas pu les battre à l’époque, mais j’aurais pu au moins m’enfuir. Mais pas contre cela, » déclarai-je.

Wolf m’avait encouragé à continuer. « Alors, qu’est-ce que c’était ? »

« C’était un dragon, Wolf, » déclarai-je.

◆◇◆◇◆

Wolf avait réfléchi à ce que j’avais dit. À la fin, il s’était gratté la tête. « Je dirais bien que je n’y crois pas, mais tu n’as aucune raison de mentir. Tu dois me comprendre. Le problème, c’est que personne d’autre ne le fera, » avait-il dit, laissant entendre que j’aurais pu voir des choses.

Les dragons étaient difficiles à trouver, qu’on le veuille ou non. Wolf pensait que j’avais confondu autre chose avec un dragon, ce qui était bien plus probable, il est vrai. Mais les dragons de ce genre devaient bien exister quelque part. Au cours de l’histoire, suffisamment d’humains les avaient rencontrés et avaient dit aux artistes à quoi ils ressemblaient, et leurs représentations des créatures étaient claires et distinctes. J’avais souvent vu de telles œuvres dans les livres de la maison de Lorraine, et l’une d’entre elles semblait identique au monstre qui m’avait mangé.

Mais ce qui m’avait le plus convaincu qu’il s’agissait d’un dragon, c’était sa force écrasante et ses propriétés uniques. Aucun humain ne pourrait résister à cette monstruosité. Dès l’instant où je l’avais vu, j’avais su que c’était vrai. J’avais déjà rencontré quelques fois des dragons de moindre importance, comme des dragons de terre, mais ce n’était rien comparé à l’impuissance que je ressentais face au dragon du Donjon de la Lune. Rien d’autre ne m’avait fait me sentir aussi désespéré.

« Je sais que je dis la vérité. Je craignais que ce soit une illusion, mais j’ai déjà connu des illusions. Je le saurais si j’étais touché par l’une d’entre elles, » déclarai-je.

« Que veux-tu dire ? » demanda Wolf.

« Il y avait une femme médecin dans ma ville natale qui m’a appris des choses. Elle était un peu bizarre, et quand je lui ai dit que je voulais être un aventurier, elle m’a dit que je devais apprendre à connaître les poisons et les illusions. Elle m’a fait tester toutes sortes de toxines et d’hallucinogènes, et…, » déclarai-je.

J’avais fait une pause. Je ne voulais pas me souvenir de beaucoup plus que cela. Sa méthode m’avait appris le goût de ces produits ainsi que leurs effets sur l’organisme. Si je n’arrivais pas à distinguer lequel était lequel, elle me faisait recommencer. Elle avait intégré ces leçons dans tous les aspects de ma vie, et je ne voulais plus jamais revivre cela. Mais grâce à cela, je pouvais dire si j’étais sous l’effet d’une illusion. Je connaissais aussi assez bien les poisons pour en distinguer tout de suite le type et le remède. Je savais que je n’avais plus à m’inquiéter du poison, alors ces leçons ne me servaient plus à grand-chose maintenant, mais je ne savais pas si je pouvais encore halluciner. J’avais déjà confirmé que j’étais immunisé contre les types d’illusion de base, mais il y en avait encore beaucoup d’autres.

« Tu as toujours eu une vie difficile, hein ? » dit Wolf en fronçant les sourcils. Il m’avait lancé un regard sympathique.

J’étais d’accord que c’était dur, mais c’était moi qui avais suivi la suggestion de la vieille dame. Ses leçons avaient fini par être utiles, je ne pouvais donc pas me plaindre.

« Quoi qu’il en soit, tu insistes sur le fait que ce n’était pas une illusion. J’ai compris. Et tu es certain que c’était un dragon. Mais je ne vois toujours pas comment cela a pu avoir cet effet sur ton corps. Comment cela s’est-il produit ? » demanda Wolf.

Mon histoire n’était pas encore terminée.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire