Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 5 – Chapitre 3 – Partie 2

***

Chapitre 3 : Existence et statut

Partie 2

L’explication de Wolf était facile à comprendre. Vu les circonstances, j’avais pu voir comment il avait réalisé si tôt qui j’étais. Je n’avais pas fait très attention à cacher mon identité, c’était donc la principale raison. Si j’avais voulu me cacher complètement, j’aurais pris un nom plus distinct et choisi une autre ville pour exercer mes activités après avoir obtenu ma licence d’aventurier. Je connaissais trop de gens dans cette ville pour me dissimuler complètement. C’est ce que je m’étais dit, c’est pourquoi j’avais fait savoir à mes amis qui j’étais. Même lorsqu’il s’agissait de la guilde, je savais que je pourrais éventuellement devoir parler de ma double inscription. Si je voulais être convaincant une fois qu’on en était arrivé là, il fallait que ce soit assez clair pour moi.

Je n’avais pas une idée précise de ce qu’était le Maître de Guilde Wolf, mais je savais que la guilde de Maalt était moins impliquée dans la fraude et la collusion que d’autres. Le taux de mortalité des aventuriers était également plus faible. De plus, l’impression que j’avais eue de nos quelques conversations m’avait dit qu’il pouvait être raisonné. Je sentais que tant que je serais honnête, il m’écouterait.

C’était peut-être un pari d’être aussi ouvert avec mon identité, mais cela avait payé parce qu’il avait pris assez de recul pour insister sur le fait que j’étais Rentt Faina. Non pas que je veuille qu’il remarque tout, mais ce serait bien qu’il comprenne et m’appelle pour parler de lui-même. Il avait effectivement tout organisé, mais il fallait que ce soit moi qui vienne à lui.

Quoi qu’il en soit, mon plan semblait être productif. Bien sûr, je ne pouvais pas encore accorder trop de confiance à la personnalité de Wolf, mais j’avais décidé que je pouvais au moins lui parler un peu plus.

« Est-ce la seule raison pour laquelle vous devez croire que je suis Rentt Faina ? Parce que nos noms sont similaires ? C’est absurde. J’ai été nommé d’après un Saint, comme tant d’autres. Et Vivie n’est peut-être pas un nom de famille courant dans ce pays, mais on le voit partout dans l’Empire, » avais-je insisté.

« Il est évident que ce n’est pas tout ce qu’il y a. J’ai d’autres preuves. D’abord, c’est la façon dont vous vous battez. Le deuxième est l’endroit où vous vivez. En fin de compte, on pourrait appeler cela une intuition, mais cela n’a pas d’importance. Rentt Faina, je ne vous reproche pas la double inscription ou la dissimulation de votre identité, je veux juste savoir pourquoi, » déclara Wolf. « Vous n’avez jamais eu beaucoup de talents d’aventurier dans le passé, et je suis sûr que vous aviez de vagues inquiétudes quant à votre avenir, mais ce n’est pas une raison suffisante pour renoncer à votre identité. Vous étiez amical avec les autres aventuriers de la ville, et vous aviez des liens solides avec les courtiers en informations. Même les habitants de la ville vous aimaient assez pour vous lancer des fruits et des légumes à vue. Je ne comprends pas. Pourquoi porter cette robe et ce masque effrayants et se faire appeler par un autre nom ? J’étais moi-même un aventurier, j’ai donc rencontré ma part de personnes aux circonstances étranges. Je connaissais un type en fuite après des problèmes avec la noblesse, et un type avec des secrets si graves qu’il refusait de se montrer. Je pensais que vous étiez peut-être dans le même bateau, mais j’ai l’impression que ce n’est pas le cas, alors maintenant je ne peux pas m’empêcher de me poser des questions. Dites-moi, si vous le voulez bien. En échange, je vous accorderai un traitement spécial. Pas mal, n’est-ce pas ? »

À la fin, on aurait dit que Wolf mendiait. Je ne savais pas à quel point il était sincère, mais il semblait désespéré de le savoir. Peut-être que cela faisait partit de son plan, mais je voulais le croire. D’ailleurs, Wolf avait plus ou moins atteint son but. J’avais dissipé mes soupçons, mais Nive était toujours à mes trousses, et j’avais un secret à cacher concernant mon vampirisme. Cependant, je ne savais pas combien je devais en dire ou même s’il allait le croire. Pour autant que je sache, à la seconde où j’aurais dit que j’étais un vampire, il pourrait me tuer. Wolf était à la retraite, mais il avait été un puissant aventurier en son temps. Je ne savais pas quel rang il avait atteint à la fin, mais son aura intimidante était suffisante pour savoir que même s’il ne pouvait plus partir à l’aventure, il était toujours beaucoup plus puissant que moi.

Dire que j’étais un monstre serait du suicide, mais après notre discussion jusqu’à présent, je me sentais enclin à tout lui dire. Wolf était un homme sympathique. Il avait tout compris de ma situation, sauf ce que je devais le plus cacher, à savoir mon vampirisme, et il m’avait proposé un marché qui serait facile à accepter. Ce n’était rien de moins que de la gentillesse, atypique pour un chef de guilde. D’autres étaient occupés par des collusions et des activités illégales. Cette générosité m’avait fait croire qu’il était un homme bon et sérieux. Cela m’avait fait dire ce que j’avais dit ensuite.

« Pouvez-vous prouver que vous êtes digne de confiance ? La double inscription est contraire aux règles en vigueur. Vous êtes le chef de guilde, devriez-vous vraiment l’autoriser ? » avais-je demandé.

Wolf avait ri. « À partir de votre deuxième question, je pense que vous savez que la double inscription n’est rien de grave. La pire punition que je pourrais donner serait de vous interdire de prendre des demandes pendant quelques jours, ou peut-être de vous infliger une amende, mais c’est tout. Il n’y a pas de quoi s’inquiéter. Quant à la première question, je ne peux pas vous dire de me faire confiance, mais que se passerait-il si nous signions un contrat magique qui dirait que je ne partagerai rien de ce que vous me dites ? Bien que cela puisse causer quelques problèmes, nous pouvons régler les détails. En tout cas, cela empêchera vos secrets de se savoir. Si vous ne me croyez toujours pas après ça, eh bien…, » déclara Wolf.

« Et ensuite ? » Avais-je demandé. Ce n’est pas moi qui allais proposer un contrat magique. Il est vrai qu’on ne peut pas les rompre, donc la confiance ne serait plus un problème, mais les contrats peuvent avoir des failles. J’avais apprécié sa confiance, mais je ne savais pas trop quoi lui dire.

« Je vais vous dire mon secret tout de suite, » déclara Wolf. « On se moquait beaucoup de moi. Quand j’étais encore un aventurier, j’ai fait un rêve. Tout le monde pensait que c’était une blague, mais c’était sérieux pour moi. Peu importe qui m’a rabaissé, peu importe qui m’a insulté, j’étais déterminé à faire en sorte que cela se produise. Je me suis retrouvé ici à la place, mais je n’ai jamais regretté d’être un rêveur. Il s’avère, Rentt, que je voulais être un aventurier de la classe Mithril. C’est pour cela que je vous aime bien. Nous nous ressemblons beaucoup. »

Peut-être que cela n’aurait pas signifié grand-chose pour quelqu’un d’autre. Après tout, atteindre la classe Mithril était un objectif absurde que personne ne prenait au sérieux. C’est le genre de bravade que l’on entend de la part des nouveaux venus. Mais le regard de Wolf me disait qu’il était sincère. Nous avions le même objectif et nous nous plaignions de notre propre impuissance, et c’est ainsi que nous avions un lien. Il fallait que je le croie maintenant. C’était tout pour moi, le rêve que j’avais apporté tout au long de ma vie. J’étais peut-être naïf ou impulsif, mais cela ne m’avait pas arrêté.

« Très bien, je vous ferais confiance, Maitre de Guilde Wolf, » avais-je dit d’un signe de tête.

 

◆◇◆◇◆

Même si je voulais parler, je savais qu’il ne fallait pas tout lui dire sans preuve. Cela pourrait attendre après la signature du contrat. Tant que nous avions cela, je pouvais éviter le pire des scénarios.

Nous avions discuté en détail des conditions du contrat avant de signer nos noms. Bien que je me sois déjà confessé, j’allais écrire mon nom en tant que Rentt Faina, donc je ne pouvais pas commencer et le donner. Wolf l’avait reconnu avant que je ne dise quoi que ce soit. Il avait sorti une plume d’oie et avait ensuite écrit son propre nom. Mais aussi brutal que soit cet homme, il avait une écriture soignée. J’avais regardé Wolf écrire jusqu’à ce qu’il ait fini et il m’avait regardé.

« Toute la paperasserie m’a obligé à devenir bon en écriture. Si cela semble trop brutal, le personnel de la capitale se moque de mes propositions. Vous devez leur montrer que vous avez reçu une éducation, » avait-il dit.

En d’autres termes, c’était l’un des combats qu’il avait dû mener en tant que chef de guilde. Il m’avait parlé comme à un aventurier, mais il avait probablement abordé les nobles avec l’étiquette appropriée. Son écriture était si élégante que j’aurais cru qu’il était un noble si je n’avais pas vu ses bras vraiment massifs ou la cicatrice sur son œil. C’était le visage unique d’un aventurier.

« Ici, signez, » déclara Wolf, qui me tendit le papier et la plume. Je n’avais plus de raison d’hésiter, alors j’avais écrit mon nom.

Wolf l’avait regardé. « Alors vous êtes vraiment Rentt Faina, » murmura-t-il. Je pensais qu’il était déjà certain, mais même une certitude de 90 % n’est pas une confirmation absolue. Il devait avoir plus d’espoir en moi que je ne le pensais. Il ressemblait à un homme qui avait retrouvé un membre de son groupe resté en arrière pour retenir un puissant ennemi. Il était heureux que j’aie survécu. Je ne pouvais pas le voir comme une mauvaise personne, mais j’étais peut-être naïf. Peut-être que cette naïveté n’avait pas d’importance.

Quand j’avais fini de signer, le contrat avait brillé et nous avait entourés de lumière. La magie s’était activée. Il stipulait que rien de ce que je disais aujourd’hui ne pouvait être répété par Wolf d’une manière qui me porterait préjudice. Il y avait des termes plus spécifiques, mais il faudrait une éternité pour les énumérer tous. C’était à peu près la même chose que ce que j’avais signé avec Sheila. En fait, les termes qu’elle avait proposés étaient si parfaits que je les avais copiés. Ce n’était probablement pas un problème.

Wolf était allé droit au but. « Alors, Rentt, pourquoi vous inscrire deux fois quand vous saviez que cela poserait des problèmes ? Ce n’est pas comme si vous étiez mort, n’est-ce pas ? Vous auriez pu continuer à vivre des aventures comme vous l’avez fait. »

Il était difficile de croire qu’il n’en savait pas déjà plus, étant donné la façon dont il disait exactement ce qui s’était passé. Il ne le savait probablement pas, mais dire spécifiquement que je n’étais pas mort était comique. Je voulais souligner que j’étais effectivement mort, mais il était trop tôt pour cela. Je n’avais aucune idée du moment opportun pour aborder ce sujet, mais je devais le faire étape par étape. J’avais décidé de commencer par décrire ce qui s’est passé.

« Il y avait beaucoup de raisons, mais —, » déclarai-je.

Wolf interrompu. « Il est peut-être tard pour en parler, mais vous pouvez me parler comme n’importe quel ancien aventurier. Inutile d’être poli ici. Maintenant, si nous nous voyons à la fête d’un noble, je m’attendrais à une certaine formalité, mais vous pouvez la garder en dehors de la guilde, » avait-il dit.

Je m’étais immédiatement détendu. J’avais dû être poli avec tant de gens que j’avais commencé à surveiller mes paroles avec mes supérieurs. Il avait raison, cependant, cela ne convenait pas à un aventurier.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire