Nozomanu Fushi no Boukensha – Tome 4 – Chapitre 2 – Partie 6

***

Chapitre 2 : Matériel pour l’arme de ma disciple

Partie 6

« Guuugyaaaaa !! » Un cri des plus inhumains avait retenti dans les tunnels.

Mon épée était actuellement enfoncée proche du visage du monstre devant moi — le visage d’un gobelin Mina. Je visais son cou, mais le monstre était plus agile que ce à quoi je m’attendais, et il avait fini par éviter le coup.

Comme leur nom l’indique, les gobelins Mina étaient différents des gobelins communs. Pour commencer, ils vivaient dans des endroits où il y avait beaucoup de minerai, généralement des montagnes et d’autres endroits semblables. Ils possédaient également certaines compétences uniques, notamment celle de forge. Bien qu’ils ne soient pas aussi habiles que les Nains, et qu’ils ne soient pas capables de créer des instruments précis et des objets magiques, ils en savaient assez sur la fusion pour créer des épées, des boucliers et autres objets semblables.

Cela signifiait qu’il devait y avoir une chambre de fusion quelque part dans cette montagne, même si je n’avais aucune idée de l’endroit exact où un tel endroit pourrait se trouver. Alors que les aventuriers avaient réussi à localiser et à détruire ces chambres de fusion à maintes reprises dans le passé, une autre apparaîtra éventuellement à sa place.

Une infrastructure d’une telle ampleur ne semblait pas une entreprise facile… Mais encore une fois, le labyrinthe était un endroit immense. Si l’on voulait sérieusement explorer l’ensemble du quatrième étage, il faudrait certainement plus d’un ou deux jours. Quelques semaines, peut-être, ou même quelques mois.

Malgré tout, il peut encore être impossible de voir tout ce qu’il avait à offrir. Étant donné la taille de l’étage, il était fort possible que plusieurs de ces chambres aient été partiellement construites, et si jamais l’une d’entre elles devait être détruite, les gobelins en question passeraient simplement à la suivante. Si tel était le cas, ces chambres ne seraient jamais complètement détruites, quel que soit le temps qui s’écoulait. Tout ce qu’il fallait faire, c’était de transporter des outils spécialisés d’un endroit à un autre, et c’était tout.

Dans tous les cas, les Gobelins Mina étaient capables de construire des objets magiques simples, et étaient également capables d’empêcher la chaleur et la fumée de ces chambres d’indiquer leur emplacement. Il était donc difficile de trouver une telle pièce. Si ces Gobelins sont armés d’une telle connaissance, pour quoi ne pas simplement vivre en paix avec les humains, pense-t-on, mais en réalité, certains groupes de Gobelins avaient vécu de cette façon.

Les Gobelins Mina au quatrième étage, cependant, semblaient avoir une sorte de fierté que l’homme ne pouvait pas espérer comprendre. C’était peut-être la raison pour laquelle ils ne pouvaient pas être en paix avec l’humanité en général.

En raison de leur fonte et de leur artisanat, les Gobelins Mina étaient différents de la moyenne des Gobelins, souvent armés d’armures et d’armes relativement bien faites. Même la couleur de leur peau était différente, une sorte d’adaptation naturelle à leur habitat rocheux. La peau d’un gobelin Mina était brun terre, comparée à la peau verte d’un gobelin normal. Ils étaient aussi beaucoup plus musclés, probablement à cause de tout le minerai qu’ils fouillaient pendant leur temps libre.

Si les gobelins normaux étaient de petits et maigres gobelins, les gobelins Mina ressemblaient beaucoup à des gorilles miniatures, mais musclés.

Vraiment horrifiant !

La vitesse de leurs frappes, combinée à leur puissance musculaire pure, signifiait que les Gobelins Mina étaient des ennemis beaucoup plus redoutables que les hommes-lézards. Pour empirer les choses, ils étaient également entraînés à manier l’armement et avaient un certain nombre de prouesses martiales dans leurs mouvements.

Bien qu’il ait été blessé par ma lame, le gobelin s’était rapidement libéré de sa panique, se calmant immédiatement et me fixant d’un air menaçant. Comme on pouvait s’y attendre, les monstres devenaient de plus en plus difficiles à tuer lorsqu’on s’aventurait dans les étages les plus profonds…

Il m’était venu à l’esprit que rester ici un certain temps et absorber la force vitale de ces monstres ne serait pas une si mauvaise idée. Je ne voulais pas dire que je n’étais pas devenu plus fort, mais peut-être que le rythme de ma descente était un peu trop rapide. J’aurais dû évaluer mes propres capacités avant de décider de descendre jusqu’au quatrième étage, mais il était un peu trop tard pour y penser.

Malgré cela, je n’avais pas subi de blessures graves et j’arrivais quand même à combattre mes ennemis sur un pied d’égalité, quoique tendu. Les choses seraient en effet mauvaises si j’avais décidé d’aller plus loin.

Ou peut-être devrais-je me battre à ce niveau de difficulté, et peut-être atteindre de nouveaux sommets de croissance en m’exposant continuellement au danger… ? Non, non, non. Ce serait beaucoup trop imprudent.

Quoi qu’il en soit, ces pensées seraient mieux prises en compte une fois chez moi. Pour l’instant, il était plus important de traiter avec le gobelin Mina se tenant devant moi.

Il tenait une grosse hache à deux mains dans ses mains, une arme que j’aurais du mal à contrôler et encore moins à utiliser. Pour le gobelin Mina, cependant, la hache ne pesait probablement pas grand-chose.

L’arme était grossière, non seulement lourde, mais aussi difficile à contrôler… Pourtant, le gobelin Mina semblait l’avoir maîtrisée il y a bien longtemps. Il avait bloqué mes frappes avec le côté plat de sa hache, transformant son arme à deux mains en bouclier de fortune. Lorsque ma lame s’était vue déviée, il avait immédiatement contre-attaqué.

« … Kuh ! »

J’avais esquivé le monstre de peu, mais le gobelin Mina ne lâchait pas prise quant à ses attaques. Le gobelin tenait fermement sa hache, la balançant vers le bas comme pour me diviser en deux. Bien que je ne sois pas sûr que mon corps tel qu’il était en ce moment serait facile à séparer, je n’étais pas très enthousiaste à l’idée de le découvrir de première main.

Puis, je m’étais soudain rendu compte que la mort pouvait venir frapper à ma porte à tout moment.

J’avais esquivé du mieux que je le pouvais dans une légère panique, désireux d’éviter la hache arrivant. Mon évasion n’était pas parfaite, cependant, et la lame de l’arme m’avait éraflé la joue. Une ligne fine avait été tracée à travers mes traits… avant de guérir en quelques secondes, disparaissant complètement.

Il semblait que j’avais maintenant la capacité de me remettre assez rapidement de simples coupures.

Mais j’avais ressenti un léger sentiment de fatigue. Je pouvais me guérir, oui, mais il y avait des risques tangibles dans le processus. Après tout, les aventuriers qui avaient réellement affronté des vampires avaient affirmé qu’ils guérissaient souvent immédiatement après avoir subi la plupart des blessures.

Bien que les vampires mineurs possédaient aussi ces qualités régénératrices, le pic de fatigue que je venais de ressentir pouvait très bien indiquer qu’il y avait une limite à ma régénération… surtout si j’avais été terriblement blessé. J’avais supposé que même les vampires ne pouvaient pas se régénérer indéfiniment…

Bien que je ne connaisse personne qui ait fait des tests pour l’affirmer, et qu’il n’y avait pas de dossier à cet effet, la plupart des individus qui avaient choisi de combattre les vampires avaient souvent décidé d’aller droit au but vis-à-vis de leurs points faibles. Dans un tel cas, les limites régénératives n’avaient pas vraiment d’importance. Après tout, personne ne se donnerait du mal pour tuer un vampire avec une méthode plus détournée.

Bien que ma blessure ait été légère, l’impact du coup avait été important, et j’avais roulé sur une certaine distance avant de récupérer, levant une fois de plus ma lame vers le gobelin Mina. Affirmant que j’étais sur le point de lancer une attaque, le gobelin Mina souleva à nouveau le côté plat de sa hache, comme pour se défendre — .

« … Gyaaaaaahh ! » s’écrivit le gobelin Mina en brandissant sa hache en réponse.

Quoi… ? J’avais pensé qu’il fallait regarder de plus près, et il y avait Edel. Mon familier avait jeté un sort à la bête : Lame à vent. Au moment où le gobelin avait frappé avec sa hache, cependant, Edel était déjà à une distance de sécurité, à mon grand soulagement.

 

 

Maintenant que le gobelin était suffisamment distrait, j’avais saisi l’occasion en me précipitant vers lui et en déplaçant ma lame sur sa tête exposée. Mon arme avait coupé profondément, fracturant son crâne, avant de diviser le gobelin en deux moitiés.

D’un frisson, le gobelin Mina tomba par terre, alors que du sang frais jaillissait du cadavre séparé sur le sol.

 

◆◇◆◇◆

 

Bien que j’aie procédé à la dissection du gobelin Mina, il était vite devenu évident qu’il n’y avait pas grand-chose à en retirer. Ses armes et son équipement, ainsi que le cristal magique près de son cœur, étaient utiles, mais le reste de la carcasse n’avait aucune utilité tangible.

J’avais supposé que je pouvais enlever son oreille droite et l’emporter avec moi comme une prime, bien qu’il n’y ait actuellement aucune demande de chasse active à la guilde. Comme en premier lieu je ne me souvenais même pas d’avoir vu une telle demande, c’était très probablement une aventure inutile — mais j’avais décidé de prendre quand même l’oreille. Une seule oreille ne prendrait pas beaucoup de place.

Quant à ses armes et équipements… Eh bien, bien qu’ils aient été effectivement forgés avec du fer de mana creusé dans ces tunnels, les techniques de forge des gobelins n’étaient pas si impressionnantes que ça. La pureté du minerai et la structure de l’arme laissaient beaucoup à désirer. C’était aussi une hache de la taille d’un gobelin, donc elle n’aurait pas beaucoup de valeur même si je l’emportais.

Je suppose qu’il était techniquement possible de faire fondre la hache et de réutiliser le métal lui-même, mais il faudrait pour cela consacrer plus de temps et de ressources au processus de raffinement. En fin de compte, il semblait plus économique d’apporter un morceau de minerai contenant du fer de mana à la place de l’arme.

J’avais décidé de laisser la hache là où elle reposait.

Le cristal magique, cependant, était d’une taille et d’une qualité acceptables. J’avais rapidement décidé de l’emporter. Le cristal pouvait être utilisé comme matériau pour les baguettes… et si ce n’était pas possible, il pouvait toujours être vendu pour quelques pièces.

Malgré tout… J’avais supposé que c’était tout ce qu’on pouvait espérer extraire de la carcasse d’un gobelin Mina.

C’est ainsi que je m’étais mis en route, reprenant mon voyage à travers ces tunnels.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire